Mustii avant que la fête ne soit finie…

L'auteur, compositeur et acteur Thomas Mustin aka Mustii représentera la Belgique au Concours Eurovision de la chanson avec son nouveau titre « Before The Party's Over », un hymne à la vie, à la fois fragile et puissant. Le titre –comme la vie elle-même– est…

logo_musiczine

Malice K sur les ondes…

Malice K est un artiste né à Olympia, WA, et basé à Brooklyn, dont la palette sonore est composée d'alt 90s et de lyrisme effronté, créant une rare fusion de pop rock indie décalé. Ancien membre du collectif d'artistes Deathproof Inc, il s'est forgé une…

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

DAF - Bimfest 2023
Depeche Mode - Sportpalei...

Diaspora Spécial

Écrit par
&

J’ai découvert les Ukrainians au début des 90’s. Et en particulier leur « Pisni Is The Smiths », un Ep au cours duquel la formation revisitait quatre classiques des Smiths. A l’instar de « Bigmouth strikes again », rebaptisé pour la circonstance « Batyar ». Ils s’étaient également produits dans des petits clubs du Borinage. A Mons et puis au Rockamadour. Devant à peine une dizaine de spectateurs. Et pourtant, leur prestation haute en couleurs reflétait un talent certain.

Fondé par l’ex-guitariste de Wedding Present, Peter Solowka, The Ukrainians est né d’une initiative de John Peel. Le célèbre animateur avait invité Peter à monter un groupe folklorique (la famille de Solowka est d’origine ukrainienne !) pour participer à une Peel Session de la BBC. Pour la circonstance, Peter avait invité le chanteur/violoniste Len Liggins et le mandoliniste Roman Remeynes ; David Gedge se limitant à la guitare rythmique. C’est même ce dernier qui va se charger des arrangements de leur premier album. Profitant de l’expérience acquise au sein de son ex-groupe, de l’aide de son ancien leader et encouragé par John Peel, Solowka pend goût à l’aventure et fonde les Ukrainians. Caractéristique des compos : tous les titres sont dans la langue de Viktor Iouchtchenko.

Le succès n’est pas au rendez-vous et malgré de fréquents changements de line up, la formation poursuit sa carrière. Après avoir sorti quatre albums, dont le quatrième « Kultura » voit le jour en 1994, le combo ne ressent plus le besoin d’entrer en studio, mais continue à se produire en ‘live’. Son retour sur disque sera d’ailleurs un opus immortalisé en public : « Drink to my Horse! The Ukrainians Live ». En 2001. « Respublika » ne paraissant qu’en 2002 !

C’est donc en manifestant un enthousiaste particulier que je me suis lancé dans l’écoute et la chronique de cd. En me repassant de bons souvenirs vécus au cours des 90’s ; et puis en me remémorant mes voyages à l’Est.

Titre d’ouverture, « Diaspora » aurait pu figurer au répertoire des Négresse Vertes ; mais en général, ce disque opère un savoureux mélange entre musique folklorique d'Europe de l'Est (NDR : très palpable sur le titre instrumental « Newilnyk Waltz ») et pop-rock d’Outre-Manche (« Marusya Bohuslavka »). « Panove Molodtsi », « Olenka » ou encore « Souveniry » en sont probablement les plus belles illustrations. Un disque qui s’achève par « Uhorsky Tanets », un morceau traditionnel sous-titré ‘Hungarian dance’.

Si « Diaspora » n’est pas toujours très abordable, il est de toute bonne facture. Dès lors, vu le succès de Beirut et autre Gogol Bordello, The Ukrainians a peut-être enfin l’opportunité de séduire le grand public. C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

 

Informations supplémentaires

  • Band Name: The Ukrainians
  • Genre: Pop/Rock
  • Label Prod: Zirka / Sonic RendezVous
  • Date: 2009-06-18
  • Rating: 4
Lu 951 fois
Plus dans cette catégorie : « Who are you + The kids are alright Yeah So »