Yes SIHR !

Après quelques concerts / projections improvisés en duo, au Caire et à Beyrouth, pour les rencontres d’Arles, le centre photographique de Lille ou la revue belge Halogénure, Dargent et Oberland s’associent aux francs-tireurs Elieh et Halal pour un manifeste…

L’aventure de YMNK…

« Aventure », le nouveau single de YMNK fusionne l’extravagance du ‘stadium rock’ et le…

logo_musiczine

Brazen tient la distance…

Après près de dix-huit ans de silence trompeur, Brazen (Genève), revient avec « Distance », une épopée indie-rock ambitieuse où s’entrelacent modulations mélancoliques et harmonies vocales sur un tapis instrumental planant. Les huit titres qui composent…

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

Slowdive
DRAHLA

Diving for Pearls Spécial

Écrit par
&

Colin Steele est trompettiste de jazz. Ecossais, il est issu d'Edimbourg. Et tout au long de cet opus, il rend hommage à son compatriote, David Scott, le chanteur/compositeur des Pearlfishers. Steele a d’ailleurs souvent apporté sa collaboration à ce band. Il partage d’ailleurs un même goût pour les mélodies concoctées par Burt Bacharah, les Beatles et les Beach Boys. C’est le label Marina qui lui a demandé de réaliser ce projet. Qu’il a accompli à l’aide de trois acolytes. Tout comme Colin, ce sont des musicos de calibre. Ce quartet propose tout au long de cette œuvre un jazz plaisant, sophistiqué et d’excellente facture. Dominant le sujet, la trompette de Steele adopte une tonalité proche de celle d’un Miles Davis. Dave Milligan brille aux ivoires d'un bout à l'autre. Réunissant le bassiste Calum Gourlay et le batteur d'Alyn Cosker, la section rythmique forme une assise à la fois légère et sans faille.

 

Informations supplémentaires

  • Band Name: Colin Steele
  • Genre: Jazz/Classique
  • Label Prod: Marina
  • Date: 2017-07-28
  • Rating: 4
Lu 860 fois
Plus dans cette catégorie : « Broken Homeland This sweet old world »