Une vague bleue sans les ‘e’ pour Grandaddy…

Grandaddy sortira son tout nouvel album studio, "Blu Wav", le 16 février 2024. En attendant, il nous invite à visiter "Cabin in My Mind", du conteur prolifique Jason Lytle, une invitation à la méditation et au country-rock. "Blu Wav" s'inspire de la beauté…

logo_musiczine

Le venin de Judith Hill...

Chanteuse, compositrice et multi-instrumentiste, Juidith Hill, sortira son nouvel opus, « Letters From A Black Widow » le 12 avril 2024. Un album taillé en 12 pièces qui présente une histoire fascinante oscillant de la douleur privée à la transcendance…

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

DAF - Bimfest 2023
DAF - Bimfest 2023

Brussels Summer Festival 2014 : vendredi 15 août Spécial

Écrit par Didier Deroissart
&

Pour la septième journée du Brussels Summer Festival, votre serviteur a décidé d’opter pour le Magic Mirrors. S’y produisent Leaf House, Cascadeur et Coffee Or Not. Tiens, je remarque la présence de Noa Moon dans le public. Elle est venue assister au set de ces derniers, alors qu’elle se produit dans la foulée, au Mont des Arts…

Pour le début du concert de Coffee Or Not, le public est assez clairsemé. Et l’enceinte va se remplir au fur et à mesure. La dernière fois que j’ai pu voir le combo en ‘live’, c’était au Salon de Silly, en première partie de Birdpen. Soho Grant se charge des vocaux et du synthé et véritable homme-orchestre, Renaud Versteegen de la guitare et des drums. Ils sont soutenus par Frédéric Renaud à la basse. Renaud a donc troqué sa sèche contre une gratte électrique. Aussi leur folk s’est mué en rock/pop à coloration électro. Et leur troisième opus, « SoRe », en est une belle illustration. Faut dire aussi que Soho était très favorable à cette conversion. Hormis « Jack », l’intégralité du dernier elpee figure dans la setlist. Pour un show qui se limitera à 45 minutes.

Et il s’ouvre « Part Of Us ». Les percussions sont bien mises en exergue. La voix de Soho est superbe. L’ajout de la basse apporte une autre dimension à leur musique. Le début d’« Ave Maria » est instrumental. Soho participe aux percus, dont les cymbales. Caractérisé par son refrain contagieux, « City Burning » constitue manifestement le sommet de leur set. Les harmonies vocales partagées par le couple sont magistrales. Place ensuite à « Lush », le titre le plus radiophonique de leur répertoire. Outre « Tragic Animal Story », Backpack », « Winter Day » et « If You Don't Understand », on aura droit à deux inédits. Tout d’abord « May I Lay Down », un morceau particulièrement incisif ; et en finale, « Ghost ». On n’a pas vu le temps passer. Signe que le spectacle était de qualité.

Le temps de changer de matos et de se farcir le soundcheck, et c’est Leaf House qui monte sur l’estrade. Lors de leur prestation accordée dans le cadre des Nuits Botanique, le band avait séduit l’auditoire. En conjuguant judicieusement nappes de claviers et sonorités de gratte bien balancées, pour créer une musique terriblement riche ; tout en tirant parti des interventions vocales si particulières, éthérées, de Romain Cupper. La setlist est identique. Elle épingle « Fighting », « Go Outside », « Four Walls », « Dancing Shades », « Cat Mum », « Spine Sippin », « Kind Of Flames » et s’achève par « Feel Safe ». Le meilleur moment du concert ? « Dancing Shades ». Digne de Grizzly Bear. Excellent, même si le set était un peu court.

Vers 21h15, le présentateur nous invite poliment à vider les lieux afin de permettre à Cascadeur de réaliser son soundcheck. Il ne tolère aucun spectateur dans ses parages, quand il règle ses balances. Le personnel nous glisse un autre bracelet de couleur bleue à la sortie, et nous invite à revenir vers 23 heures, pour assister au spectacle. Je file alors vers le Monts Aux Arts alors que Noa Moon achève sa prestation. Pas de souci, je la revois sur les planches, dans le cadre du festival de Scène sur Sambre. Je préfère m’abstenir pour Renan Luce. Sa voix est un peu trop soporifique à mon goût…

On en revient donc à ce fameux Cascadeur. Mais avant de pénétrer dans le Magic Circus, il s’est formé une file interminable. Bref, Alexandre Longo fait son apparition sur l’estrade, casqué et chaussé de lunettes fumées. Il est guidé par quatre faisceaux lumineux émis par les lampes de poche de ses musiciens. L’entrée en matière est intéressante. Mais dès qu’il s’est mis à chanter, j’ai immédiatement déchanté. Sa voix est totalement insipide. Un seul morceau m’a quand même plu dans cet ensemble consternant, « Walker ». Et pourtant, il y a autant de monde à l’extérieur qu’à l’intérieur du chapiteau. Et imaginez la foule dehors face à cet écran géant qui dispense un son complètement pourri. Bref, si les plus indulgents font mine d’apprécier, votre serviteur préfère s’éclipser, ne revenant que lors du morceau final, dont question ci-dessus. Heureusement que Coffe or Not et Leaf House ont sauvé ma soirée…

(Organisation : Brussels Summer Festival)

Coffee or Not + Leaf House + Cascadeur

(Voir aussi notre section photos ici)

Informations supplémentaires

  • Date: 2014-08-15
  • Festival Name: Brussels Summer Festival
  • Festival Place: Place des Musées (Magic Mirrors)
  • Festival City: Bruxelles
  • Rating: 0
Lu 838 fois