Dorian Sorriaux croit au changement…

Guitariste-chanteur dans l’univers du psyché/folk, Dorian Sorriaux a sévi comme guitariste au sein du groupe suédois Blues Pills. Il s’émancipe en explorant de nouveaux univers musicaux, et notamment à travers un folk plus acoustique et des textes plus…

logo_musiczine

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

Zara Larsson 25-02-2024
Zara Larsson 25-02-2024

Frontschwein Spécial

Écrit par
&

Marduk est un des piliers du mouvement Black Metal, actif dans le milieu depuis maintenant un peu plus de vingt-quatre ans. Pas étonnant donc que la sortie d’un nouvel essai suscite beaucoup d’intrigue et d’attentes. D’autant plus que la formation revêt depuis dix ans maintenant sa seconde mue, marquée par l’arrivée dans le milieu des années ’90 au chant de Mortuus, figure autant possédée qu’impressionnante du Black Metal underground et frontman du groupe suédois Funeral Mist.

Marduk (pour la petite histoire, dont le patronyme fait référence à un Dieu de la mythologie mésopotamienne qui a créé le ciel et la terre à partir d’un dragon), vient donc de publier son treizième album studio et le second qui s’inspire des faits, épisodes et personnages issus de la seconde guerre mondiale. Après avoir jeté un coup d’œil à la pochette, il faudrait de toute façon être à moitié borgne pour ne pas s’en rendre compte. Mais le parallèle avec le premier LP, « Panzer Division Marduk », s’arrête là. Ce dernier, sorti en ’99, avait surtout été reconnu à l’époque pour son côté hyper rapide et dense, où Legion sévissait encore aux vocaux. Tout au long de « Frontschwein », le quatuor prend le temps d’installer une ambiance où, pendant quasi une heure, il passe de la haine et de la violence des champs de bataille au désespoir et au chaos régnant en maître après que les peuples se soient entretués.

L’elpee s’ouvre par le titre maître, où les riffs incisifs et typiques de Marduk sont immédiatement reconnaissables. Pas de doute, on ne se trompe pas de groupe. On s’imagine les balles siffler, le coup d’envoi est donné et il faut être plus rapide que l’ennemi pour ne pas tomber. Epique à souhait, ce titre ne pouvait pas mieux débuter les hostilités. « Frontschwein », littéralement le ‘front de cochons’, était un terme utilisé par les soldats, désignant ceux qui étaient en première ligne. La chair à canon, les âmes condamnées à tomber dans la boue et dans le sang au milieu des tranchées. Le décor est planté et la lutte peut continuer. « The Blond Beast », morceau qui suit, apporte quant à lui son lot de nouveautés. L’attaque est opérée par une batterie en mid-tempo, légèrement groovy, sur laquelle viennent se poser des guitares lentes et lancinantes et une ligne de chant vindicative. Un contraste très intéressant, auquel le combo nous avait peu habitués dernièrement. Cette recette sera d’ailleurs répétée sur « Wartheland » et « Nebelwerfer », qui raviront les fans d’ambiance glauque et dévastatrice. Quelques respirations plus tard et c’est sur le front de Normandie qu’on se retrouve grâce au titre évocateur « Falaise-Cauldron of Blood ». La plaque touche à sa fin par un lent « 503 », suite du morceau « 502 » présent sur « Panzer Division Marduk » évoqué un peu plus haut, où les cris désormais plaintifs de Mortuus viennent se frotter aux frôlements métalliques des armes sur le champ de bataille. L’ultrarapide « Thousand-Fold Death » clôture cette production thématique hors du commun et franchement réussie.

J’avoue avoir été partagé avant d’écouter attentivement cet elpee tiraillé entre l’excitation de pouvoir savourer un nouvel essai de Marduk, mais également repoussé par leur choix quant au cadre de la seconde guerre mondiale. Ce choix peut s’avérer tendancieux ; d’ailleurs certains combos de Metal ont parfois fait le ‘pas de trop’. Mais Morgan, guitariste, membre fondateur et par ailleurs véritable encyclopédie concernant ce conflit, explique comment les événements se sont produits : ‘C’est notre vision des réalités de la guerre, sans compromis et sans fioritures. Tenter d’appliquer un quelconque agenda politique à ce que nous faisons serait totalement futile. Ce n’est pas l’histoire que nous avons écrite mais bien la bande-son de ses chapitres les plus sombres’. Au final donc un très bon Marduk, remarquable autant par ses atmosphères sombres et destructrices que par la palette vocale très impressionnante de Mortuus, nous assénant en passant une grosse claque, bien loin des chants monotones et barbants d’autres groupes du même style. Un ticket d’entrée direct pour Helvete.

 

Informations supplémentaires

  • Band Name: Marduk
  • Genre: Metal/Prog/Noise
  • Label Prod: Century Media
  • Date: 2015-01-19
  • Rating: 4
Lu 668 fois
Plus dans cette catégorie : « L’Inconnu (Ep) 77 »