L’impatience d’Emma Peters…

Tout de suite : plus qu’un mantra ou une profession de foi, trois mots qui résonnent comme l’affirmation d’un désir pur. Un appétit qui guide la vie d'Emma Peters chaque jour. Surtout depuis deux ans et la sortie de son premier album, « Dimanche », clin d’œil…

logo_musiczine

Les synthés analogiques de Franck Marchal…

Une belle échappée pour Franck Marchal du groupe Batz ! Il publie le 24 juin 2024 un Ep 6 titres, « Maeltrom Metronomy » qui témoigne de son amour pour les synthés vintage et les ambiances électro cinématographiques. Le maxi « Maelstrom Metronomy » est une…

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

Acid Mothers Temple - Mag...
billy_talent_ab_03

Right here right now Spécial

Écrit par
&

Sunny Crownover nous vient également de Boston. Spécialiste du swing, elle a aussi tapé dans l'oreille du maître Duke Robillard. C’était en 2010, alors qu’elle se produisait en compagnie du 2120 South Michigan Avenue. Bienveillant, Duke lui a dégoté d’excellents musicos issus de son entourage ; et en particulier Bruce Bears aux claviers, Brad Hallen à la basse, Mark Teixeira aux drums ainsi que le vétéran Sugar Ray Norcia à l'harmonica. Sans oublier la section de cuivres et même son ami Gary Nicholson. Le songwriter de Nashville lui a même réservé pas moins de cinq chansons.

Miss Crownover avait déjà partagé un projet auprès de Robillard, concrétisé par la sortie de "Sunny and her Joy Boys", en 2009. Elle a aussi participé à la confection de deux autres elpees du Duke, "Stomp! The blues tonight" en 2009 et "Tales from the Tiki Lounge" en 2012.

Southern R&B, "Oh yes I will" évolue dans un style bien proche de Memphis. La voix de Sunny est superbe. Duke en personne vient l'épauler aux cordes. Imprimée sur un tempo plus que modéré, "One woman man" est une ballade qui baigne dans un climat particulièrement cool. Un blues illuminé par la voix féminine que talonne par le piano de Bruce Bears (NDR : ce dernier a partagé la scène de grands bluesmen comme Little Milton, Big Jack Johnson, Toni Lynn Washington ou Luther ‘Guitar Junior’ Johnson. Excellent Chicago blues, "Love me right" bénéficie du concours du solide Sugar Ray Norcia à l'harmonica. Signée Fary Nicholson, "Right here, right now" est une superbe ballade qui colle parfaitement à la voix chaude et attachante de Sunny. "Roll me day" nous entraîne dans les bayous louisianais. Au cœur de cette atmosphère décontractée, Norcia s’autorise un l'envol à l’harmo. Robillard dirige la manœuvre sur "Cook in your kitchen", un rock'n'roll bien ficelé. Nouvelle tranche de R&B, "Warned" est soutenu par les cuivres drivés par le sax baryton de Doug James, mais aussi les cordes de Duke. Très enlevé, bien cuivré, "I might just change my mind" est un blues issu de la plume du compositeur bostonien, Al Basile. Blues teinté de jazz et de swing, "Hi-heels and home cookin'" met en exergue la clarinette de Billy Novick et le piano de Bears. En fin de parcours, Duke Robillard se signale encore, mais à la slide, sur "Trust your lover ; et sur ce tout bon Chicago blues, il s’y révèle particulièrement saignant. D’excellente facture, ce long playing s’achève en toute décontraction par "Can't let go"

 

Informations supplémentaires

  • Band Name: Sunny Crownover
  • Genre: Blues/Roots
  • Label Prod: Shining Stone / Blue Duchess / V2
  • Date: 2012-10-02
  • Rating: 4
Lu 656 fois
Plus dans cette catégorie : « Breakup Song Song for two Sisters »