Le sextuor turco-néerlandais Altin Gün publiera un nouvel elpee, en mars 2023. En attendant, il nous propose son nouveau single, "Leylim Ley", en écoute là) Les textes de cette chanson classique d'amour perdu et d'exil sont issus de la plume du romancier,…

logo_musiczine

« La symphonie du temps qui passe » n’est pas un album, ni un film, ni une comédie musicale, ni un recueil de poème, dirait Magritte. Porté cœurs et âmes par Daria Nelson et Mathias Malzieu, ce projet projeté à 360 degrés est pourtant exactement tout cela.…

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

Walter Trout
The Lords Of Altamont
Stéphane Reignier

Stéphane Reignier

jeudi, 02 juin 2022 12:19

Le choix de Sïan Able…

Après avoir sorti "It wasn't your fault" (toujours disponible en clip , un premier single très touchant traitant des traumas, des violences physiques et psychologiques faites aux femmes, du patriarcat et de la force d’avancer, Sïan Able publiera son second, "The choice is yours", le 10 juin prochain.

Ce deuxième single constitue un hymne à la vie, un hymne à l’action et à la force de décision.

Inspiré du philosophe et écrivain Dr Wayne Dyer, ce morceau invite un chœur d’enfant pour incarner la force vitale, et se conclut divinement sur un gospel.

Sur une musique qu’elle compose,

Influencée par la néo-soul et le classique, Sïan Able chante d'une douce voix des textes empreints de sincère, magnétique et instinctifs. C’est également elle qui signe la composition et l’écriture de ses chansons.

Et la sortie de son deuxième Ep, "Vini Vidi Sensi", est prévue pour septembre.

jeudi, 02 juin 2022 12:18

La sérénade de Boa Joo

D’origine Belgo-Rwandaise, Boa Joo est auteure, compositrice et interprète bruxelloise. Elle a choisi pour patronyme le nom d’une impératrice amazone issue du manga ‘One Piece’.

Elle s’est imposée sur la scène hip hop, grâce à un flow saccadé doux-amer, mettant en avant un souci du détail esthétique qui reflète une atmosphère sombre et réaliste. Dans un style qui s’inscrit dans la lignée de la trap, on retrouve les beatmakers Corbeo et Glodi West qui produisent la plupart de ses instrus.

Que ce soit dans ses clips ou sur scène, rien n’est laissé au hasard. Boa ne se limite pas au plan musical et attache une grande importance à son image.

Passant du scénario à la réalisation, elle raconte ses combats, ses victoires mais aussi ses traumatismes exacerbés par un quotidien teinté d’abus d’alcool, d’amour et de désillusions.

Finaliste du concours ‘1minute2 rap’ sur Instagram, elle s'est fait remarquer sur les réseaux sociaux et touche désormais un public éclectique.

Son premier Ep, "Sérénade", paraîtra ce 3 juin, un disque au sein duquel on retrouve ses textes explicites qui repoussent les questions de genre et d’émancipation de la femme.

Pour découvrir le clip de « Depuis », c’est ici

 

 

jeudi, 02 juin 2022 12:17

La galaxie de SYN

À seulement 24 ans, les jumelles qui composent le duo SYN nous montrent que les Belges sont capables de redéfinir la nouvelle chanson française. Un duo de voix singulières et complémentaires qui vous fera voyager dans le monde des émotions.

Entre pop et R’n’B, elles sont influencées par des artistes tels que Zaho, Kehlani, Summer Walker ou encore Christine and the Queens. Elles aiment s'inspirer de différentes sources musicales.

En véritable couteau suisse, SYN est polyvalent : écriture, composition, mais aussi direction artistique, les deux filles s'imposent sur la nouvelle scène musicale noir-jaune-rouge en plongeant leur public dans un univers doux, planant, envoûtant et mélancolique.

Sur "Galaxie", les sœurs dansent sur le chemin d’un nouveau monde, qu’elles partagent avec vous.

Le duo aborde le thème de la différence sous l’œil de la découverte, plutôt que du rejet, de manière légère, comme à son habitude et sous le prisme de la pop.

Paru en single, ce nouveau morceau, au refrain entraînant, promet d’accompagner vos soirées d’été, yeux rivés vers le ciel, et il est disponible

 

 

 

jeudi, 02 juin 2022 12:17

Le parcours sans fin d’Aszul…

Aszul représente la nouvelle voix du R’n’b contemporain. Mélangé à de la soul et de la pop, sa musique est dansante.

Après avoir gravé "T'étais où" puis "Leaké" en 2021, Aszul revient aujourd'hui en affichant une nouvelle vision pour sa musique, plus vulnérable, authentique…

"Je cours et je cours encore", c’est le titre du premier morceau qui surfe sur cette nouvelle vague d'authenticité, en collaboration avec LeJeune Club.

Elle décrit une jeune femme qui court 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour collecter les ressources nécessaires afin de réaliser son rêve : faire de la musique.

Au sens plus large, la chanson s’adresse à toute personne qui s’épuise afin de réaliser un rêve ou de s’offrir une vie meilleure dans le futur.

À force de courir après le temps, après l’argent, après le succès, après les gens... on finit à bout de souffle et on passe à côté de la magie qui se cache dans le moment présent.

Un morceau rempli de douceur, de tendresse et de vérité sur des sonorités profondes et planantes.

Le clip " Je cours et je cours encore " est à découvrir

 

jeudi, 02 juin 2022 12:16

Prix d’excellence pour Sharko…

Sharko publiera un nouvel album à la rentrée. En attendant, il nous propose un Ep 3 titres baptisé « Vintage ».

Sharko se fait plaisir, revient aux sources, à un univers pop/rock et revisite ici trois titres parus sur les premiers albums du groupe.

Sur cet Ep, figure « Excellent », titre qui est devenu un morceau phare de ses concerts, et titre que Julien Doré avait repris dans une version à l’ukulélé, dans l’émission TV ‘Nouvelle Star’.

Sharko présentera cet elpee le 30 novembre au Botanique.

En attendant, régalez-vous avec une version ‘live’ d’« Excellent » ici

 

 

Maïté Merlin chuchote, scande et chante de véritables hymnes à la liberté, au romantisme, à l’espoir.      

‘Dis, et si on passait notre vie, à s’offrir comme présents, des souvenirs précieux, dans un écrin banal ?’

Poétesse combattante, Maïté Merlin décroche de précis uppercuts en un battement de cil.

Si la poésie de ses mots se loge au fond d’un gant de boxe, la puissance de sa présence sur scène tient aussi à sa voix.

Cette voix solide et sincère, qui s’envole avec aisance pour faire trembler les étoiles et revient avec délicatesse, comme les épines d’une rose sur du velours ancien.

Inspirée par le rock français des années 2000 mais aussi par la finesse de la chanson française, Maïté est portée par 3 musiciens complices, sur scène comme en studio.

Elle nous offre aujourd’hui, avec détermination et sans détour, son premier album « Échappée », dont le titre maître est à voir et écouter

 

 

The Wave Pictures vient de sortir un double album. Baptisé "When The Purple Emperor Spreads His Wings", il est partagé entre une face "Automne" et une autre « Hiver ».

Formé il y a plus de vingt ans par Franic Rozycki et David Tattersall à Wymeswold, dans le Leicestershire, et rejoint par Jonny 'Hudderfield' Helm depuis 2005, The Wave Pictures a sorti plus de vingt elpees. Les musicos ont également fondé des projets parallèles tels que le super groupe de rock/garage The Surfing Magazines, et apporté leur concours à des tas d’autres artistes.

Issu de ce nouvel opus, « Blink The Sun » est disponible sous forme de clip,

 

Après avoir publié "When The Earth Was Flat", un premier album en 2018, Quiet Dan nous propose son nouveau single "Milk & Beer", un morceau qui annonce la sortie d’un nouvel Ep.

Le troubadour rock d'origine israélienne y raconte, sur un groove hypnotique cher aux Black Keys, des textures guitare/clavier psychédéliques et d’une voix nonchalante proche de Lou Reed, la coexistence complexe entre la vie de bohème et de famille.

Son clip décalé et loufoque adresse un clin d'œil à la fameuse séquence d’ouverture du documentaire ‘Don’t Look Back’, qui mettait en scène un jeune Bob Dylan.

Le clip de « Milk & Beer » est à découvrir ici

 

jeudi, 02 juin 2022 12:14

L’arbre à filles de Kloot Per W…

La polyvalence a toujours été un maître-mot dans la longue carrière de Kloot Per W, le projet de Claude Perwez, un musicien né en 1955.

Au cours des 45 dernières années, il a imprimé sa marque sur divers genres musicaux, de la lo-fi à la noise, en passant par le sex metal, le reggae, l'indie pop et la chanson, et a notamment milité chez The Misters, The Employees, Polyphonic Size et The Lama's. Il a, en outre, sorti trois cassettes en solo et collaboré avec presque tous ceux qui ont compté dans l'histoire de la pop noir-jaune-rouge. Il a surtout conservé un statut de personnage culte…

Son Ep “Les Nuits blanches”, sorti l'an dernier, a reçu un bel accueil, bien au-delà des frontières du pays. Et pour son nouvel LP, “Arbre à filles“, il a également choisi de chanter en français. 

Ça l'arrange bien, car le musicien, qui a grandi dans la périphérie flamande autour de Bruxelles, a été élevé dans la langue de Molière, au cours de ses premières années d’enfance.

Pour les paroles, Per W a reçu l'aide de Dominique Buxin, avec qui il avait déjà collaboré lors de son passage dans Polyphonic Size. Et il a trouvé un complice rêvé en la personne du producteur Pascal Deweze, qui avait auparavant montré sa sensibilité à la chanson française lors de son ode à Claude François.

Musicalement, “Arbre à Filles” fait surtout référence aux premiers travaux de David Bowie et Lou Reed. Lors de sessions, réalisées en ‘live’, il a notamment reçu le concours de Mauro Pawlowski (avec qui Per W a enregistré l’elpee « Insider/Outsider », en 2019) et Rudy Trouvé (dEUS).

Kloot Per W prend de plus en plus conscience de l'idée de la mort et de la fugacité des choses. Heureusement, il y a aussi de la place pour l'humour dans “ Arbre à Filles”, dont le clip est à découvrir

 

 

jeudi, 02 juin 2022 12:14

L’appétit d’ogre de Kowari…

Kowari, c’est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane).

Issus de la scène pop rock belge, les deux musiciens ont d’abord collaboré sur la BO d’un film avant de fonder Kowari, projet instrumental à l’univers cinématographique et aux influences électroniques.

Fruit d’un maelström d'idées et de mélodies qu’ils avaient en tête, « Yam », le premier titre composé par le tandem a bénéficié du concours de l'ingénieur du son Hugo Vandendriessche.

Sur cette compo, la paire ne met aucun filtre, expérimente, triture des synthétiseurs et crée des beats à l’aide de sons d’objets du quotidien comme des dés à jouer. Signé par le réalisateur liégeois Zorg Aourir, le clip est à découvrir

Quant à l’album « Trail », sur lequel figure ce single, il navigue quelque part entre néo-classique et electronica.

 

Page 8 sur 142