MoonStone est issu de la région du Centre (La Louvière). Il reconnaît pour inspiration majeure, des groupes comme Nothing But Thieves, Muse et Royal Blood. Ses lyrics sont interprétés en anglais. Fondé en 2019, la formation s’est enrichie d’un nouveau membre.…

logo_musiczine

Après avoir publié son album « Watch This Liquid Pour Itself », en janvier 2020, Kaya a quitté New York pour l’Europe afin de créer et montrer ses diverses réalisations artistiques interdisciplinaires. Elle a notamment réalisé une installation qui amplifie la…

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

Paradise Lost
Paradise Lost
Stéphane Reignier

Stéphane Reignier

mardi, 01 novembre 2022 16:00

Le camarade X de DEMAGO

Le binôme parisien DEMAGO s’est fait connaitre en 2008, grâce à la sortie de son elpee « Hôpital », dont plusieurs titres (« Hey doc », « Respirez » …) sont diffusés sur les ondes. Un deuxième opus, « BatTement », voit le jour en 2019, et marque le retour d’un groupe qui a multiplié les expériences et les collaborations.

Entretemps, la formation a répondu à l’invitation de Radio France pour mettre en place une série de concerts-événements accompagnés par l’orchestre philharmonique de Radio France à la salle Pleyel pour réinterpréter l’œuvre de Moussorgski en version rock. 3 concerts seront diffusés sur France Musique et un documentaire retraçant la rencontre choc du rock et du classique sera programmé sur France 2.

Aujourd’hui, DEMAGO revient sur le devant de la scène en publiant « Camarade X », un nouvel opus coup de poing. Porté par l’interprétation hypersensible et écorchée de Maün, le rock façon DEMAGO se conjugue au présent et au passé, grâce à un son qui vient puiser son influence dans les années 90 (Nirvana, System of a Down), électrisé par les guitares de Bleach, à coups de riffs mélodiques et ravageurs.

Les textes en français dissèquent la société au scalpel, refusant toute concession au chevet d’un réel malade et indigeste. De la société de surveillance au transhumanisme, de la difficulté à vivre sa vie à l’omnipotence de l’argent roi, DEMAGO s’illustre par une écriture au laser, un témoignage unique sur l’émergence d’un monde fragmenté.

Mixé au Vamacara Studio par H.K Krauss (DAGOBA, Les tambours du Bronx ou encore Black Bomb A), le son de « Camarade X » s’avère brutal et corrosif.

Accompagné par Albator, le corsaire sauvage à la batterie, et Hacen, le grand frère érudit à la basse, le groupe prend sur scène une dimension sauvage et intrigante.

Demago ? Décalé, différent, assurément.

Le clip de « Jim » est à découvrir ici

 

mardi, 01 novembre 2022 15:59

Une troisième voix pour Temps Calme…

Temps Calme est un trio lillois qui pratique une musique, fruit d’un cocktail entre éléctro, pop, psychédélisme, jazz et krautrock. Fondé en 2018, il implique Olivier Desmulliez (Ed Wood Jr., l’Objet...), Samuel Allain aux claviers (Black Bones) et Nicolas Degrande à la batterie (Roken Is Dodelijk, Louis Aguilar).

Après avoir gravé un premier Ep au printemps 2019, la formation a publié son premier elpee, « Circuit », en 2020.

Son second opus, « Vox III » est paru ce 17 octobre 2022. Temps Calme y propose des morceaux liant reverb’ de guitare à la chaleur des synthés analogiques, entraînés par une batterie appuyant un chant mélodique et entêtant, développant des atmosphères psychédéliques, mélancoliques ou rétro futuristes.

Le clip « Off The Mark » (à découvrir ici) a été réalisé par le vidéaste et photographe Armin Zoghi. Il est né de l'envie d'Olivier, de Samuel et Nicolas de jouer au tennis de table avec des masques d'animaux.

Cette vision décalée en tête, le réalisateur a proposé une histoire en lien avec les sentiments que le morceau lui procurait, dont le destin à la fois comique et dramatique laisse au spectateur seul la libre interprétation narrative…

 

mardi, 01 novembre 2022 15:58

La perspective particulière de Jolene…

Après avoir publié son album « Watch This Liquid Pour Itself », en janvier 2020, Kaya a quitté New York pour l’Europe afin de créer et montrer ses diverses réalisations artistiques interdisciplinaires. Elle a notamment réalisé une installation qui amplifie la musique faite sous l'eau, et une sculpture interactive basée sur la thérapie jungienne du jeu de sable, pour les enfants. Entre ses expositions d'art et ses performances dans les musées, Kaya a enregistré son album elle-même pendant les confinements, dans des studios prêtés par des amis.

Les enquêtes d'Okay Kaya sur l'esprit et le corps, véritable sujet du disque, s’accompagnent de rythmes de danse séduisants, de synthés imprévisibles, de délicates guitares douces et de murmures R&B, un beau chaos où tout s’emboite de façon très naturelle.

À son retour à New York, Kaya était ravie de convier ses amis à participer à l’album. Elle les a invités aux Gaia Studios à Greenpoint, Brooklyn, pour chanter ou jouer d'un instrument. La plupart des chansons de l'album impliquent des performances d'artistes invités variés, dont Nick Hakim, Deem Spencer, Taja Cheek de L'Rain, Adam Green, Farao, Zannie, Aerial East, Michael Wolever, Franziska Aigner, Toniann Fernandez, Moist Paula, LEYA, Stix, Starchild, The New Romantic, Ydegirl, Iris Taborsky-Tasa et Eli Keszler.

Tout comme son processus d'enregistrement qui a commencé dans l'isolement et s'est terminé entourée d’amis, « SAP » commence par l'intérieur et l’introspection, et mène à l'extérieur, à la romance, aux amants qui servent de miroirs amusants, reflétant Kaya à elle-même sous différents angles.

Okay Kaya partage aujourd’hui la vidéo de de « Jolene From Her Own Perspective », nouveau single de son prochain elpee « SAP », qui paraîtra le 4 novembre chez Jagjaguwar.

Sur ce morceau, Kaya Wilkins imagine la némésis de Dolly Parton répondant à sa célèbre chanson, « Jolene ».

Le clip d’animation est à découvrir ici

Allez aussi jeter un œil sur son site, via la page ‘Artistes’, la homepage est vraiment originale.

 

mardi, 01 novembre 2022 15:57

Un troisième papillon pour Tilmann…

Le guitariste et chanteur nantais Tilmann dévoile le clip d’animation de « Desert Moon », troisième extrait de l’Ep Chrysalis.

Les paroles de « Desert Moon » ayant été imaginées à vélo, le long des paysages d'Ardèche, le parti pris du clip est de représenter un univers à la croisée des chemins entre le texte de la parolière-cycliste et ses ressentis propres au moment où les paroles naissent, les cheveux dans le vent et l'ivresse au cœur.

Pour ce troisième clip, Tilmann a choisi de travailler en compagnie de Hendy Mary, animateur 2D grâce à qui l'idée d'origine a pris forme, s'est mue en une création graphique, prenant comme référence visuelle l'album « Les équinoxes » de Cyril Pedrosa, artiste très apprécié du compositeur.

Une fois de plus, Tilmann nous plonge au sein d’un univers folk généreux et touchant. Ses mélodies s'inspirent des grands espaces aquatiques et convoquent en même temps le souvenir des veillées autour du feu.

Pour découvrir le clip de « Desert Moon », c’est

 

mardi, 01 novembre 2022 15:57

Jeanne Added à vos côtés…

Bien que française, Jeanne Added chante aussi bien en anglais qu’en français. Cette auteure-compositrice-interprète sort un premier Ep en 2011, son premier album, « Be Sensational », en 2015, et un second elpee, « Radiate », qu’elle interprète dans la langue de Shakespeare. Mais en juillet 2020 elle publie un Ep de 8 titres, intitulé « Air », sous forme de court-métrage, sur Youtube. Il interprète ces compos dans la langue de Molière, pour la première fois.

C'est grâce à son deuxième opus « Radiate », et surtout le titre « Mutate » que tout s'accélère lorsqu'elle est récompensée par deux Victoires de la Musique dans les catégories album rock et artiste féminine de l'année face à Christine and the Queens et Vanessa Paradis.

Il n’y a aucun artifice superflu chez cette fan inconditionnelle de Prince. Tout est savamment équilibré dans son univers électro pop onirique. Accompagnée par Renaud Letang (connu pour son travail auprès d’Alain Souchon, Renaud, etc.), elle revient pour un projet intimiste baptisé « By Your Side », au sein duquel sa poésie se distille à travers 12 pistes et s'exprime en français et en anglais.

Pour voir et écouter le clip d’« Au revoir », c’est ici

 

 

mardi, 01 novembre 2022 15:56

La danse horizontale de La Féline…

Après avoir publié le spatial et acclamé « Vie future », retour sur terre et même sur ses terres pour Agnès Gayraud aka La Féline, à travers un nouvel album baptisé du nom d’une ville moyenne de province où elle a grandi, Tarbes.

De la chanson nourrie à de multiples influences oscillant du rock à la trap. Des rendez-vous et des promesses (« Place de Verdun »), des mises en garde (« Va pas sur les quais de l’Adour »), des espoirs (« Dancing »), la musique si importante déjà (« Je dansais allongée »), étendant encore le vaste territoire de ‘La panthère des Pyrénées’, affirmant son statut d’artiste qui compte dans un monde trop balisé, La Féline nous entraîne sur des chemins qui n’appartiennent qu’à elle.

Dans le clip de « Je dansais allongée », réalisé de nouveau par Sylvère Bourjaillat, La Féline se livre à cette danse, à la fois cérébrale et hyper physique, où les repères spatiaux et temporels vacillent.

A découvrir ici

 

mardi, 01 novembre 2022 15:56

Vaya con Dios en mode piano/voix

Avec plus de 10 millions d’albums vendus à travers le monde, il est bon de se souvenir combien Dani Klein et sa bande ont compté et qu’elle a été, dans son genre, une pionnière à se distinguer sur la scène internationale.

A l’initiative d’une maison de disques qui a lancé une collection d’albums piano/voix demandant à des artistes de réinterpréter leurs plus grands succès sur ce thème, Vaya Con Dios s’est également prêté au jeu.

Vaya Con Dios a marqué les années 85-90, grâce  des tubes comme « Just a friend of mine », « Nah neh nah », « Puerto Rico » ou encore « What’s a woman » dont vous pouvez écouter ici une version, justement en mode piano/voix ici

 

 

mardi, 01 novembre 2022 15:55

Les paysages sonores de June Road…

June Road, c'est tout d'abord l'histoire d'une rencontre au Royal Albert Hall de Londres entre deux musiciens que rien ne prédestine. Elle, Maia Frankowski est belge et violoniste à l'Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie. Lui, Harry Pane est anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique.

Le coup de foudre passé, c'est ensuite la fusion de leurs deux univers musicaux qui donnera naissance, à Bruxelles, au projet June Road. Un projet indie folk qui se concrétise en quelques mois et prend la forme d'un premier Ep intitulé "Landscapes".

Entre invitation à l'évasion et appel des grands espaces, l'univers de June Road arpente des chemins balisés par des artistes comme Ben Howard, Fleet Foxes, Sarah Jarosz ou Fleetwood Mac.

Le premier single, « Seize the Day », petite pépite folk americana, dévoile des lignes d’horizon et offre déjà un beau panorama sur leurs multiples sensibilités. Un single que le duo a décidé de réaliser en live session, tout comme les titres « Glow » et « Little Bird »…

La vidéo de la live session de « Seize the Day » est à voir et écouter

 

mardi, 01 novembre 2022 15:54

Demain, ce sera sans Black Mirrors…

Black Mirrors sortira son nouvel elpee, "Tomorrow will be without us", ce 4 novmebre. En attendant, il nous propose un premier titre, "Hateful Hate, I'll Kill You", sous forme de clip vidéo. 

Le release-concert est prévu (et déjà annoncé) le 18 novembre au Botanique à Bruxelles. Signé chez Napalm Records, le groupe est responsable d’une musique qui puise son inspiration chez Idles, Queens Of The Stone Age, Rival Sons, Nirvana et The Distillers.

Black Mirrors présente un disque substantiel et musicalement varié sur lequel la chanteuse Marcella Di Troia nous confronte avec un message écologique.

L'album a été enregistré sous la houlette du célèbre producteur Alain Johannes (QOTSA, Arctic Monkeys, Mark Lanegan).

L’énergie qui libérée par le clip de « Hateful Hate I’ll Kill You » (à voir et écouter ici ) est très proche de ce à quoi on peut s’attendre en assistant à un concert de Black Mirrors…

Truelove $ Day est emprunté à une photo que l’une des amies d’enfance de Michaël Wookey a prise quand ils avaient 16 ans. La photo est restée encadrée sur un mur dans ses appartements successifs de Londres puis Paris pendant plus de 22 ans. Sur la photo n&b trône une porte, mystérieuse, probablement à l’arrière d’une boutique, où est graphée cette formule énigmatique. Après plusieurs albums Michael s’est senti suffisamment libre pour faire appel à ce moment de sa vie où il a eu 16 ans.

« Hollywood Hex », son précédent elpee paru en mars 2018 a été très bien reçu par les médias nationaux et par ses fans. Michael et son groupe de scène ont notamment été invités à se produire en live pour deux chansons sur l’antenne de la première radio du pays France Inter dans l’émission le Nouveau Rendez-Vous, mais aussi en interview dans l’émission Grand Soir de RTL. L’artiste s’est produit sur plusieurs scènes française et a réalisé une belle tournée Italienne de plus d’une vingtaine de dates au mois de décembre 2018. Dès le début de l’année 2019, Michael s’est remis à l’écriture de nouveaux titres. Entre plusieurs dates de concerts où il a accompagné son amie Pauline Dupuy et son projet Contrebrassens, et plusieurs séjours à l’étranger (son Angleterre natale, l’Islande de ses amis, l’Israël de son amoureuse…), Michael Wookey a réussi à composer 11 nouveaux titres à la fois puissants et personnels, aux tonalités intimistes tout en restant suffisamment orchestrés pour que l’auditeur puisse facilement se laisser happer par la beauté des mélodies.

Dans la continuité mélodique de « Submarine Dreams » et « Hollywood Hex », à la fois touchant et terriblement humain, « Truelove $ day » est une nouvelle confirmation du talent de Michael Wookey et de son potentiel à toucher un jour le grand public grâce à ses chansons universelles.

« Can I Keep You » est en écoute ici

Page 2 sur 142