• La force de l’amour …
    La force de l’amour … « Force et Amour », le nouveau single de Charlotte constitue le titre phare de son premier album et veut laisser transparaître,…

  • Complètement perdus …
    Complètement perdus … Barry Moore est musicien, auteur et compositeur. Cet Irlandais est encore un enfant lorsqu'il plaque ses premiers accords sur la…

Mots-clés

Suivez-nous !

Facebook    Instagram   Youtube   Myspace Myspace

Newsletter

Restez informé en vous inscrivant à notre newsletter !
Please wait

Nos partenaires

Stéphane Reignier

Stéphane Reignier

dimanche, 26 mai 2019 10:19

Chocolat

Fils du chanteur Marka et de la comédienne Laurence Bibot, Roméo s’est affranchi de son pote Le Motel (dont l’ombre plane cependant encore sur la plage d’ouverture, « Intro ») en publiant un recueil de ‘poésies’ urbaines baptisé « Chocolat ».

Le titre de l’album n’a évidemment pas été choisi au hasard ! Il évoque (mais pas que !) ce rapport intime que le Belge entretien avec cette friandise. Et quoi de plus normal que de mettre en exergue la belle capitale lors d’un « Bruxelles », chanté dans les deux langues nationales en compagnie de Zwangere Guy, preuve que les tensions linguistiques n’existent que par ceux qui les créent.

Les collaborations sont nombreuses et s’internationalisent : Todiefor, Vladimir Cauchemar, Matthieu Chedid, Témé Tan ou encore Damon Albarn (Blur). Pas étonnant puisque le gaillard a acquis une certaine expérience en côtoyant, notamment, L’Or du Commun, Caballero & JeanJass, Angèle (évidemment), Lomepal, Thérapie Taxi ou encore HER…

Le frère d’Angèle s’offre le luxe de proposer un album varié et (réellement) engagé. Introspectif aussi lorsqu’il évoque ses ruptures à travers « Malade », « Parano » –morceau au cours duquel la griffe de -M- colle parfaitement à l’univers du rappeur tout en lui apportant une touche atmosphérique– ou encore le punchy « Dis moi » (et ses beats répétitifs), sans oublier ses amours au « Soleil » (chaleureux, rayonnant et positif), son succès « Solo » ainsi que « Normal » révélant ses rapports avec certaines substances illicites comme le souligne le titre maître…

Si la plupart des compositions n’apportent en réalité pas grand-chose, elles feront à coup sûr le bonheur des adolescents dans les cours de récréation qui y verront là un bon sujet de conversation. D’autant plus que l’absence de fine dentelle risque certainement d’alimenter leurs fantasmes (« T’es bonne »)...

Pour celles et ceux dont l’oreille est plus fine et exigeante, l’exercice devient réellement intéressant lorsque l’artiste s’y montre pourfendeur de la noble cause. A l’instar de « Cœur des hommes » qui traite de la xénophobie et du racisme sur les réseaux sociaux ou par ses prises de positions catégoriques, comme sur « Belgique Afrique » qui se penche sur le passé colonial de la Belgique...

Bref, un disque qui constitue un patchwork de ce qu’il y a de mieux et de pire dans le genre…

Avis aux amateurs !

mercredi, 22 mai 2019 10:42

Une pointe d’érotisme !

‘Nous l'appelions en plaisantant notre disque de rock classique à un moment donné, en faisant référence à The Turtles ou les Stones ou encore à Fleetwood Mac’ déclare en riant Chris Keating de Yeasayer en décrivant le cinquième elpee de son groupe, « Erotic Reruns ».

Mais en réalité, c'est Yeasayer qui distille toutes ses forces, tout en les réduisant à leur essence.

Les crochets sont immédiats et les chansons concises. C'est un disque éminemment dansant qui encourage aussi le public à réfléchir, une fonction pour laquelle le groupe n'a pas assez de crédit, alors qu'il le mérite désespérément.

Leurs commentaires sociétaux, politiques et érudits sont tranchants.

Mais finalement, « Erotic Reruns » trouve Keating, le chanteur/multi-instrumentiste Anand Wilder et le bassiste/chanteur Ira Wolf Tuton à un point culminant de leur créativité ; leur chimie séduisante est palpable partout.

« Erotic Reruns » navigue à des années-lumière du premier opus du band, publié en 2007, « All Hour Cymbals », car la formation a trouvé les marques à ses propres conditions, imperméables aux ‘scènes’ extérieures, et à la culture du bricolage alors omniprésente si répandue à Brooklyn ; les classiques "2080" et "Sunrise" préfigurant la grandeur que le groupe allait atteindre pleinement sur « Cymbals ».

Le clip d’animation d’« I'll Kiss You Tonight » est à découvrir ici 

mercredi, 22 mai 2019 10:41

La force de l’amour …

« Force et Amour », le nouveau single de Charlotte constitue le titre phare de son premier album et veut laisser transparaître, de manière plus directe qu'habituellement, un message actuel : n'attendons pas que nos dirigeants nous prennent par la main et nous montrent la marche à suivre. Remplissons-nous de force et d'amour pour changer nos modes de vie afin de revenir à un passage sur terre plus humain et moins destructeur.

Le clip, réalisé par Charlotte, nous plonge en pleine nature sur une zone ayant subi une déforestation. On aperçoit, au début, des personnes mangeant des billets qui finissent par s'étouffer et s'écrouler au sol. Un message qui se veut fort et rappeler que ce n'est pas l'argent qui nous nourrit et qu'il est urgent d'en prendre conscience !

Pour cette vidéo, Charlotte a souhaité confié le rôle principal à sa soeur Betty, qui a également tout chorégraphié. Un mélange de douceur et de violence qui illustre bien l'intention de cette chanson.

Venez découvrir cet univers insolite ici 

mercredi, 22 mai 2019 10:39

Marc Collin provoque du remous !

Avant la sortie de son premier film, Marc Collin en dévoile quelques extraits dans le clip de 'Future Shock', titre extrait de la B.O. du film au cours duquel Clara Luciani, présente au casting, pose sa voix.

Pour le clip de « Future Shock », il a choisi une scène particulière puisqu'il s'agit du ‘making off’ du titre dans le film au cours duquel Clara Luciani et Alma Jodorowsky composent ensemble.

Le clip est sorti ce 21 mai et le single sera disponible le 19 juin (voir ici).

Issu de la génération French Touch (NDR : aux côtés notamment d’Alex Gopher, de Dunkel et Godin -les futurs Air, de Xavier Jamaux ou encore d’Arnaud Rebotini, depuis le lycée versaillais), Marc Collin est producteur, remixeur, fondateur du célèbre projet Nouvelle Vague, compositeur de musique de films, réalisateur d’albums, de clips, et aujourd’hui d’un long-métrage… On ne le présente plus, et pourtant après plus de 25 ans de carrière, il continue de surprendre en se lançant dans de nouveaux formats.

Le 19 juin, il sortira donc son premier long-métrage (qu'il a écrit et réalisé), « Le choc du futur » avec Alma Jodorowski, Clara Luciani, Philippe Rebbot, Laurent Papot et Geoffrey Carrey : un film ambitieux dans son propos, un vrai-faux biopic sur une musicienne électro qui invente un son nouveau en 1978.

Avec ce son inouï, c’est aussi une époque nouvelle qui commence, un nouveau paradigme, une esthétique inédite, exprimée à travers une vision de ce que sera, en cette fin des 70’s, la musique de demain.

Marc Collin célèbre cette année ses 25 ans de carrière et les 15 ans de Nouvelle Vague : un anniversaire qu'il fêtera sur scène à l'occasion d'une tournée mondiale.

mercredi, 22 mai 2019 10:36

Complètement fous !

KRANKk est un groupe Belge inspiré par le UK Garage insulaire ainsi que la Grime & Bass Music, mais toujours en adoptant ses influences sous un angle personnel.

Une équipe forte impliquant Thomas Geysen à la batterie, Aram Abgaryan aux touches et Willem Heylen à la guitare.

Leurs beats et hooks sont parfois sombres ou agressifs, mais toujours mélodieux. Ils collaborent souvent avec des invités et des MC’s tels que les Dutch Norris, Blue Samu, Miss Angel et d’autres jeunes talents de la scène hip hop r'n'b Belge.

Pour ce nouveau single « Crazy » ils ont travaillé avec le talentueux David Ngyah (gagnant du concours 'De Nieuwe Lichting' de Stubru) qui apporte aussi une touche de soul !

A découvrir ici 

C’est en janvier 2017 que Behind The Pines est né. Mixant sons modernes et racines rock, le groupe rock bruxellois traverse les âges, donnant vie à ses émotions à travers une musique aérienne et punchy au son singulier.

En 2018, un premier Ep paraît. Le single éponyme "In The Mirror" est très rapidement soutenu par les médias belges, permettant au groupe de multiplier les émissions radios, tv et les articles de presse.

En février 2019 sort, annonciateur du prochain Ep, le nouveau single ''What Do We Choose''.

Accueilli avec enthousiasme, le titre est placé en rotation sur de nombreuses radios belges et également en France, Suisse et Angleterre.

Le 17 mai 2019 marque la sortie du nouvel Ep, ''Secret'', signant l’aboutissement de deux années de travail. 

Le quatuor belge se produit alors sur de nombreuses scènes et festivals, partageant l'affiche avec des artistes tels que Hooverphonic, Puggy, Typh Barrow, Mustii, Birdpen, pour ne citer qu'eux. 

En concert :

08/06/2019 : BELVEDERE (with Tanae) (Namur) BE
12/06/2019 : WATER RATS (London) UK
21/06/2019 : FIESTA DU ROCK (with SoarLosers) (Flemalle) BE
29/06/2019 : VERDUR (Namur) BE
18/07/2019 : FRANCOFOLIE DE SPA (Spa) BE
16/08/2019 : SABLON FESTIVAL (Bruxelles) BE
17/08/2019 : LES MUSICALES DE BOUILLON (Bouillon) BE

Découvrez l’univers de ce quatuor ici 

mercredi, 22 mai 2019 10:32

La vie est belle !

Alors que Valentine Croughs a vu le jour à Uccle, en Belgique, Lady Valentine est née au Bénin. Elle est baptisée ainsi par le rappeur local Saint-Maurice, au terme d’un voyage initiatique opéré en 2016 qui influencera fortement son projet musical.​

Sur des sonorités électro-pop ou acoustiques, Lady Valentine exprime ses tourments dans un univers malgré tout coloré et chaleureux. Tel un cri d’urgence venu des tripes d’une jeune femme qui se bat pour exister et trouver sa place après les épreuves que la vie lui a imposées.​

En 2013, alors qu’elle mène une vie ‘plan B’, son quotidien parisien la fait suffoquer. La thérapie suit le burn out, la dépression, l’urgence. Puis vient la libération du voyage. Mais l’errance en Asie est vite interrompue.

Le décès de son frère aîné la ramène brutalement en Belgique, dans une réalité inacceptable.

L’auteure, compositrice et interprète trouve une échappatoire dans la musique. Elle compose ses premiers titres, guidée par le souvenir de son frère Olivier journaliste au Soir, décédé il y a 5 ans, aux 20km de Bruxelles, d'une crise cardiaque à 27 ans : « La vie est Belle ».​

Ce morceau donne son titre et son intention à son premier album, prévu pour cet automne.

De nombreuses rencontres artistiques, comme avec le pianiste Ben Bruyninx, les producteurs Max Montagne, Konoba ou encore Nico D’Avell, lui permettent de développer ses mélodies.

En 2018, la sortie du premier EP de Lady Valentine, « Scoop », marque le début d’une nouvelle histoire.

Ce bel hommage est à voir et écouter ici :

mercredi, 22 mai 2019 10:31

Nino Ferrer renaît de ses cendres…

Transformer la mélancolie en nostalgie, l’amour perdu en rythme électronique.

C’est ce que propose Bon Entendeur en revisitant l’un des classiques de Nino Ferrer, « La Rua Madureira ».

Ce nouveau clip réalisé par Alice Kong nous invite à l’angle d’une rue brésilienne, dans un espace-temps inédit. Un espace dédié à l’amour des mots, des mélodies dans lequel il est facile d’entrer mais laborieux d’en sortir.

Bon Entendeur vs Nino Ferrer - La Rua Madureira est à découvrir ici

Sharko revient en octobre avec un album électro-pop produit par Luuk Cox (Loic Nottet, Stromae, Girls in Hawaii), Jukka Jahnukainen (le surdoué de la nouvelle vague électro sandinave) et Stan Neff (Christine and the Queens, Camille).

Ragaillardi et fort d’une titanesque tournée de concerts à domicile (le fameux ‘Hometour’ : plus de 200 concerts en deux ans !), Sharko nous y propose, en formule complète, 12 nouvelles chansons.

Sharko a gravé en 20 ans – précisément !, des petits tubes chéris, tels « Spotlite », « Sweet Protection », « I Went Down » ou encore le magnifique « Never ». Et les nouveaux « Torches », « Rise » ou « I Found Someone », pas encore sortis, sont déjà des classiques (NDR : on ne peut pas encore le dire, mais vraiment on le pense très fort) !

https://www.sharko.be/

mercredi, 22 mai 2019 10:25

Complètement perdus …

Barry Moore est musicien, auteur et compositeur. Cet Irlandais est encore un enfant lorsqu'il plaque ses premiers accords sur la guitare de son père, alors musicien dans les clubs du nord de Dublin.

A l'âge de 10 ans, il quitte son pays natal avec sa famille pour s'installer à San Francisco. C'est en Californie, qui l'inspire tant, que naît sa vocation de l'écriture et de la musique, ponctuée comme beaucoup d'adolescents par la pratique du surf.

De retour en Europe, Barry Moore se produit dans les rues et les scènes musicales de Dublin à Londres en passant, entre autres, par Salamanque et Paris. A cette époque, il se forge une solide dimension de musicien et de compositeur, créateur de mélodies et de rythmes aux nuances aussi variées que les pays dans lesquels il se produit.

Deuxième signature après Jain du label Spookland Records, Barry Moore nous dévoile son premier EP 'Lost Boys' ici

Page 1 sur 65