MoonStone est issu de la région du Centre (La Louvière). Il reconnaît pour inspiration majeure, des groupes comme Nothing But Thieves, Muse et Royal Blood. Ses lyrics sont interprétés en anglais. Fondé en 2019, la formation s’est enrichie d’un nouveau membre.…

logo_musiczine

Après avoir assuré la production pour Disiz, Ichon et opéré un feat. sur le nouveau projet de Kobo, Béesau est de retour. Son nouvel album « Coco Charnelle Part II » est paru ce 22 octobre 2022. Il confirme sa faculté à fédérer des artistes de la nouvelle…

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Blues at Sunrise Spécial

Écrit par
&

Attention, ceci n'est pas un album inédit de SRV mais une collection du meilleur de ses blues lents enrichie, pour raisons commerciales de 2 plages qui ne sont encore jamais sorties, dont une splendide version de son réputé "Tin Pan alley". Enregistrée live au festival de Montreux en 1985, elle réveille le souvenir d'un autre bluesman texan bien regretté, Johnny Copeland. A la guitare, mais aussi au chant. Un très grand moment, saturé de feeling, de le part de ces deux pensionnaires du Paradis du blues. L'autre inédit est une version alternative de "The sky is crying", d'Elmore James, immortalisée en 1984, lors des sessions de l'album "Couldn't stand the wheather". Dernière particularité à se mettre sous la dent, une version live de "Texas flood". Jamais gravée sur CD à ce jour, elle figurait sur la vidéo "Live at the El Macambo", tournée au célèbre club de Toronto, au Canada.

Il reste donc sept plages parmi lesquelles, je suis très étonné de retrouver "Blues at Sunrise". Issu de sessions commises en compagnie d'Albert King, elle figure sur l'album "In session", sorti en 99. Lorsque je pense qu'il dure un bon quart d'heure, il aurait été plus judicieux de trouver trace de l'un ou l'autre merveilleux concert de SRV. Cet opus recèle également "The things that I used to do", appuyé par le frère Jimmy à la 2ème guitare, mais aussi le très beau "Dirty Pool", extrait du 1er album"Texas flood", paru en 83. Sans oublier "Ain't gone 'n' give up on love", tiré de "Soul to soul", et "Leave my girl alone" (de Buddy Guy) de "In step". Il serait ingrat de ne pas signaler la présence de l'inoubliable section rythmique constituée de Chris Leyton et de Tommy Shannon, ainsi que du claviériste Reese Wynans, mais seulement pour quelques plages. Cet album permettra, à coup sûr, à ceux qui ne compteraient pas d'album de Stevie dans leur discothèque, d'écouter celui qui fut probablement le musicien phare de la dernière génération du blues et le porte-drapeau de ce fabuleux Texas blues…

 

Informations supplémentaires

Lu 271 fois