Le dernier combat de Malween…

Malween est le projet emmené par Julien Buys, auteur, compositeur et interprète, originaire de Nantes. Julien a quitté le monde de la finance, sans regret, en 2017 pour devenir comédien voix-off le jour et chanteur/guitariste a sein de différents projets…

logo_musiczine

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

Enter Shikari - Ancienne ...
slift_aeronef_14

Rock Or Bust Spécial

Écrit par
&

Malgré ses 40 années d’existence, le mythe australien a toujours bon pied, bon œil. Et son hard rock passe toujours aussi bien la rampe. Bien sûr, leur vie privée est toujours aussi mouvementée. Ainsi, pour l’instant, elle est en pleine tourmente suite aux récents déboires judiciaires rencontrés par Phil Rudd et les accès de démence vécus par Malcolm Young. Le 6 novembre 2014, soupçonné d'avoir engagé un tueur à gages pour éliminer deux personnes, Phil a été arrêté par la police néo-zélandaise. Il a comparu devant la justice (tribunal de Tauranga) pour ces deux chefs d'accusation, mais également pour menaces de mort et détention de drogue. Le lendemain il a été relaxé des chefs d'accusation de complot pour meurtre, mais les autres poursuites n’ont pas été abandonnées pour autant. AC/DC a pourtant tenu à rassurer ses fans : rien n'entraverait les prochaines échéances du groupe, qu'il s'agit d'une nouvelle tournée ou encore la sortie de ce « Rock Or Bust ».

AC/DC appartient au cercle très restreint des derniers grands groupes de rock encore en activité capable de mobiliser plusieurs générations de fans ; et ce par familles entières. C'est peut-être leur dernier album et leur dernière tournée. Les sexagénaires d'AC/DC sont un vrai groupe de rock'n'roll. Au cours des années 70, leur premier chanteur est décédé, étouffé dans son vomi, après une soirée trop arrosée à Londres. Ce ne sont pas des beaux gosses qui font dans la dentelle, mais de vrais 'bad boys', nourris au bourbon, au sexe et à la drogue. De véritables rockeurs...

L’elpee s’ouvre par le titre maître et « Play Bal », les deux singles qui ont précédé la publication de l’opus. « Rock Or Bust » opère un retour à la violence des 80’s. Celui de « Back in Black ». Les guitares sont incisives et les drums claquent tout en frappant juste. Des ingrédients qui ont permis à « Thunderstruck » et « Highway To Hell » de devenir de véritables classiques intemporels. L’autre compo est plus rock, dans l’esprit de « Black Ice » (2010). La guitare ‘lead’ y est particulièrement brillante.

Toutes les plages oscillent autour de 3’. Onze en tout pour 35 minutes. Il s’agit de l’elpee le plus court de la longue carrière d'AC/DC. Un simple et retentissant retour aux racines et on peut avancer qu’il s’agit d’un de leurs meilleurs opus paru à ce jour. Leur quinzième sur le plan international et leur seizième en Australie. « Rock Or Bust » est le premier disque sans Malcolm Young, remplacé par son neveu Stevie Young, qui en est la copie conforme, médiator en main. Il aura fallu 6 longues années au band aussie pour sortir ce « Rock Or Bust ».

Hormis « Rock 'n' Roll Train », « Black Ice » ne recelait pas de véritables tubes. Il s’agit d’ailleurs du seul titre, dont on se souvient encore, sur ce long playing. Courts, mais efficaces, les 11 pistes de ce nouvel album sont donc taillés pour les stades et n’attendent qu'à être interprétés en live. Caractérisé par son riff blues et secouant littéralement les tripes, « Miss Adventure » est certainement le morceau qui m’a le plus fait flasher.

La nouvelle alchimie entre Angus et Stevie Young est particulièrement bien mise en évidence tout au long de « Baptism By Fire », un titre survolté au cours duquel les accords de gratte rugissent comme à leurs plus beaux jours. De la dynamite ! Sur « Rock The Blues Away », la rythmique de Stevie Young est terriblement efficace ; à tel point qu’on en oublie le rôle autrefois pourtant aussi prépondérant de Malcolm. Il assure son neveu ! Ce rajeunissement apporte une fraîcheur certaine qui me rappelle, mais dans un autre style, l'arrivée de Ron Wood chez les Stones. Explosif, « Got Some Rock And Roll Thunder » est un titre sculpté pour le ‘live’. La voix haut perchée de Brian Johnson fait mouche sur « Rock The House ». Extatique ! Digne de « Hells Bells ».

« Hard Times », « Rock The House » et « Play Ball » nous bombardent de riffs ravageurs, facilement identifiables. « Dogs Of War » s’ouvre en douceur (relative) avant de reprendre son fil conducteur ravageur.

Soulignons également le rôle primordial de la section rythmique. Basse écrasante, ronde et au groove irrésistible. Drums chirurgicaux mais dévastateurs. Et leur conjugaison vous incite à battre du pied en cadence.

On attend donc impatiemment la grand-messe d’AC/DC. Votre serviteur ne veut la manquer pour rien au monde…

 

Informations supplémentaires

  • Band Name: AC/DC
  • Genre: Metal/Prog/Noise
  • Label Prod: Sony Music / Columbia
  • Date: 2014-12-02
  • Rating: 4
Lu 771 fois
Plus dans cette catégorie : « Eastland Tales - Part I Do to the beast »