Laundromat Chicks c’est le projet de Tobias Hammermüller, et il publiera son premier long playing « Trouble », ce 17 juin 2022. L’Autrichien s'est inspiré du son indie rock des années 2010 (Snail Mail, Chastity Belt, The Babies, Best Coast, The Drums) et de…

logo_musiczine

« Horsepower For The Streets », le cinquième elpee de Jonathan Jeremiah sortira ce 9 septembre 2022. En attendant, il nous propose son nouveau single, consacré au tire maître, et il est disponible sous forme de clip, là Cette nouvelle chanson est sans doute…

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Didier Deroissart

Didier Deroissart

jeudi, 22 juillet 2021 15:38

Thadeus Gonzalez en tête à tête…

Le rockeur californien Thadeus Gonzalez à l’intention de vous entraîner sur le dancefloor grâce à son clip brûlant intitulé « Ripe ». Ce musicien a assuré les premières parties de concerts d’Iron Maiden, Motley Crue, Slash et Bon Jovi. Thadeus Gonzalez est une figure de la scène rock indé californienne. C'est en menant de front le groupe Electric Sister qu'il s’est remarquer comme ‘un frontman incontournable avec une attitude et un style, taillés pour les stades’.

En 2014, il se lance en solo et sort son premier album « Utopian Society ». Entre influences punk et rock alternatif, textes évocateurs, hymnes dark et ballades toutes en vulnérabilité, le songwriter impose rapidement son flair et son style uniques.

Son troisième elpee, « Opposite Faces », c’est du bon, du lourd comme on l’aime et de plus du dansant. Thadeus Gonzalez y propose une vision exaltée d'un hard rock moderne, combinant guitares acérées et attitude désinvolte, clins d'œil au punk voire au post-punk, le tout saupoudré de quelques ballades bien senties

« Opposite Faces » a été enregistré au Sonic Room Studios en Californie, produit par Tim Narducci (The Watchers), et est sorti le 16 juillet.

Pour découvrir le clip de « Ripe », c’est

https://www.thadeusgonzalez.com/

https://www.facebook.com/thadeusgonzalez

mercredi, 21 juillet 2021 16:30

Toto avec l’aide de quelques amis…

Le nouvel album de Toto paraîtra ce 25 juin 2021. Il s’intitulera « With A Little Help From My Friends ».

De son côté, Steve Lukather a sorti un album solo le 26 février 2021, qu’il a baptisé « I Found The Sun Again ». A cette occasion, Lukather, Williams et David Paich, un autre musicien de la première heure mais qui n'est plus activement impliqué dans cette réincarnation de Toto, ont présenté le nouveau line up, impliquant dorénavant John Pierce (Huey Lewis & The News) à la basse, Robert Searight (Snarky Puppy) à la batterie, Steve Maggiora aux claviers et aux chœurs, Dominique Taplin (ex-Prince, aux claviers) et le multi-instrumentiste/chanteur Warren Ham (Ringo Starr) ; ces deux derniers faisaient déjà partie de l'équipe de tournée.

La vidéo du single « Till The End », qui précède l’elpee de Toto, est disponible

La performance ‘live’ a été immortalisée lors d’une spéciale le 21 novembre 2020 à L.A..

Du line up initial, seul le chanteur/guitariste Steve Lukather est encore présent, avec le chanteur Joseph Williams, qui était également membre de Toto auparavant (1986-1989 et à nouveau depuis 2010).

https://totoofficial.com/

https://twitter.com/toto99com

https://www.facebook.com/totoband

samedi, 17 juillet 2021 09:30

Des violoncelles pour Imany…

Le nouvel elpee d’Imany, « Voodoo cello » paraîtra ce 3 septembre 2021 (Distribution : This Side Up). Pour la circonstance, elle a décidé de se consacrer uniquement à des reprises, mais également de s’entourer d’une équipe de 8 violoncellistes.

Pendant la pandémie, Imany a eu de la chance de tourner et jouer au sein du Petit Palais de Paris. Elle y a consacré une sessions live, en compagnie de sa troupe, dont vous pouvez découvrir la cover du « The A Team » d’Ed Sheeran, ici 

Imany se produira en concert à Bozar LE 31/01/2022 à Bruxelles.

Tracklist : « If You Go Away » - Jacques Brel, « Believer » - Imagine Dragons, « Wonderful Life » - Black, « I’M Still Standing » - Elton John, «  Les Voleurs d’Eau » - Traditionnel Henri Salvador, « The A Team » - Ed Sheeran, « All The Things She Said » - Tatu, « Like A Prayer » - Madonna, « Totale Eclipse Of The Heart » - Bonnie Tyler, « Take Me  To Church » - Hozier, « Little Black Angels » - Eartha Kitt, « Wild World » - Cat Stevens, « Wonderful Life » - (Stream Jockey Rework) Black.

Facebook

Instagram

 

 

Konoba est de retour avec un nouveau single intitulé « There’s Always something wrong » !  Un morceau groovy et catchy qui va vous faire danser tout l’été !

Dans les paroles, Raphaël Esterhazy exprime sa frustration envers le flux interminable de mauvaises nouvelles auquel nous sommes constamment exposés. Le single est accompagné d’un clip réalisé par Mehdi Semoulin, dans lequel Konoba joue un personnage haut en couleurs, confiné dans un petit appartement, au cours des années 70 !

La sortie du nouvel elpee de ce chanteur, musicien et producteur belge est prévue pour le début 2022. Le premier single annonciateur de l’album, « There’s Always Something Wrong » est sorti ce 25 juin 2021. Et le clip est disponible

https://www.facebook.com/KonobaMusic/

https://www.instagram.com/roandkonoba/?hl=fr

vendredi, 28 mai 2021 17:24

MASSTØ perdu dans l’Océan…

MASSTØ publiera un nouvel Ep en octobre prochain. Intitulé « Āpi », il recèlera 6 titres. Plage soul/rock issue de ce disque, « Ocean » est également paru en single et son clip est boosté au sel marin.

« Ocean », c’est une invitation au voyage, à l’immersion dans l’univers de Masstø. Conduit par une mélodie à la guitare, dont le son scintillant rappelle les rayons du soleil plongeant en eau profonde, « Ocean » est une ballade mélancolique et estivale, aux accents soul vintage et pop.

La voix graveleuse de Thomas évoque celle de Ruben Block (Triggerfinger) ou encore de Rory Charles Graham, la colonne vertébrale de Rag'n'Bone Man.

Tourné sur les plages du Contentin, le clip révèle de grandes étendues sauvages, entre terre et mer où trois personnages évoluent dans une attente et un espoir palpable. Un titre puissant et mélodique dédié aux gardiens de phares qui inlassablement guident et s'en contentent, et aux navigateurs qui rêvent d'ailleurs en rentrant, en partant... A tous les exilés qui s'ancrent loin de leurs terres enivrantes.

Depuis 4 ans, le trio MASSTØ impose sa signature unique et sa puissance sonore entre blues, rock et soul... Propre à eux, une empreinte à trois, singulière, qui se façonne dans le temps pour faire naître des compositions brutes, des scènes de vies dans lesquelles se croisent mauvaises rencontres, leçons d’amitiés et confessions amoureuses.

‘Nous sommes au carrefour du blues, de la soul, du rock et du folk, sans trop savoir à qui vendre notre âme...’ ont-ils expliqué en interview.

Le power/trio réunit le chanteur/guitariste Thomas Orléan, le bassiste Mathias Colombel et le drummer Thimothée Poncelet.

Le clip consacré à « Ocean » est disponible .

 

Tracklisting : « Woman », « I’m Not Your Man Anymore », « Misery », « Black Smoke », « Ocean », « Baby’s Gone » (Live at The Lune Des Pirates) 

https://www.facebook.com/MasstoProject/

https://www.instagram.com/officiel_massto/

https://twitter.com/MasstOfficiel

Ça y est ! Nous sommes déconfinés après 7 mois d’attente ! Enfin, le cycle des concerts reprend ! Un bon début : second spectacle ce soir, organisé par Silly concerts. Il ne se déroule pas au Salon. Des travaux ont été entrepris pour rénover la salle. Dès lors il se déroulera dans les jardins du Centre Culturel, sous chapiteau. Pas plus de 50 spectateurs. Ils devront être masqués et restés assis pur respecter les gestes barrière. Ce soir, en tête d’affiche, la fratrie Tornabene aka CélénaSophia. A force de travail, elles ont acquis ‘des planches’ ; et elles vont encore le démontrer lors de leur prestation.

La première partie est assurée par Clara Gotto. Agée de 20 ans, cette jeune chanteuse/claviériste est épaulée par son paternel qui se consacre à la guitare semi-acoustique et aux backing vocaux. Plutôt sympa, il a le chic pour détendre l’atmosphère. Son humour décapant révèle un amoureux de la langue française. Et apparemment c’est lui qui écrit les textes des chansons. Il nous signale que le répertoire va nous inviter au voyage. Et comme le père et la fille sont originaire d’Italie, le périple est immédiat. Ainsi « Sur la riviera », on imagine deux amoureux qui se promènent, main dans la main, ou circulent sur de petites routes à bord d’une vespa. On épinglera encore « Des ABL sur le pavé », une compo qui se réfère à sa contestation éclairée de Gainsbarre. A suivre de très près…

Setlist : « Rumba », « Sur la riviera », « Le dernier virage », « Des ABL sur le pavé », « La Sille ».

Depuis le début de leur parcours, les frangines épousent une courbe ascendante. Jérôme Magnée (Dan San, Yew, Ebbène...) leur a apporté un fameux coup de main en se chargeant de la direction artistique lors de la réalisation de leur premier album. C’est grâce à lui que les filles ont décroché la médaille de bronze aux Jeux de la Francophonie d'Abidjan, en 2017.

Né de la fusion des deux prénoms (Céléna et Sophia), elles sont responsables d’une chanson française réaliste et urbaine. En 2015, elles avaient publié un premier Ep (« A l’aventure ») qui leur a permis de fouler les premières grosses scènes en Belgique (Botanique, Francofolies de Spa, BSF, ...) et à l'étranger (Suisse, France, Canada, Côte d'Ivoire). Elles participent à deux reprises aux rencontres d'Astaffort au cours desquelles Francis Cabrel et son équipe les aident à peaufiner leur répertoire.

Ce soir, elles sont venues présenter leur bébé, un premier long playing paru en janvier dernier et intitulé « Les Géantes Bleues ». Les deux sœurs y affirment leur féminité, leurs doutes, leurs besoins d’évasion et de passions ainsi que leurs acharnements. Et par-dessus tout, leurs valeurs et leurs idéaux. Si le folk pratiqué à l’origine n’a pas disparu, il s’est enrichi de beats, de codes empruntés au hip-hop, de gimmicks pop, de beaux effets aériens sur les guitares et d’un zeste d’électro.

Pas de Jérôme Magnée derrière les fûts pour épauler CélénaSophia. Il est remplacé par les sonorités électro et les percus d’un iPad. Par contre, elles se partagent bien guitares électrique et acoustique ; Céléna surtout l’électrique, Sophia, la sèche. Et leurs interventions lancinantes collent bien aux morceaux les plus introspectifs…

Elles sont accueillies en triomphe, malgré le maigre public. Céléna se décrit comme une ‘vraie impulsive’. Sophia comme une ‘fausse calme’, mais elles sont fusionnelles. D’ailleurs, pour monter sur les planches elles portent la même tenue : leggin noir, tee-shirt noir, chaussures et vestes dorées et brillantes.

La set list est essentiellement puisée au sein du premier opus y compris la reprise de « Comment est ta peine », une composition signée Benjamin Biolay. Seuls deux tubes plus anciens (« Les pieds sur terre » et « Dis-le-moi plus fort ») seront également interprétés. Elles accordent une attention particulière aux chansons que les frangines ont dédiées à leur maman, perdue trop tôt. Ce qui suscite beaucoup d’émotion. Le concert s’achève par « Folie reviens », leur dernier single. Le message est clair : ‘Ce n’est pas en arrière qu’il faut regarder…’ C’est une ligne de conduite, un slogan pour CélénaSophia. Elles ne reviendront pas sur les planches…

Assez participatif, le public a même pu se dandiner et applaudir devant son siège. Fait dire que Madame Ingrid Corona veillait au grain…

Setlist : « On s'en souviendra pas », « Les vents contraires », « Pile ou face », Seul hôtel », « Les pieds sur terre », « Passage secret », « Me plonger dans tes yeux », « Je te vengerai » « Comment est ta peine ? » (Benjamin Biolay), « Les géantes bleues », « Je cours après le temps », « Dis-le-moi plus fort », « Ne rentrons pas », « Folie reviens ».

Organisation : Silly concerts et Centre Culturel de Silly

vendredi, 07 mai 2021 09:02

Aaron dans la fournaise…

Issu du dernier album d’Aaron, « Anatomy of light », « The Flame » a été traduit en clip, mais dans une version au piano. Il a été filmé au Musée Bourdelle, et rend hommage au ‘Centaure Mourant’, chef d'œuvre d’Antoine Bourdelle.

« The Flame », parle de l’étincelle, du premier feu, de la matière qui s’installe entre deux cœurs qui se rencontrent. Dans sa version épurée, ce morceau se dénude au plus pur, et installe le tableau sur trois personnages : l’amoureux, les ombres, le centaure. Ces images illustrent l’endormi, rêveur et figé dans l’attente de sa délivrance, au milieu des ombres agitées du monde. Le centaure, symbole de la toute-puissance, mi-humaine, mi-animale, du sentiment amoureux, trône ici comme un juge suprême ; sa puissance immuable, son immobilité éternelle, l’impose en gardien, lyre à la main, juge, devant la fragilité des cœurs qui s’essayent.

Comme un clin d’œil adressé au royaume des morts du testament d’Orphée de Cocteau, « The Flame » est une valse ralentie du combat amoureux, dans le palais invisible de celui qui espère l’autre.

L’album « Anatomy Of Light » est paru ce 5 mai 2021. 

Prochains concerts en Belgique

-18.10.21 | Reflektor, Liège (complet)

-19.10.21 | Central, La Louvière - infos

-03.11.21 | Ancienne Belgique, Bruxelles

Le clip de « The Flame » est disponible ici

https://www.facebook.com/AaRONofficial/

https://twitter.com/aarontheband?lang=fr

https://www.instagram.com/aarontheband/?hl=fr

Sur son nouveau single, Lubiana s’amuse à reprendre une formule camerounaise décrivant les personnes coquettes. Oscillant entre pop occidentale, folk africanisant et soul, grâce à la kora, « Mamy Nianga », met en exergue la singularité́ du timbre de voix de la chanteuse belge d’origine camerounaise.

Une mixité que l'on retrouve dans le clip réalisé par Mehdi Semoulin. Filmé de nuit, il mêle des inspirations tirées du surréalisme belge et de l'œuvre de René Magritte (‘L'empire des lumières’ et ‘Les Amants’), ainsi que des influences africaines. Grâce à ce clip, Lubiana représente l'amour et la dualité : ‘C'était important pour moi de mélanger ce courant belge à des éléments culturels camerounais’, déclare l’artiste.

Par la spontanéité́ de sa mélodie, la chaleur de ses rythmiques, sa texture organique et l’énergie vocale de Lubiana, « Mamy Nianga » se transforme en hymne ensoleillé où la chanteuse a suivi l’héritage de sa culture africaine : laisser la mélodie venir en même temps que les mots. On n’a plus qu’à se laisser (trans)porter...

Pour découvrir ce clip, c’est ici

https://www.facebook.com/kepaoulubiana/

https://www.instagram.com/lubiana_k/

vendredi, 07 mai 2021 08:54

Mauro Valdemi insatiable…

C'est en 2013 que Mauro Valdemi a gravé son premier track ; en l’occurrence un remix de « Robin Schulz – Waves » repris par Conor Maynard. Partagé par The Vibe Guide, celui-ci a rencontré un énorme succès et a comptabilisé plus de 1,5 millions de vues sur la toile…

Sa carrière connaît un tournant lorsqu’il rencontre Vijay & Sofia en 2017. Cette collaboration se concrétise sur « Stars », un morceau qui sort sur le label hollandais Strange Fruits (NDR : il héberge également Steve Void). Très vite le morceau décolle, générant des dizaines de millions streams sur les plateformes de streaming et de nombreux passages en radio…

Fort de ce succès, Mauro décide de créer un label qu’il baptise Milkshake. Un an plus tard, ce label a déjà publiéi une vingtaine de singles enregistrés par des artistes issus du monde entier : Italie, Belgique, Roumanie, USA, Grèce, Inde…

Mauro Valdemi est de retour pour un tout nouveau titre qui sent l’été, le sable chaud et le soleil : « Can’t Get Enough », en collaboration avec le chanteur américain de de r’n’b américain DEVION.

Pour voir et écouter le single de « Can’t Get Enough », c’est

https://www.facebook.com/maurovaldemimusic/

https://twitter.com/Mauro_Valdemi

https://www.instagram.com/mauro_valdemi/?hl=fr

 

 

dimanche, 25 avril 2021 08:39

Les amis de Toto…

« With A Little Help From My Friends », c’est le titre du nouvel album de Toto qui paraîtra ce 25 juin 2021. Il s’agira d’un ‘live’ immortalisé le 21 novembre 2020, lorsque le groupe s’est présenté sur scène sous un nouveau line up, incluant le bassiste John Pierce (Huey Lewis et The News), le batteur Robert ‘Sput’ Searight (Ghost-Note, Snarky Puppy) et le claviériste Steve Maggiora (Robert Jon & The Wreck). En rejoignant Lukather, Williams et Paich, ce trio participait à la quinzième incarnation de Toto.

Pour découvrir « Till The End », morceau qui figurera sur le prochain opus, c’est ici

Page 9 sur 89