Trouver des articles (beta)

Suivez-nous !

Facebook    Instagram   Youtube   Myspace Myspace

Nos partenaires

Newsletter

Restez informé en vous inscrivant à notre newsletter !
Please wait
Stéphane Reignier

Stéphane Reignier

mercredi, 22 mai 2019 10:39

Marc Collin provoque du remous !

Avant la sortie de son premier film, Marc Collin en dévoile quelques extraits dans le clip de 'Future Shock', titre extrait de la B.O. du film au cours duquel Clara Luciani, présente au casting, pose sa voix.

Pour le clip de « Future Shock », il a choisi une scène particulière puisqu'il s'agit du ‘making off’ du titre dans le film au cours duquel Clara Luciani et Alma Jodorowsky composent ensemble.

Le clip est sorti ce 21 mai et le single sera disponible le 19 juin (voir ici).

Issu de la génération French Touch (NDR : aux côtés notamment d’Alex Gopher, de Dunkel et Godin -les futurs Air, de Xavier Jamaux ou encore d’Arnaud Rebotini, depuis le lycée versaillais), Marc Collin est producteur, remixeur, fondateur du célèbre projet Nouvelle Vague, compositeur de musique de films, réalisateur d’albums, de clips, et aujourd’hui d’un long-métrage… On ne le présente plus, et pourtant après plus de 25 ans de carrière, il continue de surprendre en se lançant dans de nouveaux formats.

Le 19 juin, il sortira donc son premier long-métrage (qu'il a écrit et réalisé), « Le choc du futur » avec Alma Jodorowski, Clara Luciani, Philippe Rebbot, Laurent Papot et Geoffrey Carrey : un film ambitieux dans son propos, un vrai-faux biopic sur une musicienne électro qui invente un son nouveau en 1978.

Avec ce son inouï, c’est aussi une époque nouvelle qui commence, un nouveau paradigme, une esthétique inédite, exprimée à travers une vision de ce que sera, en cette fin des 70’s, la musique de demain.

Marc Collin célèbre cette année ses 25 ans de carrière et les 15 ans de Nouvelle Vague : un anniversaire qu'il fêtera sur scène à l'occasion d'une tournée mondiale.

mercredi, 22 mai 2019 10:36

Complètement fous !

KRANKk est un groupe Belge inspiré par le UK Garage insulaire ainsi que la Grime & Bass Music, mais toujours en adoptant ses influences sous un angle personnel.

Une équipe forte impliquant Thomas Geysen à la batterie, Aram Abgaryan aux touches et Willem Heylen à la guitare.

Leurs beats et hooks sont parfois sombres ou agressifs, mais toujours mélodieux. Ils collaborent souvent avec des invités et des MC’s tels que les Dutch Norris, Blue Samu, Miss Angel et d’autres jeunes talents de la scène hip hop r'n'b Belge.

Pour ce nouveau single « Crazy » ils ont travaillé avec le talentueux David Ngyah (gagnant du concours 'De Nieuwe Lichting' de Stubru) qui apporte aussi une touche de soul !

A découvrir ici 

C’est en janvier 2017 que Behind The Pines est né. Mixant sons modernes et racines rock, le groupe rock bruxellois traverse les âges, donnant vie à ses émotions à travers une musique aérienne et punchy au son singulier.

En 2018, un premier Ep paraît. Le single éponyme "In The Mirror" est très rapidement soutenu par les médias belges, permettant au groupe de multiplier les émissions radios, tv et les articles de presse.

En février 2019 sort, annonciateur du prochain Ep, le nouveau single ''What Do We Choose''.

Accueilli avec enthousiasme, le titre est placé en rotation sur de nombreuses radios belges et également en France, Suisse et Angleterre.

Le 17 mai 2019 marque la sortie du nouvel Ep, ''Secret'', signant l’aboutissement de deux années de travail. 

Le quatuor belge se produit alors sur de nombreuses scènes et festivals, partageant l'affiche avec des artistes tels que Hooverphonic, Puggy, Typh Barrow, Mustii, Birdpen, pour ne citer qu'eux. 

En concert :

08/06/2019 : BELVEDERE (with Tanae) (Namur) BE
12/06/2019 : WATER RATS (London) UK
21/06/2019 : FIESTA DU ROCK (with SoarLosers) (Flemalle) BE
29/06/2019 : VERDUR (Namur) BE
18/07/2019 : FRANCOFOLIE DE SPA (Spa) BE
16/08/2019 : SABLON FESTIVAL (Bruxelles) BE
17/08/2019 : LES MUSICALES DE BOUILLON (Bouillon) BE

Découvrez l’univers de ce quatuor ici 

mercredi, 22 mai 2019 10:32

La vie est belle !

Alors que Valentine Croughs a vu le jour à Uccle, en Belgique, Lady Valentine est née au Bénin. Elle est baptisée ainsi par le rappeur local Saint-Maurice, au terme d’un voyage initiatique opéré en 2016 qui influencera fortement son projet musical.​

Sur des sonorités électro-pop ou acoustiques, Lady Valentine exprime ses tourments dans un univers malgré tout coloré et chaleureux. Tel un cri d’urgence venu des tripes d’une jeune femme qui se bat pour exister et trouver sa place après les épreuves que la vie lui a imposées.​

En 2013, alors qu’elle mène une vie ‘plan B’, son quotidien parisien la fait suffoquer. La thérapie suit le burn out, la dépression, l’urgence. Puis vient la libération du voyage. Mais l’errance en Asie est vite interrompue.

Le décès de son frère aîné la ramène brutalement en Belgique, dans une réalité inacceptable.

L’auteure, compositrice et interprète trouve une échappatoire dans la musique. Elle compose ses premiers titres, guidée par le souvenir de son frère Olivier journaliste au Soir, décédé il y a 5 ans, aux 20km de Bruxelles, d'une crise cardiaque à 27 ans : « La vie est Belle ».​

Ce morceau donne son titre et son intention à son premier album, prévu pour cet automne.

De nombreuses rencontres artistiques, comme avec le pianiste Ben Bruyninx, les producteurs Max Montagne, Konoba ou encore Nico D’Avell, lui permettent de développer ses mélodies.

En 2018, la sortie du premier EP de Lady Valentine, « Scoop », marque le début d’une nouvelle histoire.

Ce bel hommage est à voir et écouter ici :

mercredi, 22 mai 2019 10:31

Nino Ferrer renaît de ses cendres…

Transformer la mélancolie en nostalgie, l’amour perdu en rythme électronique.

C’est ce que propose Bon Entendeur en revisitant l’un des classiques de Nino Ferrer, « La Rua Madureira ».

Ce nouveau clip réalisé par Alice Kong nous invite à l’angle d’une rue brésilienne, dans un espace-temps inédit. Un espace dédié à l’amour des mots, des mélodies dans lequel il est facile d’entrer mais laborieux d’en sortir.

Bon Entendeur vs Nino Ferrer - La Rua Madureira est à découvrir ici

Sharko revient en octobre avec un album électro-pop produit par Luuk Cox (Loic Nottet, Stromae, Girls in Hawaii), Jukka Jahnukainen (le surdoué de la nouvelle vague électro sandinave) et Stan Neff (Christine and the Queens, Camille).

Ragaillardi et fort d’une titanesque tournée de concerts à domicile (le fameux ‘Hometour’ : plus de 200 concerts en deux ans !), Sharko nous y propose, en formule complète, 12 nouvelles chansons.

Sharko a gravé en 20 ans – précisément !, des petits tubes chéris, tels « Spotlite », « Sweet Protection », « I Went Down » ou encore le magnifique « Never ». Et les nouveaux « Torches », « Rise » ou « I Found Someone », pas encore sortis, sont déjà des classiques (NDR : on ne peut pas encore le dire, mais vraiment on le pense très fort) !

https://www.sharko.be/

mercredi, 22 mai 2019 10:25

Complètement perdus …

Barry Moore est musicien, auteur et compositeur. Cet Irlandais est encore un enfant lorsqu'il plaque ses premiers accords sur la guitare de son père, alors musicien dans les clubs du nord de Dublin.

A l'âge de 10 ans, il quitte son pays natal avec sa famille pour s'installer à San Francisco. C'est en Californie, qui l'inspire tant, que naît sa vocation de l'écriture et de la musique, ponctuée comme beaucoup d'adolescents par la pratique du surf.

De retour en Europe, Barry Moore se produit dans les rues et les scènes musicales de Dublin à Londres en passant, entre autres, par Salamanque et Paris. A cette époque, il se forge une solide dimension de musicien et de compositeur, créateur de mélodies et de rythmes aux nuances aussi variées que les pays dans lesquels il se produit.

Deuxième signature après Jain du label Spookland Records, Barry Moore nous dévoile son premier EP 'Lost Boys' ici

vendredi, 10 mai 2019 10:54

Force et Amour

Charlotte est la fille de deux personnalités qui sont parvenues à se faire une place dans le monde très fermé du show business alors que pratiquement tout le monde les a oubliées (ou presque).

Qui sont-elles ? Muriel Dacq (Tropique) et Alec Mansion (Léopold Nord & vous) qui ont vendu près de deux millions de disques au cours des années 80. Qui peut se targuer aujourd’hui de pouvoir réaliser une telle prouesse ?

Nouvelle voix dans le paysage musical belge donc, la demoiselle évoque Lana Del Rey tant dans le mysticisme qu’à travers l'esthétique, les vidéos, le style vestimentaire et (accessoirement) musical.

Intitulé « Force et Amour », son elpee est plutôt réussi. L’essentiel des ingrédients sont réunis : un soupçon d’électro, une voix suave susceptible de vous flanquer des frissons partout (NDR : la plage d’ouverture vaut à elle seule le détour), des titres courts et des refrains que l’on aimerait revivre en boucle…

Ses quatre premiers singles « Pars », « Ta peau », « Fuis » et « Je plane » ont été largement diffusés sur les ondes radiophoniques et ont suscité une franche curiosité chez les auditeurs.

Sur fond de dream/pop, cet opus est un condensé d’émotions fulgurantes et intransigeantes entre rêve et réalité. Quelque chose de positif avec un spectre plus dark à la fois.

Les textes sont écrits en français et racontent de vraies histoires engageantes et faussement légères. Elle s’épanche sur des amours passionnément envoûtants lorsqu’elle n’aborde pas l’individualisme ou la collectivité (« Nous sommes ») à travers le prisme des yeux d’une jeune fille de son époque.

Elle aime aussi (se) raconter sur des sujets plus personnels « Ta peau », titre qui dépeint une relation de couple fragile et fusionnelle à la fois. Charlotte est une toute jeune femme qui déborde d’idéaux alors que les séparations et les divorces n’ont jamais enregistré un tel boom aujourd’hui. Paradoxe quand tu nous tiens…

Si vous aimez l’univers d’un certain Daughter, groupe de shoegazing britannique, drivé par Elena Tonra, vous devriez succomber à l’expression sonore libérée par cet LP.

Bref, de l’amour il y a, sans aucun doute. De la force, un peu moins, en tout cas dans le sens primitif du terme. Si ce n’est alors de la force de persuasion. Ou la force de l’amour ?

lundi, 29 avril 2019 10:58

Ces gens là

Rendre un hommage à un mythe de la chanson française disparu, à travers le prisme de ses contemporains, n’est pas un projet bien neuf.

Une pléiade d’artistes multigénérationnels s’est en effet prêtée à l’exercice des reprises (parfois insolites) du répertoire de Jacques Brel qui aurait fêté ses 90 ans le 8 avril dernier. Et le résultat figure sur une compilation baptisée « Ces gens-là », une chanson datant de 1966, au cours de laquelle le grand Jacques nous racontait l’histoire d’un désespoir face à un amour impossible…

Le travail de réalisation de Larry Klein et la finesse des arrangements permettent de considérer les compositions sous un nouvel angle, certes ; mais le disque souffre malheureusement d’un manque de qualité des adaptations, une lacune sans doute due à ces artistes qui ont privilégié l’air du temps sur l’émotion originelle…

Hormis donc quelques exceptions comme « Port of Amsterdam », une cover au cours de laquelle Marianne Faithfull scande un refrain mille fois entendu, mais parvient à lui communiquer une dimension particulière grâce à sa voix caverneuse, presque venue d’outre-tombe ou encore celle, émouvante, de Michel Jonasz (« Les vieux »), le reste fait pâle figure par rapport aux morceaux originaux.

On épinglera cependant encore le joli clin d’œil de Dutronc junior adressé au paternel dans « Vesoul », lorsqu’il prononce la phrase ‘T'as voulu voir Dutronc et on a vu Dutronc’…

Bref, que Slimane, Zaz ou encore Carla Bruni sachent que se réapproprier une chanson de Brel n’est pas une mince affaire…

Pour célébrer cet anniversaire, il aurait peut-être fallu inviter des artistes plus motivés… 

Et pour que votre info soit complète, sachez que Carla Bruni, Thomas Dutronc, Marianne Faithfull, Claudio Capéo, Bernard Lavilliers, Oxmo Puccino, Slimane, Melody Gardot, Zaz, Gauvain Sers, Michel Jonasz, Madeleine Peyroux et Liv Del Estal figurent au casting de ce "Brel, Ces gens-là"…

Parsemé de titres tantôt engagés, tantôt tendres, "Force et Amour" le premier LP de Charlotte laisse transparaître les méandres d'une jeune femme face à un monde quelque peu insensé.

Des voyages aériens malgré tout ancrés par des mots droits et méticuleusement choisis, des vagues de douceurs qui tendent à vous rappeler que vous n'êtes pas seul à lanciner et qu'il est bon de lanciner ensemble. De l'espoir, du partage, de l'amour, de la force.

Nouvelle princesse de la dream-pop, la chanteuse namuroise s'est forgée un prénom en publiant quatre singles empreints de mystère. Des titres courts, des refrains entêtants, des textes énigmatiques et des mélodies qui planent, c'est le résultat de sa collaboration avec le multi-instrumentiste Nico D'Avell.

Diplômée du Cours Florent, Charlotte réalise ses clips dont les story-boards oniriques sont illuminés des chorégraphies signées par sa frangine Betty Mansion.

Un univers qu'elle a réussi à imposer !

« Je plane » est disponible ici

 

 

 

Page 3 sur 67