L’aventure de YMNK…

« Aventure », le nouveau single de YMNK fusionne l’extravagance du ‘stadium rock’ et le ‘banger’ techno pop. Sur une rythmique house, un thème de ‘guitar hero’ nous emmène explorer des univers électriques aux couleurs saturées. Avec ses sons de lasers…

logo_musiczine

Musiczine recherche des collaborateurs.

Tu as une très bonne connaissance musicale et tu souhaites participer à l’aventure Musiczine.net ? Tu es passionné, organisé, ouvert, social, fiable et appliqué ? Tu as une bonne plume ? Alors n’hésite plus : rejoins-nous ! Vu l’ampleur prise par Musiczine et…

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Search results (3 Items)

Brazen

Brazen tient la distance…

Écrit par

Après près de dix-huit ans de silence trompeur, Brazen (Genève), revient avec « Distance », une épopée indie-rock ambitieuse où s’entrelacent modulations mélancoliques et harmonies vocales sur un tapis instrumental planant. Les huit titres qui composent l’album se caractérisent par une écriture raffinée, portée par un souffle épique qui fait de chaque titre un voyage à part entière. Composé, arrangé et enregistré à distance entre Londres et Genève sur près d’une décennie, l’elpee est aussi musicalement soigné que riche en rebondissements narratifs. Le soin méticuleux apporté à sa conception lui confère un caractère atemporel qui ne lui enlève rien de son intensité émotionnelle.

Distance a été enregistré par Brazen et Serge Morattel (Knut, Ventura, Impure Wilhelmina, Shora...) au Rec Studio et sort aujourd'hui, 14 juin 2024, en vinyle et sur toutes les plateformes numériques via Re-Echo Records/Irascible.

Et si vous souhaitez en savoir davantage sur la formation, visitez sa page ‘Artistes’, en cliquant sur son nom dans le cadre ‘Informations complémentaires’…

Brazen

Aura, Dora

Écrit par

Deuxième album de ce groupe suisse, « Aura, Dora » s'introduit en douceur et nous convie à un voyage musical parsemé d'émotions discrètes et longues en bouche. Délibérément assises sur leurs fondations sixties/seventies, volontiers psychédéliques, dix plages finement tissées entrelacent harmonies vocales, mélodies suaves et une instrumentation riche où les guitares se taillent la part du lion. A l'auditeur le privilège de jouir du défilement très fluide d'une pop progressive délicate, élégante et audacieuse malgré, parfois, son apparente légèreté. Croisement improbable entre les Byrds et Pineapple Thief, cousin éloigné d'un Coldplay libéré de tout formatage, Brazen se soucie plus d'authenticité et de créativité que d'entrée en bourse. Ici, le groupe convie un quintet de cuivres du plus bel effet (magnifique « Calling Seasons »). Là il parfume ses mélopées de sitar. Et ses plages les plus nonchalantes côtoient l'une ou l'autre séquence effervescente (« Ordinary Song », « Fuzzy Cloud ») ou contrastée (« The Escapist »). Cet elpee ne vous bouleversera sans doute pas à la première écoute. Mais accordez-lui plusieurs auditions et il ne vous quittera plus.

 

 

 



Brazen

Orphaned

Écrit par

Lorsque le label allemand Stickman signe un artiste ou un groupe, on a souvent droit à une bonne surprise. Pensez à Motorpsycho, Soundtrack Of Our Lives ou encore à Fireside. Brazen est un quartet genevois dont la musique baigne au sein d'univers sonore teinté de noisy, de post rock et de hardcore juvénile. A la croisée des chemins de Sunny Day Real Estate, de Cave In et de Sugar, si vous préférez. D'entrée, la formation se montre à la hauteur du sujet, en nous balançant un superbe " The last straw " à la mélodie pop hyper contagieuse, soulignée par des harmonies vocales aussi limpides que chez Bob Mould. Malheureusement, la suite m'a laissé sur ma faim. Il y a bien deux titres plus atmosphériques qui lorgnent du côté de chez Mogwai. (" Laconic " et le final de plus de 10', " Thin lines "), deux fragments dont la construction par paliers est entrecoupée d'éruptions d'électricité. Mais le reste manque cruellement de relief et finit par lasser. Dommage, car le band semble disposer d'un énorme potentiel. Quant à savoir pourquoi il ne parvient pas à l'exprimer sur cet opus, c'est une autre histoire ?