Fondée en 1993, Spain est une formation californienne drivée par le chanteur/bassiste Josh Haden. Sa musique a été décrite comme de l’indie pop slowcore americana free jazz. Son dernier opus, « Mandala brush », remonte à 2018. On se souvient surtout de son…

logo_musiczine

Grand Corps Malade, Ben Mazué et Gaël Faye décident de miser sur l’éphémère afin de produire un objet musical né du désir de croiser leurs rimes et leurs émois. Chacun des trois frères de cœur a eu la superbe intuition de prendre le temps, pour mieux le…

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

PUP
Walter Trout
Stéphane Reignier

Stéphane Reignier

jeudi, 02 juin 2022 12:13

Joko, le chevalier…

Joko, c’est la rencontre de deux jeunes strasbourgeois sur les bancs du Conservatoire. D’un côté, Iris Di Napoli, la voix du duo, auteur et mélodiste ; de l’autre, Arthur Vonfelt, multi-instrumentiste, compositeur et arrangeur aux multiples facettes. Après avoir gravé "Loon", un premier Ep, en 2018, Joko revient nous propose son second. Intitulé "I've never been good with words", ce condensé de sincérité au niveau des textes et des thématiques mêlés à des productions audacieuses et modernes révèle son univers, à l’instar de son single "1000", petite perle indie pop.

Timbre ensorcelant et arrangements envoûtants, elle se confie sur sa fragilité, et ses difficultés à s'exprimer face aux gens qu'elle aime. Elle se présente et se livre dans tout ce qu’elle est, dévoilant ainsi ses faiblesses, ses peines et ses contradictions.

Issu de cet Ep, "The Knight" est disponible en vidéo

 

 

Le premier album solo de Boris Maurussane, "Social Kaleidoscope", a été conçu comme dans l’esprit du "Smile" des Beach Boys, mais en s’inspirant davantage de la pop canterburienne (Robert Wyatt, Caravan) ou baroque (The Zombies, Montage), le jazz (John Coltrane), l’impressionnisme (Debussy) et la musique populaire brésilienne.

Au final, compte tenu de sa voix et de son univers mélodique et harmonique, sa musique lorgne de plus en plus vers Stereolab. En découle un psychédélisme ouvragé, incarné et rythmique, grâce notamment à la présence des batteurs Jean Thevenin (François and the Atlas Mountains, Jaune, Orouni...) et Stéphane Bellity (Ricky Hollywood, Juliette Armanet, Melody’s Echo Chamber, Halo Maud...)

Les textes, en anglais, énigmatiques de prime abord, révèlent à bien les lire des obsessions assez personnelles : la méditation au cœur de la nature et le retour aux réalités foncières. Mais également le rapport au temps, l’attente, le souvenir, la nostalgie, le fantasme ainsi que l’expectative, qu’elle soit amicale, amoureuse, sociale, politique ou autre…

Extrait de ‘La Recherche du temps perdu’ de Proust, "Social Kaleidoscope" est ici appliqué à l’un des objectifs de la musique qui est de susciter un bouleversement dans la société, de renverser le kaléidoscope social, par les liens nouveaux qu’elle crée entre les individus ; en résumé, une tentative de redonner un poids social, politique, aux musiciens et aux auditeurs.

Entre ces textes et la musique s’instaure un dialogue, où les développements instrumentaux sont autant de travellings, de longues descriptions, où la structure des chansons est narrative.

Le clip est à découvrir ici

 

jeudi, 02 juin 2022 12:12

Les non-dits de Roseland…

Deuxième long format, “Unsaid Words” fait suite à « To Save What Is Left », paru en 2020. Le nouvel album de la Bordelaise Roseland (de son vrai nom Émeline Marceau) a été composé en grande partie pendant le confinement de l’hiver-printemps 2020. Il dévoile un véritable patchwork d’émotions et de couleurs qui placent directement sa créatrice à mille lieues des modes et styles musicaux trop facilement codifiés ou codifiables par le diktat du marketing médiatique.

Ses contours pop, synthétiques, électroniques ou parfois presque post-rock habillent avec élégance une voix qui susurre autant qu’elle (s’) emporte et viennent gorger ses mélodies d’une sensibilité aussi lumineuse que mélancolique. Particulièrement riche et dense (12 titres), l’opus est ainsi à l’image de sa pochette : moderne, pluriel et virevoltant.

Coté textes, il évoquera aussi bien le regret d’une vie perdue sur notre chère planète Terre face à l’angoisse d’une vie éternelle dans l’Espace (sur l’hymne électronique et percussif “Eternal Eyes”) que l’urgence de se faire du bien et de cultiver une certaine légèreté (sur les très radiophoniques “Take It Easy” et “After Tonight”) à l’heure où le monde est de plus en plus régi par un stress prégnant, propice au burn-out ou à la dépression (“Empty Sentences” et son final intense).

Au fil des titres, la musicienne évoque aussi le poids du regard des autres et notre rapport à l’altérité, comme sur l’élégante ballade pop “Wasted”, composée piano-voix (qui suit un narrateur sans-abri), ou “All I Want”, chanson d’idolâtrie au synth-rock enivrant. Ailleurs, elle souligne aussi l’importance des gestes face à une parole parfois trop vaine pour s’exprimer (“Unsaid Words”).

Enfin, si la peur de la perte a par ailleurs toujours pignon sur rue dans les thématiques textuelles de Roseland (l’amnésie racontée sur le krautrock entêtant de “Stop”, la mort à travers le vocodeur fantomatique de “Silence”), la Bordelaise met également de la lumière dans sa musique en nous faisant encore croire à l’amour bienveillant et à l’espoir d’un avenir optimiste et apaisé (sur la pop mélancolique de “Glide Time” ou la léthargie enchanteresse de “Let It Go”).

Douze titres au synth-rock exaltant qui pourront parfois rappeler les pérégrinations sonores de M83, Radiohead, St Vincent ou Sharon Van Etten et leur conférer une esthétique raffinée et moderne, séduisante à tous points de vue.

“Take it easy“, le second single, est disponible sous la forme d’un clip ici

 

Après deux décennies passées à grenouiller dans l’underground pop, Olivier Rocabois émerge enfin en 2021, lorsqu’il publie l’album « Olivier Rocabois Goes Too Far ». Son nouvel opus est prévu pour 2023, mais en attendant, l’ancien étudiant en droit nous propose un Ep. Et il s’intitule « The Pleasure Is Goldmine ». Au fil de ces 23 minutes qui épousent les soubresauts de l’âme, on découvre les changements de tonalité/tempi, des chœurs étranges, un sound design bricolé, bref un périple qui nous entraîne du Brésil fantasmé à l’Angleterre engloutie. Sous les atours du classicisme, la provocation est permanente.

Sous l’influence des Monty Python, l’écriture hallucinée vise à créer un lien souterrain et ludique entre l’artiste et les auditeurs afin de passer sans prévenir du rire aux larmes…

« The Pleasure Is Goldmine » pose les bases d’un néo-psychédélisme breton. Une collection de cinq chansons, soit trois compositions inédites, une improvisation chamanique et une brillante relecture d’« I’d Like To Make My Exit With Panache » signée par le compère Christophe Vaillant aka Le SuperHomard.

Issu de cet Ep, « Watch the Seasons Come and Go » en écoute ici

 

jeudi, 02 juin 2022 12:11

Beach Bugs pense à toi…

Originaire de Limoges, Beach Boys avait publié un premier Ep en 2019. Le trio power-pop nous propose son nouveau single, "Thinking of You".

Sur ce titre, on y retrouve toute la fraîcheur juvénile de la scène power-pop old school (Nerves, Undertones). Son refrain entêtant sur fond de mise en abyme absurde (‘Je pense à toi qui pense à moi qui pense à toi’) exécute alors un cercle infernal risible destiné à prendre du recul par rapport au tourments de l’adolescence

Le clip est à voir et écouter ici

 

jeudi, 02 juin 2022 12:10

Les ombres douces de Matteo…

DJ, producteur et membre co-fondateur de Chinese Man, Matteo partage son temps entre la France, l'Amérique du Sud, l'Inde et la Turquie. Entre soul, funk, trip hop et musique du monde, il s’autorise une signature à la fois hip-hop et électro, il fusionne les sonorités d’hier et les pépites rafraîchissantes d’aujourd’hui.

C'est en 2019 que Matteo rencontre les premiers musiciens qui feront partie du projet Matteo & Bro. En commençant par le guitariste Karim Addadi et le contrebassiste Christophe Lincontang (avec qui il collabore sur une musique de film), Matteo s'entoure ensuite du batteur Hugo Pollon et du saxophoniste, flûtiste et joueur de duduk (flûte arménienne), Lamine Diagne.

Une réelle envie de lancer un projet où les musiciens sont au cœur du processus de création s'est installée au fur et à mesure des rencontres.

Sur cet elpee on retrouve également les voix de deux artistes féminines, Isadora (Belgique) et Tania Saleh (Liban) sur "Sweet Shadows" et "Sakakeen", mais également les clavier d’Hervé Salters (General Elektriks), sur certains titres.

Le clip de « Sweet Shadows » feat. Isadora de Matteo & Bro est à voir et écouter

 

 

Tom Kidam est un auteur-compositeur-interprète autodidacte. Sa musique évolue au sein d’un univers indie-pop-prog éthéré bien que finement ciselé.

Son premier Ep, "The Beach", était paru en 2020. Intitulé "Separate", son second est prévu octobre 2022. Ses 4 titres sont appelés à confronter le mélomane aux pulsions des hommes et des femmes dans notre société patriarcale en mutation.

Extrait de ce futur Ep, "Saladin's Wife" bénéficie du format vidéo et est à découvrir

Il a été enregistré le son home studio de Tom, puis mixé et masterisé par Peter Soldan ,au DADA Studio de Bruxelles.

"Saladin's Wife" est une fiction poétique inspirée de la fin des croisades et de la traversée du désert qu’entreprend Ismat al-Dîn, la femme de Saladin (chef musulman qui a repris Jérusalem aux croisés venus d'Europe) afin de le retrouver. Bien que la toile de fond mette en évidence des personnages historiques, l'initiative (pulsionnelle) de cette femme relate des mœurs de notre époque.

La vidéo met à l’honneur deux danseuses évoluant dans un vêtement qui laisse libre cours aux mouvements et à l'expression artistique.

Pour ce clip, l'artiste s'est chargé lui-même du montage et Stéphane Higelin (de la Société de production vidéo "Triangle 7" à Bruxelles) du color-grading.

 

jeudi, 02 juin 2022 12:09

Le patrimoine de Caesaria

Si le rock à l’ancienne, avec ses solos, ses grosses guitares et ses thèmes tapageurs, a eu son heure de gloire, Caesaria n’en retient que l’essence : son énergie fédératrice.

Aujourd'hui, pour ce band, le rock est à réinventer s’il souhaite s’inscrire dans son époque et continuer de porter des messages forts.

Associant la puissance et les chants fédérateurs du rock aux textures de l’électro, la formation a sorti, ce 25 mars, son premier elpee, « All We Have Is Now ».

Issu de cet opus, « Arcade » est disponible sous forme de clip ici

 

jeudi, 02 juin 2022 12:08

Geese sous les projecteurs…

Les Américains s’invitent sur le plateau d’Echoes with Jehnny Beth pour mettre un coup de « Projector » sur leur premier album.

La musique de Geese associe rock à l’ancienne, influences psyché et sonorités post-punk. Un cocktail sonique bien senti qui rappelle des formations telles que les Strokes, King Gizzard & The Lizard Wizard, Yes, Television, Squid ou encore Black Midi.

La connexion avec ces deux derniers groupes va d’ailleurs plus loin que la simple accointance stylistique : Geese, Squid et Black Midi ont tous les trois profité des talents de producteur du génial Dan Carey. Les premiers sur l’album « Projector », les seconds sur « Bright Green Field » et les troisièmes sur « Schlagenheim ».

C’est d’ailleurs « Projector », leur premier véritable album, que les petits gars de Geese présentent dans Echoes with Jehnny Beth.

Sur la scène du Yoyo, les New-Yorkais portent ainsi haut les couleurs du label Partisan, l’écurie d’Idles, Cigarettes After Sex ou encore Fontaines D.C.

La prestation ‘live’ accordée dans le cadre de l’émission Echoes with Jehnny Beth est disponible

 

jeudi, 02 juin 2022 12:07

Mamfredos sans Juliette…

Mamfredos a tout récemment dévoilé le clip « Roméo » en feat avec Philippe Katerine, premier extrait de son Ep « Paillettes Discrètes ».

Grâce à ce clip animé, Mamfredos et Katerine inaugurent le dancefloor et annoncent l'arrivée d'un été décomplexé. Sous la boule à facettes colorée, on danse un cocktail à la main sur une électro pop désinvolte estampillée 80's : son propre son qui déjoue les codes de la scène pop actuelle nourrie d'auto-tune.

Sur les conseils d'Helena Noguerra, Mamfredos se lance en solo après avoir longtemps gambadé dans les studios des grands noms de la scène française. Dès ses premiers titres, sa pop nonchalante conquiert les médias (Glamour, Konbini, RTL2).

Le clip d’animation de « Roméo » en feat avec Philippe Katerine est disponible ici

 

Page 9 sur 142