Lylac rencontre les esprits de la nature…

Telle une allégorie d’un paradis perdu, le nouveau single de Lylac, “The spirits of the wild”, évoque son fantasme ‘Eastwoodien’ des grands espaces sauvages et inexplorés. Fleuretant avec l’idée de la recherche du mythe ultime cher aux artistes californiens…

logo_musiczine

Glass Beams signe chez Ninja Tune

Glass Beams, groupe énigmatique établi à Melbourne, s'inspire de son héritage indien, infusant son psychédélisme serpentin d'instrumentations cosmiques et de polyrythmies du monde. Son premier album, « Mirage », enregistré en home studio, est une fusion…

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

Shaka Ponk - 14/03/2024
Enter Shikari - Ancienne ...

One more again! Spécial

Écrit par
&

Plus de dix années après sa mort, l'âme musicale de William Clarke est toujours bien présente. Faut dire que le travail inlassable de sa veuve Jeannette y est pour quelque chose. Chaque année, elle ouvre ses tiroirs et nous offre des témoignages inédits du grand harmoniciste californien disparu. On a ainsi eu droit à "Now that you're gone", "Live in Germany", "The early years, Vol 1 et Vol 2", sans oublier une série de Dvd tout aussi intéressants.

"One more again!" réunit des prises alternatives d'enregistrements opérés dans sa période Alligator. Il recèle plusieurs inédits. Ces morceaux sont issus de sessions accordés au cours de l'année 1993 ; des sessions pour lesquelles il avait reçu la collaboration de redoutables musiciens comme Alex Schultz à la guitare, Eddie Clark aux drums, Rick Reed à la basse et Steve F'Dor au piano.

L'opus démarre par un instrumental sans titre (NDR : « Untitled »). William souffle dans l'instrument chromatique comme il était pratiquement le seul à pouvoir le faire. Ses petites incursions sont géniales. Sa sensibilité musicale est omniprésente. Ses collaborateurs se distinguent par leur sobriété et leur efficacité. On ressent leur joie de se produire ensemble. La complicité entretenue entre Clarke et Alex fait plaisir à entendre. Lorsque Schultz prend son billet de sortie, on entend clairement Bill pousser des cris de satisfaction. "I got my bags packed" est un blues imprimé sur un tempo nonchalant. Un de ces blues qui faisaient la marque de fabrique de Clarke. Sa voix libère une émotion intense. Il signe également, sur son harmonica, des phrases d'une profondeur inégalée. Chargée de swing, "Five card hand" évolue sut un rythme plus enlevé. Une compo qui figurait sur "The hard way", un elpee paru en 1996. Pour la circonstance, c'est Alex, un des seigneurs du style west coast jump, qui tire son épingle du jeu. Signé Roy Brown, "Letter from home" est également issu du même opus. Il emprunte donc également au jazz et au swing. Alex et Bill sont manifestement ravis de le jouer ensemble. Les deux complices nous accordent encore un véritable festival de leurs talents sur "Educated fool", un fragment imprimé sur un tempo rapide, emprunté à "Serious intentions", un elpee qui remonte à 1992. Deux versions de "Home is where the heart is" sont ici proposées. Tout d’abord une extrêmement lente au cours de laquelle Greg Verginio se distingue à la six cordes pendant que Steve F'Dor s'éclate derrière les ivoires. William en profite pour entretenir cette flamme incandescente qui le dévorait constamment. La seconde est plus rapide. C’est Alex Schultz qui est ici à la barre ; mais la différence de rythme est tellement marquée qu’on a l’impression de ne pas être en présence de la même compo. Virginio avait également participé aux sessions d’enregistrement de "The hard way", un œuvre qui semble bien constituer la source d’inspiration majeure de ce "One more again!" (NDR : depuis, Virginio a abandonné les voies sonores pour embrasser celles plus mystiques de la religion). Il est également impliqué sur "When I'm with you baby", un autre blues lent et encore un instrumental sans titre, rehaussé par la présence de Juke Logan, à l'orgue. Et en fin de parcours, Alex se montre à nouveau à la hauteur sur "That ain't the way to do it", grâce à son style si personnel, caractérisé par ses nombreuses notes dispensées sur des lignes parfaitement construites ; le tout soutenu par une rythmique tellement légère et balayé par l’instrument chromatique du maître. Un régal!

 

Informations supplémentaires

  • Band Name: William Clarke
  • Genre: Blues/Roots
  • Label Prod: Watchdog
  • Date: 2008-08-12
  • Rating: 4
Lu 715 fois
Plus dans cette catégorie : « Trouble In Dreams The Blakes »