Vendredi Minuit l’heure de Sofia Bolt…

Sofia Bolt est le projet de la musicienne, compositrice et productrice d'origine française Amélie Rousseaux. C'est à Los Angeles, où elle vit depuis son départ de Paris en 2017, qu'elle a enregistré son second elpee, « Vendredi Minuit », ce 10 mai 2024. Entre…

Yes SIHR !

Après quelques concerts / projections improvisés en duo, au Caire et à Beyrouth, pour les…

logo_musiczine

Musiczine recherche des collaborateurs.

Tu as une très bonne connaissance musicale et tu souhaites participer à l’aventure Musiczine.net ? Tu es passionné, organisé, ouvert, social, fiable et appliqué ? Tu as une bonne plume ? Alors n’hésite plus : rejoins-nous ! Vu l’ampleur prise par Musiczine et…

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

The Sisters Of Mercy - 09...
DRAHLA

Asking for trouble… Spécial

Écrit par
&
Les oreilles grandes ouvertes, nous découvrons "Eyes Wide Open", titre d’ouverture. L’inquiétante intuition de se reprendre une mauvaise dose de castrat ‘sexophile’ sauce Darkness nous envahit. Au chant, la voix de James Taylor grimpe maladroitement dans les tonalités aiguës, tel un chat de gouttière dans un arbre. Un coup de vent fait vaciller le félin de son perchoir, James Taylor abandonne alors ses apparats de petit gredin à la croix de bois et lâche un cri primal dès "Can you hear me ? ", seconde livraison de l’album de The Rocks (NDR : quel nom !). Le quatuor enclenche la vitesse supérieure. "We Got It" et sa sinusoïde hypnotique verse du côté dansant de la force obscure de la formation britannique. Mauro Venegas perpétue des riffs tranchants alors que cette chère Sarah Bacon dépose ses jolis doigts sur le manche de sa guitare rythmique. Illusion nostalgique : la belle guitariste ressemble à s’y méprendre à un clone de Deborah Harry. Cette sensation est curieuse mais guère déplaisante. Sur "I won’t need you when you’re dead", le chant s’emballe et croise désormais le fer à la mémoire de Sid Vicious. Bref, le timbre de Taylor dérape et part méchamment en cacahouète. Vrille gutturale incontrôlée jusqu’au rageur "Everybody in the place" qui plonge le groupe dans un chaos revigorant, enivrant. A la basse, Chris Mann tente inlassablement d’insuffler une ligne de conduite à ses confrères indisciplinés mais éprouve visiblement toutes les peines du monde à soutenir l’élan suicidaire entamé par ce flot de décharges électriques. Mais cuivrée et costumée, cette bande de sales gosses est également capable de retrouver son calme, de s’appliquer et de signer quelques titres intemporels, à l’image de ce simple et mélodieux "What have you done". The Rocks joue dans la catégorie punk désinvolte. A ce jour, la sincérité qui anime ces quatre-là demeure leur plus furieux atout dans la perspective de conquérir un auditoire laissé en jachère, suite au passage manqué du second album de The Eighties Matchbox B-Line Disaster.

Informations supplémentaires

  • Band Name: The Rocks
  • Genre: Pop/Rock
  • Label Prod: Scratchy / Cargo / Konkurrent
  • Date: 2004-12-31
  • Rating: 0
Lu 1632 fois
Plus dans cette catégorie : « Yessssssss ! ! ! ! Rocket Redux »