• A la recherche de Mikal Cronin
    A la recherche de Mikal Cronin Pour enregistrer son quatrième opus solo, « Seeker », Mikal Cronin a reçu le concours du backing group de Ty Segall, The…

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook    Instagram   Youtube   Myspace Myspace

Nos partenaires

Newsletter

Restez informé en vous inscrivant à notre newsletter !
Please wait

Bagnols Reggae Festival 2019 : jeudi 25 juillet

Écrit par Ben Camberlein

‘D’un côté à l’autre de la rivière, tout le monde y trouve son bonheur…’

Dans un cadre idyllique, plus de 18 000 festivaliers ont foulé la plaine du Parc Arthur Rimbaud de Bagnols-sur-Cèze à l’occasion d’un week-end fédérateur et vecteur d’émancipation. Grâce à une programmation jonglant entre les pointures de la musique jamaïcaine tout en ravissant les aficionados du Sound-System, le pari de la deuxième édition du Bagnols Reggae Festival est réussi.

Un trio d’ambassadeurs français du reggae décide, en 2018, de relancer un grand événement musical aux couleurs vertes, jaunes et rouges dans la capitale française du reggae. A l’initiative, figurent Jérôme Levasseur qui produit des artistes reggae depuis belle lurette et Meziane Azaïche, directeur du mythique Cabaret Sauvage à Paris. Les deux compères se sont associés à la structure Bazar Musique pour ressusciter la culture Roots à Bagnols.

En marge de la programmation, un festival ‘OFF’ s’ouvre dès le mercredi 24 juillet au cœur de la cité. La Médiathèque propose plusieurs diffusions. L’Ensemble National du Reggae réveille le centre-ville chaque matin. La Cave Mallet est investie par une exposition exceptionnelle de Fluoman (1952-2005), précurseur dans l’utilisation de l’acrylique fluorescente et peintre inspiré par l’iconographie africaine et le mouvement rasta ; et enfin, le camping se réveille lors d’une jam session ouverte à tous et animée par Neboty Roots et son projet Roots Jam Session. Inutile de vous préciser la plus-value apportée par ces différents éléments à l’ambiance générale déjà festive et fraternelle.

La journée est chaude, très chaude. Le thermomètre affiche plus de 36°C, le climat sudiste ajoute d’emblée un peu de magie à l’endroit magnifique en bord de Cèze où se déroule l’événement.

Et c’est parti pour une journée marathonienne de bonnes vibrations.

Le Dub Club ouvre le bal par Blackboard Jungle et MC Oliva aux commandes. L’occasion de préciser que les 24 basses du Blackboard Jungle sound-system ont fait vibrer les fous du genre durant tout le week-end grâce à une sono réglée aux petits oignons et une culture de l’accueil inégalable.

Cependant, pas le temps d’assister à la prestation des Rouennais, car l’Ensemble National du Reggae entame déjà un set au plein cœur du site pour accueillir les festivaliers comme il se doit.

Du côté de la grande scène, Samory I ouvre la programmation du jour devant un public peu nombreux mais intéressé. Soutenu par un solide live-band, la voix puissante de ce jeune disciple du new roots fait le job face à un public satisfait de ce premier concert.

Côté Dub Club, Bunny Dread entame un show qui rencontre des difficultés techniques. De quoi mettre à mal la qualité d’écoute d’une sélection plutôt éclectique.

Après cette prestation plutôt inégale, Irie Ites prend les commandes du Sound-System pour une lourde tâche : remplacer King Jammy (absent pour raisons de santé) au pied levé. Fort heureusement, il est soutenu par des MC’s de classe internationale, à savoir Linval Thompson et Trinity. Un concert solide, des animateurs aux anges et une sélection qui se termine par une grosse dubplate d’Eek-a-Mouse.

Pendant ce temps, se sont enchaînés sur la mainstage le Sénégalais Meta Dia & the Cornerstone ainsi que Black Roots. Les premiers ont dispensé un set dans la continuité du new roots proposé par Samory I tout en y mêlant des textures plus typiques de l’Afrique, continent à travers lequel le voyage nous réserve beaucoup de plaisir. Bien que l’ambiance monte crescendo, le public est bien plus ombreux pour le second qui réserve une prestation exclusive en France. Malgré de départ d’un membre du groupe, enregistré au cours des jours précédents, la foule donne la force au band pour délivrer un reggae puissant et sensible à la fois. Une prestation forte en émotions pour un tableau parfait. La virtuosité est au rendez-vous.

On jette un œil et surtout une oreille sur la touche Dancehall proposée par Busy Signal qui s’inscrit plus difficilement dans une programmation plutôt axée roots et foundation.

En outre, quand on rejoint l’arène, de l’autre côté du site, Manudigital enflamme l’assemblée lors d’un set explosif flanqué de Lieutenant Stitchie. Pas une seconde de répit, les tracks s’enchaînent et l’homme derrière le micro est en grande forme. Les dubplates volent, les exclus aussi et Stitchie est littéralement accroché aux barrières crash. Quelques galères du côté de la MPC de Manu mais rien qui ne puisse l’empêcher de brillamment ‘retourner la danse’

La soirée se clôture tout doucement par une grosse tête du reggae jamaïcain : Don Carlos. Le band est calé comme un métronome, ça groove sur un son bien construit, de manière classique. La prestation de l’artiste est au niveau, probablement la plus intéressante de la soirée. Les tubes s’enchaînent : « Hog and Goat », « Lazer Beam », « Natty Dread Have Him Credential », ... Le public ne pouvait espérer mieux pour clôturer cette belle journée.

Le temps d’un petit sprint final afin d’écouter le set de clôture du Blackboard et direction le camping pour les uns et l’after-party pour les plus résistants. Que ce soit d’un côté ou de l’autre de la rivière, tout le monde y trouve son bonheur.

Voir aussi notre section photos ici

(Organisation : Bagnols Reggae Festival)

Informations supplémentaires

  • Date: 25/07/2019
  • Festival Name: Bagnols Reggae Festival 2019
  • Festival Place: Parc Arthur Rimbaud
  • Festival City: Bagnols-sur-Cèze
Lu 181 fois