L’esprit infini de LUX the band…

Après la sortie de second elpee, "Gravity" (décembre 2022), et de l'Ep "Before Night Falls - The Black Box Sessions" (digital janvier 2024), le quatuor LUX the Band (Angela Randal et Sylvain Laforge accompagnés de Julien Boisseau et Amaury Blanchard) est de…

L’aventure de YMNK…

« Aventure », le nouveau single de YMNK fusionne l’extravagance du ‘stadium rock’ et le…

logo_musiczine

Lorsque Komodor rencontre Moundrag…

Komodrag & The Mounodor est le fruit de la rencontre entre les formations bretonnes, Komodor et Moundrag. Le premier contact s’est produit lors d’un set de Komodor. Les deux membres de Moundrag décident de rejoindre le groupe sur scène, à la fin de leur live,…

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

The Sisters Of Mercy - 09...
Acid Mothers Temple - Mag...
Bernard Dagnies

Bernard Dagnies

vendredi, 20 juillet 2007 03:00

Album solo pour Thurston Moore.

Thurston Moore, le chanteur/guitariste de Sonic Youth sortira un album solo dans le courant du mois de septembre. Son titre ? "Trees Outside The Academy". Steve Shelley et John Mascis y ont participé. Quant à la production, elle a été assurée par John Agnello.

Tracklisting :

1. Frozen Gtr
2. The Shape Is In A Trance
3. Honest James
4. Silver Blue
5. Fri/End
6. American Coffin
7. Wonderful Witches
8. Off Work
9. Never Day
10. Free Noise Among Friends
11. Trees Outside The Academy
12. Thurston@13

Pour plus d’infso : http://www.ecstaticpeace.com/artist.php?id=21

 

 

 

 

vendredi, 20 juillet 2007 03:00

Einsturzende Neubauten : un nouvel album

Le prochain album d’ Einsturzende Neubauten paraîtra le 22 octobre. Il s’intitulera « Alles Wieder Offen » et paraîtra sur le label Potomak.

Pour plus d’infos : http://www.neubauten.org

jeudi, 26 juillet 2007 03:00

Première video pour The Other

Pour promotionner la sortie de leur nouvel album "We are who we eat", la formation de ‘horror punk’ allemande nous propose son premier clip : "Lover's Lane". Un clip auquel ont participé, bien sûr, les membres du groupe, mais également, et notamment, la star du porno allemande Leonie Saint…

http://www.fiendforce.de/The_Other_LoversLane_VIDEO.zip

Tracklisting :

 
1. Passion For The Kill 
2. In The Dead Of Night 
3. The Last Man On Earth 
4. Lover's Lane 
5. Hollow's Eve 
6. This Is Not An Exit 
7. Menage A Mort 
8. We Are The Other Ones 
9. Shadows From The Past 
10. The Ghosts Of Hollywood 
11. Monster Bride 
12. Ode To Darkness 

13. Horror Night 

Pour plus d’infos : http://www.the-other.de

 

 

mardi, 31 juillet 2007 12:26

Santana : une nouvelle compilation !

En octobre 2007, Santana sortira une compilation de ses plus grands succès. Intitulé « Ultimate Santana », l’opus recèle trois inédits dont une compo à laquelle a participé Shakira et le rappeur Lil Wayne, une nouvelle version de « The Game of Love » déjà interprétée par Michelle Branch en 2002, et pour laquelle le chant a ici été confié à Tina Turner, et puis une cover du « Into The Night » de Nickelback. Enfin, Jennifer Lopez et Baby Bashont apporté leur collaboration à "This Boy's Fire".

Tracklisting.

“Into The Night” (featuring Chad Kroeger) – previously unreleased

“This Boy’s Fire” (feat. Jennifer Lopez and Baby Bash - previously unreleased

 “Smooth” (w/Rob Thomas) – from Supernatural (released June 15, 1999)

“Maria Maria” (w/Product G&B) – from Supernatural (released June 15, 1999)

“Oye Como Va” – from Abraxas (released Sept. 1970)

“Black Magic Woman” – from Abraxas (released Sept. 1970)

“Evil Ways” – from Santana (released Aug. 19, 1969)

“Corazon Espinado” (w/Maná) – from Supernatural (released June 15, 1999)

“Europa” – from album Amigos (released March 1976)

 “The Game of Love” (w/Tina Turner) – previously unreleased

“Put Your Lights On” (w/Everlast) – from Supernatural (released June 15, 1999)

“Why Don’t You and I” (w/Chad Kroeger) – from Shaman (released Oct. 22, 2002)

“Everybody’s Everything” – from Santana III (released Sept. 1971)

 “Just Feel Better” (w/Steven Tyler) – from All That I Am (released Nov. 1, 2005)

 “Samba Pa Ti” – from Abraxas (released Sept. 1970)

“No One To Depend On” – from Santana III (released Sept. 1971)

“The Game of Love” (w/Michelle Branch) – from Shaman (released Oct. 22, 2002)

"Interplanetary Party"- previously unreleased

 

 

Pour voir la video du single “Into The Night”  sur Youtube :  http://www.youtube.com/watch?v=gtt9LEh-1aY

 

 

 

 

 

 

 

lundi, 30 juillet 2007 18:47

T.V. Eye

TV Eye est un magazine musical américain qui propose bien évidemment toute la panoplie des articles prévus pour ce type de media; mais à chaque tirage, la revue est enrichie d’un Dvd épinglant des prestations ‘live’, des interviews ainsi que des reportages consacrés à des artistes en tournée ou en studio. Ce quatrième volume s’intéresse à Sunno))), Isis, High On Fire, The Bronx, Comets On Fire, Radio Birdman ainsi qu’aux Murder City Devils, réunis le temps d’un concert… 

lundi, 30 juillet 2007 18:46

Live in Madrid (Dvd)

The Drones est un quatuor australien. Fondé à Perth en 2000, il a décidé de s’installer sur le Vieux Continent. En 2005. Une résidence quasi-permanente, même si la formation retourne encore ponctuellement aux Antipodes pour s’y produire en ‘live’ ou tout simplement pour retrouver leurs familles respectives. Un exil destiné à mieux faire connaître une musique dont les Européens sont assez friands. Et pour cause, particulièrement électrique est essentiellement influencée par Neil Young, The Velvet Underground, Green on Red et The Birthday Party. Déjà responsable de 5 albums à ce jour, le groupe a vécu, depuis sa fondation, quelques changements de line up. Mais sous une formule toujours identique : un drummer, un guitariste, un chanteur/guitariste et un bassiste. Encore qu’aujourd’hui ces quatre cordes soient caressées par une bassiste (très jolie par ailleurs !) Sur ce Dvd figurent tout d’abord 10 morceaux immortalisés live au Gruta 77 de Madrid. Des prises de vue particulièrement réussies alternant les images en couleur et en noir et blanc. En outre, la qualité du son est irréprochable. Ensuite trois titres interprétés au Tote Hotel de Melbourne. Et enfin deux clips vidéo.  

lundi, 30 juillet 2007 18:42

Wildmen in action (Dvd)

Fondée vers 1999/2000, cette formation américaine nous vient de Georgie. D’Atlanta très exactement. En décembre 2002, victime d’un accident de voiture, son guitariste Ben Eberbaugh a perdu la vie. Malgré ce coup du sort, le groupe est parvenu à remonter la pente et à enregistrer son premier elpee éponyme, en 2003. Eberbaugh ayant été remplacé par un ami du groupe, Jack Hines, puis par un ex-Renegades Ian Brown (rien à voir avec l’ex leader des Stone Roses). Le quatuor véhicule une réputation de groupe de scène sulfureux. Pas à cause de son style garage teinté tour à tour de blues, rock, doo-wop, country ou punk, mais de ses attitudes et de ses comportements rabelaisiens voire licencieux, n’hésitant pas à vomir et à uriner sur le podium ou encore à finir ses spectacles en tenue d’Adam. Ce Dvd immortalise un show accordé au Gruta 77 de Madrid en 2006. Et il inclut les inévitables ( ?!?!?) surprises, dont deux clips vidéo.

lundi, 30 juillet 2007 18:38

The floating life

Avant de fonder Leadfinger, Stephen O’Brien a sévi chez Brother Brick, Proton Energy Pills, Asteroid B-612, The Yes Men et Challenger 7. Mais Leadfinger, c’est avant tout le projet de cet Ecossais émigré en Australie depuis l’âge de 3 ans. Pour partir en tournée, il s’est quand même décidé à recruter un drummer et un bassiste ; mais lors de l’enregistrement de « The floating life », il a tout fait pratiquement seul. Et franchement, ce premier opus de Leadfinger est excellent. Epousant parfois le timbre de Tom Verlaine, de Paul Westerberg ou d’Ed Kuepper, mais sans en avoir les inflexions, sa voix gémissante est peut-être un peu limite, mais sa fragilité est bouleversante. L’ombre de l’ex Saints plane d’ailleurs sur la plupart des ballades. Et en particulier cette sensibilité mélodique typiquement australienne (« Back is the ‘burgh », « The music had the last say »). Eclectique, cet opus alterne donc compos plus acoustiques et franchement électriques. Acoustiques d’abord. A l’instar du country blues « I went looking » au cours duquel il fait glisser délicatement son bottleneck sur sa sèche. Technique qu’il reproduit sur le titre maître, une compo franchement lo-fi dont les lyrics sont directement inspirés d’un poème écrit par le poète australien John Forbes. Electriques ensuite. Dispensant même une véritable intensité blanche. Comme sur le très ‘Paisley Underground’ « Boo Radley », une compo balayée de riffs de guitare cinglants. Ou « The Philadelphia ruse » oscillant constamment entre cordes tintinnabulantes (Television ?) et ‘crazyhorsiennes’. Stephen rend également hommage à la bande du défunt Phil Lynott, à travers « Thin Lizzy », mais en s’appuyant sur une rythmique typiquement ‘Stones’ ; et puis il adresse un clin d’œil au « Rebel Rebel » de Bowie sur « The Sydney way ? » Un excellent album !

Les Epsilons auraient pu figurer sur une des compilations ‘Peebles’ ou 'Nuggets'. Et on n’y aurait vu que du feu, tant leur surf/garage/punk, rogné par les inévitables claviers poussiéreux, est aussi âpre et tumultueux que celui des Standells, Remains, Count Five, Shadows of Knight ou encore Chocolate Watchband. Même les vocaux sont écorchés comme à cette époque. Pourtant ce quatuor californien est bien contemporain et a reçu le concours de Mike McHugh (Melvins, Lighninh Bolt) à la production. Une seule cover : le « Stronger than dirt » de Jay and the Techniques immortalisé par les Mummies. Et malgré tout, l’un ou l’autre titre plus menaçant (« Drunk on love », « Cecilia »), abordé dans l’esprit du « Rattus Norvegicus » des Stranglers. Ou même épisodiquement une ligne de guitare un peu moins pourrie. Néanmoins, difficile de faire plus revivaliste…

lundi, 30 juillet 2007 18:31

Fuzz Machine

Mini album 6 titres pour l’ex bassiste des Scientists, de Beast of Bourbon et des Dubrovniks. Mais le plus paradoxal, sur cet opus, est que l’Australien ne joue pas de la basse, mais de la guitare dont il assure toutes les parties. Un seul partenaire : une boîte à rythmes qu’il a baptisée : Franki The Machine. Une idée dont la paternité revient bien évidemment à Sisters of Mercy pour son Doctor Avalanche. Hormis le cauchemardesque « Give up », enrichi d’arrangements ‘philspectoriens’, les cinq autres plages macèrent dans une solution sonore psychotique, sauvage, implacable, fruit d’un mélange astucieux entre garage et noisy hérité en ligne droite de Suicide et surtout de Jesus & Mary Chain. Et les vocaux laconiques de Boris collent parfaitement à cette musique à la fois envoûtante et ténébreuse…