Bien que "Ghosts" soit le premier single de Malvin Moskalez, cet auteur-compositeur-interprète compte déjà quelques années d'expérience. Son histoire est remarquable : après des années d'adversité, la lumière revient dans sa vie, ce qu'il capture dans des…

logo_musiczine

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Bernard Dagnies

Bernard Dagnies

JUIN

1 juin - BRNS + SLAMINO (indie/pop/rock)
3 juin - EXTRAWELT (electro) *SOLD OUT*
5 juin - OMAR SOULEYMAN + HUN HUN (electro/world)
4 juin - L'APERO LARRY & ZANGAS // La Terrasse du RR (electro)
9 juin - MUSTII + BRVT au MANÈGE FONCK (pop/rock) *DERNIERS TICKETS*
10 juin - ETIENNE DE CRECY dj set + NATHALIE DUCHENE (electro/house) *SOLD OUT*
12 juin - NADA SURF (pop/rock) *SOLD OUT*
15 juin - PIERCE BROTHERS (folk/pop)
17 juin - AND ALSO THE TREES (rock/post-punk)
23 juin - THE AVENER (house) *SOLD OUT*
24 juin - DR.LEKTROLUV (electro) *SOLD OUT*
25 juin - BIRDPEN + HANSEL (indie/rock/pop)

SEPTEMBRE

8 septembre - JUICY (pop)
22 septembre - HALEHAN (pop/folk)
23 septembre - GREEN MONTANA (hip-hop)
24 septembre - MEAT PUPPETS (punk/rock)
30 septembre - 30 ans de TOSTAKY avec ¡TODO ESTÁ AQUÍ! (rock)

OCTOBRE

5 octobre - JP COOPER (pop/folk)
8 octobre - DAVODKA (hip-hop)
12 octobre - SELAH SUE au Manège Fonck (pop) *NEW*
18 octobre - HERMAN DUNE (folk/pop)
22 octobre - ALEX LUCAS (pop)

NOVEMBRE

9 novembre - NESSBEAL (hip-hop) *NEW*
10 novembre - GOAT (rock) *NEW*
19 novembre - CASCADEUR (pop)

DECEMBRE

8 décembre - THYLACINE au Manège Fonck *NEW*

2023

MARS

23 mars - CHILLY GONZALES au Forum (piano)

http://www.reflektor.be

 

Lundi 26 septembre 2022 - Sohn - Trix, Anvers

Lundi 17 octobre 2022 - Sting + Joe Sumner - Forest National, Bruxelles

Lundi 24 octobre 2022 - Alexonfire - Trix, Anvers

Mardi 28 février 2023 - Panic! At The Disco - Sportpaleis, Anvers

Vendredi 24 mars 2023 - Devin Townsend - Ancienne Belgique, Bruxelles

http://www.livenation.be

 

Mercredi 13 juillet 2022 - Alok – La Madeleine, Bruxelles

http://www.greenhousetalent.be

 

vendredi, 03 juin 2022 07:47

Black pearl

Si on tient compte de Throwing Muses, de 50 Foot Wave et de son parcours solo, Kristin Hersh doit avoir gravé plus ou moins 25 albums et une belle volée d’Eps.

Découpé en 7 plages, « Black pearl » joue sur les atmosphères. Une œuvre particulièrement électrique, mais également complexe et parfois empreinte de mystère. La guitare grince, rugit, gémit, hurle. Sinistre, la basse rampe, sature, rebondit. Mais le drumming ne se contente pas de pilonner, il fédère. Ce n’est qu’au fil des écoutes, que les compos dévoilent leurs subtilités. Elles se chargent d’intensité, menacent, reprennent leur souffle, serpentent et finissent par exploser, alors que la voix tour à tour éraillée, rauque, désarmante, amère ou rêveuse de Kristin, épanche toute sa mélancolie...

Le long playing recèle cependant deux instrumentaux. Tout d’abord le titre maître, puis le final, « Double barrel ». Une plage hantée par Sonic Youth (« Blush »). Et puis une valse, « Hog child », un tempo que l’on retrouve régulièrement dans l’œuvre de Kristin Hersh.

vendredi, 03 juin 2022 07:46

Dead awake

Basé au Nord de Londres, Black Doldrums est passé d’un duo à un trio depuis que Matt Hold est venu les rejoindre pour se consacrer à la basse. Si Sophie Landers se réserve les drums et Kevin Gibbard la guitare, les deux musiciens se chargent également des vocaux, et paradoxalement les inflexions de ce dernier rappellent parfois celles de Philip Oakey (Human League).

Produit par Jared Artaud (le chanteur/compositeur/guitariste/poète de The Vacant Lost), « Dead awake » constitue son premier long playing, un œuvre qui navigue à la croisée des chemins du psyché rock, du shoegazing et du post punk gothique. Après avoir écouté cet opus, il est manifeste que parmi ses influences majeures figurent Jesus & Mary Chain, Crystal Stilts, Joy Division et The Brian Jonestown Massacre. Encore que sur le morceau qui ouvre cet LP, « Sad Paradise », la mélodie semble inspirée de Dandy Warhols, alors que les lyrics se réfèrent à Ginsberg et Kerouac. Les mélodies sont d’ailleurs, en général, accrocheuses et mélancoliques, même si le climat s’avère souvent ténébreux pour ne pas dire glacial.

Soufflant un léger parfum oriental, « Dreamcatcher » véhicule des accents empruntés à Sisters of Mercy, alors que « Now you know this » emprunte le tempo d’une valse. Un album excellent, mais qui nous replonge 4 décennies dans le passé. Ce qui n’est pourtant pas fait pour nous rajeunir.

vendredi, 03 juin 2022 07:42

All souls hill

Avant de publier ce 15ème long playing, The Waterboys avait sorti une trilogie (« Out all this blue » en 2017, « Where the action » en 2019 et « Good luck » en 2020) dominée par l’instrumentation électronique (synthés, boucles, etc.).

Pour ce nouvel opus, la formation britannique en est revenue à une formule davantage traditionnelle, plus proche de l’œuvre de Mike Scott, même si l’électronique n’a pas été complètement abandonnée. Elle est, en fait, bien intégrée.

Pas de trace cependant du violoniste Steve Wickham, qui a décidé de ne plus partir en tournée, tout en restant ouvert à des participations aux sessions de studio ultérieures. Par contre, sur certaines compos on retrouve des interventions au saxophone, mais exécutées par l’Américain Pee Wee Ellis.

Autre changement, sur les neuf plages de l’elpee, six sont cosignées par le producteur/écrivain Simon Dine. Mike reprend également le traditionnel country/folk « Passing through », une épopée gospel de plus de 9’ et puis « Once Were Brothers » de Robbie Robertson auquel il a ajouté des paroles, un morceau rogné par un orgue vintage.

Si les sessions d’enregistrement ont bénéficié du concours de nombreux invités, dont Ian McNabb aux backing vocaux sur « Blackberry Girl », Mike se consacre à de nombreux instruments, outre le chant, dont les inflexions peuvent parfois rappeler Dylan.

C’est en ‘spoken word’ que Scott s’exprime tout au long du lunatique « In my dreams ». Et à propos de mots (toujours en vers, bien sûr), Mike n’est pas tendre avec Trump, tout au long de « Liar » …

vendredi, 03 juin 2022 07:39

Dropout boogie

L’an dernier, Dan Auerbach et Patrick Carney avaient décidé de retrouver leurs racines, en gravant "Delta Kream", un album constitué de covers signées par des légendes du Delta Blues, morceaux qu’ils interprétaient au cours de leur jeunesse. Dont celles de John Lee Hooker, R.L. Burnside et surtout Junior Kimbrough.

« Dropout boogie » se révèle beaucoup plus éclectique. Et si « Good love », pour lequel le duo a reçu le concours de Billy Gibbons, baigne allègrement dans le blues, les autres plages qui s’y frottent finissent par se diluer dans le rock, le glam, la soul et même la pop. Ainsi « Baby I’m coming home » se distingue par de jolies harmonies vocales à la Gerry Rafferty, avant de s’enfoncer dans le delta du Mississippi, alors que « For the love of money » concède des riffs de gratte au glam. Tout comme le nerveux « Burn the dawn thing down ».

L’opus s’ouvre d’ailleurs par deux morceaux qui pourraient aisément être diffusés sur la bande FM. Soit « Wild child », qui malgré sa référence au « Wild Thing » des Troggs, s’autorise une intro disco ; et les cordes de guitare sont tellement chargées de fuzz, qu’on croirait entendre une section de cuivres. Quant à « It ain’t over », il véhicule carrément des accents r’n’b. Finalement, « How long » constitue la piste la plus intéressante. Une ballade qui affiche l’élégance soul des 60’s, tout en se nourrissant d’électricité crazyhorsienne.

Bref en tirant un peu trop dans toutes les directions Dan et Patrick s’éloignent de leurs fondamentaux. Maintenant, en acceptant que des auteurs-compositeurs externes participent à l’écriture des morceaux, c’était inévitable…

vendredi, 03 juin 2022 07:36

L’orée

Ashinoa est une formation lyonnaise qui pratique une musique expérimentale, fruit d’un hybride entre instrumentation organique et synthétique. Pas de chant, mais des halètements, des râles, des bribes de conversation, des crépitements, des chants d’oiseaux, des drones et des bruitages urbains. Quant à l’expression sonore, plutôt indus, elle se frotte tour à tour au jazz, au psychédélisme, au krautrock, au hip hop, au dub et surtout à l’électronique, notamment à travers ses beats…

SOLD OUT

Le concert de CAVETOWN – TESSA VIOLET, le 11.10.2022 au Grand Salon, est complet.

REPORTS

Le concert de LOUS AND THE YAKUZA - MYK, prévu le 01.06.2022 à l’Orangerie, est reporté au 19.06.2022.
Les tickets restent valables.

Le concert de CASCADEUR, prévu le 06.06.2022 à l’Orangerie, est reporté au 04.11.2022 au Grand Salon.
Les tickets restent valables.

SUPPORTS

SIDESHOW fera la première partie de MIKE, le 10.06.2022 à la Rotonde.

MYK fera la première partie de LOUS AND THE YAKUZA, le 19.06.2022 à l’Orangerie.

NEPTUNIAN MAXIMALISM and its Drone Arkestra fera la première partie de EARTH, le 22.06.2022 à l’Orangerie.

RACHEL CHINOURIRI fera la première partie de REMI WOLF, le 27.06.2022 à la Rotonde.

CHANGEMENT DE SALLE

Le concert de HUMAN IMPACT, le 20.06.2022 prévu à l’Orangerie aura lieu à la Rotonde.

SAISON : NOUVEAUX CONCERTS

MALLRAT
05-09-2022

SIR CHLOE
21-09-2022

BLU SAMU
01-10-2022

RIEN VIRGULE
14-10-2022

BLUE LAB BEATS
20-10-2022

CHARLOTTE DOS SANTOS
29-10-2022

BIRDS IN ROW
12-09-2022

DEHD
12-11-2022

BLACK MIRRORS
18-11-2022

TV PRIEST
20-11-2022

EMMA PETERS
02-12-2022

AITCH
28-01-2023

http://www.botanique.be

 

Alan White est décédé à l’âge de 72 ans à Seattle, le 26 mai 2022, après une brève maladie.

Il a joué au sein d’une multitude de groupes, mais on retiendra surtout qu’il a longtemps milité chez Yes. Il avait ainsi remplacé Bill Bruford parti rejoindre King Crimson. Il avait également intégré le Plastic Ono Band de John Lennon. C’est lui qui est derrière les fûts pour « Instant Karma » du P.O.B., mais aussi sur l’album « Imagine ». Et dans la foulée, il avait apporté sa collaboration à un autre Beatles, George Harrison.

Il a commencé des leçons de piano à l’âge de six ans, débuté la batterie à douze, et s’est produit en public dès l’âge de treize.

Au cours des 60’s, il s’est forgé son expérience en jouant au sein de toute une série de formations, dont Alan Price Band, Bell and Arc et Balls, ce dernier groupe, en compagnie de Trevor Burton (The Move) et Denny Laine (Moody Blues).  

De mars à septembre 1970, Alan White se joint au Ginger Baker's Airforce en tournée, mais il ne jouera sur aucun de leurs deux albums studio. Il y rencontre notamment les ex-Traffic Steve Winwood, Chris Wood et Rebop Kwaku Baah, Au sein de ce band, il se consacrera à la batterie ainsi qu’aux claviers.

Il a aussi collaboré à toute une série de projets, impliquant des musiciens issus de la scène prog, parmi lesquels, figurent inévitablement des anciens membres du Yes. Sans oublier, le sien, qu’il avait baptisé tout simplement White…

RIP

 

 

 

Page 7 sur 449