Amandine Fontaine-Rebière, aka Moonya, est une artiste originaire du canton brionnais. En 2003, elle a fondé, en compagnie du musicien David Fontaine, le duo AÑA. Elle se charge des vocaux et de la guitare ; lui de la basse. Il se partagent le clavier et la…

logo_musiczine

Shame vient de dévoiler la vidéo de « Six-Pack », nouveau single extrait de son troisième opus, « Food for Worms », qui sortira le 24 février 2023. Le groupe a également annoncé une grande tournée qui commencera fin février en Europe et au Royaume-Uni, et qui…

La réalité de CVC…

Formé en 2019, Church Village Collective –ou CVC– tire son nom du lieu où le groupe s’est…

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

One of us Spécial

Écrit par
&

Ce Bordelais a commencé la musique à l’âge de 7 ans. Des études classiques qui le conduisent à jouer de la flûte traversière. Mais à 18 ans, il tourne le dos à cet enseignement pour se consacrer à la basse. Il va ainsi sévir dans une bonne dizaine de projets différents, au cours desquels il chantera même en espagnol, et passera de la quatre à la six cordes, acoustique ou électrique, avant d’opter pour une aventure en duo qu’il baptise le Quintana Dead Blues Experience. Mais en 2017, il décide de continuer l’aventure en solitaire. Armé de sa gratte et s’appuyant sur un vieux séquenceur, en l’occurrence une GrooveBox Roland MC909.

« One of us » constitue le second elpee du Quintana Dead Blues Experience, un opus qui fait suite à « Older », paru en 2019.

Découpé en 10 plages, cet LP fait la part belle au blues, mais un blues contemporain, qui se nourrit de rock intense et sauvage, un peu dans l’esprit des Kills, des Black Keys originels voire du Jon Spencer Blues Explosion (NDR : ce explique, sans doute, le choix du patronyme). La voix de Piero Quintana est bien timbrée et elle emprunte parfois des inflexions à Dave Gahan (Depeche Mode) ou à Peter Murphy (Bauhaus).

Les arrangements sont soignés. L’électronique est judicieusement intégrée. Certaines compos sont infiltrées d’accès de Farfisa. Il y a même des chœurs sur « So hard to say ». Quintana s’est proclamé ‘One man rock’n’roll electro heavy blues’. C’est une carte de visite qui tient la route…

Informations supplémentaires

Lu 100 fois