Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook    Instagram   Youtube   Myspace Myspace

Nos partenaires

Newsletter

Restez informé en vous inscrivant à notre newsletter !
Please wait
Adrien Mouchet

Adrien Mouchet

Pour fêter les 20 ans de leur album culte « The Holy Bible », Manic Street Preachers sort un coffret anniversaire exceptionnel le 5 décembre prochain.

Le contenu du box est impressionnant ; et pour cause, il recèle le vinyle remastérisé, quatre CDs (l’original, la nouvelle version, les B-sides et des versions live) et un livret de 40 pages !

La tracklist du la version remasterisée est la suivante : 

Yes
Ifwhiteamericatoldthetruthforonedayit'sworldwouldfallapart
Of Walking Abortion
She Is Suffering
Archives Of Pain
Revol
4st 7lb

Mausoleum
Faster
This Is Yesterday
Die In The Summertime
The Intense Humming Of Evil
P.C.P. 

http://theholybible20.manicstreetpreachers.com/

 

mardi, 18 novembre 2014 10:37

Une nouvelle vidéo pour Ariel Pink

« Picture Me gone » est le dernier single en date du nouvel album d’Ariel Pink, prévu pour la semaine du 17 novembre. Le clip, un peu dérangeant, met en scène une femme au visage dénué de toute expression. Pour vous faire idée personnelle, suivez le lien youtube ci-dessous :

https://www.youtube.com/watch?v=YS87mPfD_yI

Ariel Pink sera en concert le 1er mars 2015 au Grand-Mix de Tourcoing et au Vooruit de Gand le 14 mars.

Et pour écouter le nouvel album en sttreaming c’est ici

 

 

mardi, 18 novembre 2014 10:37

Une session pour Future Island…

Le groupe américain Future Island a enregistré cinq titres lors d’une session pour 4AD, le célèbre label indépendant britannique.

Les mélodies pop/dance du groupe de Baltimore sont parfaitement retransmises durant cet enregistrement. Si vous disposez d’une petite demi-heure devant vous, cette session devrait vous faire passer un bon moment. Voir ici

 

 

 

mardi, 18 novembre 2014 10:38

Un clip pirate pour Jimmy Somerville

Le single « Travesty » de Jimmy Somerville, sorti début septembre, a fait l’objet d’un clip pirate très disco. La vidéo, qui colle parfaitement au morceau, est à découvrir ici

 

Chapelier Fou est un artiste que je connais mal. Il se produisait à deux pas de chez moi, à l’Alhambra de Mons. Vu cette proximité, il n’était pas trop difficile d’aller jeter un œil et une oreille. Et il faut avouer que le set de l’artiste français a facilement retenu mon attention.

A cause de son style, qu’on peut qualifier de surprenant. Car si sa musique est électronique, elle prend un chemin différent de sa forme traditionnelle. Sauf pour les sonorités les plus immédiates. Néanmoins, quand l’expression devient plus élaborée et subtile, le charme commence à opérer. Mais pour mieux comprendre le concept imaginé par Louis Warynski, il est nécessaire de s’intéresser à son parcours. A 6 ans, il intègre déjà le conservatoire de Metz, sa ville natale, et devient rapidement multi-instrumentiste. Ce n’est que bien plus tard qu’il va succomber à l’électronique. Qu’il va mêler à la musique classique. A l’aide d’un violon, mais pas seulement, car lors des sessions d’enregistrement, il a recours à d’autres instruments analogiques.

Les deux premières parties, Dutchnols et Toner nous réservent de l’électro traditionnelle. De quoi passer le temps, en attendant de passer aux choses sérieuses.

Première et bonne surprise, Chapelier Fou ne monte pas sur les planches en solitaire, comme je l’imaginais. Il est soutenu par un full band. Les musicos s’installent tous derrière un clavier, tout en gardant un ou plusieurs instruments à portée de main. Et y briller. A l’instar de la jeune et la talentueuse bassiste, plantée à le droite de Louis, et d’un violoniste posté à gauche du leader. Quant au dernier musico, il a manifestement plusieurs cordes à son arc, mais va se concentrer essentiellement sur son saxophone.

Dès les premiers titres, je comprends mieux pourquoi Chapelier Fou s’inspire du conte d’ ‘Alice au Pays des Merveilles’. A cause du nom de scène, bien sûr ; mais également parce que les compos sont susceptibles de nous entraîner dans un monde parallèle. A chaque titre, j’ai l’impression de découvrir une nouvelle idée. Le quatuor innove constamment. Heureusement que la salle a été judicieusement rénovée. Pour rendre son acoustique meilleure, notamment. Il aurait été malheureux de ne pas pouvoir profiter au maximum de cette expression sonore si complexe.

Hormis quelques voix émanant sporadiquement des machines, le chant est absent. Mais il ne manque pas. Il renforce même le mystère qui plane autour des compositions du Français. Et puis, les quelques mots sont bien intégrés aux chansons. « Darling, Darling, Darling » en est le parfait exemple.

Le concert s’achève et j’ai l’impression qu’il a été vraiment court. Mais c’est plutôt bon signe, car en regardant ma montre, je remarque qu’il a duré plus d’une heure ! Chapelier Fou et son groupe ont régalé le public montois. Espérons que l’Alhambra continuera de développer d’aussi jolies idées de programmation pour que la musique continue à faire vivre la future capitale européenne de la culture.

(Organisation : Alhambra)

vendredi, 14 novembre 2014 00:00

Un moment de bonheur éphémère…

Ce concert, votre serviteur a failli le rater ! J’avais, en effet, complètement oublié que Perfume Genius venait se produire en Belgique, au cours de ce mois de novembre. Heureusement, Facebook a prouvé son utilité en me rappelant l’événement. J’allais donc pour la première fois découvrir la salle Het Depot à Louvain.

Afin d’éviter les embouteillages sur l’autoroute, j’opte pour le train. Et bien m’en a pris. Déjà parce que depuis Mons, la ligne est directe ; et puis parce que la salle est située juste en face de la gare. Je n’avais plus qu’à espérer que la représentation soit terminée avant 23h, pour pouvoir rentrer sans encombre.

La première partie est assurée par Amongster, une formation belge responsable d’un rock relativement atmosphérique et surtout paisible. Le problème, c’est que leur set ne parvient pas à décoller. Les compositions ne sont pas de mauvaise facture, mais elles manquent un peu de folie. Elles sont trop classiques, si vous préférez ; et le public ne s’y trompe pas. Rares sont les réactions quand le chanteur essaye de communiquer. La petite demi-heure passée sur les planches, n’est vraiment pas convaincante. Pourtant, cette formation a du potentiel. Faudrait qu’elle parvienne à se lâcher davantage… (Pour les photos voir ici

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il faut patienter. Et l’attente est quand même un peu longue. Enfin, le backing group de Perfume Genius monte sur l’estrade. Ses partenaires entament « My Body » en instrumental, avant d’être rejoints par leur leader, Mike Hadreas. L’entame est puissante et ne reflète pas le climat du concert. Les compos vont osciller entre titres spontanés et plus calmes.

Un contraste qu’il répercute à travers les concerts de sa nouvelle tournée. Ce qui s’explique aisément. En fait, les deux premiers albums de Perfume Genius ont été composés presque exclusivement au piano alors que le dernier en date a intégré beaucoup de sonorités différentes. Un cap passé par l’artiste sur « Too Bright », acclamé par la critique.

Cette alternance entre chansons émouvantes et fringantes fonctionne à merveille. Mike lâche des ‘thank you’ timides à la fin de chaque morceau et devient vraiment attachant au plus le concert avance. Le chanteur/compositeur/pianiste pâtit pourtant de sa personnalité controversée, à cause de son homosexualité assumée et ses addictions passées ; mais le public ne lui en tient pas rigueur. Et c’est une très bonne réaction !

Le point d’orgue du show est atteint en seconde moitié de parcours, soit lorsque Mike et son compagnon interprètent « Learning » sur le même clavier. Pourtant les deux musicos disposaient chacun du leur. C’est également le moment choisi par guitariste et le batteur pour prendre une pause en coulisses. Le titre est vraiment magnifique. Il figure d’ailleurs au répertoire de The National, pour sa dernière tournée.

« Hood » constitue le morceau clé du deuxième elpee. Et en ‘live’, on prend une véritable claque. Dommage que la compo n’aie pu être allongée, afin de prolonger ces instants de magie. C’est d’ailleurs une des caractéristiques de Perfume Genius. Les chansons sont courtes. Exactement deux minutes pour cette dernière et c’est souvent assez frustrant. Evidemment, cette formule permet néanmoins d’enchaîner davantage de titres. Des morceaux magnifiques mais un peu trop éphémères.

« Queen » clôt la prestation. Un des singles du dernier long playing. Et il recueille les faveurs de l’auditoire. Il faut reconnaître que sa construction est remarquable et conclut à merveille la première partie.

Le rappel n’est pas très difficile à décrocher. Un ‘encore’ au cours duquel le quatuor revient nous livrer deux compositions, avant que Mike ne parachève sa prestation devant ses ivoires, et sous les acclamations des fans. Une bien belle manière de mettre le génial compositeur sous le feu des projecteurs.

Vu son attitude éminemment sympathique, le petit homme a encore un bel avenir devant lui. Et le virage opéré sur son dernier opus, « Too Bright », devrait lui permettre encore de nous réserver de belles surprises. (Pour les photos voir )

Ce concert a été un vrai bonheur et il n’est que 22h55. J’aurai mon train sans problème…

(Organisation Het Depot)


mercredi, 12 novembre 2014 17:49

Indochine nous bombarde de sorties…

Indochine a annoncé la sortie le 1er décembre de CD et de DVD live enregistrés au Palais 12 de Bruxelles durant la tournée « Black City Tour ».

Le contenu est monumental : 25 caméras HD et go-pro ont retransmis avec fidélité la ferveur des 14.000 personnes présentes le 12 mars dernier. A côté de cela, un making-of est aussi au programme pour un total de 2h40 d’images ! Avec ce live, Indochine se dévoile comme jamais, pour le plus grand plaisir des nombreux fans du groupe culte.

Plusieurs packages seront disponibles à la vente :

-Une BOX DELUXE LIMITEE incluant 2CD + 2DVD + 1BLURAY + 1 ROADBOOK + 1 STICKER.

-Un double CD.

-Un double DVD/ un Blu-ray

mardi, 04 novembre 2014 16:36

Coup double pour les Smashing Pumpkins

Les Smashing Pumpkins ont annoncé la sortie de deux albums dans l’année à venir. « Monuments to an Elegy » sera disponible à la vente le 8 décembre prochain alors que « Day For Night » paraîtra courant 2015.

Le quatuor mené par Billy Corgan a la lourde tâche de produire les successeurs à « Oceania », acclamé par la critique lors de sa sortie en 2012.

« Monuments to Elegy » a été produit par Howard Willing et Billy Corgan en personne. Le disque sera dans la continuité du projet « Teargarden By Kaleidyscope », une série de 44 morceaux proposés au public.

http://www.smashingpumpkinsnexus.com/

 

 

mardi, 04 novembre 2014 16:35

Einstürzende Neubauten comme en 14…

Le groupe allemand Einstürzende Neubauten sortira son nouvel album, « Lament », le 10 novembre prochain. Une production composée de morceaux écrits pour le live et retravaillés afin de pouvoir proposer une meilleure expérience à l’auditeur.

Un disque construit autour d’instruments bruyants qui reproduiront avec précision le son caractéristique de la formation anarchique.

Les textes raconteront la première guerre mondiale avec un angle bien particulier. Blixa Bargeld, le chanteur-compositeur, partira du principe que cette guerre ne s’est jamais terminée.

Un programme surprenant qui pourra être découvert sur scène le 8 novembre à Diksmuide.

http://www.neubauten.org/

 

Brian Ferry a annoncé que son nouvel album « Avonmore » sortira le 21 novembre prochain chez BMG. Le Britannique sera accompagné sur certains morceaux par Johnny Marr, Nile Rodgers et Marcus Miller. Le résultat s’annonce en tout cas très varié. En effet, les morceaux sont annoncés parcourir des univers parfois sombres, imaginaires ou encore joyeux.

Les nouvelles compositions pourront être découvertes en Belgique le 17 novembre au Cirque Royal ou le 11 décembre à l’Ancienne Belgique.

http://www.bryanferry.com/

Page 16 sur 17