La pop sauvage de Metro Verlaine

Un coup de foudre, et puis le romantisme comme mode de vie, Metro Verlaine est avant tout une histoire de passion. Fondé en 2013, après un voyage à Londres qui a laissé des cicatrices et un sale goût de ‘lose’ au fond de la gorge, l'histoire de Metro Verlaine…

logo_musiczine

Meril Wubslin fait ça… et dans la langue de Molière…

Fondée en 2010 par Christian Garcia-Gaucher (BE/CH) et Valérie Niederoest (CH), Meril Wubslin est une formation belgo-suisse dont la musique est décrite comme lo-fi-folk-sci-fi-psyché-transe. Duo à l’origine, elle est passée à un trio en 2015, à la suite de…

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

slift_aeronef_06
Shaka Ponk - 14/03/2024

Baby Fire

A Year of Grace

Écrit par

Depuis 2009, le trio bruxellois Baby Fire livre un âpre combat rock. Son nouvel Ep, « A Year of Grace », clôture une trilogie entamée en 2020 par un autre Ep intitulé « Searching for Grace », suivi d’un LP logiquement baptisé « Grace ». La tête pensante du projet, Dominique Van Cappelen-Waldock (au chant et à la guitare) –assistée du producteur Déhà (Wolvennest, La Muerte)– cible des univers forts comme ceux que fréquentent PJ Harvey et Chelsea Wolfe.

« A Year of Grace » recèle 3 remixes issus de l’album « Grace » ainsi que 2 nouvelles compositions partagées entre ‘doom’ oppressant (« Like Stars ») et ambiance plus évanescente et habitée (« A Year of Grace »). En outre, le remix d’« Eternal », qui a bénéficié du concours de Cécile Gonay (Seesayle) au violon ainsi que de Laetitia Shériff, vaut le détour. A travers ses textes, cette dernière raconte son parcours compliqué pour se faire entendre dans un milieu qu’elle considère comme sclérosé… sa voix puissante et incarnée se chargeant du reste. Fruit d’un cocktail de post-punk, de post-rock et d’ambient, l’univers de Baby Fire est à découvrir…

 

Inutili

A Love Supreme

Écrit par

Formation obscure issue de Teramo, en Italie, Inutili, nous propose son cinquième elpee, un disque découpé en 5 longues jams diablement psychédéliques. 40 minutes de divagations expérimentales, qu’on imagine propices au live plutôt qu’au studio…

Les effluves répandues par Alessandro Antinori (à la basse et la guitare), Pietro Calvarese (à la guitare et au chant), Giancarlo Di Marco (à la guitare et la basse) et Lorenzo Mazzaufo (à la batterie, aux percussions et au… chant) ainsi que l’invité spécial Francesco Gaspari (au synthétiseur et à la programmation) naviguent évidemment quelque part entre les sonorités des années 60 et 70. ‘Utili ou Inutili’, là n’est pas vraiment la question… pour apprécier idéalement ce trip, il suffit de se laisser entraîner et même dériver à travers les méandres opiacées esquissées par ces musiciens à l’imaginaire débordant…

 

Bonnie Tyler

Une immersion revivaliste d’une très grande qualité…

Écrit par

Bonnie Taylor devait se produire au Cirque Royal, en février 2023. Mais son genou droit en a décidé autrement, puisqu’une opération de cette articulation l’a forcée à reporter son concert. Elle revenait donc à Bruxelles, ce vendredi 5 janvier, dans la même salle, à l’aube de ses 73 printemps.

De son véritable nom Gaynor Hopkins, elle est surtout connue pour son tube, « It’s a heartache », sorti en 1978. Pourtant, des hits, la Galloise en décroché une multitude, dont « Lost In France », « More Than A Lover » et « Total Eclipse Of The Heard », une compo signée Jim Steinman qui va lui permettre de prendre un virage plus rock, à l’instar de son album « Faster Than The Speed Of Light », paru en 1983. En outre, l’artiste a gravé 18 albums en 46 ans de carrière. Le show est sold out.

Pas très sûr d’assister à une première partie, votre serviteur s’adresse à l’organisateur qui lui confirme la présence d’un supporting act, sans en connaître le nom. Finalement, ce rôle est dévolu à More Than Words, une formation allemande qui implique trois membres d’une même famille ; en l’occurrence la mère, la fille et le beau-père soutenus par une bassiste et un second guitariste. Tous aux grattes ! Soit trois guitares électriques, une semi-acoustique et une basse. En 45 minutes, le quintet va aligner des reprises. d’Abba à Queen, en passant par Ben E. King, Dolly Parton et Simon & Garfunkel, entre autres, dans un style folk, country ou americana. Et les interprétations sont impressionnantes. D’ailleurs le public semble apprécier…  

Setlist : « Smile », « Mama Mia », « Today », « Much More Than That », « Lonely With You », « I Can Do Better Than You », « Bohemian Rhapsody », « Stand By Me », « Calm After the Storm », « Take Me Home, Country Roads », « Jolene », « Mrs. Robinson », « Dancing Queen », « Home Again ».

Les lumières s’éteignent, le tour manager annonce l’arrivée de la star de la soirée, à l’ancienne. Triomphante, elle débarque sur le podium, lève les bras au ciel et souriante, salue la foule. Vêtue d’un pantalon de cuir noir et d’un blouson zébré blanc et… et noir, elle porte le poids de son âge, mais toujours aussi rocailleuse, sa voix est intacte. Elle est épaulée par un claviériste, un guitariste et un bassiste dont la gratte compte cinq cordes. Ces deux derniers se chargent également des chœurs.

Elle entame le set par le « Flat On The Floor » de Carrie Underwood (NDR : la gagnante de la quatrième saison d’American Idol aux States, en 2005), une superbe cover réinterprétée dans son style americana/pop

Le light show est spectaculaire. Au fil des 75 minutes de show, le sixcordiste va se réserver des solos de plus en plus longs, mais aussi brillants. A en attraper la chair de poule. La version du « Hide Your Heart » de Kiss, permet à Bonnie d’étaler toute sa palette vocale dans les graves tout en suivant le rythme métallique des instruments qui prennent alors leur envol. Très interactive, elle bavarde beaucoup entre les chansons, discours entrecoupé de vannes sur la composition, l’écriture et la création de ses hits. L’adaptation du « To Love Somebody » des Bee Gees est magistrale. Le « Straight From the Heart » de Bryan Adams est fidèlement interprété. Si Bonnie nous replonge dans les seventies, cette immersion revivaliste est d’une très grande qualité.

Avant d’aborder le dernier morceau du concert, Bonnie Tyler parle longuement de Tina Turner, de sa puissance vocale, de son énergie et embraye par sa version de « The Best », d’un timbre à faire pâlir Tina. Toute l’assemblée est debout pour une standing ovation. Mais surtout, quel bel hommage rendu à cette grande dame de la soul, du r&b, du rock et de la pop, disparue l’an dernier…

Un regret quand même, le show était un peu trop court, malgré un rappel de deux titres…

Setlist : « Flat on the Floor » (Carrie Underwood cover), « Have You Ever Seen The Rain ? (Creedence Clearwater Revival cover), « Hide Your Heart » (KISS cover), « Lost In France », « To Love Somebody » (Bee Gees cover), « The Best Is Yet To Come », « It's A Heartache », « Straight From the Heart » (Bryan Adams cover), « Total Eclipse Of The Heart », « Faster Than The Speed Of Night », « The Best ».

Rappel : « Turtle Blues » (Big Brother & the Holding Company cover), « Holding Out For A Hero ».

(Organisation Gracia Live)

Inaudible, une émission de radio consacrée au rock indé du 21ème siècle

Écrit par

Inaudible, une émission de radio abandonnée, il y a 33 ans, renaît de ses cendres. Cependant, l’objectif n’est pas de ressasser le passé, mais simplement de proposer une programmation à la pointe de l’actualité. Et plus précisément dans le domaine du pop/rock alternatif ou indé, soit : post punk, shoegaze, garage, néo-psychédélisme, dream pop, indus, punk rock et la liste est loin d’être exhaustive… mais pas de variétés, de chanson française, de r&b, de jazz, de blues, de prog, de world, de métal, de rap, d’électro ou de pop mainstream. Pas question non plus de frapper d’ostracisme ces genres musicaux, car il existe suffisamment de radios qui en diffusent sur la bande FM. Et puis les animateurs ont opté pour le créneau qu’ils connaissent le moins mal. On ne peut jamais dire le mieux, car au plus on découvre, au plus il y a à découvrir. 

Guy est constamment à la recherche de groupes ou artistes émergents, dans le style ; et comme rédacteur en chef de musicizne, Bernard dispose d’un éventail intéressant, qui mériterait cependant d’encore s’élargir. Et l’émission évite de se focaliser sur les singles. Ils sont rarement représentatifs des albums. Une place est quand même réservée à un ‘oldie’, puisé dans les 80’s ou des 90’s, ainsi qu’un titre d’un groupe belge et/ou français qui colle à l’actualité, et de préférence, ne se fourvoie pas dans l’électro/pop.

Des commentaires les plus pertinents et clairs possibles, dans l’esprit de Musiczine, sont bien entendus dispensés, mais en se limitant à l’essentiel -à ce sujet, rien n’a changé, 33 ans plus tard- pour que l’émission ne soit pas comparée à un débat politique. Elle peut parfois paraître donc moins spontanée, car elle demande de la préparation. Elle évoluera donc encore au fil du temps, pour la rendre la plus radiophonique possible. La première a été retransmise début octobre.

Elle est diffusée le mercredi de 20h00 à 21h00 et rediffusée le samedi à 8h00 sur rqc.

Les podcasts sont disponibles sur https://shows.acast.com/inaudible et sont téléchargeables.

Vous y trouverez également les playlists des émissions tout comme sur le Facebook (https://www.facebook.com/people/Inaudible-%C3%A9mission/61553273998088/) : et y sont renseignés les liens vers les titres qui ont bénéficié d’un clip vidéo.

RQC – 95 FM – DAB + 12 B - Radioplayer - www.rqc.be

Rqc couvre l’Eurométropole (voir info Wikipédia ici)

Présentation et production : Guy et Bernard Dagnies

Les Tops de l’année 2023

Écrit par

Vous trouverez ci-dessous les différents ‘Tops’ confectionnés par les différents collaborateurs de Musiczine. Au fil des semaines et jusque fin janvier, ce bilan s’enrichira des avis de celles et ceux (rédacteurs et photographes) qui ne se sont pas encore prononcés à ce sujet

L’émission Inaudible du 3 janvier 2024 sera consacrée aux albums qu’elle a plébiscités pour l’année 2023.

RQC – 95 FM – DAB + 12 B - Radioplayer - www.rqc.be - podcasts https://shows.acast.com/inaudible

Le Top 10 des plus beaux clips (voir tout en bas de la page) figure également en bas de page. Le choix est tout à fait subjectif. Mais il donne une petite idée de ce que la scène alternative est capable de réaliser, sous sa forme la plus arty, dans ce domaine. D’autres clips auraient certainement mérité d’y figurer, mais cette sélection tient la route et surtout ne se contente pas d’immortaliser, sous un angle stéréotypé, un ‘live’ sur les planches ou une session studio.

Enfin, pensée émue également pour Sinéad O’Connor, Jeff Beck, David Crosby, Tom Verlaine, Tina Turner, Andy Rourke, Jean-Louis Murat, Shane MacGowan, Ryūichi Sakamoto, Jane Birkin, Gordon Lightfoot, Steve Mackey, Kevin ‘Geordie’ Walker et la liste n’est pas exhaustive, nous ont quittés en 2023.

En attendant, toute l’équipe vous présente ses meilleurs vœux musicaux pour l’année 2024.

En attendant, toute l’équipe vous présente ses meilleurs vœux musicaux pour l’année 2024.

Philippe Blackmarquis

Top 20 albums + Eps

1. Depeche Mode - Memento Mori
2. Bedless Bones - Mire of Mercury
3. David Eugene Edwards - Hyacinth
4. Zanias - Chrysalis
5. Steven Wilson - Harmony Codex
6. SDH - Fake Is Real
7. John Foxx - Avenham & The Arcades Project
8. Peter Gabriel - I/O
9. Slowdive - Everything is Alive
10. Drab Majesty - An Object in Motion EP
11. Fever Ray - Radical Romantics
12. The Chemical Brothers - For That Beautiful Feeling
13. Iggy Pop - Every Loser
14. OMD - Bauhaus Staircase
15. Duran Duran - Danse Macabre
16. P.I.L. - End of World
17. Sparks - The Girl is Crying in her Latte
18. Ladytron - Time's Arrow
19. Jean-Michel Jarre - Oxymoreworks
20. De Ambassade - The Fool

Top 10 albums + Eps Belgique

1. Nile On waX - After Heaven
2. Tokyo Witch - Skin Like Feathers
3. Eosine - Coralline EP
4. Wolvennest - The Dark Path to the Light
5. The Radiant Light - How to Leave this World in Peace
6. Ultra Sunn - Kill Your Idols EP
7. Breath of Life - Down We Go EP
8. DDDJMX - 23
9. Telex - Telex Boxset
10. Motor!k - 4

Romain Ballez

Top 10 albums

Predatory Void - Seven Keys to the Discomfort of Being
Tesseract - War of Being
Takh - Takh
Hypno5e - Sheol
Fange - Privation
Big Brave - Nature Morte
The Ocean - Holocene
Crouch - Crouch
Briqueville - IIII
Full of Hell & Nothing - When No Birds Sang

Top 10 concerts :

Amenra - Hellfest
Cult of Luna - Desertfest
Hypno5e - Botanique
Briqueville - Botanique
Russian Circles - Alcatraz Open Air
Predatory Void - Botanique
Jambinai - Botanique
Puscifer - 013 Tilburg
Wardruna - Cirque Royal
Birds in Row - Trix

Béber

Tops 5 concerts

Explosion in the Sky - Da Roma
Jean Jean et Tukan - Aeronef
Ditz - Aeronef
The Murder Capital - Grand Mix
Gilberto Gil - Cirque Royal

Top 10 albums

Grian Chatten - Chaos for the fly
Bonny Prince Billy - Keeping secrets will destroy you
Squid - O Monolith
Slowdive - Everything is alive
Sufjan Stevens - Javelin
Hania Rani - Ghosts
The Murder Capital - Gigi's Recovery
Explosions in the Sky - The End
Boygenius - The Records
Yo La Tengo - This stupid world
The National - The fist two pages of Frankenstein
Niklas Paschburg - Panta Rhei

Taï

Top 10 albums

Carner Loyle - Hugo
Spiritualized - Everything Was Beautiful
Built To Spill - When The Wind Forget Your Name
Kevin Morby - This is a Photograph
Chat Pile - God's Country
Cory Hanson -Western Cum
Jack White - Fear of the Dawn
Calexico - El Mirador
Wailin' Storms - The Silver Snake Unfolds
Kendrick Lamar - Mr. Morale & The Big Steppers

Top 5 concerts

Explosions in the Sky - Da Roma
Personal Trainer + BC Camplight - Whelan’s
Jean Jean + Tukan - Aeronef
Warhaus - De Kreun
Rosalia - Forest

Guy Dagnies (Emission Inaudible)

Top 10 albums

Egyptian Blue - A living commodity
Crayola Eyes - Gushing
BDRMM - I don’t know
Daiistar - Good time
The Clockworks - Exit strategy
The Murder Capital - Gigi’s recovery
Shame - Food for worms
Glazyhaze - Just fade away
Routine Death - Comrade
Italia 90 - Living human treasure

Aristide Padigreaux

Top 10 albums

Calexico - El Mirador
Iggy Pop - Every looser
Yo La Tengo - This Stupid World
Bonnie Prince Billy - Keeping Secrets Will Destroy You
OMD - Bauhaus Staircase
Vince Clark - Songs of Silence
Nile On WaX - After heaven
Kurt Vile - Back To Moon Beach
Lol Tolhurst, Budgie & Jacknife Lee - Los Angeles
Ryuichi Sakamoto - 12

Didier Deroissart

Top 10 albums

Zaho de Sagazan - La symphonie des éclairs
Elisabetha Spada - Home again
The Rolling Stones - Hackney Diamonds
Portland - Departures
Thomas Franck Hopper - Paradize city
Jil Caplan - Sur les cendres danser
Mr. Paul & The Lowriders - Ungarded Thougts
La Jungle - Blurry Landscapes
Dead Soul Revival - Ignite
Hydrogen Sea - Creature comforts

Top 5 concerts

Juicy - Ancienne Belgique
Pomme - Forest National
Adé - Cirque Royal
Beth Hart - Cirque Royal
Larkin Poe - Ancienne Belgique

Ludovic Vandenweghe

Top 10 albums

Lana Del Rey - Did you know that there’s a tunnel under Ocean Blvd
Cowboy Junkies - Such Ferocious Beauty
Egyptian Blue - A Living Commodity
Albert Hammond Jr - Melodies on Hiatus
Bar Italia - Tracey Denim
Zaho de Sagazan - La Symphonie des éclairs
Gorillaz - Cracker Island
Grian Chatten - Chaos For the Fly
The Hives - The Death of Randy Fitzsimmons
OMD - Bauhaus Staircase

Top 5 concerts

And Also The Trees - Aeronef
Blur - Lokerse Feesten
Egyptian Blue – Aeronef
Crows - Aeronef
The Hives - Ancienne Belgique

Akim Serar

TOP 20 albums

Deadletter - Heat !
RVG - Brain Worms
Slowdive - Everything Is Alive
Yard Act - The Overload
PJ Harvey - I Inside The Old Year Dying
Grian Chatten - Chaos For The Fly
The Men - New York City
Motrik - MØØN - The Cosmic Electrics of MØTRIK
Vincent Clark - Songs Of Silence
Bar Italia - Tracey Denim
Long Hours - Never Enough
Crime and The City Solution - The Killer
Various Artists - Cherry Stars Collide Box 
Explosions In The Sky - End
Blu - The Ballad Of Darren
Nick Cave & Warren Ellis - Australian Carnage (Live At The Sidney Opera House)
Cucamaras - Buck Rogers Time
Daiistar - Good Time
Swans - The Beggar  
Weird Omen - Weird Omen

TOP 10 concerts

Deadletter - Bumann & Sohn (Cologne)
Crime & The City Solution - Musiek In De Huiskamer (Haacht - private gig)
RVG - Hasselt - Café Café (Hasselt)
Whispering Sons - Musiekodroom (Hasselt)
New Candys + The Third Sound - Podium (Heerlen)
Swans - Botanique (Bruxelles)
The Psychotic Monks  - Les Nuits Indé (Liège)
Butch Kassidy - Microfestival (Liège)
The Murder Capital - Trix (Anvers)
Jon Spencer and The Hitmakers - Muziekgieterij (Maastricht)

Bernard Dagnies

Top 20 albums

Cowboy Junkies - Such ferocious beauty
The Underground Youth - Nostalgia’s glass
Drop Nineteens - Hard light
Flat Worms - Witness marks
Daiistar - Good time
The Clockworms - Exit strategy
Egyptian Blue - A living commodity
Glazyhaze - Just fade away
Dead Feathers - Full Circle
Deeper - Careful
Bar Italia - Tracey Denim
Beach Fossils - Bunny
The Murder Capital - Gigi’s recovery
Ghost Woman - Insight 50/50
Dead Leaf Echo - The mercy of women
Sparks - The Girl Is Crying In Her Latte
Catatonic Suns - Catatonic Suns
Yo La Tengo - This stupid world
FACS - Still life in decay
The Poison Arrows - Crime & Soda

Top 5 albums Belgique

Mr Paul & The Lowriders - The unguarded thougts
Annabel Lee - Drift
dEUS - How to replace it
DIRK. - Idiot paradize
Maple Paper - Clouds are falling

Top 3 concerts

And Also The Trees – Aeronef
Egyptian Blue - Aeronef
Crows - Aeronef

Clips

Death Valley Girls - ‘Sunday

Sleaford & Mod - ‘So Trendy’ (ft. Perry Farrell)

Gia Margaret - 'Hinoki Wood'

Current Affairs - 'Right Time'

This Is The Kit - ‘More Change

Pale Blue Eyes - ‘Hang Out

Night Beats - ‘Hot Ghee

Timber Timbre - ‘Ask The Community

Stephen Steinbrink - ‘Poured Back in the Stream

MGMT - ‘Mother Nature

 

Pour les Tops de la rédaction néerlandophone, c'est
 

 

 

 

 

 

Princess Thailand

Golden Frames

Écrit par

Formation toulousaine, Princess Thailand a publié un 3ème elpee toujours aussi fidèle à ses amours pour la noise, la no-wave et le post punks si chers au groupe. « Golden Frames’ » sort ses griffes –à l’instar du chat siamois/sphynx illustrant l’album– et ce dès « Blinded Fool », le morceau introductif particulièrement puissant ! Le chant enragé d’Aniela Bastide accompagne des guitares acérées et une rythmique arythmique (?!?!?) entre des ambiances shoegaze (« Machina ») ou plus souvent post punk (« Ghost Car »). Une réussite de bout en bout !

Penthouse (Poland)

Music Undersea

Écrit par

Aurait-on découvert une version polonaise du très classieux Balthazar ? L’univers de « Music Undersea » est en tout cas très proche de celui des Courtraisiens ! Un même mélange de sonorités rock (« Bumpin’ ») et soul (« Morning Listeners ») lorgnant avec insistance vers les 70’s. La voix chaude et puissante de Michał Strażewski est parfaitement soutenue par les sœurs Gasiorowska (Magda et Zosia) tout au long de « Music Undersea », un premier opus remarquable de bout en bout !

Daiistar

Goodtime

Écrit par

Produit par Alex Maas, le chanteur de The Black Angels, « Goodtime » constitue le tout premier elpee de Daiistar, une formation texane (NDR : d’Austin très exactement) qui puise essentiellement ses sources dans le psychédélisme et le shoegaze des 90’s. En extrapolant, on pourrait imaginer le résultat d’une rencontre entre Jesus & Mary Chain et The Brian Jonestown Massacre qui se serait produite en pleine période ‘Madchester’. Une expression sonore alimentée par des sonorités de guitares grinçantes, cristallines, frémissantes, tourbillonnantes, une ligne de basse caoutchouteuse, des synthés ondoyants, des harmonies vocales atmosphériques, des mélodies accrocheuses, et sur plusieurs plages, ce tempo spécifiquement ‘house’.

Dead Feathers

Full circle

Écrit par

Issu de Chicago, Dead Feathers puise manifestement ses références dans la West Coast de la fin des sixties ainsi que du début des seventies et tout particulièrement chez Jefferson Airplane. D’abord à cause de la voix de Marissa Welu, qui n’est pas sans rappeler celle de Grace Slick. Puissante, elle alimente une musique groovy, tramée dans les guitares bluesy et psychédéliques. Des parties de grattes que les deux musicos élaborent de manière structurée. Elles sont caressées sur l’obsédant et luxuriant, « Daughters », un morceau qui s’épanouit sous la forme d’une tendre ballade, mais change de tempo en fin de parcours.  

« Full circle » constitue son tout premier elpee. Hormis l’intermède instrumental « One year before the island », presque toutes les pistes dépassent allègrement les 6 minutes. « Robbery » excède même les 10 minutes. Et l’opus s’achève par « Galapagos », une élégante compo ciselée par une sèche jouée en picking…

Timber Timbre

Lovage

Écrit par

Timber Timbre, c’est le projet de Taylor Kirk, un Canadien responsable de 7 elpees, à ce jour ; et « Lovage » constitue son septième. Il fait suite à « Sincerely, Future Pollution », paru en 2017. Responsable d’une forme d’indie folk cinématographique, poétique, ténébreuse et à la limite gothique, mais à l’humour ironique, Timber Timbre parvient à fusionner des références apparemment incompatibles : Beatles, Doors, Leonard Cohen, Beach Boys, Sun Ra, Paolo Conte, et Velvet Underground, notamment.

Pour enregistrer cet opus, il a fait appel à Michael Dubue ; et la collaboration a tellement bien fonctionné, que ce dernier apporté son concours aux claviers et aux vocaux, rejoignant ainsi le drummer Adam Bradley Schreiber et les choristes.

Le long playing s’ouvre par « Ask the community », un morceau chargé de spleen, dont l’intervention au piano et l’écho dans la voix rappellent… John Lennon, alors que si sur « Stops » ses intonations semblent hantées par feu Jean-Louis Murat, tout au long de « Confessions of Dr Woo », c’est le spectre de Lou Reed qui se met à rôder. Une plage dont le final s’enfonce dans le psychédélisme. Tout comme le doux-amer « 800 Pristine corpses ». Tapissé subrepticement de psychédélisme bruitiste, « Holy motors » se distingue pourtant par sa jolie mélodie. Cette chanson constitue, en quelque sorte, un hommage à Ontario, la ville de son enfance, une ville qu’il avait quittée deux décennies plus tôt et où il avait juré ne jamais revenir ; un hommage à un endroit qu’il aime et déteste en même temps, mais qu’il aime aussi détester…

« Mystery street » est manifestement la compo la plus allègre ; mais a contrario, « Lounge » s’enfonce dans une sorte d’intimisme presque confessionnel…

Page 7 sur 1332