OK Panda s’intéresse à la psychiatrie…

Après avoir publié un premier Ep intitulé "Perspectives", fin 2022, qui lui avait permis de fouler des salles comme le Cirque Royal, le Bota ou encore le Belvédère, le quintet bruxellois Ok Panda a sorti son second, "Chasing home", ce 20 février 2024. Dès la…

logo_musiczine

Les décibels de Chatte Royal…

Le premier elpee de Chatte Royal, « Mick Torres Plays Too Fucking Loud », paraîtra ce 8 mars 2024. Fondé en 2020 par Diego Di Vito, Dennis Vercauteren et François Hannecart, et rejoint par Téo Crommen en 2021, il compte deux Eps à son actif, « Septembre », en…

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

slift_aeronef_03
Shaka Ponk - 14/03/2024
Bernard Dagnies

Bernard Dagnies

Ce 9 février, la police a interrompu le pré-concert que Francis accordait au parc de Dublin, le Stephen’ Green. Il y avait un peu trop de monde (NDR : plus de 1 000 personnes) et les gardiens du parc ont craint le pire. Embarqué comme un vulgaire voleur à la tire, il a finalement été relâché quelque temps plus tard. Et l’ami Charles de reprendre son mini show là où il l’avait laissé, dans une ambiance digne d’un concert des Pixies…

Ce 26 février il accordera un showcase à l'Archiduc, 6 rue Antoine Dansaert, à 1000 Bruxelles dès 17 heures.

samedi, 16 février 2008 13:04

Les affaires de cœur d’Hercule…

Hercules and Love Affair est la première recrue de DFA recording, c'est-à-dire le label de Mr.James Murphy aka Mister LCD Sounsystem. Antony Hegarty (Antony and the Johnsons) a collaboré à l’enregistrement de cet album éponyme dont la sortie est prévue pour le 10 mars. Et en particulier sur le single Blind, que vous pouvez découvrir sur le clip :

http://fr.youtube.com/watch?v=Fb8S51M2GAc

Tracklisting

1. Time Will 

2. Hercules Theme 

3. You Belong 

4. Athene 

5. Blind 

6. Iris 

7. Easy 

8. This Is My Love 

9. Raise Me Up 

10. True False/Fake Real

 

Pour plus d’infos : http://www.myspace.com/herculesandloveaffair

 

samedi, 16 février 2008 13:03

Le septième arbre de Goldfrapp

Le quatrième album de Goldfrapp paraîtra le 25 février prochain. Il s’intitulera « Seventh ». Alison Goldfrapp et Wil Gregory ont déclaré qu’il serait davantage tourné vers l’electro-disco-pop. Il est précédé par la sortie du single A&E, paru ce 11 février. Les sessions d’enregistrement se sont déroulées ans leur propre studio, au fin fond de la campagne anglaise…

Tracklisting:

1. Clowns 

2. Little Bird 

3. Happiness 

4. Road To Somewhere 

5. Eat Yourself 

6. Some People 

7. A&E 

8. Cologne Cerrone Houdini 

9. Caravan Girl 

10. Monster Love 

Pour voir le clip de A&E : http://www.youtube.com/watch?v=5VPyso87fZU

Pour plus d’infos : http://www.goldfrapp.com http://www.myspace.com/goldfrapp

 

  

jeudi, 14 février 2008 12:59

Un oui vindicatif pour Operator Please

Amandah Wilkinson (guitare, chant), Tim Commandeur (batterie), Sarah Gardiner (claviers), Ashley McConnell (basse) et Taylor Henderson (violon) sont australiens. Ils ont fondé Operator Please en 2005, pour participer à un concours organisé dans leur lycée. Et ils ont emporté l’épreuve. Jusque là, rien que de la gloriole. Sauf que depuis, le groupe à fait du chemin. D’abord en se développant via Myspace (encore un !) et puis en décrochant un contrat auprès du label Virgin/EMI pour les Antipodes et chez Brille en Grande-Bretagne. En novembre 2007, le quintet avait sorti un Ep intitulé « Cement Cement » et leur premier album « Yes Yes Vindictive » paraîtra le 17 mars.

Tracklisting

1. Zero Zero

2. Get What You Want

3. Leave It Alone (single)

4. Cringe

5. Just A Song About Ping Pong

6. Two For My Thoughts

7. 6/8

8. Yes Yes Vindictive

9. Other Song

10. Terminal Disease

11. Ghost

12. Pantomime

Live au VK le 12.03.08

 

Pour plus d’infos : http://www.myspace.com/operatorplease et http://www.operatorpleaseband.com

 

jeudi, 14 février 2008 12:59

Off The Record est de retour

Responsable d’un premier opus éponyme en 2005, Off The Record est une formation belge constituée de vocalistes capables de reproduire touts les sons d'un ensemble complet rien qu'à l'aide de leurs cordes vocales, sans samplers ni soundmix. Batterie, percussions, guitares, cuivres, basse, claviers … tout y est. Leurs morceaux sont entrainants, drôles et émouvants tout en s’adaptant à tous les styles : hip hop, house, hard rock, lounge, reggae, blues, funk, drum’n bass. En outre, ils chantent aussi bien en français qu’en anglais s’autorisant même des incursions dans les divers patois flamands ! Pas encore de date de sortie pour leur deuxième album, qui s’intitulera « Don’t wait up », mias une « Pinkerbeat », qui fait l’objet d’un clip vidéo…

http://myspacetv.com/index.cfm?fuseaction=vids.individual&videoid=27751229

Pour plus d’infos : http://www.offtherecord.name

 

mardi, 12 février 2008 20:22

The golden age

En un quart de siècle, Mark Eitzel a commis 17 albums. Huit en solo et neuf en compagnie d’American Music Club. Une aventure collective qu’il avait interrompue pendant presque une décennie, pour se consacrer à son œuvre en solitaire, avant de la réactiver en 2003 et de sortir déjà l’année suivante « Love songs for patriots ». Le nouvel opus a été enregistré à Los Angeles, sous la houlette de Dave Trumfio (Wilco, Grandaddy, My Morning Jacket), et en compagnie d’une nouvelle section rythmique. A cet égard, si vous souhaitez en savoir davantage, je vous invite à prendre connaissance de l’interview que Mark a accordée à Musiczine, entretien publié au début de ce mois de février. L’occasion également de mieux comprendre le climat au sein duquel baignent les 13 plages de cet elpee. Et puis de l’importance des textes. Des chansons impressionnistes, mélancoliques, ténébreuses, faussement indolentes, aux lyrics poétiques, ironiques, mais qui pour la première fois laissent entrevoir une lueur d’espoir. Les mélodies sont superbes (NDR : j’ignore pourquoi, mais parfois elles me font penser à un Prefab Sprout au sommet de son art), la sèche est jouée par Eitzel en picking, les accès d’électricité parcimonieux sont toujours dévolus à Vudi. L’une ou l’autre compo, comme le plus usuel « One step ahead », la ballade mid tempo « The dance », le grinçant « The stars » et surtout « On my way », dont le final dévastateur s’évade dans le psychédélisme totalement déstructuré, démontre une nouvelle fois tout le talent de ce musicien qui impressionne par ses interventions aussi judicieuses que réservées. On a également droit à de la slide, conférant un petit côté alt country aux morceaux de la plaque, mais sans jamais tomber dans l’americana. Et l’elpee recèle également un fragment mariachi (« I know that’s not really you »), une valse impliquant cuivres (of course) et accordéon. Enfin, si vous aimez les mélodies contagieuses, vous ne pourrez résister au remarquable « Decibels and the little pills ». Un très chouette album.

Tegan et Sara Quin sortiront leur nouvel album ce 14 mars 2008. Il s’intitulera « The Con » (NDR : ben non, ce n’est pas ce que vous pourriez penser) et constitue déjà leur cinquième essai. Les jumelles canadiennes se produiront, en outre, au Botanique de Bruxelles ce 18 mars.  

Pour voir le clip :

http://www.youtube.com/watch?v=l7nsnnf7cZg

Tracklist:

1) I was married

2) Relief next to me

3) The con

4) Knife going in

5) Are you ten years ago

6) Back in your head

7) Hop a plane

8) Soil, soil

9) Burn your life down

10) Nineteen

11) Floorplan

12) Like O, like h

13) Dark come soon

14) Call it off

 

Pour plus d’infos : http://www.teganandsara.com

 

vendredi, 08 février 2008 11:31

Coup d’accélérateur pour R.E.M.

Le nouvel opus de REM paraîtra le 28 mars prochain. Le dernier album studio remontait déjà à 2004 ! Ce sera leur quatorzième ! Les sessions d’enregistrement se sont déroulées entre Vancouver, Athènes et Dublin sous la houlette de Jacknife Lee, dont la carte de visite mentionne, notamment,  des collaborations auprès de Bloc Party et Snow Patrol. Bill Rieflin et Scott McCaughey, leurs fidèles membres satellites, sont bien sûr de la partie, pour un elpee annoncé comme marqué par le retour des guitares. C’est une bonne nouvelle !

Et voici quelques clips pour vous mettre en appétit :

http://link.brightcove.com/services/player/bcpid1398218677

http://streamos.warnermusic.com/wmedia/wmbenelux/rem/accelerate/sizzlereel/rem_-_accelerate_-_sizzle_reel_-_pre-release_-_1m01s_-_hi.wvx

http://streamos.warnermusic.com/wmedia/wmbenelux/rem/accelerate/sizzlereel/rem_-_accelerate_-_sizzle_reel_-_post-release_-_1m03s_-_hi.wvx

 

Tracklisting :

1. Living well is The Best Revenge

2. Man-Sized Wreath

3. Supernatural Superserious

4. Hollow Man

5. Houston

6. Accelerate

7. Until The Day is Done

8. Mr. Richards

9. Sing For The Submarine

10. Horse to Water

11. I’m Gonna DJ

 

Pour plus d’infos : http://remhq.com/index.php

 

 

 

mardi, 05 février 2008 19:50

Doing the dishes

Du line up initial des Nits, il ne demeure plus que le chanteur/compositeur/guitariste Henk Hofstede et le drummer Rob Kloet, même si avant de prendre place aux claviers (outre les backing vocals ainsi qu’une participation régulière à l’écriture), en 1989 (e), Robert Jan Stips se chargeait déjà de la production. Et en tenant compte que ce dernier avait tenté une aventure en solitaire, de 1995 à 2003, avant de revenir au bercail. N’empêche, ce qui impressionne le plus, c’est la longévité de cette formation batave née en 1974 et responsable de hits incontournables comme « Nescio », « Adieu Sweet Bahnhof » ou encore « In The Dutch Mountains ». Sans oublier leur créativité scénique unique en son genre.

Bref, ce “Doing the dishes” constitue leur 19ème album. Un opus découpé en 15 fragments. Hormis le mélancolique et ténébreux « Grrr… to you », dont la mélodie imprimée sur un tempo martial peut rappeler Marianne Faithfull, et la ballade lente « Cowboys & Indians », le reste des morceaux adopte un profil up-tempo. Mais curieusement, la voix de Henk emprunte curieusement et très souvent le timbre et même les inflexions (voire le débit) de Mike Scott, à moins que ce ne soit ceux de Bob Dylan. Hofstede joue même presque autant du banjo que de la guitare. L’elpee recèle quand même des plages assez surprenantes dans le chef des Nits. Et notamment le légèrement rockabilly « In Dutch fields », l’hypnotique « I’m a fly », réminiscent des Mothers Of Invention de Frank Zappa, le blues/rock hymnique « Moon Dog » (au cours des 70’s ce titre aurait pu décrocher un hit), l’electro-rock frénétique « The twins », digne de Suicide, et puis « Heart », une chanson mid tempo, feutrée, chantée d’une voix chaude et sensuelle par Robert Jan Stips. Enfin, pour votre info, le titre de l’elpee a été emprunté à une interview accordée par Léonard Cohen, au cours de laquelle il avait déclaré que la musique servait à toutes les occasions. Aussi bien les mariages que les enterrements, et même les occupations quotidiennes comme la vaisselle. Quand au digipack, il a été réalisé conjointement par Henk et Riemske Kuipers. Et franchement, il est très réussi !

MSN: http://sib1.od2.com/common/product/Product.aspx?shop=40&associd=4&catno=OD2DI6256930

I-tunes: http://phobos.apple.com/WebObjects/MZStore.woa/wa/viewAlbum?id=270353349&s=143446

 

 

mardi, 05 février 2008 19:38

The day after

En septembre 2005, j’avais eu le loisir d’assister à un set de la formation gantoise Delavega. C’était lors d’un festival près de Tournai. Et franchement, j’avais été impressionné par leur prestation. Notamment celle de leur vocaliste Lize Accoe, dont le timbre exceptionnel, sorte d'hybride entre Dani Klein (Vaya Con Dios) et Geike Arnaert (Hooverphonic), apportait une toute autre dimension à la musique du groupe. Mais aussi les cuivres. C’est d’ailleurs à cette époque que le combo avait sorti son premier véritable opus, « Falling into Place » (NDR : paru en 2004, « Digipack De La Vega » n’était qu’un mini album). Malheureusement, Lize a décidé de poursuivre une carrière en solitaire et a été remplacée par Elke Bruyneel. Elle possède une jolie voix, mais manquant singulièrement de relief. Et les compositions du deuxième opus en souffrent. D’autant plus que la majorité des plages ont été surproduites. Le son est uniforme, lisse, et le talent des différents instrumentistes, tant du trio de base JP Debrabander/Ben Van De Velde/David Van Belleghem mais surtout des cuivres, est très peu mis en évidence. Leur mélange de rock, de soul, de funk, de (nu) jazz, de trip hop, de musique de film (Ennio Morricone) et de soul est tellement stéréotypé qu’il pourrait rivaliser avec celui de Joss Stone. Pas un compliment ! Il y a bien une pléiade d’invités, dont Piet Goddaer (Ozark Henry) pour le single « The day after part 1 » ainsi que Marc Ysaye qui déclame sur « La dernière gitane » à la manière de Jean Gabin ; mais au final on reste sur sa faim. Une grosse déception.