Sages Comme Des Sauvages face à l’obsolescence programmée…

« Répare ou Pas », premier single issu du troisième album de Sages Comme Des Sauvages est un hymne en forme de question. On le répare ou pas ? Face à un monde plein de vices de fabrication et de malfaçons, le duo se demande si ça vaut encore la peine de…

logo_musiczine

Les décibels de Chatte Royal…

Le premier elpee de Chatte Royal, « Mick Torres Plays Too Fucking Loud », paraîtra ce 8 mars 2024. Fondé en 2020 par Diego Di Vito, Dennis Vercauteren et François Hannecart, et rejoint par Téo Crommen en 2021, il compte deux Eps à son actif, « Septembre », en…

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

Depeche Mode - Sportpalei...
Nothing But Thieves 03-02...

Chrome Dreams II Spécial

Écrit par
&

Flashback: en 1977, Neil Young bosse sur un nouvel elpee. Il a déjà un titre : « Chrome Dreams ». Mais le tracklisting est tellement éclectique, que cet opus ne verra jamais le jour. Cependant, la plupart des chansons (« Like a hurricane », « Powderfinger », etc.) seront reprises sur des elpees ultérieurs. Sauf trois titres qui ouvrent son nouvel opus solo. Tout d’abord la ballade folk bucolique « Beautiful bluebird » et le moelleux « Boxcar », titre de country rock parcouru par un banjo vivace. Deux plages qui auraient pu figurer sur « Harvest » ou encore « Harvest moon ». Mais le troisième morceau de cette œuvre est véritablement une de ses pièces maîtresse : « Ordinary people ». Passons sur les lyrics qui sont d’une autre époque ; mais ne retenons que l’essentiel : la musique. Un hymne solide, sonique de 18’13, au cours duquel la section de cuivres et la guitare de Neil font merveille ; l’intensité électrique rappelant ni plus ni moins « Cowgirl in the sand ». Epoustouflant ! Le reste de la plaque nous réserve encore quelques bonnes surprises. Oui, bien sûr, concède également quelques titres dispensables. Comme « Shining light » dont les accords de guitare ‘surf’ me rappellent ‘Interlude’, le mollasson « The believer » ainsi que le slow countryfiant « Even after » (NDR : heureusement que Ben Keith vient relever le niveau de sa slide. On ne montera pas trop en épingle « Dirty old man », morceau de post grunge au cours duquel Young se débat pour faire émerger sa voix au-dessus de mêlée, ni le titre final « The way », pourtant enrichi par la présence de chœurs des Young People de New-York City. Une chanson de Noël, à la limite. Par contre, « Spirit road » remue littéralement les tripes. A cause de l’électricité dispensée et puis du tempo irrésistible. Neil a déterré la hache de guerre ! Les notes arrachées de sa six cordes vous pénètrent et vous envoûtent comme à la plus belle époque du Crazy Horse. Et puis dans un registre semblable, mais sous une forme légèrement funkysante, « No hidden path » consume lentement son intensité blanche. Probablement une des meilleurs compos de Neil écrites à ce jour au cours du XXIème siècle. Et parce que ce « Chrome Dreams II » recèle trois titres cinq étoiles qui couvrent 39’16 du compact disc, je vous le recommande vivement…

Informations supplémentaires

  • Band Name: Neil Young
  • Genre: Pop/Rock
  • Label Prod: Reprise / Warner Music
  • Date: 2007-10-30
  • Rating: 4
Lu 843 fois