Yuksek revisite Laurent Voulzy…

Le musicien, compositeur, réalisateur et producteur de musique électronique Yuksek revisite « Cocktail chez mademoiselle », le titre de Laurent Voulzy paru en 1979 sur son album « Le cœur grenadine ». Il en propose une relecture retro futuriste, groovy et…

logo_musiczine

Les décibels de Chatte Royal…

Le premier elpee de Chatte Royal, « Mick Torres Plays Too Fucking Loud », paraîtra ce 8 mars 2024. Fondé en 2020 par Diego Di Vito, Dennis Vercauteren et François Hannecart, et rejoint par Téo Crommen en 2021, il compte deux Eps à son actif, « Septembre », en…

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

Zara Larsson 25-02-2024
Shaka Ponk - 14/03/2024

Pillars of Detest Spécial

Écrit par
&

Créé en 2008, Moonreich est le projet solo du Parisien Weddir. Et il nous propose son troisième opus studio, « Pillar of detest ». Un premier coup d’œil au (très bel !) artwork du digipack de cette œuvre ne laisse planer aucun doute : le Français s’inscrit corps et âme dans les méandres du Black Metal. La pochette, en noir et blanc, dépeint un homme encagoulé, siégeant sur un semblant de trône, entouré de lionnes et lions à l’aspect tout aussi fantomatique et vaporeux que leur maître. Le tout baignant dans un décor de ruine, absorbé par une nuit évanescente. Une impression de force et de puissance malsaines en émane, nageant entre réel et sublimation. Il en va de même pour les autres illustrations du triptyque composant ce digipack, où leurs interprétations peuvent se brouiller et s’obscurcir au fur et à mesure de l’écoute de l’album.

Réunissant huit morceaux s’étalant sur cinquante bonnes minutes, « Pillars of Detest » est divisé en deux parties (à en croire du moins visuellement la séparation signifiée à l’arrière de l’opus, entre les quatre premiers et les quatre derniers titres). « Ad Nauseam », la première plage de l’LP donne le ton : les froides distorsions dispensées en guise d’introduction laissent rapidement le relais à un rythme alternant entre passages atmosphériques plus lents et agressivité mordante de la double pédale, sur laquelle vient se poser la voix écorchée et caverneuse de Weddir. Une ambiance lancinante et polaire, toujours en alternance entre haine glaciale et profonde lamentation, qui constitue la trame de fond de la majorité des morceaux. Une alchimie qui fonctionne, accroche, mais souffre parfois d’une certaine linéarité, du moins tout au long de la première partie du cd.

La quatrième piste, « Sheïtan », amorce une transition atmosphérique et joue moins sur la fibre angoissante qu’énigmatique. Elle crée un pont vers le deuxième volet de l’œuvre. Désormais plus créatif et élaboré que le premier. Que les plus sceptiques se rassurent, le registre du Black Metal est toujours bien respecté. En témoigne la compo « All Born Sick », qui procure quelques respirations à la frontière de l’épique ou encore l’excellent « Freikops » dont le parcours de sept minutes s’engage dans une course effrénée emplie de rage et de haine, profitant de brefs moments de répit pour repartir ensuite avec encore plus d’intensité. Une poursuite effrénée qui s’achève, aux trois quarts de la plaque, par un plongeon abyssal aux milieux des limbes. Sans nul doute la pièce la plus intéressante de cet opus.

Les amateurs de Black Metal ne peuvent se tromper : Moonreich entre dans les clous. Mais c’est également là sa faiblesse, car le Français ne s’autorise que très peu de sorties hors des sentiers battus. Beaucoup de plages sont heureusement sauvées de la linéarité par des lignes de guitares froides et cinglantes, dessinant un certain relief en fonction des compositions. Une appréciation générale qui dépendra de la motivation du mélomane : si elle est basée uniquement sur l’envie d’écouter un bon disque de Black Metal, nul doute que « Pillars of Detest » aura de quoi le contenter. Si par contre, l’expectative se focalise davantage sur une découverte de nouvelles sonorités, le degré de déception risque alors d’être un peu plus élevé ; et d’en conclure par : ‘un de plus’. Des compositions donc de qualité, mais bien souvent sans grande prise de risques.

 

Informations supplémentaires

  • Band Name: Moonreich
  • Genre: Metal/Prog/Noise
  • Label Prod: Les Acteurs de l’Ombre
  • Date: 2015-09-19
  • Rating: 3
Lu 860 fois
Plus dans cette catégorie : « II Dog River Sessions »