L’origine et la fin de Monseigneur…

Monseigneur est un quatuor liégeois dont les membres se connaissent puisqu’ils ont foulé les mêmes scènes au sein de projets musicaux différents, depuis de nombreuses années. Il s’agir d’un projet 2.0, né d'abord digitalement, lors du confinement imposé en…

logo_musiczine

L’ostréiculture de Quivers…

La formation australienne Quivers sortira son troisième long playing, « Oyster cuts », ce 9 août 2024. Ses deux premier elpees ont été salués par les musicos de R.E.M. ! Faut dire que sa jangle pop rêveuse et délavée par le soleil est parfois susceptible de…

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

The Sisters Of Mercy - 09...
Kim Wilde - 11/04/2024

Texas Northside Kings Spécial

Écrit par
&

Eddie Stout est musicien, mais avant tout un grand amateur de blues. A Austin, il assurait la distribution internationale du label Antones. Depuis, il a fondé son propre label Dialtone. Il y a déjà dix ans. Une initiative destinée à préserver le patrimoine blues, gospel et jazz du Texas. Il aime, à travers les différents courants musicaux, présenter les facettes géographiques de cet Etat. Il nous avait permis de découvrir les Texas Eastside Kings, les Westside Horns et les Texas Soul Sisters. Etape suivante, il nous présente les Texas Northside Kings! Six guitaristes établis à Austin. Jeunes mais très prometteurs, dont certains vous sont déjà familiers. A l’instar de Johnny Moeller, Shawn Pittman ou Nick Curran. D’autres le sont moins, comme Seth Walker. Ou pas du tout. En l’occurrence Mike Keller et Miss Eve Monsees. Ils sont soutenus par des vétérans locaux : le bassiste Jeffery Jean, le drummer Willie Sampson, le claviériste Earl Gillam et le saxophoniste Spot Barnett, tous musiciens noirs.

C'est à Eve que revient l'honneur d'ouvrir le bal. Cette jeune femme chante en s’accompagnant d’une Epiphone Riviera de couleur verte. Epaulée de ses Exiles, elle reprend d'abord le "You belong to me" de Magic Sam. Elle ne possède sans doute pas une voix puissante et inoubliable mais elle est brillante aux cordes. En règle générale, elle est secondée par Mike Buck. Son batteur habituel, un ancien membre des Fabulous Thunderbirds. Le bassiste, Pat Collins, a longtemps joué en compagnie de Mike chez les Leroi Brothers. Eve revient pour une reprise très nerveuse et irrésistible d’"I was looking back to see" et puis de son instrumental "Hawaian hound", dont les accents réverbérés et métalliques sont empruntés à la musique surf.

Johnny Moeller est un guitariste qui jouit d’une solide réputation depuis quelques années. Il a sévi au sein du band de Darrell Nulisch. En 2001, il avait gravé un excellent opus : "Blues aggregation". Et en 96, "Return of the funky worm" ; mais flanqué de Paul Size, l’ex-guitariste de Red Devils. Moeller a tourné en compagnie de Gary Primich, Lee McBee, Lou Ann Barton et même des Fabulous Thunderbirds. Son frère en est d’ailleurs le batteur actuel. Il s'attaque ici à "Radio groove", une plage instrumentale bien rythmée et saturée de groove. La performance de Mike Keller à la basse et de Barnett au saxophone de Barnett n’y est pas étrangère. Il revient chanter "I'm a samplin' man". Son attaque sur les cordes est complexe mais impressionnante.

Shawn Pittman est un jeune guitariste issu de la scène de Dallas. De Fort Worth, très exactement. Il a sévi dans le Susan Tedeschi Band et compte déjà quatre albums à son actif. Shawn possède une toute bonne voix. Il interprète deux de ses compositions. Tout d’abord le tonique "I don't need no sugar mama", une plage caractérisée par une remarquable prestation d'Earl Gilliam au piano. "Call 'em how I see them", ensuite. Une compo imprimée sur un même tempo galopant. Il termine également son intervention par la cover du "Reap what you sow" de Guitar Slim, un excellent slow swamp blues qu'il chante en manifestant beaucoup de conviction tout en insufflant la sensibilité de circonstance.

Nick Curran est actuellement le guitariste des Fabulous Thunderbirds auprès de Kirk Fletcher. Ce jeune garçon a entamé sa carrière dans le rockabilly. Depuis l’an 2000, il compte quatre albums personnels à son actif. Légèrement éraillé, son timbre vocal colle parfaitement au style. Une voix qui fait mouche lors de sa reprise du "I'll be around" de Howlin' Wolf. Et excelle à nouveau sur "Slipin' and slidin'". A l’instar de Johnny Copeland, il chante comme s'il était possédé. Flemmardant au rythme nonchalant des swamps, sa cover du "Oh baby" de Willie Dixon nous prend aux tripes. Il joue ici de l'harmonica dans un style fort proche de Jimmy Reed. La grande classe ce Curran!

Seth Walker est issu de la Caroline du Nord, mais est il s’est établi à Austin depuis de nombreuses années. A ce jour, il a commis quatre elpees. Il reprend ici le célèbre "I hear you knockin" qu'il aborde à la manière des TBirds de la première époque. Très à l'aise sur les cordes il évoque inévitablement Jimmy Vaughan. La voix de Seth est également chargée de soul et de tendresse. Et il en fait une belle démonstration sur le très lent "Since I fell for you", une plage signée Buddy Johnson. L’approche jazz rappelle, en outre, à la fois T-Bone Walker et Ray Charles.

Mike Keller est préposé à la guitare dans la formation de la pianiste/chanteuse Marcia Ball. Il partage également un duo en compagnie de son frère Corey, sous le patronyme de Keller Brothers. Il se réserve le chant et la six cordes sur un seul titre : une reprise sans concession du "Red hot mama" d'Elmore James. S’il n’a pas oublié d’y insérer le célèbre riff de slide, sa voix est moins déterminante.

 

Informations supplémentaires

  • Band Name: Various Artists
  • Genre: Blues/Roots
  • Label Prod: Dialtone
  • Date: 2007-09-11
  • Rating: 3
Lu 993 fois