Hoorsees voit tout en grand…

En deux albums, le quartet parisien Hoorsees s’est construit une solide réputation de faiseur de mélodies pop imparables auprès du public français ainsi qu’américain, par l’intermédiaire du label new-yorkais Kanine Records (Grizzly Bear, Chairlift, The Pain…

logo_musiczine

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

Egyptian Blue
Nothing But Thieves 03-02...

LaSemo 2014 : vendredi 11 juillet Spécial

Écrit par
&

C’est au coeur du Parc d’Enghien, endroit rêvé et enchanteur, que se déroule un des festivals les plus écologiques de Belgique, le LaSemo (NDR : ce qui signifie graine en espéranto). C’est la seconde fois qu’il retrouve ce site. Jusqu’en 2012, il était hébergé à Hotton, en Province de Luxembourg. L’an dernier, il avait drainé 20 000 personnes dont 1 000 enfants. A l’instar de l’Esperanza, le LaSemo se veut avant tout écologique : aucun papier ne traîne et de nombreuses poubelles sont disséminées aux quatre coins du site. Mais surtout, une alimentation ‘bio’ est disponible pour les festivaliers. Deux podiums sont prévus pour les artistes : 'Clairière' pour les artistes ou groupes confirmés et 'Pavillon' pour les découvertes et les surprises. Le festival propose également des spectacles de théâtre, du cirque, de l'Art de la rue, des saltimbanques, des fanfares ainsi que diverses activités pour petits et grands. Les organisateurs sont également sensibles à l'accueil des familles ainsi qu’aux personnes à mobilité réduite. Et dans ce contexte, on peut allègrement accorder 4 étoiles sur 5 à cette organisation. En outre, vivre 3 jours de festivités dans un cadre aussi agréable, sans une goutte de pluie, que demande le peuple ?

Votre serviteur débarque à 16h00 pile pour assister à la prestation de Casssandre sur le podium 'Pavillon'. Le patronyme du groupe cumule bien 3 's', afin se différencier d’une autre formation française, lauréate de l'émission TV' X-Factor'. Par contre, Casssandre a également remporté le concours 'Du F dans le texte', organisé par le Conseil de la Musique. Un combo drivé par la chanteuse Cassandre Brieux. Elle est soutenue par le bassiste Laurent Brouhon, le claviériste Anatole Zephir, le guitariste Rom Bazz et le drummer Yann Chapoutier. Sans oublier la percussionniste/flûtiste, Esinam Dogbatse, qui a débarqué au sein du line up, il y a peu. La troupe se produit surtout en Belgique et dans le Nord de la France. Et compte un premier Ep à son actif. Il est d’ailleurs paru tout récemment.

La voix de Cassandre est tour à tour, tendre, réconfortante ou autoritaire. Parfois aussi marécageuse (NDR : le bayou ?). Le band pratique une sorte de folk teinté de jazz et chargé de swing, dans l’esprit de Matt Bianco, même si les textes sont interprétés dans la langue de Voltaire. Au sein de la setlist, j’épinglerai « Anima », « Silence », « Impossible », « Cigarette » et surtout « Ma brune » ainsi qu’« Impertinente ». Difficile cependant de se faire une idée du potentiel de ce groupe en 45 minutes. D’autant que la scène est étroite et empêche les musicos d’optimaliser leur show. Et finalement, ce sont surtout les interventions d’Esinam, à la flûte traversière qui vont le plus me séduire. Car franchement, elles apportent un plus aux compos. A revoir dans d’autres conditions. Aux Francofolies de Spa ou au Brussels Summer Festival ?

Cap vers la scène principale 'Clairière' pour y harponner les boucaniers de Cré Tonnerre. L’équipage compte huit albums à son actif. Boucanier, Mousse, Flibustier et Passager Clandestin, qu’importe, ils nous viennent tous du fin fond de nos grandes forêts qui recouvrent la Province du Luxembourg. Finalement, ils auraient tout à fait leur place au festival des Barges, à Scène Sur Sambre. Mais ici nous sommes à Enghien. Les cinq pirates vont nous faire vivre un premier moment festif. Une bouée de sauvetage en guise de décor. Pas de batterie : deux grattes électriques et une acoustique, du fifre, une basse, des claviers et de l'accordéon. Très second degré, le spectacle est coloré et humoristique. Les zygomatiques sont constamment sollicités. Une envie irrésistible de danser vous prend dans les bas des reins dès les premiers instants du spectacle. Le pont du paquebot est immense. Les moussaillons préparent l'abordage en courant de gauche à droite ou de droite à gauche, selon. Ils nous filent notamment « Un P'tit Orval », « Moussaillon Capitaine » ainsi que « Kenavo ». A cet instant, en fermant les yeux, on a l’impression d’accoster à Saint-Malo, à bord d’un vaisseau d’époque, en compagnie des corsaires de Surcouf... Elio est même de la partie. Mais surtout les spectres de Renaud, Tri Yann et des Cow-Boys Fringants planent dans l’atmosphère. Suivez le son des fifres et entrez dans la farandole. La Cré Tonnerre, c’est également la marque d’une bière, en dégustation au bar. Mon LaSemo commence en boulet de canon…

Je fais cependant l'impasse sur Cozier et Hermans, un duo piano/chant qui revisite quelques standards jazz et classique. Géraldine possède une jolie voix, manifestement très travaillée ; mais je n'accroche pas. Il est temps de se diriger vers les stands de restauration pour y découvrir les spécialités ‘bio’.

Je regarde de très loin la prestation de GieDré. Elle est seule sur la grande scène armée de sa guitare et entourée de poupées gonflables, marionnettes et préservatifs. Son discours est imagé, vulgaire et provocateur. Il y a des gosses dans l'assemblée et j’estime que ce type de spectacle ne s’adresse à ces petites têtes blondes. J’avais déjà eu l’occasion de voir et d’écouter son récital dans le cadre de l'Inc' Rock BW en 2013, et je n’avais pas accroché du tout.

Sur l’estrade ‘Pavillon’, le duo Heymoonshaker va constituer une belle découverte. Coiffé d’un chapeau mou, Andy Balcon se charge de la gratte. Dave Crowe sert de beatbox. Ces grands voyageurs ont expérimenté leur show, dans la rue, en Nouvelle-Zélande où ils se sont rencontrés. Ils mettent ensuite le cap sur la Suède, où ils décident de traduire leur spectacle en salle. Au fil temps, le tandem a emmagasiné les influences, tout en conservant une même passion pour le blues. Enfin, la paire est retournée en Angleterre pour y enregistrer un Ep intitulé « Shakerism ».

Dave est un véritable phénomène. A l’aide de sa bouche (et de son micro), il reproduit les sonorités de drums, basse, et même de machines. Particulière, la voix d'Andy est grave et rocailleuse. Un peu comme si elle était née d’un croisement entre Joe Cocker et Don Van Vliet (Captain Beefheart). Le set s’ouvre par un morceau digne de Jimi Hendrix. Le duo est capable de mettre le feu avec trois fois rien. D’ailleurs, on remarque la présence toute proche de pompiers et secouristes prêts à intervenir. Outre le blues, la paire brille dans le domaine du dubstep, que Dave dispense tout simplement à l’aide de son organe vocal. On comprend mieux pourquoi Heymoonshaker comptabilise plus de 30 millions de vues sur le web. A mon humble avis, il est à l’aube d’une grande carrière. En trois-quarts d’heure, il a mis tout le monde dans sa poche. Une prestation unique et à voir absolument. Je quitte le premier jour du LaSemo épaté par ce show, mais aussi fatigué. Demain, dès l’aurore, je suis au turbin…

(Organisation : LaSemo)

Informations supplémentaires

  • Date: 2014-07-11
  • Festival Name: LaSemo
  • Festival Place: Parc d’Enghien
  • Festival City: Enghien
  • Rating: 0
Lu 1621 fois