Un kit de survie pour Bertrand Betsch…

Au crépuscule du grand et joyeux ballet de ses 19 précédents ouvrages, l’exubérant Bertrand Betsch s’inscrit, une nouvelle fois, dans ce qu’il fait de mieux : la belle chanson française en première lecture, l’ironie ensuite, la justesse enfin. Comme toujours,…

logo_musiczine

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

Enter Shikari - Ancienne ...
Shaka Ponk - 14/03/2024

Sewed Soles Spécial

Écrit par
&
Greenhornes, Cincinnati ! Mince alors, en voilà dont on aurait voulu croiser la route plus tôt. Les voici débouler avec cette compilation sous le bras, assemblage de leurs premiers albums et Ep’s, franchement impressionnante. Palette de blues dévoyé, rhythm and blues furieux, garage vicelard, le tout en prise de son directe avec le putain de rock’n’roll. Produites par Jack White, qui les a engagés pour assurer la section rythmique de l’album de Loretta Lynn (Van Lear Rose), Brendan Benson (ami et complice du précédent) ou John Curley (les fantastiques Afghan Whigs), ces 19 chansons, résolument ancrées dans le passé, résonnent comme aux premières lueurs de la British Invasion, fraîches et lumineuses. Jim Jarmush ne s’y est pas trompé en incluant « There Is An End » à la bande-son de son dernier-né, « Broken Flowers ». Avec Holly Golightly au chant, cette bluette céleste ferait fondre en larmes n’importe quel bourreau de l’Antiquité. Le trio nous balance à la face une poignée de classiques instantanés, riffs killers, mélodies implacables. Sans prétention, ni racolage. Un secret bien gardé que l’on s’en voudrait de ne pas partager. Alors tenez, ceci est mon …

Informations supplémentaires

  • Band Name: The Greenhornes
  • Genre: Pop/Rock
  • Label Prod: V2
  • Date: 2005-12-31
  • Rating: 0
Lu 892 fois
Plus dans cette catégorie : « O Tempo Do Samba Life In Slow Motion »