Les ravissements de Maud Lübeck

En mars 2023, Maud Lübeck est invitée par Ghislaine Gouby, directrice des Scènes du Golfe à Vannes, pour une carte blanche lors du festival ‘Les Émancipéés’. Cette année-là, pour la première fois, se déroulent ‘Les ravissements’, quatre rencontres animées par…

logo_musiczine

Le flux existentiel de Maxïmo Park…

Maxïmo Park publiera son nouvel elpee « Stream Of Life », ce 27 septembre 2024. L’information du huitième album studio du groupe arrive en même temps que la sortie du premier single, « Your Own Worst Enemy ». Pour préparer » Stream Of Life », la formation…

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

The Sisters Of Mercy - 09...
The Sisters Of Mercy - 09...

JackInABox Spécial

Écrit par
&
C’était en été 2001 : un joint partagé avec le colocataire d’une amie dans une piaule miteuse d’une bicoque typique de Bristol. En fond sonore, de gracieuses berceuses acoustiques venaient se mélanger aux effluves toxiques. Certains moments restent ainsi gravés au plus profond de notre mémoire. Le fond sonore en question, c’était « The Optimist Lp », le premier album de Turin Brakes. C’était une sympathique petite claque. Depuis, ce duo britannique nous intrigue. En 2003, la guitare s’est frayée quelques incursions en territoire acoustique pour un deuxième disque (« Ether Song ») pour le moins décevant. Aujourd’hui, Turin Brakes semble avoir opté pour un compromis de bon aloi. Leur nouveau né, baptisé « JackInAbox », creuse la veine entamée sur « The Ether Song » mais de façon plus subtile et maîtrisée. Aussi, chaque chanson ondule habilement entre violence romantique et douceur nostalgique. « They can’t buy the sunshine » lance ce troisième exercice de style vers de nouveaux desseins folk-rock. Le vibrato D’Ollie Knights mêle délicatesses et écorchures sur le thème de prédilection de ces messieurs : l’amour. Oui, Turin Brakes chante l’amour et le désespoir, l’amertume et l’espoir. « Peu à peu, tout doucement, je suis infecté de ton amour », déplore Knights de son timbre langoureux (« Forever »). Esseulés, orphelins de leur accompagnateur mélodique, ces mots sonnent creux, gouttes d’eau de rose épanchées sur une feuille blanche. Mais sur disque, les billets doux de Turin Brakes prennent de l’altitude et se permettent de jeter un regard de dédain sur les mièvreries romantiques de leurs contemporains. Le duo signe également un des premiers tubes disco-folk de ce siècle par l’entremise du très réjouissant « Asleep with the fireflies ». Turin Brakes continue de construire le pont imaginaire qui les sépare encore de ses maîtres. Bref, chez certains, les travaux de voieries avancent plus vite qu’ailleurs…

Informations supplémentaires

  • Band Name: Turin Brakes
  • Genre: Pop/Rock
  • Label Prod: Virgin / EMI
  • Date: 2005-12-31
  • Rating: 0
Lu 854 fois
Plus dans cette catégorie : « God Bless the Electric Freak Saloua »