La lumière destructrice de Cassandra Jenkins…

A l’instar de l’univers, le monde de My Light, My Destroyer est en constante expansion. Le troisième elpee de Cassandra Jenkins, qui sort le 12 juillet chez Dead Oceans, promet d'atteindre les limites de la nouveauté, avec une palette sonore plus large que…

logo_musiczine

Les synthés analogiques de Franck Marchal…

Une belle échappée pour Franck Marchal du groupe Batz ! Il publie le 24 juin 2024 un Ep 6 titres, « Maeltrom Metronomy » qui témoigne de son amour pour les synthés vintage et les ambiances électro cinématographiques. Le maxi « Maelstrom Metronomy » est une…

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Search results (2 Items)

Ane Brun

Live in Scandinavia

Écrit par

En Norvège, le soir venu, chacun apportait son bout de bois ou ses brindilles, au choix. Les flammes montaient, la fumée se dévoilait et les premières cendres se répandaient dans l’air, flirtant avec les mots mélancoliques de la belle Ane Brun. Sur les rebords du brasier, en chœur, nous chantions ses belles complaintes, piquées sur deux albums divins (« Spending Time With Morgan » et A Temporary Dive »). Le cul dans l’herbe, la tête dans les étoiles, nous restions là, célébrant le songwriting dépouillé et intimiste d’Ane, ensorceleuse discrète, chanteuse talentueuse. Nous la respections pour ses chansons et ses compagnons d’aventure : Ron Sexsmith, Tobias Fröberg, The Tiny, Teitur, Madrugada, Syd Matters et tous ces gens qui, comme nous, admiraient le folk délicat de cette Norvégienne au yeux bleus.

Cette fois, oublions les feux de bois… Ane Brun habille ses chansons d’une section de cordes et se lance dans une tournée scandinave. Allez hop, tous dans le van : en route pour Uppsala, Stockholm, Trondheim ou Oslo à la découverte de ces nouvelles versions ! Assistée par la compositrice danoise Malene Bay Landin (ce nom !), Ane Brun revisite ses compositions et enregistre chaque spectacle accordé. « Live In Scandinavia » laisse entrevoir la fragilité de ses plus beaux morceaux (« My Lover Will Go », « Are They Saying Goodby » ou « Song N°6 »). Le temps d’un concert à Stockholm, Ane Brun s’approprie même les mots de Jeff Buckley (« So Real ») et de Polly Jean Harvey (« The Dancer »). Un disque envoûtant, à savourer par ces doux matins de déprime.

 

 

Ane Brun

A temporary dive

Écrit par
Peu engageant à premier abord (NDR : pochette et photos assez laides, soyons honnêtes), « A temporary dive » constitue finalement une bonne surprise. Servi par la très jolie voix de l’auteur/compositrice Anne Brun, l’album ne révolutionnera certainement pas la musique populaire mais réussit à convaincre par la grâce de compositions tout en feeling et en retenue. Evoluant dans un registre folk/country calme et somme toute très classique, Anne Brun a cependant le bon goût de saupoudrer ses chansons de petit éléments qui contribuent à les faire sortir du lot. Sections de cordes, ‘tapis’ sonore, petit duo avec Ron Sexmith, la chanteuse sait ménager ses effets et ne tarde pas à s’imposer. On ne s’étonnera pas, dès lors, d’apprécier des titres tels que « To Let Myself Go » ou encore « Rubber And Soul ». Portés par le chant inspiré de la Norvégienne (une gageure dans un style de musique où les dérapages sont fréquents), les compositions de « Temporary dive » configurent une bonne petite pochette surprise, pas vraiment indispensable, mais que l’on ne saurait que vous conseiller si vous avez le temps et la curiosité de vous y arrêter un instant…