Air Waves, c’est le projet de Nicole Schneit, dont le cinquième opus, « The Dance », paraîtra ce 9 septembre 2022. Enregistré aux studios ‘Figure 8’ à Brooklyn, NY, cet elpee a bénéficié du concours de Skyler Skjelset (Fleet Foxes, Beach House), Luke Temple…

logo_musiczine

Party Dozen est un duo originaire de Sydney réunissant Kirsty Tickle (saxophone) et de Jonathan Boulet (percussions et sampler). Depuis sa formation en 2017, il a acquis une petite réputation en Australie pour ses shows incendiaires, effectuant des tournées…

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Stéphane Reignier

Stéphane Reignier

Après avoir publié "When The Earth Was Flat", un premier album en 2018, Quiet Dan nous propose son nouveau single "Milk & Beer", un morceau qui annonce la sortie d’un nouvel Ep.

Le troubadour rock d'origine israélienne y raconte, sur un groove hypnotique cher aux Black Keys, des textures guitare/clavier psychédéliques et d’une voix nonchalante proche de Lou Reed, la coexistence complexe entre la vie de bohème et de famille.

Son clip décalé et loufoque adresse un clin d'œil à la fameuse séquence d’ouverture du documentaire ‘Don’t Look Back’, qui mettait en scène un jeune Bob Dylan.

Le clip de « Milk & Beer » est à découvrir ici

 

jeudi, 02 juin 2022 10:14

L’arbre à filles de Kloot Per W…

La polyvalence a toujours été un maître-mot dans la longue carrière de Kloot Per W, le projet de Claude Perwez, un musicien né en 1955.

Au cours des 45 dernières années, il a imprimé sa marque sur divers genres musicaux, de la lo-fi à la noise, en passant par le sex metal, le reggae, l'indie pop et la chanson, et a notamment milité chez The Misters, The Employees, Polyphonic Size et The Lama's. Il a, en outre, sorti trois cassettes en solo et collaboré avec presque tous ceux qui ont compté dans l'histoire de la pop noir-jaune-rouge. Il a surtout conservé un statut de personnage culte…

Son Ep “Les Nuits blanches”, sorti l'an dernier, a reçu un bel accueil, bien au-delà des frontières du pays. Et pour son nouvel LP, “Arbre à filles“, il a également choisi de chanter en français. 

Ça l'arrange bien, car le musicien, qui a grandi dans la périphérie flamande autour de Bruxelles, a été élevé dans la langue de Molière, au cours de ses premières années d’enfance.

Pour les paroles, Per W a reçu l'aide de Dominique Buxin, avec qui il avait déjà collaboré lors de son passage dans Polyphonic Size. Et il a trouvé un complice rêvé en la personne du producteur Pascal Deweze, qui avait auparavant montré sa sensibilité à la chanson française lors de son ode à Claude François.

Musicalement, “Arbre à Filles” fait surtout référence aux premiers travaux de David Bowie et Lou Reed. Lors de sessions, réalisées en ‘live’, il a notamment reçu le concours de Mauro Pawlowski (avec qui Per W a enregistré l’elpee « Insider/Outsider », en 2019) et Rudy Trouvé (dEUS).

Kloot Per W prend de plus en plus conscience de l'idée de la mort et de la fugacité des choses. Heureusement, il y a aussi de la place pour l'humour dans “ Arbre à Filles”, dont le clip est à découvrir

 

 

jeudi, 02 juin 2022 10:14

L’appétit d’ogre de Kowari…

Kowari, c’est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane).

Issus de la scène pop rock belge, les deux musiciens ont d’abord collaboré sur la BO d’un film avant de fonder Kowari, projet instrumental à l’univers cinématographique et aux influences électroniques.

Fruit d’un maelström d'idées et de mélodies qu’ils avaient en tête, « Yam », le premier titre composé par le tandem a bénéficié du concours de l'ingénieur du son Hugo Vandendriessche.

Sur cette compo, la paire ne met aucun filtre, expérimente, triture des synthétiseurs et crée des beats à l’aide de sons d’objets du quotidien comme des dés à jouer. Signé par le réalisateur liégeois Zorg Aourir, le clip est à découvrir

Quant à l’album « Trail », sur lequel figure ce single, il navigue quelque part entre néo-classique et electronica.

 

jeudi, 02 juin 2022 10:13

Joko, le chevalier…

Joko, c’est la rencontre de deux jeunes strasbourgeois sur les bancs du Conservatoire. D’un côté, Iris Di Napoli, la voix du duo, auteur et mélodiste ; de l’autre, Arthur Vonfelt, multi-instrumentiste, compositeur et arrangeur aux multiples facettes. Après avoir gravé "Loon", un premier Ep, en 2018, Joko revient nous propose son second. Intitulé "I've never been good with words", ce condensé de sincérité au niveau des textes et des thématiques mêlés à des productions audacieuses et modernes révèle son univers, à l’instar de son single "1000", petite perle indie pop.

Timbre ensorcelant et arrangements envoûtants, elle se confie sur sa fragilité, et ses difficultés à s'exprimer face aux gens qu'elle aime. Elle se présente et se livre dans tout ce qu’elle est, dévoilant ainsi ses faiblesses, ses peines et ses contradictions.

Issu de cet Ep, "The Knight" est disponible en vidéo

 

 

Le premier album solo de Boris Maurussane, "Social Kaleidoscope", a été conçu comme dans l’esprit du "Smile" des Beach Boys, mais en s’inspirant davantage de la pop canterburienne (Robert Wyatt, Caravan) ou baroque (The Zombies, Montage), le jazz (John Coltrane), l’impressionnisme (Debussy) et la musique populaire brésilienne.

Au final, compte tenu de sa voix et de son univers mélodique et harmonique, sa musique lorgne de plus en plus vers Stereolab. En découle un psychédélisme ouvragé, incarné et rythmique, grâce notamment à la présence des batteurs Jean Thevenin (François and the Atlas Mountains, Jaune, Orouni...) et Stéphane Bellity (Ricky Hollywood, Juliette Armanet, Melody’s Echo Chamber, Halo Maud...)

Les textes, en anglais, énigmatiques de prime abord, révèlent à bien les lire des obsessions assez personnelles : la méditation au cœur de la nature et le retour aux réalités foncières. Mais également le rapport au temps, l’attente, le souvenir, la nostalgie, le fantasme ainsi que l’expectative, qu’elle soit amicale, amoureuse, sociale, politique ou autre…

Extrait de ‘La Recherche du temps perdu’ de Proust, "Social Kaleidoscope" est ici appliqué à l’un des objectifs de la musique qui est de susciter un bouleversement dans la société, de renverser le kaléidoscope social, par les liens nouveaux qu’elle crée entre les individus ; en résumé, une tentative de redonner un poids social, politique, aux musiciens et aux auditeurs.

Entre ces textes et la musique s’instaure un dialogue, où les développements instrumentaux sont autant de travellings, de longues descriptions, où la structure des chansons est narrative.

Le clip est à découvrir ici

 

jeudi, 02 juin 2022 10:12

Les non-dits de Roseland…

Deuxième long format, “Unsaid Words” fait suite à « To Save What Is Left », paru en 2020. Le nouvel album de la Bordelaise Roseland (de son vrai nom Émeline Marceau) a été composé en grande partie pendant le confinement de l’hiver-printemps 2020. Il dévoile un véritable patchwork d’émotions et de couleurs qui placent directement sa créatrice à mille lieues des modes et styles musicaux trop facilement codifiés ou codifiables par le diktat du marketing médiatique.

Ses contours pop, synthétiques, électroniques ou parfois presque post-rock habillent avec élégance une voix qui susurre autant qu’elle (s’) emporte et viennent gorger ses mélodies d’une sensibilité aussi lumineuse que mélancolique. Particulièrement riche et dense (12 titres), l’opus est ainsi à l’image de sa pochette : moderne, pluriel et virevoltant.

Coté textes, il évoquera aussi bien le regret d’une vie perdue sur notre chère planète Terre face à l’angoisse d’une vie éternelle dans l’Espace (sur l’hymne électronique et percussif “Eternal Eyes”) que l’urgence de se faire du bien et de cultiver une certaine légèreté (sur les très radiophoniques “Take It Easy” et “After Tonight”) à l’heure où le monde est de plus en plus régi par un stress prégnant, propice au burn-out ou à la dépression (“Empty Sentences” et son final intense).

Au fil des titres, la musicienne évoque aussi le poids du regard des autres et notre rapport à l’altérité, comme sur l’élégante ballade pop “Wasted”, composée piano-voix (qui suit un narrateur sans-abri), ou “All I Want”, chanson d’idolâtrie au synth-rock enivrant. Ailleurs, elle souligne aussi l’importance des gestes face à une parole parfois trop vaine pour s’exprimer (“Unsaid Words”).

Enfin, si la peur de la perte a par ailleurs toujours pignon sur rue dans les thématiques textuelles de Roseland (l’amnésie racontée sur le krautrock entêtant de “Stop”, la mort à travers le vocodeur fantomatique de “Silence”), la Bordelaise met également de la lumière dans sa musique en nous faisant encore croire à l’amour bienveillant et à l’espoir d’un avenir optimiste et apaisé (sur la pop mélancolique de “Glide Time” ou la léthargie enchanteresse de “Let It Go”).

Douze titres au synth-rock exaltant qui pourront parfois rappeler les pérégrinations sonores de M83, Radiohead, St Vincent ou Sharon Van Etten et leur conférer une esthétique raffinée et moderne, séduisante à tous points de vue.

“Take it easy“, le second single, est disponible sous la forme d’un clip ici

 

Après deux décennies passées à grenouiller dans l’underground pop, Olivier Rocabois émerge enfin en 2021, lorsqu’il publie l’album « Olivier Rocabois Goes Too Far ». Son nouvel opus est prévu pour 2023, mais en attendant, l’ancien étudiant en droit nous propose un Ep. Et il s’intitule « The Pleasure Is Goldmine ». Au fil de ces 23 minutes qui épousent les soubresauts de l’âme, on découvre les changements de tonalité/tempi, des chœurs étranges, un sound design bricolé, bref un périple qui nous entraîne du Brésil fantasmé à l’Angleterre engloutie. Sous les atours du classicisme, la provocation est permanente.

Sous l’influence des Monty Python, l’écriture hallucinée vise à créer un lien souterrain et ludique entre l’artiste et les auditeurs afin de passer sans prévenir du rire aux larmes…

« The Pleasure Is Goldmine » pose les bases d’un néo-psychédélisme breton. Une collection de cinq chansons, soit trois compositions inédites, une improvisation chamanique et une brillante relecture d’« I’d Like To Make My Exit With Panache » signée par le compère Christophe Vaillant aka Le SuperHomard.

Issu de cet Ep, « Watch the Seasons Come and Go » en écoute ici

 

jeudi, 02 juin 2022 10:11

Beach Bugs pense à toi…

Originaire de Limoges, Beach Boys avait publié un premier Ep en 2019. Le trio power-pop nous propose son nouveau single, "Thinking of You".

Sur ce titre, on y retrouve toute la fraîcheur juvénile de la scène power-pop old school (Nerves, Undertones). Son refrain entêtant sur fond de mise en abyme absurde (‘Je pense à toi qui pense à moi qui pense à toi’) exécute alors un cercle infernal risible destiné à prendre du recul par rapport au tourments de l’adolescence

Le clip est à voir et écouter ici

 

jeudi, 02 juin 2022 10:10

Les ombres douces de Matteo…

DJ, producteur et membre co-fondateur de Chinese Man, Matteo partage son temps entre la France, l'Amérique du Sud, l'Inde et la Turquie. Entre soul, funk, trip hop et musique du monde, il s’autorise une signature à la fois hip-hop et électro, il fusionne les sonorités d’hier et les pépites rafraîchissantes d’aujourd’hui.

C'est en 2019 que Matteo rencontre les premiers musiciens qui feront partie du projet Matteo & Bro. En commençant par le guitariste Karim Addadi et le contrebassiste Christophe Lincontang (avec qui il collabore sur une musique de film), Matteo s'entoure ensuite du batteur Hugo Pollon et du saxophoniste, flûtiste et joueur de duduk (flûte arménienne), Lamine Diagne.

Une réelle envie de lancer un projet où les musiciens sont au cœur du processus de création s'est installée au fur et à mesure des rencontres.

Sur cet elpee on retrouve également les voix de deux artistes féminines, Isadora (Belgique) et Tania Saleh (Liban) sur "Sweet Shadows" et "Sakakeen", mais également les clavier d’Hervé Salters (General Elektriks), sur certains titres.

Le clip de « Sweet Shadows » feat. Isadora de Matteo & Bro est à voir et écouter

 

 

Tom Kidam est un auteur-compositeur-interprète autodidacte. Sa musique évolue au sein d’un univers indie-pop-prog éthéré bien que finement ciselé.

Son premier Ep, "The Beach", était paru en 2020. Intitulé "Separate", son second est prévu octobre 2022. Ses 4 titres sont appelés à confronter le mélomane aux pulsions des hommes et des femmes dans notre société patriarcale en mutation.

Extrait de ce futur Ep, "Saladin's Wife" bénéficie du format vidéo et est à découvrir

Il a été enregistré le son home studio de Tom, puis mixé et masterisé par Peter Soldan ,au DADA Studio de Bruxelles.

"Saladin's Wife" est une fiction poétique inspirée de la fin des croisades et de la traversée du désert qu’entreprend Ismat al-Dîn, la femme de Saladin (chef musulman qui a repris Jérusalem aux croisés venus d'Europe) afin de le retrouver. Bien que la toile de fond mette en évidence des personnages historiques, l'initiative (pulsionnelle) de cette femme relate des mœurs de notre époque.

La vidéo met à l’honneur deux danseuses évoluant dans un vêtement qui laisse libre cours aux mouvements et à l'expression artistique.

Pour ce clip, l'artiste s'est chargé lui-même du montage et Stéphane Higelin (de la Société de production vidéo "Triangle 7" à Bruxelles) du color-grading.

 

Page 5 sur 138