Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook    Instagram   Youtube   Myspace Myspace

Nos partenaires

Newsletter

Restez informé en vous inscrivant à notre newsletter !
Please wait
Bernard Dagnies

Bernard Dagnies

JUIN

19 juin - GEIKE + JANE DØE (pop)
21 juin - LA BEFORE DES ARDENTES w/ BSMNT & RODEO (urban) *NEW*
28 juin - REFLEKTOR LAB : STONICK (electro)

JUILLET

3 juillet - WALLIFORNIA MUSICTECH PARTY W/ TOM BARMAN + JOHN ACQUAVIVA + RAMBO SPRINGSTEEN (electro)

AOÛT

31 août - SYSMO + DJ SONAR (urban) *NEW*

SEPTEMBRE

3 septembre - HELENA DELAND (indie/folk) *NEW*
17 septembre - THE WEDDING PRESENT (rock/indie)
20 septembre - 13 BLOCK (hip-hop)
26 septembre - EBBENE (pop)
28 septembre - MANOID (electro)

OCTOBRE

3 octobre - CADILLAC (STUPEFLIP CROU) (urban/rock) *NEW*
5 octobre - RODRIGO Y GABRIELA au Forum (folk/rock)
11 octobre - L'OR DU COMMUN CONCERT DANS LE CADRE DE "50 ANS DE LAÏCITÉ" (urban)
12 octobre - FEFE & LEEROY CONCERT DANS LE CADRE DE "50 ANS DE LAÏCITÉ" (urban)
13 octobre - ZOLA (hip-hop/urban) *DERNIERS TICKETS*
18 octobre - MUSTII au Manège Fonck (pop)
24 octobre - A CERTAIN RATIO (funk/rock)
25 octobre - LEFA (hip-hop)

NOVEMBRE

12 novembre - HUBERT LENOIR (pop/rock) *NEW*
13 novembre - BLACK BOX REVELATION (rock)
14 novembre - SHARKO (pop)
20 novembre - ZWANGERE GUY (hip-hop/urban)
21 novembre - JAHNERATION (reggae/pop)

DECEMBRE

7 décembre - CHARLIE WINSTON (pop) *SOLD OUT*

2020

FEVRIER

1 février - NOUVELLE VAGUE (pop) *NEW*

http://www.reflektor.be

 

25.09.19 
Echo Collective plays Jóhann Jóhannsson’s ’12 Conversations With Thilo Heinzmann’ + Martin Kohlstedt (solo)

16.10.19
Bobby Oroza

20.10.19 
Naaz

29.10.19 
Theon Cross

30.10.19  |  Gratuit
Jungstötter

26.11.19  |  Les préventes démarrent le ven. 21.06.19
Charli XCX

27.11.19 
Sylvie Kreusch

07.12.19 
Off The Cross

14.12.19 
Brutus

19.03.20 
Eefje de Visser

http://www.abconcerts.be

Après être passé deux jours de suite, à l'Ancienne Belgique de Bruxelles, ces 12 et 13 juin, Wilco se produisait à l'Aéronef de Lille, ce mardi 19 du même mois. Au cours des deux dernières années, le différents musicos se sont consacrés à leurs projets parallèles, et tout particulièrement Tweedy qui non seulement a gravé trois elpees solo, mais également accompli une tournée en solitaire. On attend, impatiemment, la sortie d'un nouvel opus de la formation pour cet automne ; cependant, ce soir, la setlist ne proposera pas de morceaux inédits, mais une sélection de compos puisée au sein de sa large discographie...

Il revenait à Ken Stringfellow d’ouvrir le bal. Pas un néophyte, car non seulement c’est un membre des Posies, mais il a apporté sa collaboration à REM, aussi bien sur disque qu’en tournée, participé à la reformation de Big Star, et bossé en compagnie de tas de bands ou d’artistes, dont Neil Young, Mercury Rev, Thom Yorke, John Paul Jones, Patti Smith, Damien Jurado, Nada Surf ou encore Mudhoney. Responsable de plus de 200 albums à ce jour, si on tient compte des différents projets auxquels il a participé, il compte également une carrière solo. C’est donc en solitaire, qu’il grimpe sur le podium de l’Aéronef. Armé de sa gratte ou assis derrière son piano, qu’il joue un peu à la manière d’Elton John, il chante d’une voix bien timbrée et en général haut-perchée. Minimalistes, ses compos sont bien construites. Mais il y manque un groupe ou au moins un musicien (NDR : un compagnon de cordes ?) pour le soutenir afin de donner la pleine mesure de son talent. La chanteuse Holly vient bien le rejoindre à mi-parcours. Elle a une voix veloutée, mais les harmonies vocales souffrent d’un certain déséquilibre, probablement dû à des balances imparfaites. N’empêche ce Stringfellow a démontré qu’il n’était pas né de la dernière pluie… et les applaudissements recueillis auprès de l’auditoire le confirme…

Pas de décor sur l'estrade, comme lors des concerts exécutés à l'AB, en octobre 2016, mais simplement les musicos, leur matos et le light show. Devant une foule estimée à plus ou moins 800 âmes, dont de nombreux néerlandophones.

Jeff Tweedy n'a physiquement pas changé ; barbu, il porte toujours des lunettes et est coiffé de son inséparable stetson. En outre, Zen, il fédère littéralement son équipe. Seul le claviériste affiche un nouveau look. Il est également chaussé de grosses lunettes et s’est enfoncé une casquette sur le crâne, un couvre-chef probablement récupéré dans la garde-robe de son arrière-grand-père.

Le concert s'ouvre par la ballade "You are my face", une chanson, qui met déjà en exergue les superbes harmonies vocales échangées entre Tweedy, le bassiste Pat Sansone et le multi-instrumentiste John Stiratt...  Subtilement tapissée de claviers vintage, elle s'électrifie alors progressivement. Mélancoliques, les premiers morceaux sont d'ailleurs amorcés sous cette forme, Jeff alternant entre gratte acoustique et électrique –geste qu'il va répéter toute la soirée, sauf pour la valse ivre "Humingbird" (ce piano !), une chanson cabaret au cours de laquelle il se concentre exclusivement sur son micro– alors que Nels en change carrément et pratiquement pour chaque titre. Après le tango "How to flight loneliness", le remesque "Box full of letters" agrège superbement mélodie et électricité. La setlist nous réserve deux titres country & western issus de l’album « Mermaid avenue », fruit de la collaboration entre Wilco et Billy Bragg, et dont les textes sont signés feu Woodie Guthrie. Tout d’abord "California stars", une plage infiltrée de claviers rognés, comme chez le Band de Dylan, au cours de laquelle Nels est passé à la pedal steel et Pat au banjo. Et ce dernier ne le lâche pas pour le suivant, "Hesitating beauty". Groovy, complexe et fiévreux, "Bull Black Nova" libère une intensité déchirée entre la prog et l’alt rock de dEUS. Une intensité que prolonge le morceau atmosphérico-psychédélique "Laminated cat", une compo de Loose Fur, projet annexe de Tweedy. Climat qu'on retrouve encore sur "Born alive", un morceau au cours duquel Nels traite sa gratte à la slide, alors que Glenn Kotche se déchaîne sur ses fûts. Mais également tout au long du crazyhorsien "At least that’s what you said". D'une voix écorchée, proche de Mark Oliver Everett (Eels), Jeff interprète le tendre et romantique "Reservations". La synergie bringuebalante entre les trois grattes rappelle les Eagles tout au long d'"Impossible Germany", Nels en profitant pour nous servir un solo digne de Carlos Santana. Et le public de ponctuer son envol d'une énorme acclamation. D’ailleurs à partir de cet instant, ses exercices de style vont déclencher un même enthousiasme au sein de la fosse et inciter Jeff à soulever son chapeau en le désignant de la main. Toujours aussi humble, Cline s’incline devant la foule, en joignant les mains, pour la remercier. Le combo n'en oublie pas le groovy (cette basse !) et beatlenesque "Someone to lose", qu'on a envie de fredonner avec Tweedy. Avant de clore le set par l'americana "The late greats", il remercie l’auditoire, en français…

Le premier rappel s'ouvre par "Misunderstood". La voix de Jeff est légèrement vocodée (NDR : pas vraiment indispensable), mais les drums y sont particulièrement percutants, la compo virant au rock'n’roll en changeant carrément de tempo au milieu de parcours, tout comme lors d’"I got you (at the end of the century)". C'est par une formidable ovation que s'achève "Random Name generator", un titre entraînant, contagieux et groovy", suivi de "Red eyed and blue", moment choisi par Jeff pour siffloter.

Nels entame la ballade "Jesus, etc." à la pedal steel. Et après le très pop "Heavy metal drummer", le concert s'achève par "I'm the man who loves you", une compo teintée de blues au cours de laquelle les harmonies vocales et les 3 grattes électriques vont s'en donner à cœur joie…  

On n’en n’oubliera pas pour autant les traits d’humour de Jeff et puis la capacité de Wilco à donner un coup de fraîcheur à chaque compo interprétée, que ce soit un standard ou une plage moins connue. Bref, un des meilleurs concerts de l’année pour votre serviteur… même si on aurait aimé voir Ken Stringfellow rejoindre le sextuor sur les planches, pour une cover, par exemple, histoire de marquer d’une pierre blanche, cette superbe soirée…

(Voir aussi notre section photos ici)

Setlist

You Are My Face, I Am Trying to Break Your Heart, War on War, I'll Fight, You and I, Handshake Drugs, Hummingbird, How to Fight Loneliness, Box Full of Letters, California Stars (Billy Bragg & Wilco cover), Hesitating Beauty (Billy Bragg & Wilco cover), Bull Black Nova, Laminated Cat (Loose Fur cover), Reservations, Impossible Germany, Someone to Lose, Born Alone, At Least That's What You Said, The Late Greats.

Encore 1 : Misunderstood, Random Name Generator, Red-Eyed and Blue, I Got You (At the End of the Century)

Encore 2 : Jesus, Etc., Heavy Metal Drummer, I'm the Man Who Loves You

(Organisation : Aéronef)

Nouveaux concerts

Vendredi 06.09.19
Witloof Bar
Hannah Cohen

Samedi 14.09.19
Witloof Bar
Drahla

Jeudi 26.09.19
Witloof Bar
Mattiel

Dimanche 20.10.19
Rotonde
Lambert

Mardi 22.10.19
Rotonde
Vagabon

Vendredi 01.11.19
Witloof Bar
Concert

Samedi 02.11.19
Witloof Bar
Ryan McMullan

Samedi 23.11.19
Witloof Bar
Kishi Bashi

Lundi 25.11.19
Orangerie
Kadavar

Dimanche 01.12.19
Rotonde
Sarah Carlier

Dimanche 01.12.19
Rotonde
Bota Kids : Sarah Carlier

Vendredi 06.12.19
Rotonde
Papooz

Mardi 10.12.19
Rotonde
Yuna

Mercredi 11.12.19
Rotonde
Amilli

Jeudi 13.02.20
Orangerie
Alex Beaupain

Vendredi 21.02.20
Orangerie
Sleater-Kinney

http://www.botanique.be

Mardi 5 novembre 2019 – Of Monsters and Men – De Roma, Anvers
Jeudi 7 novembre 2019 – Flume – Lotto Arena, Anvers
Vendredi 15 novembre 2019 – Dermot Kennedy – Forest National, Bruxelles
Mardi 19 novembre 2019 – Banks – Cirque Royal, Bruxelles
Mardi 26 novembre 2019 – White Lies – Cirque Royal, Bruxelles
Mardi 26 novembre 2019 – Charli XCX – Ancienne Belgique, Bruxelles
Mercredi 27 novembre 2019 – Christian Löffler + Fejkà – La Madeleine, Bruxelles
Jeudi 12 décembre 2019 – Alter Bridge + Shinedown & The Raven Age – Cirque Royal, Bruxelles
Vendredi 28 février 2020 – Efterklang – Cirque Royal, Bruxelles

http://www.livenation.be

Jessica Pratt, Squid, Föllakzoid, Sheer Mag, OMNI, TIMKOH, BITW et Corridor sont venus s’ajouter à la programmation de l’édition 2019 du Sonic Music Festival. Pour rappel, il se déroulera du 8 au 10 novembre.

Les détenteurs du pass 3 jours pourront, en outre, assister gratuitement à la projection de Beth Gibbons, qui chante la Symphonie n° de Goreck, au cinéma Budascoop de Courtrai. La séance est exclusive en Belgique.

https://wildewesten.be/nl/festival/sonic-city-2019

Le premier Golden Age Rock Festival se déroulera à Liège du 23 au 25/08

A l’affiche

23/8 : Channel Zero, Ross The Boss Band plays Manowar, Tygers Of Pan Tang, Phil Campbell and the Bastard Sons, Groupe Vulcain, BACK:N:BLACK -The Girls Who Play AC/DC...

24/8 : Foghat, Alain Pire Experience, Leaf Hound, Robby Valentine plays Queen, Atomic Rooster, Uli Jon Roth plays Scorpions, MOXY, The New Doc Holliday, Hernie Disco...

25/8 : Dee Snider, Irish Coffee, The Pat McManus Band playing Mamas Boys, Ruddy Lenners (ex-Scorpions + friends, Heavy Pettin, 220 Volt, Angel featuring Punky Meadows and Frank Dimino, Eagles Road...

http://www.goldenagerock.be

http://www.facebook.com/goldenagerock/

Premiers noms et dates :

16.11 - Belvédère : Montevideo + Halehan (+ Afterparty)

20.11 - Magasin 4 : Drose (US) + Drache + Alibi

23.11 - Magasin 4 : Year of No Light (FR) + Monarch! (FR) + OLDD WVRMS

Plus d’infos ici

dimanche, 16 juin 2019 17:21

Act surprised

« Act surprised » constitue le 9eme elpee de Sebadoh et fait suite à « Defend yourself », gravé en 2013. Sur cet opus découpé en 15 plages, le trio est en toute grande forme. L’écriture et le chant sont équitablement partagés entre Lou Barlow et Jason Loewestein, des lyrics qui abordent des sujets aussi divers que l’angoisse face à l’évolution de la société, la dépendance aux drogues dures, l’humanisme et le regret quand ils ne tentent pas d’apporter une réponse aux véritables tourments causés par la politique dans le monde.

Musicalement, la formation affiche une remarquable cohésion pour nous livrer des titres qui oscillent entre la pop, le pop/rock, le rock et le grunge. Un grunge revitalisé, comme sur l’épatant et ténébreux « Vacation », malgré une petite envolée crazyhorsienne, « Get surprised », l’entraînant « Stunned » ou encore « Battery ». Pop, à l’instar de l’allègre « See-saw », de l’hymnique « Fool », de l’élégant « Sunshine » ou encore de « Belief », une chanson qui semble tourmentée par l’esprit du « Blowin’ in the wind » de Dylan. Mais surtout chargés d’intensité, comme sur les morceaux grunge, mais également lors de l’entrée en matière « Phantom », une plage punchy, chargée de groove, au cours de laquelle le batteur, Bob d’Ammico étale toute l’amplitude de son drumming. Puis bien sûr tout au long de « Leap year », dont le titre est répété inlassablement comme un slogan, alors que les éclats de gratte libèrent toute leur acidité. Des cordes qui scintillent de mille feux pendant l’incisif « Follow the breath ». Le long playing nous réserve deux ballades mid tempo plus complexes. Tout d’abord « Celebrate the void », un titre caractérisé par des changements de tempo, puis « Reykjavik », dont la voix rappelle quelque part, celle de Peter Gabriel. Bref un chouette album qui devrait plaire aux mélomanes raffolant de pop/rock bien électrique et mélodique…

dimanche, 16 juin 2019 17:15

Zeppelin over China

Robert Pollard ne fait jamais les choses à moitié. Il vient donc de graver un double album studio réunissant la bagatelle de 32 morceaux en 75 minutes. Auteur de plus de 100 elpees à ce jour (NDR : le 26eme pour GBV), si on tient compte de l’ensemble de ses projets, il aurait ralenti la cadence. Ce qui ne va pas l’empêcher de publier un nouvel opus, en février 2020, dont il a déjà choisi le titre, « Street party ».

Mais penchons-nous sur « Zeppelin over China ». Tout d’abord et c’est une constante, la voix sinusoïdale de Bob évoque toujours autant celle de Roger Daltrey, mais sans grimper aussi haut dans les octaves. D’ailleurs quelques plages (l’enlevé « Wrong turn on » et l’hymnique « My future in Barcelona », au cours duquel son esprit tordu imagine sa retraite lointaine) rappellent carrément le « Tommy » du Who. Mais pas seulement. Faut dire qu’en 32 pistes, il y a de quoi varier les plaisirs. Plusieurs plages sont enrichies d’arrangements de cordes et même de cuivres (la valse lente « Vertiginous Rafts »), des arrangements qui communiquent alors souvent un profil prog à l’expression sonore ; et c’est particulièrement flagrant tout au long de « The hearing department » ainsi que « Question of the test ». Et puis d’autres baignent dans le groove metal yankee (Prong ?), comme « Blurring the contacts », « Holy rhythm » et même « Carapace », dont le riff rythmique et hypnotique semble emprunté au « You really got me » des Kinks. Précision, le line up implique deux ou trois sixcordistes, selon les morceaux. Punk, « Where have you been all my life » est attaqué dans l’esprit… d’Ed Kuepper, alors que le légèrement psyché « Cold cold hands » réserve des harmonies vocales hantées par David Byrne. Interprété au piano, et enrichi d’arrangements de cordes, « Enough is never at the end », nous entraîne dans le cabaret tandis que « Jam Warsong » adopte le rythme du boogie bolanesque. On épinglera encore des titres semi-acoustiques et des compos plus pop, dont celle qui bénéficie d’une superbe mélodie, « Everything thrilling ». Enfin, c’est Travis Harrison qui s’est chargé de la mise en forme et tout particulièrement de ces fameux arrangements de cordes, apportant à la musique fondamentalement lo-fi de Guided By Voices, une dimension plus majestueuse…

Page 10 sur 345