La Flemme tente de nous endormir…

La Flemme émerge comme un tourbillon coloré dans le paysage musical français, entraînant son public dans un univers où convergent des sonorités pop garage, des textures psychédéliques et une indéniable énergie nerveuse. Originaire de Marseille, ce groupe de…

logo_musiczine

Le flux existentiel de Maxïmo Park…

Maxïmo Park publiera son nouvel elpee « Stream Of Life », ce 27 septembre 2024. L’information du huitième album studio du groupe arrive en même temps que la sortie du premier single, « Your Own Worst Enemy ». Pour préparer » Stream Of Life », la formation…

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

billy_talent_ab_03
The Sisters Of Mercy - 09...

Behind a wish Spécial

Écrit par Olivier De Mul
&
Putain ! Encore un groupe de rock belge francophone ! Que l’on va nous servir à grandes louches de ‘Sacrééés Wallons’ et de ‘Saint-Eloi est un branleur’ ! De plus un 1er album produit par le Sharkien Rudy Cloquet ! Pas de bol les p’tits Liégeois, vous allez payer pour les autres ! 1er titre, « Day After Pride ». Oups, j’ai dû me tromper de CD… Non! Ok chouette atmosphère entre chien post-pop et loup Tool minimaliste. « London 99 » et « Walk at 3 A.M. » Là, je le savais ! Ca s’agenouille dans la grande église pop belge avec Das Pop en curé de campagne et Soulwax en enfants de choeur. « Relentlessly ». Dites, ces 4 jeunots, ils savent quand même installer des ambiances, tout en demi-ton, voix fugitive, rythmique prenante et discrète, mélodies distendues sans être tarabiscotées. « I’m a Radio » (univers synthétique à la Notwist) et Coma Tale (au final Chameleonesque) confirment la large palette du savoir-composer de Bacon Caravan Creek (quel nom!). Avec « Finally, this punk rocker is taking acid », toute l’ambiguité de l’indie actuelle (un ou deux sucres électros dans votre café pop wave ?) est condensée en 2 minutes. Ok, force est d’avouer que BCC réussit en 10 titres à abattre nos murs d’a priori et les barrières de genre pour imposer un rock inquiet, sombre, tendu. Si la musique de la bande à Nicolas Perat emprunte ici au post-rock, là à la (noisy-)pop (« Sad Tiny Variations »), ou encore à l’électro cheap, elle se révèle particulièrement originale, et pas seulement au sein de la scène belge (mais y a-t-il vraiment une scène belge, hors marketing racoleur s’entend ?). Bacon Caravan Creek, ou la fable du lièvre d’Amay et de la tortue de Marchin, version bolet.

Informations supplémentaires

Lu 554 fois
Plus dans cette catégorie : « One Plus One Is One The Best Of »