Cinq ans après avoir publié l'album « La Nuit Philarmonique », Delphine Coutant est de retour. Son sixième opus « 2 Systèmes Solaires » a bénéficié du concours d’un Octuor à Cordes, lors des sessions d’enregistrement. Il est paru d'abord en digital le 02…

Zazie rentable…

Un coup d'aile et Zazie repart à l'assaut des cimes musicales. 4 ans après avoir publié…

logo_musiczine

Formé en 2019, Church Village Collective –ou CVC– tire son nom du lieu où le groupe s’est formé, au sommet d’une colline des Welsh Valley, à seize kilomètres du nord de Cardiff. Le groupe est composé du chanteur Francesco Orsi, des guitaristes-chanteurs David…

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Fast Idol Spécial

Écrit par
&

Depuis le départ de Ty Kube, Black Marble est devenu le dessein solo de Chris Stewart. Et « Fast idol » constitue le deuxième opus du Marbre Noir, sur le label new yorkais Sacred Bones. Une écurie qui convient parfaitement au projet. Il s’agit du premier essai de Stewart depuis qu’il est installé à Los Angeles. Le soleil californien n’a toutefois pas eu d’emprise sur la musique de Black Marble. Elle est toujours trempée dans un mélange de cold-wave et de synth-pop. Le dress code est plus au noir qu’à la chemise à fleurs. Malgré ce constat, les paroles en retrait, « Fast Idol » est loin d’être un album déprimant. On retrouve des mélodies accrocheuses. Le son est éthéré. Stewart s’amuse avec ses synthés qu’il pose sur une boîte à rythmes. Les ambiances planantes laissent place à des passages plus entraînants a l’instar du titre introducteur, « Somewhere ». Ce voyage dans les 80’s nous rappelle les belles heures de New Order, The Smith ou The Cure. Plus proche de nous, on pense à un artiste comme John Maus.

Informations supplémentaires

  • Band Name: Black Marble
  • Genre: Pop/Rock
  • Label Prod: Sacred Bones / Konkurrent
  • Date: 2021-10-21
  • Rating: 8
Lu 150 fois
Plus dans cette catégorie : « The Return of the Golden Rhodes Laurel Hell »