• Bon Iver se démultiplie…
    Bon Iver se démultiplie… Bon Iver, le projet de Justin Vernon, est en constante mutation. Et pour cause, si à l’origine, le patronyme de…

  • Un double single pour !!!
    Un double single pour !!! Les vétérans du dance-punk n’avaient plus sorti d’album depuis 2017, en l’occurrence « Shake the Shudder ». Ils sont de retour avec…

Trouver des articles (beta)

Suivez-nous !

Facebook    Instagram   Youtube   Myspace Myspace

Nos partenaires

Newsletter

Restez informé en vous inscrivant à notre newsletter !
Please wait
×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 81

mardi, 30 janvier 2007 04:00

Morphologique

En cinq albums, Sinclair est parvenu à développer et imposer un style qui lui est propre : une pop française extrêmement dynamique saupoudrée d´une voix très funky. Ce style a été immortalisé sur quelques tubes (« Ensemble », « Si c´est bon comme ça ») et la création de plusieurs bandes originales (« Mon idole », « Ma vie en l´air »). L´artiste sort aujourd´hui « Morphologique ». Sur cet opus, peu de surprises et beaucoup de déceptions. L´excès d´énergie du chanteur français fatigue rapidement ! Les mélodies généralement constituées d´un mélange de rock, d´électro et de funk sont pourtant bien balancées et les refrains accrocheurs. Mais le chant beaucoup trop R’n’B et criard ainsi que la mauvaise articulation rendent rapidement l´œuvre irritante. Sans parler de certains textes insipides voire ridicules (‘Tes yeux pleurent tellement que ça sent la piscine’ sur « Linda ») ! Bizarrement, les morceaux les plus réussis sont ceux s´éloignant le plus du Sinclair habituel, dégageant même une atmosphère plus sombre (« A qui je parle », « Honni soit », « Pas grand-chose »). Et lorsque le chanteur emprunte des voies purement électroniques, comme sur le titre « Perdu dans la nuit », sa musique se montre davantage alléchante.

J’exprimerai donc un sentiment plutôt mitigé à l’égard de cd, tout en reconnaissant que l´artiste français peut nous proposer beaucoup mieux…

 

 

 



mardi, 30 janvier 2007 04:00

Human Universals

Après avoir commis plusieurs eps et un album, The Carnation nous revient flanqué d'un deuxième opus destiné à nous replonger au coeur des années 80. Les treize titres qui le composent sont en effet alimentés de sonorités électro évoquant tour à tour Depeche Mode, The Cure ou encore les Pet Shop Boys. Pourtant, ce « Human Rights » est résolument tourné vers le rock. La guitare y est bien mise en évidence. Que ce soit sous la forme punk (le très Libertines « Label Slaves »), pop et même lorsque l'expression sonore est empreinte de tendresse. A l'instar de « War Poetry ». Quant à la voix, elle me rappelle celle de Kele Okerekedu, le leader de Bloc Party. Bien que ne manquant pas de qualité, la musique de ce trio suédois ne brille cependant pas par son originalité. Effectivement, une impression de déjà entendu plane sur l'ensemble de l'oeuvre. En fait, ce « Human Rights » aurait dû tout simplement paraître une vingtaine d'années plus tôt... A réserver aux nostalgiques des eighties !

mardi, 30 janvier 2007 03:00

Elevé en plein air

« Elevé en plein air » constitue le premier opus d´A consommer de préférence (ACDP pour les intimes). Originaire de Louvain-la-Neuve, cette formation pratique une musique folk empruntant tour à tour des accents orientaux, celtiques, andalous ou encore slaves. Une diversité musicale qui a valu à l´œuvre d´ACDP le qualificatif de ‘musique préférentielle’. Chaque instrument (à savoir la guitare, le violon, la flûte, la batterie, le piano et le saxophone) est merveilleusement mis en valeur par les compositions des jeunes frères Aussems (NDR : l’un est également claviériste, l’autre guitariste du groupe). Chaque titre nous entraîne dans une histoire, une ambiance enchanteresse et dépaysante, nous baladant d´une culture à l´autre, du festif au mélancolique, à travers les âges et les continents. En seize morceaux, le sextet charme l´auditeur par son talent. Talent qui leur a valu de participer à l’édition 2005 du Festival International de Musique Universitaire (FIMUM).

Mention spéciale à la pochette de l´album qui est une véritable petite œuvre d´art toute en originalité et créativité, à l´instar de la musique du groupe. Bref, un album à écouter d´urgence et de préférence !

 

 



Page 8 sur 8