Manu Chao célèbre l’autre…

Manu Chao, l'icône de la scène musicale mondiale, revient sur le devant de la scène en sortant un nouveau single baptisé "Viva tu". Après plusieurs années d'absence médiatique volontaire, l’artiste nous offre un avant-goût de son prochain opus tant attendu.…

L’aventure de YMNK…

« Aventure », le nouveau single de YMNK fusionne l’extravagance du ‘stadium rock’ et le…

logo_musiczine

Les synthés analogiques de Franck Marchal…

Une belle échappée pour Franck Marchal du groupe Batz ! Il publie le 24 juin 2024 un Ep 6 titres, « Maeltrom Metronomy » qui témoigne de son amour pour les synthés vintage et les ambiances électro cinématographiques. Le maxi « Maelstrom Metronomy » est une…

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

billy_talent_ab_09
Jane's Addiction - 04/06/...

The best of Spécial

Écrit par
&
Petit flash-back: nous sommes de l’autre côté de l’Atlantique, au début des années 60. A New York, l’actualité musicale tourne autour des « Girl Groups », des centaines de groupes de filles qui défient les lois des charts à grands coups de chansonnettes naïves. D’un sourire décapé au Colgate, les filles se trémoussent, signent un ou deux disques et disparaissent du circuit, laissant derrière elles paillettes et robes de soirée. L’histoire de Reparata and the Delrons respecte ce schéma. A une exception près : elles n’ont jamais rencontré le triomphe promis. Les Etats-Unis les repoussant sans cesse aux portes du Top 40 et l’Angleterre leur offrant un instant de gloire éphémère en les logeant une fois dans leur classement national… à la 15ème place. Entre 1965 et 1970, Reparata and the Delrons ont signé deux disques, « Whenever a Teenager Cries » et « Rock and Roll Revolution », deux appels aux succès restés sans réponse. Aujourd’hui, leurs plus grands hits sont ressuscités sur un best of : 30 témoins du meilleur des Delrons. Cet instantané est fabuleux et renverse une situation établie depuis trop longtemps : Reparata and the Delrons réapparaît donc au premier plan de l’histoire. Leurs rivales de l’époque oubliées, disparues, les trois filles sont dédommagées d’une glorieuse considération. Ce groupe, formé aux premières lueurs de 1962 dans les dortoirs d’une école catho de Brooklyn, emprunte son patronyme à Sœur Mary Reparata, professeur et mère supérieure d’un établissement scolaire où l’éducation des filles passait par la foi et l’amour de son prochain. Les trente chansons de cette compilation sont magnifiques et symbolisent une époque révolue. Une vision réductrice d’une vie heureuse où les hommes travaillent en fumant la pipe et les femmes chantent en passant l’aspirateur. Une époque où le consensualisme était norme. Cet album est un morceau d’histoire, rêvé, harmonieux et irréel. Le monde a changé et, au fond, on espère que tout reviendra : la tranquillité, l’euphorie et l’illusion d’une existence sans-souci.

Informations supplémentaires

Lu 817 fois
Plus dans cette catégorie : « Animal Lover Shrunken heads »