L’impatience d’Emma Peters…

Tout de suite : plus qu’un mantra ou une profession de foi, trois mots qui résonnent comme l’affirmation d’un désir pur. Un appétit qui guide la vie d'Emma Peters chaque jour. Surtout depuis deux ans et la sortie de son premier album, « Dimanche », clin d’œil…

logo_musiczine

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

The Sisters Of Mercy - 09...
Acid Mothers Temple - Mag...

Hellfest 2024 : du 27 au 30 juin Spécial

Écrit par
&

La 17ème édition du Hellfest était attendue depuis un an ; et enfin, le jour ‘H’ est arrivé. Le retour en terres clissonnaises, l'avènement de la grande messe du metal va commencer.

Clisson s'est affublée de ses plus beaux apparats pour accueillir la horde de métalleux venus de tous horizons pour assouvir leur soif de musique extrême.

Mais ne nous attardons pas sur la ville et plongeons rapidement au cœur du sujet en décrivant les changements apportés à l'organisation depuis la dernière édition.

Au rayon des nouveautés et améliorations du site cette année, comment ne pas citer l'arrivée de la Gardienne des Ténèbres ?

Gigantesque machine issue des ateliers de la Compagnie La Machine, la créature a établi ses quartiers en plein centre du site, là où se trouvaient précédemment les brasiers.

Aux détours d'un concert de headliners, les festivaliers s'y rassemblent, comme émerveillés par la prouesse technique et la beauté de la machine.

Impressionnante quoi qu'inerte en journée, c'est vers 22h que la mécanique prend vie, animée par les mains habiles d'une équipe d'au moins 5 personnes.

Du contrôle des pattes métalliques, à l'animation de la tête et du visage en passant par les déflagrations et autres jets d'eau, tout ce petit groupe s'affaire le temps d'une demi-heure pour insuffler une aura menaçante à cette chimère haute de 10 mètres.

On repère également, niché au sein de l’Extreme Market, le stand de l'Atelier du Grand Chic. L'endroit idéal pour vous procurer des posters exclusifs de concerts du Hellfest.

Un passage presque obligatoire cette année vu la qualité des designs proposés.

Moins notable mais tout aussi agréable, le renforcement des navettes de bus entre le parking ouest et le site est à féliciter. Même si des files sont toujours inévitables aux moments clés, comme lors de la fin des concerts de headliners, les files sont moins importantes et largement plus supportables quez lors de l'inauguration du parking, il y a deux ans.

Cette édition de tous les extrêmes nous accueille sous une chaleur accablante. C'est par 34° que le site s'ouvre et commence à vivre les premiers concerts, à commencer par la prestation d’Asinhell sur la Mainstage. Une mise en bouche agréable avant d'entamer les réelles hostilités ; et c'est bien par le concert de Thrown que les échauffourées commencent, suivies de près par le plus grand wall of death asséné par le groupe russe Slaughter to Prevail, mené par Alex Terrible.

Fort heureusement, le reste de cette journée d'ouverture sera plus posé grâce à la darkwave de (Dolch) et le post-rock éthéré de Sylvaine, programmés sur la Temple, avant d'enchaîner et conclure la journée par le rock de Green Lung, Graveyard et All Them Witches sur la Valley.

Le deuxième jour s'annonce plus doux, même si le thermomètre affiche toujours 30° Celsius. Une douceur bienvenue et accompagnée par la fraîcheur des embruns de la marée portés par Houle.

La formation parisienne signée chez Les Acteurs de l'Ombre donne le ton et s'impose sans problème en dispensant les morceaux de son premier Ep sur la Temple.

Autre moment marquant : le concert de The Devil's Trade, caractérisé par la voix envoûtante de son leader, Dávid Makó.

Le hardcore n'est évidemment pas en reste puisque deux des meilleurs concerts du genre se déroulent sur la Warzone : ceux de la formation australienne Speed et américaine, Harm's Way.

De leur côté, les amateurs de metal progressif sont heureux de profiter des sets de Klone, mais aussi et surtout de Ne Obliviscaris. La journée se conclut enfin par Biohazard, band de hardcore américain que l'on ne présente plus.

Nos plus grands espoirs reposent sur la troisième journée. C'est sur la Valley que se produit le légendaire Mr. Bungle, Julie Christmas et Chelsea Wolfe, suivis de près par Kvelertak et Brutus.

C'est aussi malheureusement le jour où la météo choisit d'être la moins clémente, transformant rapidement le site en parc aquatique.

Il en faut cependant plus pour décourager les métalleux qui ont attendu toute l'année pour profiter de cette affiche.

En guise d'ouverture et profitant d'une courte accalmie de la pluie de début de journée, les Danoises de Konvent se produisent sur la Warzone.

Un répit de courte durée qui s'étendra jusqu'aux prestation de Brutus, dont l'affluence a littéralement condamné toute forme d'accès à la Valley, et de Kvelertak, avant que la pluie torrentielle ne reprenne pendant les prestations de Chelsea Wolfe et surtout de Mr Bungle.

Cerise sur le gâteau, après cette journée qui aura mis l'endurance des festivaliers à l'épreuve : le set de Julie Christmas. Elle offre tout simplement le meilleur concert de cette édition, aux côtés de Johannes Persson.

Enfin, cette troisième journée s’achève par Suicidal Tendencies, tandis que la plupart des festivaliers quittent le site après le show de Metallica.

Pour conclure, nous entamons cette 4ème et dernière journée de festival, principalement cette fois encore sur la Warzone. C'est en effet sur ce podium que se déroulent les sets les plus notables ; en l’occurrence ceux de Sorcerer, Gel, Scowl, Show me the Body et évidemment Madball. Mais au sec, cette fois !

Notre coup de cœur de la journée ira cependant à celui de Crosses sur la Valley.

Commençant en grande pompe, la formation doit malheureusement faire face à un problème technique interrompant brusquement sa prestation.

La déception des festivaliers est grande, mais quelques minutes avant la fin prévue du set, le band remonte sur les planches et interprète quelques titres, outre le court bain de foule accompli par Chino Moreno. Un ascenseur émotionnel qui marquera certainement les mémoires.

C'est ainsi que nous quittons le site du Hellfest pour la dernière fois de cette année, sur fond de la voix de Dave Grohl des Foo Fighters qui se produit sur la Mainstage.

Une édition grandiose qui confirme une fois de plus l'hégémonie du festival parmi tous ceux du genre.

Si certains lui reprochent d'avoir pris une trop grande envergure, il n'en reste néanmoins l'un des plus dignes représentants de la scène metal, et offre encore et toujours une programmation de pointe, qui ravit tant les amateurs des groupes plus populaires que ceux qui sont en recherche de découvertes musicales et se cantonnent aux petites scènes.

(Organisation : Hellfest)

Pour les photos, c’est ici

 

 

Informations supplémentaires

  • Date: 2024-06-26
  • Festival Name: Hellfest
  • Festival Place: Rue du Champ Louet
  • Festival City: Clisson
  • Rating: 8
Lu 392 fois