OK Panda s’intéresse à la psychiatrie…

Après avoir publié un premier Ep intitulé "Perspectives", fin 2022, qui lui avait permis de fouler des salles comme le Cirque Royal, le Bota ou encore le Belvédère, le quintet bruxellois Ok Panda a sorti son second, "Chasing home", ce 20 février 2024. Dès la…

logo_musiczine

Les échos intergalactiques de Mr. Bison…

Le cinquième opus de Mr. Bison paraîtra ce 16 février. Il s’agit d’un groupe italien dont la musique vous entraîne au cœur d’un voyage prismatique qui explore les notions de liberté et de destin à travers la mythologie nordique et tisse une tapisserie sonore…

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Search results (2 Items)

Clare Louise

Balloons

Écrit par

Décidemment, la capitale de l’Europe ne se contente plus d’attirer des technocrates venus des quatre coins de l’Union ; elle héberge également de jeunes folksingers talentueuses. Ainsi, cette année, après avoir accueilli la Toulousaine Scarlett O’Hanna, c’est au tour de la Bretonne Claire Girardeau, aka Clare Louise, d’y enregistrer son album. Et « Balloons » constitue le second de la Bruxelloise d’adoption.

Dix morceaux en 36 minutes, c’est le temps qu’il lui a fallu pour nous faire (re)découvrir son univers. Contrairement à son opus précédent, Clare Louise, flanquée de quatre musiciens, a décidé d’enrichir son folk d’une instrumentation délicate et variée. Ainsi, des cuivres, des cordes et même des bruitages électroniques sont venus étoffer sa musique, lui procurant ainsi une dimension lyrique. Sa voix communiquant la sensibilité nécessaire à l’ensemble.

Grâce a ce deuxième opus plus abouti, Clare Louise s’inscrit dans la droite lignée d’artistes comme Angel Olsen ou Joanna Newsom.

Elle se produira ce 11 août dans le cadre du Brussels Summer Festival

 

Clare Louise

Castles In The Air

Écrit par

‘Tout ce qui brille n’est pas or’. Tiens, pourquoi les apparences peuvent être trompeuses, lorsqu’on évoque Clare Louise ? Elle a une jolie voix, ses mélodies sont à la fois entraînantes, douces, subtiles et légèrement folk et quoique vivant à Bruxelles, elle n’incarne pas pour autant une nouvelle découverte belge, quoique…

Née entre Normandie et Bretagne, mais exilée dans notre capitale pour terminer son cursus scolaire, Claire Girardeau décide, diplôme en poche, d’y rester pour tenter de percer dans son domaine de prédilection, la chanson folk. Baignée lors de son Erasmus par les rythmes irlandais, c’est tout naturellement qu’elle se rapproche du chant traditionnel et du folklore celtes.

Un premier Ep plus que confidentiel ne la décourage pas. Et bien aidée cette fois par Marc Huygens (ex-Venus), elle réussit à enregistrer douze titres sur ce premier album. Bénéficiant de la collaboration de ses fidèles acolytes Charlotte Danhier au violoncelle et Cédric Van Caillie à la guitare, mais aussi d’un petit coup de pouce de quelques invités, dont Tuur Florizoone, Françoise Vidick (JOY) et Mathieu Catala (Balimurphy), notre Belge d’adoption atteint son objectif. Il en résulte une première œuvre intime, fragile, raffinée.

Portées par une voix pure et somptueuse, haut-perchée et profonde, ses douze chansons sont autant de compositions intemporelles, tantôt emplies de simplicité, tantôt minutieusement arrangées.

La réussite est au rendez-vous. Les guitares et le violoncelle, se partagent seuls le pouvoir de véhiculer ces mélodies délicates.

Premier véritable essai gentiment transformé pour ‘notre’ adoptée, longuement bercée par les guitares des Dylan, Neil Young et autre Joni Mitchell qu’écoutaient ses parents dans les brumes qui cachent parfois le Mont Saint-Michel.