Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook    Instagram   Youtube   Myspace Myspace

Se connecter

Nos partenaires

Newsletter

Restez informé en vous inscrivant à notre newsletter !
Please wait

K2 Tags

Le Jour de la Marmotte

Écrit par Redouane Sbaï, Stéphane Deroubaix et Grégory Escouflaire
Le Jour de la Marmotte {"image_intro":"images/concert/2006-12/tool_2006_11_10.jpg"}

Il y a un bail qu'on attendait Tool venir refaire un petit tour en salle pour un véritable concert. Il nous avait certes gratifié de quelques shows vite faits bien faits (Werchter 2001, Ozfest en 2002 à Anvers et Werchter 2006) mais rien d'aussi consistant. C'est donc à guichets fermés que la bande à Maynard a mis le feu à Forest National, deux jours après sa prestation au Brabanthal.

Fort d'un nouvel album signé chez Warner, Mastodon ouvre les hostilités. Une gigantesque affiche représentant la pochette de « Blood Mountain » tapisse l'arrière de la scène. Le trio fait hurler ses instruments à travers des baffles qui ne restituent malheureusement qu'un son presque pourri. Entre chaque titre, une bande d'ados s'impatiente à coups de doigts d'honneur et de mots doux. Trop rebelles. Rien que pour cette raison, on aurait bien aimé que le set de Mastodon se prolonge indéfiniment.

Maynard James Keenan est un maniaque, on le sait, mais à ce point… Avant l'arrivée de sa bande, les roadies qui ont eu la délicate tâche de vérifier si tout était en ordre question logistique, portent des espèces de protège chaussures pour ne pas salir le sol. Après un dernier coup de balai (si, si), les lumières s'éteignent sur le décor aseptisé. Le groupe, mené par un Keenan caché sous un masque à gaz, débarque sur scène et « Stinkfist » s'échappe des baffles. Les inévitables vidéos commencent également à défiler sur des écrans disposés à l'arrière-plan. Tool fait alors la part belle à son dernier album « 10,000 Days » en balançant « Vicarious », « The Pot » ou encore « Jambi ». Grande surprise, le son est nickel. A l'écoute du set de Mastodon, on aurait pu craindre le pire, surtout dans une salle comme Forest National. Côté vieilleries, « Aenima », « Schism », « Lateralus » ou encore « Swamp Song » contentent les fans exigeants. Visuellement impeccable, le concert s'achève par un 'laser show' impressionnant, entamé quelques secondes après la menace proférée par Keenan déterminé à tordre le cou au casse c******* qui s'amusait à l'aveugler à l'aide d'un laser de poche. C'est sur la promesse de revenir nous voir cet été que le quatuor s'en est allé, après nous en avoir mis plein les yeux. Que du bonheur, comme ils disent.

Pour finir, mention spéciale à la meute de sécurité de Forest National. On connaissait l'interdiction de fumer et celle de prendre des photos. Apparemment, il est désormais tout aussi interdit de sauter ou de pogoter. Quelques fans l'auront d'ailleurs appris à leurs dépens.

R.S.

___________________________________________________________________________

Pour son retour automnal, Tool offrait au public belge une double prestation espacée de deux jours. Le concert du Brabanthal de Louvain ayant été ajouté suite au raz de marée qui s'était abattu sur la billetterie de Forest National. Réputé pour son perfectionnisme, Tool a offert un set d'une rare qualité.

On ne peut malheureusement pas en dire autant de Mastodon qui ouvrait les hostilités. On attendait pourtant beaucoup de la prestation de ce nouveau poids lourd du métal dont le dernier album « Blood Mountain » constitue une authentique tuerie. C'est devant un énorme et magnifique backdrop à l'effigie de leur dernier bébé que les musiciens de Mastodon ont pilonné les tympans d'un public médusé face à cette bouillie sonore. Les titres sont à peine reconnaissables. Chaque coup de grosse-caisse est une douloureuse onde de choc. Les excellents riffs de guitares se perdent et résonnent dans les gradins de Forest National. Un désastre ! A tel point que certains n'hésitent pas à parler de sabotage ! Nous nous abstiendrons de commenter ces soupçons, même s'il faut reconnaître que Maynard Keenan s'enlise parfois légèrement dans un rôle de rock star imbuvable, non sans une solide dose de second degré.

Sur scène, se prépare un extraordinaire spectacle visuel. Le groupe débarque sur la gigantesque scène. Le public est bouillant. Le son limpide et quasi majestueux contraste avec la prestation des pauvres Mastodon. Derrière les quatre écrans sis au fond de la scène, Keenan apparaît en ombre chinoise flanqué d'un micro-masque à gaz rivé sur son visage, torse nu, lunettes noires, crête en bataille. Des images de synthèse et des vidéos hypnotiques sont projetées durant le set d'une heure trente essentiellement consacré à « 10.000 Days », dernière livraison des Américains avant-gardistes. Tool en extraira cinq titres, dont les irrésistibles « Jambi », « Lost Keys » et « Vicarious ». Invisible derrière sa batterie - elle s'apparente davantage à un engin spatial qu'à un instrument de musique - Dan Carey s'en donne à cœur joie sur le hit heavy « Stinkfist », histoire de faire monter la température et d'affoler les fans des premiers rangs. 'Si vous voulez que je garde ma voix, éteignez ces putains de cigarettes' lance l'Iroquois anti-fumeurs. Peu de place est laissée aux pépites de l'album « Undertow » de 1993, mais « Lateralus », durant lequel le vocaliste se tortille tel un lézard, est retranscrit à la perfection. La scène s'illumine de rayons laser pour un « Aenima » de bravoure, et le public s'étonne de voir l'éclairage de la salle mythique se rallumer à l'issue d'un set impitoyable, mais peut-être un peu court pour un combo ayant atteint un tel statut après avoir écumé le monde depuis bientôt quinze ans. Mais personne ne regrettera d'avoir été présent ce soir là car la prochaine fois que Tool posera son méga show sur un podium belge, ce ne sera sûrement plus sur celui de Forest National, mais bien sur les planches d'un Flanders Expo ou d'un Sportpaleis, au détriment de la qualité de sa prestation et surtout du son.

S.D.

___________________________________________________________________________

C'est une histoire à dormir debout, qui se répète dans les moindres détails : Tool et Mastodon de passage en Belgique, pour deux concerts identiques, à une chanson près (« Swamp Song »). Sur le DVD du 'making of' de Blood Mountain, Brent et Bill citent à plusieurs reprises « Groundhog Day », l'excellent film de Harold Ramis. Enregistrer un disque sur le compte d'une major, ce serait donc comme aller à la mine. Et quand on ouvre pour le groupe de metal le plus populaire de ces dernières années, forcément on évite de prendre trop de risques. On est ici pour séduire le quidam rock'n'roll, vendre des disques et des t-shirts à 30 euros.

Mastodon ? Après la Lintfabriek, le Soho, l'ABBOX et la Maison des Jeunes de Tubize (!), les quatre chevaliers de l'Apocalypse Relapse passent la cinquième et comptent bien devenir 'the next big thing', les nouveaux dieux du metal moderne. Pas de bol : leur ingé son s'est assoupi en plein boulot, et malgré quelques tubes balancés à vitesse v-v' (« Capillarian Crest », « The Wolf Is Loose », « Blood And Thunder ») personne ne semble abasourdi par cette débauche de riffs juteux et de refrains dantesques (le final, étourdissant, à la croisée de King Crimson et de Pantera). Tant pis : on les reverra un jour en tête d'affiche, en espérant qu'ils joueront leur cover des Melvins (« The Bit ») et davantage de titres de « Remission » et de « Leviathan ».

Quand Tool monte sur scène et balance l'hénaurme « Stinkfist », on perçoit directement une sacrée différence, niveau son et ambiance. Le public hurle, lève le poing, balance la tête. Affublé d'une sorte de masque à gaz auquel pend son micro, Maynard James Keenan hurle d'une voix parfois étourdie, voire essoufflée. Mais c'est bien là le seul bémol de ce live implacable, durant lequel s'enchaînent « The Pot », « Forty Six & 2 », « Jambi », « Schism » et « Rosetta Stoned ». Dany Carey se lance ensuite dans un solo de batterie époustouflant, avant le classique « Sober », seul track d'« Undertow » interprété ce soir (à FN il sera remplacé par « Swamp Song »). Nos quatre lascars décident alors de prendre une petite pause et s'asseyent sur le devant de la scène, avant la dernière ligne droite, « Lateralus » et « Vicarious ». Vous avez dit balèze ? Attendez le rappel : un « Aenema » puissant, qui met tout le monde KO. Tool salue, promet de revenir en Belgique durant les festivals d'été : on piétine déjà d'impatience, d'autant qu'il s'agirait, selon des rumeurs persistantes, de l'ultime tournée du groupe. Espérons qu'il ne s'agisse que d'un effet de manche !

G.E.

 

Informations supplémentaires

  • Band Name: Tool
  • Date: 2006-11-10
  • Concert Place: Forest National
  • Concert City: Bruxelles
  • Rating: 7
Lu 653 fois