La révolte de Bagdad Rodeo...

Le premier single extrait de « Quatre - L'album sans Fin - Part 1 », le nouvel album de Bagdad Rodéo, « Révolution Vendetta », nous plonge dans les racines du groupe, de son combat, celui de la liberté à tout prix et de l'esprit critique qui font de Bagdad…

logo_musiczine

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Search results (26369 Items)

Solidarités 2024 : la prog à ce jour (update 23/01/2024)

Écrit par

VENDREDI 23/08

CALOGERO, COLT, NOÉ PRESZOW, ORLANE, RAPHAEL, SANTA

SAMEDI 24/08

ETIENNE DAHO, MIKA, DORIA D, NEJ, MAGIC SYSTEM, PIERRE DE MAERE, RIDSA

DIMANCHE 25/08

HELLMUT LOTTI GOES METAL, JAIN, PUGGY, SHAKA PONK, SOVIET SUPREM, TALISCO*

http://www.lessolidarites.be

 

Europavox 2024 : l'affiche s'étoffe ! (update 23/01/2024)

Écrit par

Après avoir annoncé la présence de Shaka Ponk, Phoenix, The Libertines, Dionysos, Zola, La Fève, Eddy De Pretto, Olivia Ruiz, L'Impératrice, Uche Yara et Melenas, les organisateurs dévoilent de nouveaux noms qui viennent compléter la programmation :

En l’occurrence Isaac Delusion, Luther, So La Lune, Solann, Isha x Limsa, Eloi et Prince Waly !

L’édition se déroulera du 28 au 30 juin 2024 à Clermont-Ferrand

https://www.europavoxfestivals.com/

The Soft Moon

Luis Vasquez (The Soft Moon) et John Juan Mendez (Silent Servant) sont décédés

On a appris la mort de deux musiciens de la scène 'wave': Luis Vasquez de The Soft Moon et John Juan Mendez alias Silent Servant. Les deux Californiens, accompagnés de la femme de Mendez, ont été retrouvés sans vie dans une maison à Los Angeles il y a quelques jours. Les circonstance de leur mort n'ont pas encore été établies mais les rumeurs évoquent une overdose due à la consommation d'un opiacé très dangereux, le fentanyl.

C'est surtout Luis Vasquez qui était très connu dans la communauté '(dark) indie' car, avec The Soft Moon, il a développé avec succès un style unique, hybride, combinant darkwave, techno, industrial et power electronics, comme un mariage improbable entre Nine Inch Nails, Depeche Mode, The Cure et Nitzer Ebb.

Né à Los Angeles d'une mère immigrée cubaine et d'un père mexicain, Vasquez a commencé à jouer de la guitare dès son enfance et a formé son premier groupe punk à l'âge de 15 ans, inspiré par des groupes tels que Fugazi. et Bad Brains. Il a fondé son projet solo The Soft Moon en 2009 et a signé avec le label de Brooklyn Captured Tracks pour sortir son premier single, Breathe The Fire, en 2010. Son premier album est sorti la même année.

Deux autres albums ont suivi, toujours sur Captured Tracks en 2012 (Zeroes) et 2015 (Deeper), avant que Vasquez ne signe avec Sacred Bones pour sortir l'album Criminal en 2018. Le dernier album de Luis était Exister, sorti en 2022.

En Belgique, The Soft Moon avait acquis une large renommée et Luis s'était produit une quinzaine de fois, au Botanique, au Magasin 4, au Trix et dans des festivals comme Les Nuits, Pukkelpop, Dour, Sonic City, etc.

Quant à John Juan Mendez, alias Silent Servant, il produisait une musique 'wave' instrumentale plus orientée techno.

Nous avons eu la chance d'interviewer Luis Vasquez en 2015 et il était apparu comme un homme attachant, très humain et d'une grande sincérité. Il restera à jamais dans nos mémoires.

Pour lire l'interview de Luis Vasquez (The Soft Moon), c'est ici

Pour écouter l'hommage rendu par l'émission de radio WAVES, qui comprend l'audio de 2 interviews de Luis Vasquez, c'est ici.

Torres

TORRES perdue dans une salle immense…

TORRES (le nom de scène de l'artiste new-yorkaise Mackenzie Scott) publiera son nouvel elpee, « What an enormous room », ce le 26 janvier 2024. La chanteuse américaine propose également son premier single/vidéo, « Collect ». Parallèlement à cette annonce, Mackenzie Scott dévoile une tournée nord-américaine, britannique et européenne en 2024.

« What an enormous room » a été enregistré, l’automne dernier, au Stadium Heights Sound de Durham, en Caroline du Nord, et fait suite à la sortie de « Thirstier », paru en 2021. « Collect » introduit un nouveau chapitre dans la carrière de l’artiste avec une production aiguisée et des synthés gonflés à bloc. Scott : ‘Cette chanson parle de la justice qui est rendue. C’est une chanson sur la rage que j'ai essayé d'écrire pendant des années !’

La carrière de TORRES s'étend sur une décennie au cours de laquelle elle a gravé six albums studio, réalisé d'innombrables pièces uniques, accompli des tournées et rédigé des articles, chacun marqué par sa créativité. « What an enormous room » a été produit par Scott et Sarah Jaffe, et réalisé par Ryan Pickett. Les dix chansons de l'album sont signées par Scott. Elle y joue de la guitare, de la basse, des synthétiseurs, de l'orgue, du piano et de la batterie programmée, Jaffe et Allen contribuant également à diverses instrumentations.

Les outils sont les mêmes : des instruments qui grondent, crient et gémissent, une voix lyrique qui crie, se pâme, glousse, grogne selon les besoins du moment. La musique de TORRES s'inscrit dans un vocabulaire mélodique original et même si la musique devient bizarre, cérébrale, drôle, provocatrice, c'est toujours avec la conviction d'un artiste qui croit essentiellement à la valeur de sa tâche.

Le clip consacré à « Collect » est disponible

 

 

 

Jane Weaver

Pour Jane Weaver, l’amour est un spectacle permanent...

Écrit par

Jane Weaver, aka Jane Louise Weaver, est une musicienne originaire de Liverpool. Son nouvel opus, « Love In Constant Spectacle », paraîtra ce 5 avril 2024. Il a été produit par John Parish (PJ Harvey, Eels, Sparklehorse). Son disque le plus intime et le plus personnel à ce jour

L’elpee évoque une imagerie plus spectaculaire que jamais, et hisse la poésie de Weaver jusqu’à des sommets encore jamais atteints. C’est en poussant plus loin le son mélancolique, véritable marque de fabrique depuis ses débuts en 2000, que la musicienne parvient à esquisser un tableau composé de nouvelles couleurs et de formes étranges. Le nouveau single « Perfect Storm », évoque des saynètes, comme autant de vignettes d’un personnage frénétique, qui au loin perçoit un danger.

« Love In Constant Spectacle » est le premier long playing de Weaver depuis le succès de « Flock », en 2021. Sur ce LP, elle marque un retour onirique, qui tente d’offrir de nouvelles perspectives sonores face à l’inévitabilité de la vie. Il marque également les retrouvailles de la Liverpuldienne avec John Parish (PJ Harvey, Aldous Harding), qui a enregistré l’album entre Rockfield Studios et au studio de Geoff Barrow, l’Invada.

Batteries motorik luxuriantes, pédales fuzz exotiques ou encore synthés modifiés à l’infini : pas de doute, on retrouve dans “Love In Constant Spectacle” les fondations du son de Jane Weaver. À ceci près que son expression sonore est cette fois enrichie d’élans expérimentaux et d’un libre abandon davantage associé au free-jazz qu’au rock indé.

"Love In Constant Spectacle » est un album hors du commun, à la fois intime et distant, une interprétation surréaliste des fondements de ce quoi nous rend humain - les histoires et les paysages qu’il peint sont des habitats à part entière. Un voyage qui nous emmène dans des contrées inexplorées, le manifeste sincère d'une artiste qui continue à évoluer sans limite à chaque chapitre de sa carrière…

Le single « Perfect Storm », est en écoute ici

 

6 nouvelles têtes pour CoulCaf24 (update 19/01/2024)

Écrit par

6 nouveaux noms sont venus s’ajouter à la line-up. Au programme : 

Le vendredi 28 juin, Tyla et Disiz.

Le samedi 29 juin, Action Bronson, Brihang et Steel Pulse

Le dimanche 30 juin, Nubiyan Twist.

http://www.couleurcafe.be

 

Brihang au Cactus Festival 2024 (update 19/01/2024)

Écrit par

Après avoir annoncé War On Drugs, Patti Smith, Brittany Howard et Cat Power, la 41ème édition du Cactus Festival accueillera Brihang. Il s’y produira le vendredi 12 juillet.

http://www.cactusfestival.be

Festival Paradise City : les premiers noms (update 19/01/2024)

Écrit par

Le Festival Paradise City annonce les premiers noms, dont Bonobo, Marlon Hoffstadt, Maribou State et Lola Haro B2B Marcel Dettmann. Le festival se déroulera du 28 au 30 juin 2024.

www.paradisecity.be

Het Depot (Louvain) : les nouveaux concerts (update 19/01/2024)

Écrit par

Ve 03.05.2024 IKSANDER MOON

Ma 05.03.2024 HYDROGEN SEA + PLUSH BABY

Ve 22.03.2024 HUMO'S ROCK RALLY HALVE FINALE

Me 17.04.2024 THE BEVIS FROND

Di 19.05.2024 GALAXIE'S NIGHTSHIFT

Sa 12.10.2024 THE SLACKERS

https://www.hetdepot.be

 

Couvy Rock 2024

Écrit par

La 3eme édition du Couvy Rock aura lieu le samedi 1er juin 2024 à Cul des Sarts dans le sud de la province de Namur.

Au programme :

- Bad Tripes (shock rock) France

- Ocean Encounters (metalcore) Belgique

- Shuulak (heavy metal) Pays-Bas

- Clinic Rodeo (stoner rock) France

- Mr Fartface (punk-rock)

- Mambassa B.B (ska-punk)

https://couvyrock.be/

Admiral Freebee

Admiral Freebee a plus d’une corde à…

Écrit par

Ce 20 janvier 2024, Tom Van Laere (aka Admiral Freebee) se produisait à l'Ancienne Belgique dans le cadre de Rewind ; l'occasion pour ce musicien d’exécuter dans l'ordre et intégralement son premier elpee éponyme. En 20 ans de carrière, cet artiste –frère du galeriste anversois Tim Van Laere– qui avoue s'inspirer énormément de Tom Waits, mais dont la musique lorgne manifestement vers Neil Young et Bob Dylan, a pris de l'amplitude et n'a cessé d'améliorer son jeu. Pas étonnant quand on sait qu’avant de se lancer dans la musique, c’était un espoir du tennis belge, sport qu'il pratique cependant, toujours quotidiennement… L'occasion de demander, sans le prendre de ‘court’, à ce manieur de raquette et de guitare anversois son avis sur l'évolution du rock belge depuis deux décennies…

Quelle est l'importance d'Anvers dans votre musique ? 

Énorme... Sur mon premier album, que je vais réinterpréter complètement demain, la chanson « There is a Road » évoque la Noorderlaan. Je suis né à Brasschaat, et cette artère mène à Anvers.

Sur « Get out of town », la première chanson du disque, je parle de la transition difficile vers l'âge adulte tout comme l’effort qu’exige aller de Brasschaat à Anvers. Ensuite, se rendre à New York ou à Tokyo n'est pas compliqué quand on a pris confiance en soi, et lorsqu’on devient un homme. Car en ville, on découvre la vraie vie, on doit se prendre se prendre en main et on y fait de bonnes et de mauvaises rencontres…

Dans vos chansons, on ressent souvent une pointe de l'amertume…

Je ne suis pas quelqu'un d'amer dans la vie, mais j’éprouve le droit de l'exprimer dans ma musique ; c'est une sorte de catharsis. Lorsque je suis sur scène, je chante incarner un ‘loser’ et quand je m’adresse au public, j'affirme que nous le sommes tous, mais que nous allons célébrer cette condition. En tant qu'Admiral Freebee, je proclame ne pas savoir comment m'y prendre avec les impôts, les femmes... bref, que je ne sais pas comment vivre, mais que le public va se reconnaître dans les paroles de mes chansons. Ce qui engendre une certaine communion d’esprit, de progression collective...

Sur « I'm Bored », Iggy Pop chante ‘I'm the chairman of the bored. I'm a bit the chairman of the losers’ (rires)

La compo « The Worst Is Yet To Come » symbolise cette perspective ?

C'est du Schopenhauer (NDLR : un philosophe allemand qui a exercé un impact important sur de très nombreux écrivains, philosophes ou artistes majeurs du XIXe siècle et du XXe siècle) ! Il a écrit que lorsqu’on imagine le pire, on a l'heureuse surprise de constater ensuite que ce n'est pas le cas. Bref, il est préférable de prévoir le pire...

Vous aviez débuté une carrière de tennisman. Quel est le rapport entre le tennis et la guitare ?

Il y en a tellement que je pourrais rédiger un livre sur le sujet. À l'instar du tennis, en matière de jeu de guitare par exemple, on vous apprend que pour ‘speed up, you have to slow down’. Pour être meilleur, il faut ralentir un peu son jeu.

Par ailleurs, lorsque je dispute un match de tennis important ou me produis à l'AB voire à Werchter, c'est chaque fois dans ces moments importants que je joue le plus mal. Question de mental ! 

Enfin, dans ces deux disciplines, c’est au bout de milliers d’heures de pratique qu’on atteint un certain niveau.

Et vous pratiquez toujours le tennis ?

Oui, une fois, voire deux fois par jour ! Mais j'ai arrêté un moment, car la musique devenait trop envahissante. Mais désormais, comme je joue au tennis plus souvent et mieux, mes concerts sont bien meilleurs ! Ma résistance s‘est accrue eet mes poumons sont en pleine forme. Le tennis est un sport très intense, et chanter ressemble à de la course à pied...

Et puis j'écoute beaucoup au tennis... car de nombreux joueurs crient, sans que ce soit du chiqué…

J'entends cela et je me dis ‘c'est génial le rock’ (rires) ! Je vais m'y mettre aussi ! Donc en concert, j'imite un joueur de tennis (rires) !

Quel est votre guitariste préféré...

Keith Richards. Enfin, notamment ; parce qu'il joue à l’économie, sans emphase. Ce qui n'est pas simple ; et il rejoint ainsi l'approche du tennis. Il a confié dans une interview que si la toile est le support du peintre, pour le guitariste, c'est le silence...

Après 20 ans de carrière, comment jugez-vous l'évolution du rock en Belgique ?

Immense ! Lorsque j'ai débuté, tout le monde était influencé par dEUS, moi y compris. La formation combinait des éléments du rock qui ne l'avaient jamais été précédemment. Aujourd'hui, elle mélange bien d'autres styles : rap, hip-hop, jazz... Comme des tas d'autres groupes, d’ailleurs…

Qu'en est-il de la scène, des concerts ?

On ne parle plus de concert, mais de show. À mes yeux, un concert c'est quand on commet des fautes. C'est forcément imparfait. Lors d’un show, entre en compte le jeu de lumière et la gestion par ordinateurs qui évite les erreurs ; tout y est parfait… trop parfait, trop léché…

Y a-t-il désormais trop de festivals en Belgique ?

Non. Beaucoup de groupes belges sont excellents parce qu'ils peuvent justement se produire dans de nombreux festivals.

Comment expliquez-vous qu'il y ait autant de groupes en Flandre et moins en Wallonie ?

Mais il existe de nombreux bons groupes en Wallonie. Cependant, je ne comprends pas pourquoi les groupes wallons ne se produisent pas davantage en Flandre. Sans doute parce que les Flamands sont snobs... (rires)

Pourtant, à mes yeux, la meilleure artiste belge, la plus authentique c'est Mélanie De Biasio. Elle joue d'ailleurs énormément en Flandre. Elle est tellement formidable, qu'au début, je pensais qu'elle était flamande (rires) 

La réédition des 4 premiers albums d’Admiral Freebee est sortie ce 10 novembre, en série limitée, sous forme de vinyle et dans un même box.

 

Francofolies de Spa : l’affiche à ce jour (update 18/01/2024)

Écrit par

Jeudi 18 juillet : FRANCIS CABREL, CHRISTOPHE MAE, PUGGY, COLT, CLOE DUTREFLE & LISETTE LOMBE

Vendredi 19 juillet : PATRICK BRUEL, PASCAL OBISPO, ZAZIE, YKONS, JOSEPH KAMEL, DORIA D

Samedi 20 juillet : GIMS, DJADJA & DINAZ, SOOLKING, NUIT INCOLORE

Dimanche 21 juillet : LOUISE ATTAQUE, HOSHI, EDDY DE PRETTO, PIERRE DE MAERE, CHARLOTTE CARDIN, NOE PRESZOW, GLAUQUE, ZAOUI

http://www.francofolies.be

 

The Vaccines

Court, mais excellent !

Écrit par

Malgré le départ des membres fondateurs, Pete Robertson (le drummer) et Freddie Cowan (le guitariste), la notoriété de la formation londonienne ne semble pas avoir été altérée. Son sixième elpee, « Pick-Up Full Of Pink Carnation », est paru ce 12 janvier 2024. Il a été enregistré à Los Angeles sous la houlette du producteur Andrew Wells (Ellie Goulding, Adam Lambert, Jason Mraz). Ce qui qui a permis à la musique d’embrasser des horizons pop d'une autre dimension. C’est le premier depuis le départ de Cowan. Et pour le défendre, elle est repartie en tournée qui passait, ce jeudi 18 janvier 2024, par l’Ancienne Belgique de Bruxelles. Le concert est sold out depuis plusieurs mois. Le 25 février 2011, on avait vécu un moment historique et d’une belle intensité au Bota, lorsque le band avait joué son premier opus, dans son intégralité, en 35 minutes…

The Vaccines a eu le nez creux en choisissant pour supporting act, ce soir, Teen Jesus & The Jean Teasers, un groupe australien (NDR : il est originaire de Canberra) et féminin qui a gravé son premier long playing, « I Love You », l’an dernier. Fondé en 2015, Il réunit la chanteuse/guitariste Anna Ryan, l’autre sixcordiste Scarlett McKahey, la drummeuse Neve Van Boxsel et la bassiste Jadida Stephenson.

Dès le premier morceau, « AHHHH ! », le quatuor implique la foule lors des refrains. L’expression sonore baigne dans un pop/punk entraînant, parfois teinté d’une pointe de hardcore. Très électrique « I Used To Be Fun » évoque le « Kiss With A Fist » de Florence and the Machine. Pendant « Desk Chair » à l’avant de la fosse, la foule tente un petit round circle. Toute en douceur, la reprise acoustique du « Happier Than Ever » de Billie Eilish permet à tout le monde de souffler. Car forgé dans un rock puissant et accrocheur, « Lights Out » reprend vigueur et déménage littéralement. Intéressant et énergique pour un supporting act.   

Setlist : « AHHHH ! », « Desk Chair », « Treat Me Better », « I Love You », « Cayenne Pepper », « I Used To Be Fun », « Salt », « Happier Than Ever » (Billie Eilish cover), « Lights Out », « Girl Sports »

Place ensuite à The Vaccines. Le set s’ouvre par une intro préenregistrée du « Live and Let Die » de Paul McCartney ; ce qui permet aux musicos de s’installer devant leurs instruments. Le line up réunit aujourd’hui le chanteur/guitariste Justin Hayward-Young, le bassiste Árni Árnason, le guitariste/claviériste Timothy Lanham et le drummer Yoann Intonti, ces deux derniers perchés sur une estrade, respectivement à gauche et à droite de la scène. Et le team a engagé un second sixcordiste, pour la tournée, Matthieu Hitt. Le décor est sobre. Hormis les fleurs qui décorent amplis, pieds de micro et haut-parleurs, une tenture vintage tendue derrière le band changera de couleur au gré du jeu de lumières.

« Love to Walk Away » ouvre la prestation. Les morceaux ne dépassent pas les 3 minutes et s’enchaînent rapidement, même si, de temps à autre, pendant les intervalles, Justin y glisse une vanne.

« Wreckin' Bar (Ra Ra Ra) » fait monter la température ambiante. Les premiers rangs viennent se jeter contre les barrières près du podium et un timide round circle prend forme face à Justin qui ne tient pas en place. Mais à partir du hit « Post Break-Up Sex », c’est déjà le boxon. Le public reprend même les paroles en chœur ; ce qui laisse Justin pantois. Et « Wetsuit » prolonge le climat de houle dans la foule. Tout comme « I Can't Quit », une compo caractérisée par ses riffs de grattes surf addictifs.

Curieux, mais la voix de Justin évoque de plus en plus, celle de Paul Banks (Interpol). La formation commence alors à proposer des morceaux issus du nouvel opus. Dans son style bien spécifique, revivaliste, entre garage, rock, surf et post punk. Vivifiants, parfois explosifs, ils passent bien la rampe.

The Vaccines n’en n’oublie pas son hit, « If You Wanna », avant de clore le set par « All in white », et de revenir pour un rappel de 3 titres.

Court mais excellent !

Setlist : « Live and Let Die » (Paul McCartney), « Love to Walk Away », « Wreckin' Bar (Ra Ra Ra) », « Your Love Is My Favourite Band », « Post Break-Up Sex », « Wetsuit », « I Can't Quit », « Discount de Kooning (Last One Standing) », « Primitive Man », « Headphones Baby », « Wolf Pack », « Jump Off the Top », « Handsome », « Heartbreak Kid », « Teenage Icon », « I Always Knew », « If You Wanna », « All In White ».

Rappel : « Sometimes, I Swear », « Lunar Eclipse », « All My Friends Are Falling In Love ».

(Organisation : Live Nation)

Ancienne Belgique (Bruxelles) : les nouveaux concerts (update 17/01/2024)

Écrit par

mer. 17 avr. |
Okean Elzy

mer. 01 mai |
Shabazz Palaces

lun. 27 mai |
Villagers

lun. 17 juin |
The Dead South

jeu. 27 juin |
Chelsea Wolfe

ven. 04 oct. |
Eivør

http://www.abconcerts.be

 

Rock Werchter 2024 : 20 nouveaux noms (update 17/01/2024)

Écrit par

Rock Werchter annonce 20 nouveaux noms ! Ainsi, Parkway Drive, The Gaslight Anthem, STONE, The Streets, MEUTE et Slowdive seront à l’affiche du jeudi 4 juillet. James Arthur, Tom Morello, Archive et Sleaford Mods se produiront en live le vendredi 5 juillet tandis que The Blaze, Janelle Monáe, Benjamin Clementine et Marc Rebillet vous donnent rendez-vous le samedi 6 juillet sur le Parc du Festival. Pour compléter l’affiche du dimanche 7 juillet, on retrouvera Sampha, Froukje, Parcels, Zara Larsson, Loyle Carner et High Vis.

http://www.rockwerchter.be

And Also The Trees

Une lune de nacre éclaire And Also The Trees…

Écrit par

« Mother-of-pearl moon », le nouvel elpee d’And Also The Trees, paraîtra ce 23 février 2024. Nés d'une série d'improvisations à la guitare électrique, de Justin Jones avant et après l'aube, pendant un mois de solitude en 2020, les morceaux se sont ensuite développés à leur manière : la guitare, souvent laissée dans sa forme brute et inaltérée, la voix de son frère Simon, qui apporte l'imagerie et la narration, la clarinette et le piano de Colin Ozanne qui ajoutent de l'équilibre, de la couleur et de l'harmonie, les percussions de Paul Hill qui créent de la profondeur... à l'occasion, une autoharpe, un Moog... cet ensemble entraîne le mélomane les profondeurs de la campagne anglaise...

La musique est souvent filmique, rappelant des longs métrages des années 50 à 70. Et c’est particulièrement évident sur « This path through the meadow », une chanson qui explore l'entrelacement de la nature humaine et de la nature sous ses formes animale et botanique, et dans sa vidéo où le groupe semble se produire devant une projection imaginaire… Le clip est d’ailleurs disponible .

En concert

02/04 - Namur (B)

03/04 - Strasbourg (F)

04/04 - Amiens (F)

05/04 - Limoges (F)

06/04 - Paris (F)

07/04 - Brest (F)

 

Baby Fire

A Year of Grace

Écrit par

Depuis 2009, le trio bruxellois Baby Fire livre un âpre combat rock. Son nouvel Ep, « A Year of Grace », clôture une trilogie entamée en 2020 par un autre Ep intitulé « Searching for Grace », suivi d’un LP logiquement baptisé « Grace ». La tête pensante du projet, Dominique Van Cappelen-Waldock (au chant et à la guitare) –assistée du producteur Déhà (Wolvennest, La Muerte)– cible des univers forts comme ceux que fréquentent PJ Harvey et Chelsea Wolfe.

« A Year of Grace » recèle 3 remixes issus de l’album « Grace » ainsi que 2 nouvelles compositions partagées entre ‘doom’ oppressant (« Like Stars ») et ambiance plus évanescente et habitée (« A Year of Grace »). En outre, le remix d’« Eternal », qui a bénéficié du concours de Cécile Gonay (Seesayle) au violon ainsi que de Laetitia Shériff, vaut le détour. A travers ses textes, cette dernière raconte son parcours compliqué pour se faire entendre dans un milieu qu’elle considère comme sclérosé… sa voix puissante et incarnée se chargeant du reste. Fruit d’un cocktail de post-punk, de post-rock et d’ambient, l’univers de Baby Fire est à découvrir…

 

Inutili

A Love Supreme

Écrit par

Formation obscure issue de Teramo, en Italie, Inutili, nous propose son cinquième elpee, un disque découpé en 5 longues jams diablement psychédéliques. 40 minutes de divagations expérimentales, qu’on imagine propices au live plutôt qu’au studio…

Les effluves répandues par Alessandro Antinori (à la basse et la guitare), Pietro Calvarese (à la guitare et au chant), Giancarlo Di Marco (à la guitare et la basse) et Lorenzo Mazzaufo (à la batterie, aux percussions et au… chant) ainsi que l’invité spécial Francesco Gaspari (au synthétiseur et à la programmation) naviguent évidemment quelque part entre les sonorités des années 60 et 70. ‘Utili ou Inutili’, là n’est pas vraiment la question… pour apprécier idéalement ce trip, il suffit de se laisser entraîner et même dériver à travers les méandres opiacées esquissées par ces musiciens à l’imaginaire débordant…

 

Live Nation : les nouveaux concerts (update 16/01/2024)

Écrit par

Mercredi 24 juillet 2024 – Xavier Rudd – OLT Rivierenhof, Anvers

Mercredi 14 août 2024 – Big Thief – OLT Rivierenhof, Anvers

Jeudi 22 août 2024 – Portland – OLT Rivierenhof, Anvers

http://www.livenation.be

LaSemo 2024 : 3 nouveaux noms (update 16/01/2024)

Écrit par

Quatre artistes ont déjà été annoncés, Patti Smith, IAM, Pomme et Zaho de Sagasan.

Trois nouveaux groupes sont venus rejoindre la programmation : Ibrahim Maalouf (vendredi 12 juillet - Concert exclusif en Belgique), Chinese Man (samedi 13 juillet) et Deluxe (dimanche 14 juillet)..

http://www.lasemo.be

Les Ardentes Club x Reflektor, Liège : l’agenda (update 14/01/2024)

Écrit par

24 janvier - Charlie Winston

25 janvier - Mentissa

27 janvier - Colt

29 janvier - Charlotte Cardin @OM, Seraing

01 février - Lalalar08 février - Zaoui

02 février - The Subs @OM, Seraing

03 février - It it anita

08 février - Zaoui

10 février - Saule

14 février The Bootleg Beatles @OM, Seraing

15 février - Pierre De Maere @OM, Seraing

15 février - Pierce brothers

16 février - Jeff Mills (DJ set) @OM, Seraing

16 février - TéméTan

22 février - Glints

08 mars - Broken back

13 mars - Hania Rani @OM, Seraing

15 mars - Tom McRae

21 mars - Zaho De Sagazan @OM, Seraing

22 mars - Glauque

23 mars - Whispering sons

30 mars - Fugu Mango

30 mars: The Pretenders @OM, Seraing

05 avril - Miles Kane

06 avril - Mooneye

12 avril - The Magician, Etienne De Grécy

18 avril - Rori

20 avril - Ykons

03 mai - Makaya McCraven, Ice Ogunjobi

04 mai - Tenderlonious

05 mai - Lakecia Benjamin, Roni Kaspi

08 juin - Ghinzu

 

Jazz à Liège 2024 - mai 2024

03 mai - Snarky Puppy

 

www.mithrajazz.be

www.reflektor.be

www.lesardentes.be

 

Page 9 sur 851