MoonStone est issu de la région du Centre (La Louvière). Il reconnaît pour inspiration majeure, des groupes comme Nothing But Thieves, Muse et Royal Blood. Ses lyrics sont interprétés en anglais. Fondé en 2019, la formation s’est enrichie d’un nouveau membre.…

logo_musiczine

Le binôme parisien DEMAGO s’est fait connaitre en 2008, grâce à la sortie de son elpee « Hôpital », dont plusieurs titres (« Hey doc », « Respirez » …) sont diffusés sur les ondes. Un deuxième opus, « BatTement », voit le jour en 2019, et marque le retour…

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Play by the rules Spécial

Écrit par
&

Jan Tore Lauritsen est âgé de 46 balais. Il vit à Lillestrom, en Norvège. Très jeune, il chope le virus du blues, après avoir beaucoup écouté BB King et Ray Charles. Il monte sur scène à l’âge de 14 ans. A cette époque, il joue de l’orgue ; mais découragé par le poids de son Hammond, il décide de recentrer sa passion sur deux autres instruments : l'harmonica et l'accordéon. En 1991, il fonde les Buckshot Hunters, un combo au sein duquel milite alors le guitariste notoire Vidar Busk.

"Play by the rules" constitue déjà son septième opus. Il a été enregistré lors de deux sessions différentes. La première en mai 2012, dans le studio Ardent de Memphis. La seconde en février 2013, à Oslo. Pour la circonstance, il a reçu le concours de son backing group, les Buckshot Hunters et d'un tas d'amis dont bon nombre d’artistes bien connus outre-Atlantique.

L’elpee démarre dans un style bien populaire à Memphis : le R&B. Et plus précisément le "Everyday will be like a holiday" de William Bell, un des piliers du label Stax dans les années 60 et 70. L'orgue Hammond est bien présent sur cette plage lente. J.T. et le Suédois Sven Zetterberg partagent le chant. Inspiré par le zydeco louisianais et le style de la Nouvelle Orléans, il empoigne son accordéon pour nous livrer "Next time" dans la bonne humeur. Y participent la choriste américaine Reba Russel, le pianiste Victor Wainwight –et ses interventions sont impeccables– ainsi que le guitariste de Reba, Josh Roberts. Le titre maître est une jolie ballade. Roberts est passé à la slide. J.T. double à l'orgue Hammond. Le dialogue établi entre la slide et le piano de Wainwright est remarquable. J.T. attaque alors le "Need my baby" de Big Walter Horton, un Chicago shuffle au cours duquel Willie J Campbell des Mannish Boys se réserve la basse ; et surprise, Billy Gibson, l’excellent souffleur de Memphis est venu rejoindre Lauritsen à l’harmo. Instrumental, "Memphis boogie" met en vedette les différents solistes : l'excellent Wainwright au piano, Roberts à la guitare et J.T. à l'accordéon. Ce dernier chante d'une voix puissante, très soul, soutenue de chœurs féminins, le blues lent "I'll nevet get over you". "Mathilda" est une autre plage imprimée sur un mid tempo. L’omniprésence de l’harmonica et les échanges de cordes opérés dans la bonne humeur, nous entraînent au cœur de la Louisiane profonde. "Find my little rock" est un blues qui rocke allègrement. Et c'est l'inégalable Texan Anson Funderburgh qui s'envole sur sa guitare, devant la rythmique des Buckshot Hunters. "Valley of tears" est une ballade empreinte d’une grande sensibilité. Nous sommes transportés dans les bayous. La rythmique de Funderburgh, l'accordéon de Lauritsen et la guitare réverbérée de Fredrick Johannessen entretiennent cette vision. Blues rocker puissant, "Eye candy" est conduit à l'anglaise, favorisant une toute bonne sortie des gratteurs norvégiens. D’excellente facture, ce long playing s’achève par "The blues got me". Tous les musicos prennent leur pied et finissent par chanter en chœur cette plage découpée par les rythmes du Chicago blues…

 

Informations supplémentaires

  • Band Name: J.T. Lauritsen
  • Genre: Blues/Roots
  • Label Prod: Hunters / Frank Roszak Promotions
  • Date: 2013-04-26
  • Rating: 4
Lu 376 fois