• Laval chante l’amour
    Laval chante l’amour Derrière Great Men with No Fear, se cache un seul homme, Frédéric Laval, bordelais de 28 ans et auteur-compositeur désormais…

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook    Instagram   Youtube   Myspace Myspace

Nos partenaires

Balance ta babouche sur ta petite terre…

Écrit par

Sa casquette vissée sur la tête, sa gouaille et ses bons mots, ses slogans comme autant de refrains, les mélodies chantantes qu’il partage avec ses ami.es saltimbanques, HK ne se lasse pas de cette étiquette qui lui colle à la peau, celle d’un poète social qui aime s’afficher aux côtés des gens qui luttent, pour eux-mêmes, pour les autres, ou pour une certaine vision du monde : solidaire, juste et fraternelle. Tel est son monde, tel est son univers, là où il se sent bien, là où il pense que sa musique est à la fois comprise et utile.

Son nouvel opus, « Petite Terre », sortira le 18 septembre. Ce sera déjà son septième. HK et ses saltimbanques nous proposent d’embarquer au sein de leur camionnette nomade, remplie d’instruments venus des quatre coins du monde, de sacs d’utopies en vrac, de poudre étoiles, d’histoires de révoltes et d’espoir et... de sourires qui chantent.

Un album world à la française aux accents chtis, occitans, créoles, bretons ou encore berbères ; dans lequel on retrouve toujours le même amour des mots qui s’envolent, des mélodies nomades et des rythmes dansants. Un voyage musical qui commence au cœur de nos terroirs pour nous inviter aussitôt à nous ouvrir sur le monde et à le parcourir en chansons. Un album nous parlant de Nous aujourd’hui, et de ces lendemains joyeusement solidaires auxquels on rêve encore, obstinément.

Un elpee qu’ils seront heureux de faire vivre sur scène, dès l’automne 2020 si les conditions sanitaires le permettent. Car la scène, comme aime souvent à le répéter HK, ‘C’est l’endroit où l’on se sent vivants, cet instant partagé sans filets ni faux-semblants duquel on ne peut pas se défiler, ce moment de vérité que l’on attend chaque soir avec un mélange de fébrilité, d’angoisse, d’envie, d’impatience et d’excitation’.

Il suffit d’avoir partagé un jour un de leur concert pour savoir à quel point leur musique est entraînante. La scène est leur jardin sans l’ombre d’un doute : ils s’y amusent, ils nous entraînent, ils nous embarquent, nous interpellent, nous font danser, rire et pleurer... Des rêves et des révoltes en partages, des sourires et des yeux qui brillent, un peu tout cela à la fois, du premier mot à la dernière note.

‘La Terre est si petite et nos rêves si grands... il y a mille et une façons de s’y croiser avec ou sans hasard : un mot, un murmure, une mélodie chantonnée au petit matin, un slogan scandé un jour de manif, un air de grand soir qui donne envie de danser à la belle étoile, mais tout autant, c’est drôle, un clip sur la toile, un poème d’Aragon ou de Prévert mis en musique, un CD qui traine dans la voiture ou le camion, un concert où on se sent vivants, ensemble, enfin ! une jam dans un petit bar au fin fond d’une contrée que l’on croyait perdue... On s’y retrouve ! A très bientôt !’

Le clip de « Balance ta babouche » est disponible ici

Lu 199 fois
FaLang translation system by Faboba