Dorian Sorriaux croit au changement…

Guitariste-chanteur dans l’univers du psyché/folk, Dorian Sorriaux a sévi comme guitariste au sein du groupe suédois Blues Pills. Il s’émancipe en explorant de nouveaux univers musicaux, et notamment à travers un folk plus acoustique et des textes plus…

logo_musiczine

Une lune de nacre éclaire And Also The Trees…

« Mother-of-pearl moon », le nouvel elpee d’And Also The Trees, paraîtra ce 23 février 2024. Nés d'une série d'improvisations à la guitare électrique, de Justin Jones avant et après l'aube, pendant un mois de solitude en 2020, les morceaux se sont ensuite…

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Search results (3 Items)

Shannon Wright

Let in the light

Écrit par

Pas simple de se faire un avis sur le nouvel album de Shannon Wright ! Non, pas simple... Comme d’habitude, c’est une réussite. Une grande réussite. Mais le jugement devient plus ardu lorsqu’il s’agit de confronter « Let in the Light » à ses petits frères (dont le magnifique « Over the sun », en 2004). D’emblée, un constat : l’ouragan est passé, les marées se sont déchaînées. Aujourd’hui, l’horizon semble dégagé. L’heure est à l’accalmie. Et Shannon Wright se pose là, les doigts retroussés sur son piano. En découle un album surprenant, calme, mais traversé d’une immuable fièvre rock’n’roll.

Pour comprendre « Let in the light » et son côté serein, il convient de soulever le rideau, de passer en coulisse. Là, à notre plus grande surprise, Steve Albini (Nirvana, Pixies, etc.) n’est plus aux commandes. Pendant des années, la collaboration entre Shannon Wright et Steve Albini avait constitué une indéniable mine de créativité, prête à exploser au moindre coup de grisou. Cette fois, Steve n’est plus là. Alors voilà : l’univers écorché de Shannon s’est apaisé. Produit par Andy Baker, « Let in the Light » laisse entrevoir la face émotionnelle de l’artiste. Touchante (« Steadfast and true »), percutante par moments (« Don’t you doubt me »), Shannon Wright se présente sous un jour nouveau. Bouleversant, plus accessible aussi. « Let in the light » est un lumineux élan de nostalgie. Un album indispensable pour les fans de Chan Marshall, fortement recommandé pour tous les autres.



Shannon Wright

Over the sun

Écrit par
Après avoir commis deux 2 albums sous le nom de Crowsdell, deux elpees produits pas Stephen Malkmus (Pavement) et parus chez Bigcat, Wright tenta l’aventure solo. “Over the sun” constitue son quatrième album en 5 ans. L’air de rien Wright s’impose comme une artiste des plus attachantes. Récemment vue chez Rachel’s (“Systems/layers”, au cours duquel elle chante), la voir live grâce aux concerts “Les femmes s’en mêlent” des Inrocks, une chose est sûre : pas l’ombre d’une faute de goût dans son parcours. Après avoir volé la vedette à Marshall de Catpower lors de leur dernière tournée commune et tout juste avant de retrouver une autre grande dame, à savoir PJ Harvey, Wright bouscule sérieusement la donne du rock au féminin. Et du rock tout court d’ailleurs. Après avoir été le fleuron du rock noisy dans les années 90, Touch and Go semble donner un coup de projecteur sur le songwriting nuancé et sensible. Le label annonce même la couleur des années à venir : Coco Rosie par exemple (bon d’accord, moins sérieusement mais en tournée avec Blonde Redhead, autre ancien poulain de l’écurie) ou encore Nina Nastasia. Alternant les titres rocks toute guitare dehors, ceux au piano accompagné de sa voix, parfois agrémentés de cordes, Wright rejoint le cercle très fermé des grandes de l’histoire du rock (Patti Smith, Joni Mitchell, Lisa Germano, Liz Phair, Tori Amos, Kristin Hersh, PJ Harvey et Chan Marshall, bien sûr), mais se frotte également à des compositeurs comme Elliot Smith ou Nick Drake. Wright expose ses émotions comme d’autres leurs dessous de bras. Poilus, cela va de soi. Splendide ! Et à voir au festival de Dour cet été.

Yann Tiersen & Shannon Wright

Yann Tiersen & Shannon Wright

Écrit par
Pour peu que vous soyez fan de l’un ou de l’autre de ces deux artistes, vous ne pouvez absolument pas manquer ce disque. Une plaque à passer en boucle, à offrir à sa douce et tendre, à écouter lorsque vous mettez en doute l’existence de l’émotion dans les sorties de ces dernières semaines. Doit-on encore les présenter ? Allons-y quand même pour Miss Wright, elle en a peut-être plus besoin. Active depuis le milieu des années 90 dans le circuit indie rock américain, Wright sort une poignée d’album sur Rough Trade sous le nom de Crowsdell. Lorsque le groupe se sépare, le chanteuse décide d’enregistrer sur un quatre pistes pour finalement commencer à sortir ces enregistrements sur le label Quarterstick à partir de 1999. Depuis, deux de ces albums ont finalement atteint le vieux continent ; mais c’est surtout grâce à “Over the sun” sorti l’année passée que Wright s’est fait remarquer. Pas uniquement à cause du disque, mais aussi à travers des prestations scéniques à fleur de peau. Pour la liste non exhaustive des ses influences, je vous renvoie à la critique dudit album quelque part sur le site. Ce n’est donc pas une surprise de voir accolé le nom de Wright à celui de Tiersen. L’alchimie semble s’être opérée au sein du duo. Nous aurions pu craindre que l’ego de Tiersen empiète sur la sensibilité de Wright. Il n’en est rien. Bien entendu, le violon du fabuleux français se reconnaît à la seconde. Mais les cartes sont bien brouillées, d’abord par la magie du multi instrumentiste (chacun échangeant piano et autres objets à musique), ensuite par le profond respect qui semble avoir régné en studio. Du bien beau travail.