Steve Wynn fait ce qu’il faut…

Le dernier elpee de Steve Wynn, "Northern aggression" remontait à 2010. Son prochain, "Make It Right", paraîtra ce 30 août 2024 et coïncidera avec son nouveau livre de souvenirs ‘I Wouldn't Say It If It Wasn't True’ (Jawbone Press). Lors des sessions, il a…

logo_musiczine

Brazen tient la distance…

Après près de dix-huit ans de silence trompeur, Brazen (Genève), revient avec « Distance », une épopée indie-rock ambitieuse où s’entrelacent modulations mélancoliques et harmonies vocales sur un tapis instrumental planant. Les huit titres qui composent…

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

Jane's Addiction - 04/06/...
Acid Mothers Temple - Mag...
Stéphane Reignier

Stéphane Reignier

François Staal retourne aux sources de son enfance à travers son nouveau clip consacré à « Bréhat (Enez Vriad) », extrait de son dernier album « L'Humaine Beauté ». Il part en tournée de 17 concerts en Bretagne, dont 15 seront accordés sur l’Ile de Bréhat, du 8 au 26 juin 2024.

Bréhat, l'Île de la beauté. L'île ou l'esprit s'éveille aux pensées essentielles, à la question existentialiste, aux aspirations au sublime, aux embruns, aux tempêtes, à la mer, au soleil, aux étoiles, aux chemins perdus et perdants les voyageurs, à l’insularité, aux parfums merveilleux des fleurs et des arbres, aux eucalyptus et pins, à l'odeur de la mer...

Mais également aux vagues, aux marées et au silence, aux vents puissants ou doux. La beauté omniprésente de la nature, le calme et l'effort des éléments contre le granit.

Le poète rock François Staal revient donc sur le lieu qui lui est particulièrement cher, ancrage entre ciel et mer, souvenir de bonheur.

Le clip de « Bréhat (Enez Vriad) est à voir et écouter ici

 

 

 

samedi, 15 juin 2024 12:50

L’aventure de YMNK…

« Aventure », le nouveau single de YMNK fusionne l’extravagance du ‘stadium rock’ et le ‘banger’ techno pop. Sur une rythmique house, un thème de ‘guitar hero’ nous emmène explorer des univers électriques aux couleurs saturées.

Avec ses sons de lasers rétrofuturistes et ses samples disco façon ‘French Touch’, cette épopée électronique monte progressivement en intensité jusqu’à son climax percussif final.

Le morceau déraille alors subitement, nous invitant à en écouter plus. Ça tombe bien, le nouvel album de YMNK sortira cet automne.

« Aventure » est en écoute ici

 

 

Peu de gens connaissent La fille de la Côte », l’ancêtre ou plutôt le brouillon de Meilleure Erreur. La raison en est simple, si Cécile et Yann Pons chantent depuis 1999 et sous divers noms, leurs textes désabusés et légers sur des mélodies qui pourraient avoir leur âge, ils n’avaient jamais jusque-là trouvé la bonne formule pour que le message passe complètement. Les chansons étaient bien là mais comme souvent, il fallait une tierce personne pour leur donner enfin une allure incontestable.

Cette personne, c’est Louis-Marin Renaud, ancien guitariste de Her, mais encore Lou Doillon, qui a transformé, seul dans son studio bordelais, les maquettes du duo parisien et leur a donné la forme évidente qu’elles ont sur ce disque.

Vingt ans c’est long. C’est une destination, et Cécile et Yann la partagent sans état d’âme. Mais pour qu’un couple fonctionne, il faut de l’obstination et il faut être trois comme disait Gainsbourg. C’est cela que raconte « Meilleure Erreur », leur premier opus.

S’il s’agit bien d’une ode à l’amour conjugal comme exercice périlleux et d’endurance, on y trouve aussi toujours une pointe d’autodérision, car si les chansons sont faites pour sublimer la médiocrité du quotidien, celles-ci n’oublient pas de s’en moquer aussi un peu.

Le nouveau single, « Lucille », est en écoute ici

 

La Papoterie de LaSemo proposera 7 conférences durant le week-end du festival. 7 thématiques bien diverses pour s’éveiller l’esprit.

LaSemo continue de prouver qu’il ne faut pas s’arrêter à la programmation musicale de ce festival. Présente depuis 2019, la Papoterie accueillera cette année 7 conférences pour se nourrir l’esprit entre les concerts et les animations. La programmation 2024 de ce lieu atypique est éclectique et accessible à tous.

Différents aspects du développement durable seront au cœur des discussions proposées : la lutte contre le racisme avec Rokhaya Diallo, la géopolitique de l’environnement avec François Gemenne, la paternité avec Papa Plume, l’expérience d’un reporter de guerre avec Wilson Fache, l’upcycling avec Juliet Bonhomme, voyager autrement avec François Mazure et l'entrepreneuriat collectif pour une transition écologique avec le projet Ma Ferme.

Un moment de rencontres au sein du festival.

La Papoterie, c’est avant tout un lieu unique où l’on prend le temps de se poser pour aborder des thématiques sociétales importantes. Cette magnifique tente, installée au milieu de l’animation, est un espace de débats mais également de rencontres. Certains intervenants participeront à des séances de dédicaces de leurs ouvrages. Les festivaliers y trouveront également une librairie proposant de nombreux livres sur les thématiques abordées durant les conférences. Pour découvrir cet espace étonnant, l’incroyable programmation musicale, les spectacles d’art de rue, les espaces familles et toutes les animations proposées, rendez-vous sur lasemo.be pour les infos et les tickets.

https://www.lasemo.be/fr/

 

samedi, 15 juin 2024 12:48

Les ravissements de Maud Lübeck

En mars 2023, Maud Lübeck est invitée par Ghislaine Gouby, directrice des Scènes du Golfe à Vannes, pour une carte blanche lors du festival ‘Les Émancipéés’. Cette année-là, pour la première fois, se déroulent ‘Les ravissements’, quatre rencontres animées par la journaliste Claire Chazal en compagnie des artistes/auteur.ices Sandra NKaké, Brigitte Giraud (prix Goncourt 2022, qui a écrit la Préface du Livre de Maud ‘Privé S.V.P.’), Fabcaro et Imany. Ces interviews sont entrecoupées de reprises des chansons qui ont marqué leurs vies, que Maud Lübeck revisite seule sur scène, en mode piano-voix.

En épurant ainsi ces titres, Maud les découvre sous un nouveau jour. La portée humaniste de « Voyage voyage » de Desireless qui lui avait échappée adolescente, le sens profond de « Porqué te vas » de Jeanette, dont elle découvre la version française, la dimension mélancolique de « Bang bang » de Sheila et celle politique de « Douce Maison » d'Anne Sylvestre.

Des versions classiques de chansons plus actuelles : « Aussi jolie » de Malik Djoudi, « Moment parfait » de Philippe Katerine. Et enfin le titre « Logic Coco » de Mansfield.TYA que Maud écoute inlassablement depuis des années et qu’elle s’approprie au piano pour le simple plaisir de le jouer à l’infini.

De ce one-shot à Vannes naît l’envie d’offrir une vie à ces reprises, en les enregistrant dans le même esprit : piano-voix-arrangements par Maud Lübeck, enregistré et produit par Katel. L’album « Les Ravissements » est paru ce 7 juin 2024.

« Aussi jolie » (reprise de Malik Djoudi) est en écoute ici

 

Lubna Azabal est une actrice belge née à Bruxelles d'un père originaire du Maroc et d'une mère espagnole.

Après avoir été dirigée par les grands noms du cinéma international, elle a remporté ‘Le Golden Globe’ pour le film ‘Paradise Now’.

Lubna adore les nouveaux défis et elle a collaboré aux sessions du cinquième elpee de Goudi. Elle y chante ainsi, dans la langue de Molière, le single « Tango De L'envie ». Et il est disponible sous forme de clip

 

 

samedi, 15 juin 2024 12:46

La rébellion de Jewly…

Auteure-compositrice engagée, Jewly est investie d’une mission : celle qui la pousse à écrire pour ouvrir les consciences et les libérer grâce à des vibrations rock salvatrices pour les uns ou salutaires pour les autres.

« Rébellion » est un concept album fort, moitié en français moitié en anglais, qui aborde des sujets tels que la santé mentale et les problématiques sociétales.

Portées par un son singulier qui fait la part belle à des guitares hypnotiques et subtiles, ses compositions riches et percutantes servent d’écrin à sa voix féline et troublante pour parler à l’âme.

Au sein d’un univers musical qui fait écho à Garbage et The Kills, et en se servant de sonorités proches d’Archive ou de Depeche Mode, Jewly, forte de ses convictions, trace son chemin avec élégance.

Ce rock puissant, racé, libérateur, bienfaiteur pour la santé mentale qui regarde ce monde complexe droit dans les yeux, est un vrai retour de femme.

Ce quatrième elpee, sur lequel Yarol Poupaud est convié, constitue un concentré d’énergie positive et fédératrice taillé pour le live, le moment de vérité où Jewly se transcende car elle y a trouvé ‘sa place’.

« Rébellion » est en écoute ici

 

 

samedi, 15 juin 2024 12:45

Yes SIHR !

Après quelques concerts / projections improvisés en duo, au Caire et à Beyrouth, pour les rencontres d’Arles, le centre photographique de Lille ou la revue belge Halogénure, Dargent et Oberland s’associent aux francs-tireurs Elieh et Halal pour un manifeste transfrontière et brouilleur de pistes.

De l’émergence possible d’un langage babélien à l’envie commune de retrouver un acte cérémoniel dans la musique, toutes les étapes de cette rencontre, enregistrée et mixée par Benoit Bel (Zombie Zombie, Thurston Moore Group, Oiseaux-Tempête, Mermonte), se sont révélées durant trois jours de bacchanales sonores improvisées.

Témoignage halluciné et généreux, SIHR est une synergie de bien des mondes et de bien des possibles, une vision sonique d’un présent au futur-composé, exalté par trop de tangos dansés sur les cendres encore chaudes de notre époque.

Les premiers gestes sonores de ce quartet éclectique, échangés dans un studio-bunker entre Paris et Berlin, ont dans l’urgence pris la forme d'une quête, celle d’un néo-folklore pour temps troublés, empreinte d’atavismes et d’expérimentations tous azimuts.

Un no-man’s-land fertile où transe et contemplation, jazz et électronique, acoustique et électricité fusionneraient dans un magma vivifiant et mystique.

La vidéo du single "OhmShlag" est disponible ici 

 

mardi, 11 juin 2024 19:15

Recommence-moi

A moins d’avoir passé ces derniers mois sur une île déserte, personne n’a pu échapper au succès fulgurant (presque inattendu) de Samantha Cotta, mieux connue sous le pseudo Santa, l’une des figures de proue du groupe Hyphen Hyphen.

Après nous avoir bercé de sa douce ballade en mode piano-voix sur « Popcorn salé », une compo écrite dans l’urgence, presque par égarement, qui verra le jour sous l’impulsion et les encouragements de ses comparses Laura Christin, alias Line (basse, percussions), et Romain Adamo, aka Adam (guitare, synthé), la jeune dame s’émancipe et grave un premier album sobrement intitulé « Recommence-moi ».

Alors que la pop anglophone constituait jusqu’à présent sa ligne directrice, notamment au travers HH, la Niçoise entreprend un virage à 90 degrés en proposant un très réussi premier essai solo, écrit dans la langue de Voltaire svp.

Du haut de ses onze titres, elle se jette à corps perdu dans un univers où règnent l’intime, la retenue et la douceur.

Les mots et les mélodies s’embrassent tendrement dans un tourbillon émotionnel et onirique d’une intensité rare, à l’instar de ce « Qui a le Droit », ersatz de manifeste sur le bien vivre ensemble avec, en filigrane, cet espoir latent de tolérance, d’insouciance et de communion. Ou cette magnifique chanson « Eva », un appel à la résilience.

Paradoxalement à la fois pudique et charnelle, mais surtout d’une grande sensibilité, Santa n’est pas sans rappeler d’autres grandes dames de la chanson française, dont France Gall ou Véronique Sanson. Mais le spectre de l’artiste, inimitable, va bien au-delà. Et si l’écriture de Michel Berger était venue la hanter ?

Des surprises, il y en a beaucoup d’autres. A commencer par « Les larmes ne coulent pas », qui bénéficie de la complicité de Christophe Willem. Il s’invite le temps d’une chanson, entre simplicité et fausse grandiloquence, lors d’un duo uni par des larmes amères. Mais n’y a-t-il pas larmes plus amères que celles qui ne coulent pas, finalement ?

L’opus ne berce pas pour autant dans un spleen maladif ou la mièvrerie. Bien au contraire. Les chansons se distinguent par leur élan positif, à l’instar de « Chanter le monde », dont les sonorités pop/rock contemporaines ne sont d’ailleurs pas sans rappeler celles qui ont fait les beaux jours de la formation au sein de laquelle elle milite toujours.

Fidèle à son style unique et son spectre lyrique hors du commun, Santa se regarde dans le miroir avec introspection. Doit-on y voir le désir de recommencer son histoire, à l’image d’une césure sur le temps ?

Nul ne le saura probablement jamais. Seule certitude, « Recommence-moi » est une œuvre ambitieuse, espiègle et d’une qualité rare.

Une œuvre qui exploite au mieux l’univers intrinsèque et le champ lexical de la jeune dame. Un elpee au sein duquel, elle s’est (re)trouvée.

Dans l’univers de la chanson française, Santa est déjà considérée comme une grande artiste, mais en publiant « Recommence-moi », elle vient de démontrer qu’elle méritait cette distinction.  

Un album à écouter sans modération !

Si Bruges est souvent considérée comme la Venise du Nord, ce n’est pas pour autant cette caractéristique qui a attisé la curiosité de votre serviteur ce soir, mais plutôt le lieu emblématique de la jeunesse flandrienne dans lequel va se dérouler une joute… musicale, puisqu’elle met en scène Wallons sous la bannière d’Eosine et Flamands sous celle de DIRK.. Si la musique adoucit les mœurs, elle semble aussi rapprocher les communautés, car si les premiers sont issus de Liège, les seconds sont originaires de Gand.

Quasi-main dans la main, les deux formations se sont donné rendez-vous au sud de la ville, au Cactus Muziekcentrum, un endroit iconoclaste à deux pas de la gare. D’une capacité de 700 places, cette salle de concert est idéale pour y faire de belles découvertes. Et ce sera le cas lors de cette soirée.

Eosine a la lourde tâche d’assurer le supporting act. Ce qui, autant le dire, ne sera pas facile, car venu en masse, le public aborde t-shirts et calicots à l’effigie de DIRK., dont l’univers sonore est différent. Doux euphémisme… Il va donc falloir la jouer fine et convaincre.

Lorsque les musiciens d’Eosine grimpent sur l’estrade, on imagine à peine que des aussi jeunes musicos puissent bénéficier d’une couverture scénique de grande envergure. Une impression à prendre avec des pincettes puisqu’ils sont habitués à se produire sur scène.

Et puis, le combo a décroché la victoire au Concours Circuit, en décembre 2022, devant un parterre de 120 professionnels, ce qui n’est pas rien dans le plat pays.

Il est drivé par la frêle Elena Lacroix. La jeune femme, toute vêtue de blanc à l’image d’une immaculée, avance d’un pas timide, mais d’un pas décidé tout de même. Elle se consacre à la gratte électrique et au chant.

Les pointes de ses cheveux sont étrangement colorées en vert. Elle est accompagnée d’un batteur et d’un second guitariste. Guillaume, un pote, se charge de la basse, car le préposé attitré s’est barré une quinzaine de jours avant le concert. Fallait donc prêter main forte au team, le temps de quelques dates.

Comptant deux Eps à son actif. "Obsidian" (2021) et Carolline (2023), mixé et masterisé par Mark Gardener –un des deux chanteurs/guitaristes du légendaire de shoegaze, Ride– le quatuor devrait en sortir un troisième en septembre ; mais pour l’instant aucun détail n’a filtré quant au contenu, si ce n’est qu’il a été enregistré dans les conditions du live. Wait and see donc…

Alors qu’Elena s’amusait, il y a quelques années encore, à composer seule de la musique dans sa chambre, elle se retrouve aujourd’hui sous les feux des projecteurs. Si le succès est soudain, est-il inattendu pour autant ?

Naviguant entre dreampop et shoegaze, des genres que les moins de 20 ans disent ne pas connaître, le groupe propose un univers qui lorgne du côté de Slowdive ou encore de Cocteau Twins. A la différence qu’il subsiste une volonté très marquée aujourd’hui de s’en détacher afin de produire un son bien personnel.

Les ‘post-adolescents’ prennent un plaisir immense à se produire sur les planches, les compositions flirtant avec l’abstrait sidéral. Il y a quelque chose de liturgique même, transportant l’auditoire vers une jouissance cosmique. La manière dont Elena manipule son instrument est d’une sensualité éblouissante. Elle est juste magnifique à contempler, chaque accord dispensé reflétant une maîtrise d’orfèvre.

Elle élève ses compositions avec une précision chirurgicale, s’enfonçant ci et là dans une pop cotonneuse, n’évitant malheureusement pas les écueils du genre, tandis que la basse vient appuyer ses lyrics puissants et subtils à la fois. La frappe du drummer est marquée, alternant souplesse et précision. Les guitares chantonnent tour à tour entre reverb, chorus et delay, tandis que la voix lead éthérée est soutenue par une ligne de basse cold wave qui tranche avec l’atmosphère vaporeuse des compos. Et si le temps s’était arrêté tout simplement ?

Le verdict est sans appel ! Si Eosine est avant tout une musique, voire une prose poétique, elle véhicule aussi une esthétique raffinée…

Eosine (s’)offre un show parfaitement carré et cadré. Absolument rien n’est laissé au hasard. Et certainement pas cette culture à l’image très imprégnée, à l’instar du colorant histologique éponyme (NDR : une substance qui permet de colorer des cellules dans le but de les observer plus facilement au microscope), car il crée de jolis motifs, un peu comme des peintures abstraites, comme un pont entre la science et la musique ou l’art en général.

Eosine s’exerce pleinement sur les planches. C’est un groupe forcément taillé pour le live, les stéréotypes radiophoniques limités aux trois minutes trente reflétant peu son champ d’action et l’univers féérique dans lequel il baigne.

Alors qu’il avait la lourde responsabilité d’intéresser le public, d’apprivoiser la culture flamingante et imposer son style, le band a su marquer au fer rouge le cœur du public. Pari gagné !

Le temps aux uns de débarrasser le plancher et aux autres d’installer le matos (sans oublier le public de se rincer le gosier), place à DIRK., un groupe de garage/rock alternatif dirigé par Jelle Denturck… (lire la suite, ici)

(Organisation : Cactus Club)

Page 2 sur 168