"Variations", le nouvel album de Mermonte, sortira le 20 septembre 2022 ! Près de quatre années se sont écoulées depuis la sortie de son dernier opus, « Mouvements ». Le band voulait l’enregistrer dans les meilleures conditions pour permettre à sa musique…

logo_musiczine

Le second elpee du band finistérien, Baston, paraîtra ce 13 mai 2022. Il fait suite à « Primates », sorti à la fin de l’année 2019. Intitulé « La martyre », ce nouvel album est découpé en huit pistes qui font tous exclusivement référence à des boîtes de nuit…

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Les Tops 2021 de Musiczine

Écrit par

Les Tops 2021 de Musiczine

L’année 2021 n’aura pas été bien meilleure que la précédente. Charlie Watts, Dusty Hill (ZZ Top), Chick Corea, Lee Scratch Perry, Julos Beaucarne, Michael Nesmith (Monkees), Alan Lancaster (Status Quo), Bunny Wailer, Hilton Valentine (Animals), John Miles et la liste est loin d’être exhaustive, nous ont quittés en 2021. Et puis la Covid 19 ne nous lâche pas les baskets, malgré la vaccination et le CST, même si le virus a causé moins de dégâts humains que l’an dernier. Et la culture doit s’adapter. Malheureusement, suivant l’adage populaire, il faudra à vivre avec… peut-être encore pendant quelques années. En 2021, il y a quand même eu des concerts et des festivals. Beaucoup moins, c’est vrai. Et tout le monde espère qu’il s’en déroulera davantage l’an prochain. Cross fingers !

Suivant la tradition, Musiczine vous propose, bien sûr, les Tops albums de ses collaborateurs, qui seront enrichis au fil des jours, jusque fin janvier. Et puis les Tops concerts pour les collaborateurs les plus audacieux. Vous découvrirez quelques innovations imaginées par certains d’entre eux. Ce qui donnera un peu de variation à ces classements. 

L’image, aujourd’hui prend une place de plus en plus importante. Notamment, à travers les vidéos. Raison pour laquelle Musiczine a décidé, cette année encore de proposer un Top des plus beaux clips (voir tout en bas de la page). Le choix est tout à fait subjectif. Mais il donne une petite idée de ce que la scène alternative est capable de réaliser, sous sa forme la plus arty, dans ce domaine. D’autres clips auraient certainement mérité d’y figurer, mais cette sélection tient la route et surtout ne se contente pas d’immortaliser, sous un angle stéréotypé, un ‘live’ sur les planches ou une session studio.

En attendant, Musiczine ne peut que vous une meilleure année 2022. Et surtout, prenez bien soin de vous…

Bernard Dagnies

Philippe Blackmarquis

Top 30 Albums/Eps 2021 International

1 - Wardruna - Kvitravn
2 - Robert Goerl & DAF - Nur Nog Einer
3 - Kælan Mikla - Undir Köldum Norðurljósum
4 - Zanias - Unearthed
5 - I Tpame I Tvrame - II
6 - Riki - Gold
7 - Fragrance. - Salt Water
8 - FRTG13 - Supersymmetrie EP
9 - Actors - Acts of Worship
10 - NNHMN - Tomorrow's Heroin EP
11 - Lisa Gerrard & Jules Maxwel - Burn
12 - Bedless Bones - Bending The Iron Bough
13 - Xeno & Oaklander - Vi/deo
14 - Iceage - Seek Shelter
15 - Princess Century - s u r r e n d e r
16 - Factice Factory - Figments
17 - Motorama - Before The Road
18 - Lebanon Hanover - Sci-Fi Sky
19 - Gary Numan - Intruder
20 - Duran Duran - Future Past
21 - Low - Hey What
22 - Glaring - Nebula
23 - Emma Ruth Rundle - On Dark Horses
24 - Nick Cave & Warren Ellis - Carnage
25 - Luis Vasquez - Body of Errors
26 - mitra mitra - Reconstruction Works
27 - Iamx - Machinate
28 - A. A. Williams - Arco
29 - GLAARE - Your Hellbound Heart
30 - Nuovo Testamento - New Earth

Top 10 albums / Eps 2021 from Belgium

1 - Whispering Sons - Several Others
2 - Luminance - Crystal Magic
3 - Radikal Kuss - Niemand Hat Das Recht Zu Gehorchen EP
4 - Front 242 - Ancienne Belgique 89 Front By Front (Live)
5 - Absolute Body Control - A New Dawn EP
6 - Driving Dead Girl - Rupture
7 - Ultra Sunn - Night Is Mine EP
8 - Wolvennest - The Temple
9 - Mongolito - P u r e
10 - Sylvie Kreusch - Montbray

Béber

Top 15 albums 2021

Low - Hey what
Cassandra Jenkins - An overview on phenomenal nature
Feu! Chatterton - Palais d’argile
Arab Strap - As day get dark
Yann Tiersen – Kerber
The Notwist - Vertigo Days
Big Red Machine - How long do you think it's gonna last?
Japanese Breakfast - Jubilee
Mogwai - As the love continues
Nick Cave & Warren Ellis – Carnage
Rose City Band - Earth Trip
Black Country, New Road - For the First time
Grandbrothers - All the unknown
Curtis Harding - If words were flowers
Clap Your Hands Say Yeah - New Fragility

Top 3 concerts 2021

Barchar Mar-Khalifé - Aeronef (Lille)
The Notwist - Grand Mix (Tourcoing)
Osees - Aeronef (Lille)

Taï

Tops albums 2021

1 - Arab Strap - As Days Get Dark
2 - Mogwai - As the Love Continues
3 - Jeff Rosenstock - No Dream
4 - Turnstile - Glow On
5 - Black Country, New Road - For the First Time
6 - Chevalrex – Providence
7 - Dinosaur Jr. - Sweep It Into Space
8 - Slowthai – Tyron
9 - The Notwist - Vertigo Days
10 - Balthazar – Sand
11 - Viagra Boys - Welfare Boys
12 - Feu! Chatterton - Palais d'Argile
13 - Iceage - Seek Shelter
14 - Gruff Rhys - Seeking New Gods
15 - Rose City Band - Earth Trip
16 - James Yorkston & The Second Hand Orchestra - The Wide Wide River
17 - Weezer - Van Weezer

Tops albums découverts en 2021 (mais pas sortis en 2021)

1 - Matt Berninger - Serpentine Prison
2 - Nepal - Adios Bahamas
3 - Thousand - Au Paradis
4 - Built To Spill - Plays the Songs of Daniel Johnston
5 - Sleaford Mods - Spare Ribs
6 - Genius / GZA - Liquid Swords
7 - The Divine Comedy - Absent Friends
8 - Nothing - The Great Dismal
9 - Kevin Morby – Sundowner
10 - Suicidal Tendencies - The Art of Rebellion
11 - Emma Ruth Rundle & Thou - May Our Chambers Be full
12 - Andrea Laszlo de Simone - Uomo Donna
13 - Sum 41 - Does This Look Infected
14 - Balthazar – Fever
15 - Pantera - Far Beyond Driven
16 - Guy Bakeslee - Postcards From The Edge

Akim

Top 20 albums 2021

Sei Still - El Refugio 
Sylvie Kreusch - Mountbray 
Whispering Sons - Several Others 
A Place To Bury Strangers - Hologram 
Cecilia : eyes - Sore memories always end 
Slow Crush - Hush 
Cult Of Dom Keller - They carried the dead in a UFO 
Bobby Gillepsie & Jehnny Beth - Utopian ashes 
Nick Cave - Carnage 
Domingae - ae 
Damon Albarn - The nearer the fountain … 
Godspeed You ! Black Emperor - Gd’s pee at state’s end !
The Gluts - Ungrateful hearts 
Idles - Crawler 
Liminanas / Laurent Garnier - De Pelicula 
Gnod - Easy to build, hard to destroy 
Vuelvetloca - Contra 
Geese - Projector 
Black Marble - Fast Idol 
Dave Gahan & Soulsavers - Imposter 

Top 5 concerts 2021

… at least. So far, so good…

Disorientations - La Zone (Liège)
Slow Crush - Botanique (Bruxelles)
Siglo XX - Magasin 4 (Bruxelles)
The Cool Greenhouse - KulturA (Liège)
Le Prince Harry - La Zone (Liège)

Amélie Dieudonné

Groupes et artistes à suivre en 2022

AD music (pop)
Jean Paul Groove (rock)
Indigo Mango (funk pop)
The Haze (chant électro)
Blck Mamba (productrice)
La chica (musique du monde, Hybrid Arty Pop)
K zia (soul pop afrobeats)
Giorgio (rap)
Califato 3/4 (Rock, Punk, Electrónica y Rock andalou)
Meyy (pop)
Tukan (jazz electro post rock)
Echt (sonorités jazz, musique électronique)

Didier Deroissart

Top 10 Concert 2021

Juicy - Nuits Botanique le 10/09/2021
Maneskin - Ronquières festival le 14/08/2021
Chico Y Mendez - AB le 06/09/2021
Asaf Avidan - Arena 5 le 29/08/2021
Lydmor - AB Club le 11/11/2021
Valko - Botanique (Rotonde) le 22/10/2021
Lemon Straw - le Zik Zak le 15/10/2021
Konoba - Ferme du Biéreau le 03/09/2021
Marble Sound - AB le 20/10/2021
Red Beans & Pepper Sauce -Zik Zak le 29/10/2021

Top 6 albums 2021

Angèle - 95 
Orelsan - Civilisation
Ayo - Royal 
Valko - Monsters 
Lady Gaga - Love For Sale
Lydmor - Capacity

Romain Ballez

Top 10 albums

1 - Hippotraktor - Meridian
2 - Dvne - Etemen Ænka
3 - Amenra - De Doorn
4 - Der Weg einer Freiheit - Noktvrn
5 - Between the Buried and Me - Colors II
6 - Cult Of Luna - The Raging River
7 - Mastodon - Hushed and Grim
8 - LLNN - Unmaker
9 - Archspire - Bleed The Future
10 - Spiritbox - Eternal Blue

Guillaume de Lophem (chanson française)

Coups de cœur 2021

Albums

Ben Mazué - Paradis (réédition)
KCIDY - Les gens heureux

Chansons     

Kimberose, Sofiane Pamart - L'envie de valser
Arthur H - L'avalanche
Nicolas Paugam - Viens dans ma vallée
Lonny - Comme la fin du monde
Lisa Portelli – Spleen
Antoine Wielemans - De l'Or
Feu! Chatterton - Monde Nouveau
Clara Luciani - Amour toujours
Laura Cahen - La complainte du soleil

Bernard Dagnies

Top 15 clips vidéo

Midnight Oil - Rising seas

Shadow - Universe Organism

God is an astronaut - Fade

Liz Phair - Hey Lou

Sébastien Guérive - OMEGA II

Garbage - The Men Who Rule The World

black midi - Slow

Duran Duran - Invisible

Vanishing Twin - Big Moonlight

Sam Mehran - Cold Brew

The Waltz - Flowers

Johnny Marr - Spirit Power and Soul

EELS - Steam Engine

Todd Rundgren & Sparks - Your Fandango

Green Day - 2000 Light Years Away

Top 25 albums 2021

You Said Strange - Thousand Shadows Vol.1
Low - Hey What
Nick Cave & Warren Ellis - Carnage
Tropical Fuck Storm - Fuck States
Amyl & The Sniffers - Comfort to me
We Hate You Please Die - Can’t wait to be fine
Rum Tum Tiddles - It is a story
Danny Elfman - Big mess
Jeweler - Tiny Circles
Adrian Crowley - The watchful eye of the stars
Beach Youth - Postcard
Arab Strap - As days get dark
TV Priest - Uppers
Rats on Raft - Excerpts from chapter 3 …
Kiwi Jr - Cooler returns
Shame - Drunk tank pink
LNZNDRF - 2
Bryan’s Magic Tears - Vacuum sealed
Flyying Colours - Fantasy country
Mush - Lines redacted
N0V3L - Non​-​Fiction
The Third Sound - First light
Tents - Limbo
John Murry - The stars are god’s bullet holes
Laurent Saïet & Guests - After the waves

 


 

Le Noiseur

Je milite pour le retour du slow !

Écrit par

Il jongle avec les mots pour chasser les maux en y enfonçant cette pointe de second degré qui le caractérise. Lui, c’est le Noiseur.

Derrière ce pseudo, se cache Simon Campocasso. Un idéaliste à la mélancolie douce et au verbe acéré. Il navigue entre l’eau et le feu. Et si Le Noiseur était un poète écorché vif ?

La musique constitue pour lui une échappatoire dans laquelle il s’enfermera alors qu’il fête à peine ses 16 ans.

Depuis, lorsqu’il ne chante pas, il chuchote. D’un grain de voix qui n’est pas sans rappeler Biolay. On entre immédiatement dans le vif du sujet…

Simon, tu possèdes un grain de voix proche de celui de Biolay. Elle a quelque chose à fois d’envoûtant et de nonchalant, tout en en recelant cette touche de pudeur. On a l’impression que, parfois, tu chuchotes plus que tu ne chantes. Le Noiseur est-il un artiste dans la douceur ?

Sur le premier album, je n’assumais pas totalement ma voix. Effectivement, je chuchotais. Ici par contre, je suis plus à l’aise tant avec ma voix que le chant. Je suis moins dans le chuchotement. En tout cas, j’essaie de m’en détacher. C’est un ressenti personnel que d’autres ne partagent peut-être pas. C’est un disque qui reste dans la douceur, oui. Mais, je suis plus généreux dans l’interprétation.

« Le Noiseur » est le pseudo utilisé par ta mère car enfant tu étais turbulent. L’image que tu reflètes aujourd’hui semble en tout cas très éloignée, voire totalement opposée de celle que tu incarnais. Au fond, devenir artiste et monter sur les planches est en soi une démarche schizophrène.

Effectivement, enfant j’étais assez turbulent. Je me suis assagi depuis lors. Simon Campocasso (NDR : son nom à l’état civil) était plus difficile à prononcer, j’ai donc conservé ce pseudonyme. Tu as raison, dans la démarche artistique, il y a quelque chose de schizophrénique. J’ai l’impression que lorsque je suis sur scène, je suis celui que je ne parviens pas à être dans la vie. Par exemple, au sein d’une assemblée, je ne suis pas celui qui va monopoliser la parole ou qui va raconter de longues anecdotes. Sur scène, j’aime parler avec le public, car je sais qu’il va m’écouter.

« Du bout des lèvres », ton premier elpee, était largement autocentré. « Musique de Chambre » se signale par cette ouverture au prochain. Quelle est la genèse de ce processus ?

Le premier album était intimiste. Ensuite, je me suis retrouvé seul à composer des chansons. Cette période de solitude m’a incité à s’ouvrir aux autres. La période Covid a accéléré le mouvement. Le second est ainsi plus fédérateur que le précédent. Je voulais que mes chansons puissent s’exporter en ‘live’. Ce qui explique pourquoi elles sont donc plus généreuses et ouvertes aux autres.

Tes textes véhiculent des messages puissants, mais pour les faire passer, tu as recours au ‘second degré’. Pourquoi ?

Ce second album m’a permis de mettre plus de distance dans l’écriture des chansons. Il est conçu comme je le suis. En y révélant, à la fois, un côté mélancolique et un côté amuseur. Ces deux pôles cohabitent parfaitement. Le second degré permet aussi d’exprimer des opinions plus profondes et de sensibiliser davantage les gens.

Chanter la mélancolie est quasi un passage obligé chez la plupart des artistes. Qu’en est-il du bonheur ? Il se vit plus qu’il ne se chante ?

C’est ce que je pensais au début. Finalement, il est tout aussi intéressant d’écrire des chansons tristes que plus légères. A titre d’exemple, « Summer Slow » ou « Stone de toi » se réfèrent à ces instants de bonheur. Ces compos permettent d’apporter ce petit côté ‘feel good’ sur scène.

Après « Musique de chambre », une plage qui figurait sur ton premier Ep, tu as composé « Musique de stade », un morceau qui figure sur ton dernier long playing. Mais si tu souhaites leur donner une suite, quel titre comptes-tu choisir ?

C’est difficile d’aller au-delà. Ici, je suis dans le dernier vote des Victoires de la Musique. Alors je dirais simplement « Musique des Victoires de Musique ».

« Relax », titre éponyme, aborde le regard qu’on peut porter sur les années d’adolescence lorsqu’on vieillit. Qui étais-tu ? Qui rêvais-tu de devenir ?

Enfant, je voulais faire de la musique. Mais, c’est vers mes 16 ans que l’envie d’écrire des chansons et de monter sur scène s’est enfin révélée. Après le BAC, j’ai fréquenté deux universités où j’ai suivi des cours consacrés à la musique. La première m’a permis d’appréhender de manière approfondie la théorie. La seconde était davantage axée sur celles réservées au cinéma. Je n’avais pas d’autre envie. Mes parents se sont parfois inquiétés, je dois bien l’avouer. Mon parcours a finalement démontré que je ne m’étais pas trompé.

Dans « Jimi Hendrix », tu abordes le thème de la mort. Quel est ton rapport au temps qui passe ?

J’ai perdu ma mère lorsque j’écrivais ces chansons. J’ai dû faire face au deuil. Cet évènement a complètement bouleversé mon rapport au temps et a impacté forcément l’écriture des compos. Cela se ressent. Il y a désormais ce facteur d’urgence. J’en parle dans « Jimi Hendrix ». J’ai effectivement peur de ne pas pouvoir concrétiser mes projets et notamment à travers des albums. Cette chanson constitue un appel à la vie. En évoquant ces morts du club des 27 et d’autres qui sont décédés si jeunes, je voulais rendre hommage à la vie et ce rapport au temps qui a changé.

S’il te restait 24 heures à vivre, que ferais-tu ?

Je les passerais avec les gens qui me sont les plus chers, c’est certain.

Parlons un peu de « Summer Slow 88 » qui relate une rencontre durant un slow. Pratique souvent jugée comme ‘has been’ par de nombreux jeunes. En ce qui te concerne, j’ai bien compris que tu étais plutôt vieille école. La meilleure manière d’emballer pour toi ?

Je milite pour le retour du slow.  C’est une pratique qui favorise les rencontres, surtout pour les personnes timides. Elle permet de se rapprocher et de discuter. Il faut vraiment revenir au slow.

Le clip de cette chanson a été tourné lors d’un véritable thé dansant. Une manière de t’imprégner de la vie des gens et de leur milieu ?

J’ai tourné plusieurs clips sur ce même principe. Perso, il s’agissait d’aller à la rencontre de personnes et d’observer le milieu dans lequel elles évoluent. Cette méthode permet aussi d’atteindre des résultats plutôt inattendus et surprenants. Les retours ont été assez positifs tant en ce qui concerne les équipes de tournage que des figurants lambda qui ont participé aux clips. Nous en retirons de jolis souvenirs. A titre anecdotique, j’ai gardé le contact avec certains d’entre eux. Cette aventure demeure une belle expérience.

Le rapport au numérique est abordé dans « Week-end à Rome 2.0. ». Le téléphone est devenu aujourd’hui un outil dont nous sommes devenus dépendants. Internet en est également un autre qui a été créé par l’homme sans qu’il ne puisse plus le maîtriser. Etait-ce mieux avant ?

Je ne sais pas. Il y avait des choses intéressantes avant, c’est certain. Aujourd’hui, la technologie permet de réaliser des trucs géniaux. En ce qui me concerne, elle a facilité mon rapport à la musique. Je dispose d’un petit studio chez moi. Tu peux le mettre dans une valise et te rendre où tu veux. Pratique qui était rendue impossible il y a encore quelques années. Je suis content de vivre dans cette époque. En revanche, je reste convaincu que le téléphone et toutes les applications périphériques (Facebook, Instagram, etc.) doivent rendre difficile la vie des adolescents. Je dirais que, de ce point de vue, c’était mieux avant.

Les réseaux sociaux permettent pourtant des rencontres plus faciles et plus rapides que le slow dont on parlait tantôt…

C’est sûr que pour draguer, c’est mieux aujourd’hui (rires).

« Aston Morphine » rend hommage à Françoise Sagan. Un personnage plein de contradictions. Correspond-t-elle à ton image ?

Elle était contradictoire sous certains aspects effectivement. J’aime les voitures et la vitesse. Les points communs que l’on partage m’ont en effet inspiré. Son amour pour le jeu était inconditionnel. Sa vie était uniquement tournée vers le plaisir finalement. C’était une artiste, elle écrivait. Une personnalité très référentielle. Le postulat de départ n’était pas de consacrer une chanson à Françoise Sagan. En fait, elle a traversé mon esprit et a fini par guider toute la composition.

Ce disque a été conçu après le premier confinement. Cette crise sanitaire a été catastrophique pour le monde de la musique. Elle a littéralement castré les artistes de l’univers de la scène. Comment as-tu vécu cette période en tant qu’homme et artiste ?

J’ai trouvé cette crise amusante au début parce que nous étions tous confrontés à la même situation. Nous étions tous enfermés, devant nos PC ou sur Instagram. Un artiste avait beaucoup de réaction lorsqu’il postait quelque chose sur la toile. On avait du temps. J’ai créé quelques vidéos marrantes. J’ai été sollicité par les médias pour leur offrir du contenu. Par la suite, la situation est devenue pesante et compliquée parce qu’elle s’installait dans le temps. Jusqu’à aujourd’hui encore. Au début, cette situation était inédite et on pouvait encore en retirer quelque chose. Aujourd’hui, tout cela est terminé.

L’esthétique est omniprésente tant dans les clips que les photos de presse. Son et visuel, même combat ?

Je ne me pose pas ces questions en ces termes. Les clips m’intéressent, oui. Je m’implique dans tout ce que j’accomplis et j’y mets beaucoup d’énergie. Je n’accorde pas plus d’importance au clip qu’à la musique. J’essaie de réaliser un travail cohérent. Les vidéos constituent un moyen supplémentaire de s’amuser, de réfléchir, d’emmener le projet ailleurs, d’aller plus loin, sans en oublier le plaisir que cette activité procure.

(Interview réalisée par visioconférence le 1er décembre 2021)


 

Suuns

The Witness

Écrit par

Depuis sa fondation, Suuns n’a cessé d’évoluer et de jongler avec les styles. Mélangeant la noise, le rock-psyché et la musique électronique (voire la musique orientale via une collaboration avec Jerusalem in my Heart), au fil des albums, il est parvenu à se forger un style propre. Si ce cinquième elpee semble suivre une évolution naturelle, l’écriture a été marquée par plusieurs évènements susceptibles de perturber le bon équilibre du band (départ d’un des membres et exil de Ben Shemie à Paris) ; mais finalement, ils ne semblent pas avoir ébranlé la formation montréalaise.

« The Witness » constitue certainement l’album le plus apaisé et le plus abouti de Suuns. Le groupe canadien lève le pied et propose huit morceaux influencés par le jazz et bien entendu traversés d’éléments électroniques. Tous les morceaux semblent savamment réfléchis. La production est léchée et les arrangements minutieusement mis en place. Malgré cette apparente complexité, Suuns parvient pourtant à offrir des morceaux accessibles à l’instar de l’excellent « Witness Protection ».

Le seul reproche que l’on puisse adresser à cet album, c’est qu’il soit trop court ! Pourtant, il figurera sans conteste parmi les tops de l’année 2021, de votre serviteur !


 

Iron & Wine

Archive Series Vol 5

Écrit par

Après avoir publié un LP live, un autre en compagnie de Calexico, des rééditions, et une opéré une collaboration avec Andrew Bird, Sam Beam nous propose, cette fois-ci, des morceaux inédits. Le barde américain a raclé ses fonds de tiroir. Il en a récupéré onze morceaux enregistrés entre 1998 et 1999, soit trois ans avant la sortie de son premier opus officiel, « The Creek Drank the Cradle », en 2002, chez Sub Pop. A l’époque, le jeune homme de 24 ans poursuit des études de cinéma à l’Université d’Etat de Floride de Tallahassee. 

Dès les premiers accords, on retrouve toutes les qualités qui ont fait de Sam Beam un songwriter reconnu aussi bien aux States, qu’à travers le monde. Son génie et sa maturité précoce, aussi.

Son folk minimaliste et intimiste tape dans le mille. La voix sereine et tellement distincte de l’Américain est superbement portée par sa guitare acoustique. Déjà, à cette époque, ses ballades se révélaient aussi mélancoliques que champêtres. Et rapidement, les mélodies trottent dans votre tête, pour s’y accrocher durablement…

Si ce n’était une compile, ce long playing pourrait figurer parmi les ‘musts’ de l’année…


 

Pinegrove

Amperland, NY

Écrit par

Sur ce nouvel elpee, « Amperland, NY », les héros de l’emo americana de Pinegrove ont décidé de revisiter leur répertoire lors d’une session d’enregistrement en forme de ‘best of’. Une sublime série de morceaux anciens mais aussi des odes plus récentes –telles que « Skylight » ou « Marigold »– bénéficient d’une myriade d’effets supplémentaires produits par, notamment, une pedal-steel ou des couches de guitares fuzz.

Une belle manière de délivrer son ‘greatest hits’ hors de l’habituelle compilation tout en palliant l’ennui et le manque de concert. Un cadeau de Noël idéal pour tous les ‘Pinenuts’ (noms attribués aux nombreux fans de Pinegrove) … ou pour tout mélomane qui se respecte ! 


 

Nicolas Paugam

Viens dans ma vallée (single)

Écrit par

« Viens dans ma vallée », le nouveau single de Nicolas Paugam, baigne au cœur d’une atmosphère country, mais française à l’américaine. Une musique très dépouillée, typique du style. Une guitare acoustique en picking, une voix perchée, un violon, des chœurs, l’apparition furtive d’une basse et de quelques notes électro en fin de parcours.

Le clip (voir ici) de ce titre, qui figure sur son cinquième album, « Padre Padrone », nous entraîne au sein d’un univers mêlant le western d’Ennio Morricone au temps de la guerre de sécession (‘Le Bon, la Brute et le Truand’ ?), mais en kilt et baskets, et en même temps d’un vieux film tourné dans le maquis, le tout parsemé de danse des prés…

Quelques bruits au début de la vidéo nous plongent dans l’ambiance ; et l’image, en voyage vers la gauche, nous ramène en arrière, au temps des huguenots. Dès que la voix se manifeste, l'image se conjugue au présent et Nicolas Paugam nous raconte cette tranche d'histoire. Une période difficile pour les protestants en Ardèche.

‘C’est cette période sanglante de l’histoire de France qui m'inspire dans cette chanson ! D’une part j'y relate la beauté du pays, ses châtaigniers, ses paysages, ses grottes et ses torrents et d’un autre point de vue je dépeins l’histoire des huguenots du Vivarais depuis le XVème siècle ; les combats, les potences, la peur, les gibets et les tombes dans les jardins’ (NDR : les huguenots n’avaient pas droit au cimetière catholique, ils avaient donc les leurs sur leurs propres terres et avec souvent, planté-là, un grand résineux !)

Son écriture poétique, un rythme et une voix enjoués, nous transportent et désamorcent la gravité du sujet.

La mélodie reste en tête, on se surprend à la fredonner, un air léger et frais se dégage. On a envie de réécouter ce titre pour y plonger plus profondément, en comprendre les subtilités. Pour finalement avoir envie d’y aller et de danser avec lui dans sa magnifique vallée.

Méthode Chanson

 


 

Finale Sound Track 2021 : dimanche 19 décembre

Écrit par

Ce dimanche 19 décembre, l’Ancienne Belgique accueillait la dernière finale du concours régional ‘Sound Track’. Alors que les noms des gagnants étaient déjà connus pour le reste de la Belgique, le public était impatient de découvrir le verdict pour les artistes bruxellois. Mais avant de passer au résultats du jury, et aux opportunités offertes aux 18 groupes finalistes, on avait hâte de découvrir ces jeunes musiciens encore trop souvent dans l’ombre.

Six groupes ont performé ce dimanche et c’est Adja qui a ouvert la soirée.

Et spoiler : elle est à peine montée sur les planches qu’on a compris que le niveau serait élevé ! Accompagnée de ses musiciens –batteur, pianiste, guitariste, contrebassiste et trompettiste– et de 4 choristes, la chanteuse a placé la barre très haut. Le silence règne dans la salle. La formation s’installe et déjà l’aura d’Adja fait forte impression. Puis elle ouvre la bouche et cela ferme la nôtre pour le reste de sa prestation ! Rien à dire, elle est bluffante ! Sa voix chaude groove avec délice et ses vibes sont divines ! Ils sont dix sur le podium et alors que l’on apprécie leurs identités distinctes, on souligne aussi l’alchimie qui règne entre eux. Le tout dans un style soul, jazzy, presque bossa nova qui nous a complètement scotchés. Le dernier morceau est déjà annoncé et on reste sur sa faim. Le band, Adja et sa voix de diva nous manquent déjà !

Les 15 minutes d’interruption permettent à certains spectateurs de se remettre de leurs émotions et à leurs proches de débriefer de cette prestation.

Puis KAU Trio entre en scène. Malgré le patronyme, le band réunit quatre musicos décidés à présenter leur projet jazz instrumental. Une batterie, un clavier, un saxophone et une basse qui mettent, sans paroles, une énergie électrisante dans la salle ! Le bassiste communique ses vibrations et le batteur ainsi que le pianiste se lèvent pour l’accompagner. « Mad Max » est particulièrement lourd ! C’est sûr, on est en présence d’un futur tube et il incite à danser. Les influences sont riches et diverses. On décèle notamment du hip hop, du jazz progressiste dans les beats. Ils sont forts, leur univers spatial est hypnotique et on aurait voulu que ça claque encore davantage !

Ensuite, la rappeuse Ysmé et le Dj Shlundee prennent le relais. Et c’est un gros coup de cœur de notre côté ! Sa seule présence sur l’estrade la rend minuscule au premier abord. Le plateau paraît gigantesque, vertigineux. Et pourtant, elle l’habite avec un charisme incroyable. Elle court en cercle sur la scène pour chauffer le public façon battle de danse des années 2000. Son style vestimentaire rappelle les 90’s mais les paroles sont très actuelles. On épinglera « Nice guys » où elle manie les mots sous un flow d’aplomb. Le Dj donne tout ce qu’il a dans le ventre et ses beats sont trop bons. Ysmé danse, chante a capella, nous parle, nous interpelle ; bref elle affiche des attitudes de star qu’elle incarne en libérant une vulnérabilité inouïe. Elle est à nu sur scène. On l’entend respirer et on aperçoit sa poitrine se soulever. Elle joue avec sa timidité –ou en tout cas on a cette impression– avec une sensibilité qui fait mouche. Bref, Ysmé, on n’est pas prêt de l’oublier ! 

Et pour la succéder, ce sont les musiciens d’Indigo Mango qui débarquent. 5 mecs qui, en 20 minutes, ont tout envoyé péter ! Explosion de funk, de groove, d’énergie, de couleur et de smile ! Leur marque de fabrique c’est le ‘live’ ! Alors quel régal de les voir occuper les planches de l’Ancienne Belgique ! Le leader et chanteur à la voix grave siège derrière la batterie et son énergie transporte la salle. Il déclare qu’ils ne quitteront pas la scène ‘without putting the zbeul’ ! Alors le public frustré d’être assis danse avec les bras pour accompagner le chanteur et percussionniste qui met le feu sur le podium ! On peut les avoir déjà vus de nombreuses fois, peu importe, leurs concerts restent toujours une dose de joie. Une dose d’été en hiver dont on ne se lasse pas.

Puis c’est au tour de Mek’dr’dr de débouler ! Un nom qui fait bégayer. Un duo féminin qu’il est difficile de qualifier. Elles nous ont laissé bouche bée. Et c’est sans doute l’effet escompté car elles ne font rien dans les codes et tout est décalé. Dans un style sans doute post punk, elles chantent en harmonie et explorent leurs voix sur des lignes de basses groovy et des percus inédites. Et si les mots nous manquent ou qu’on a du mal à se positionner (peut-être sommes-nous un peu trop ‘tradi’ ?) alors c’est gagné : leur performance artistique interpelle et trouble par leur douce étrangeté. 

Enfin, pour clôturer la soirée c’est le jeune rappeur Onha que nous avons eu le plaisir de découvrir. Accompagné de Rocco et Dumbeat aux instrumentales, il nous entraîne dans son univers instantanément. Les productions aux inspirations hip hop mais dans lesquelles on entend aussi du jazz ou du funk sont lourdes ! Onha rappe en français dans un flow nonchalant, souvent langoureux au cours duquel on découvre son écriture et son macrocosme. Mais il sait aussi kicker et envoyer des refrains qui pénètrent tout de suite dans la tête et que le public chante avec lui : ‘Je tourne en rond comme un poisson...’ Alors qu’il est tout jeune, il s’installe dans ses beats avec une aisance fascinante. Bref, sa voix cassée nous a séduits, ses textes aussi. Onha c’est du rap actuel, presque futuriste chargé de riches influences qui permettent de naviguer entre la chaleur de la soul et les claques de ses punchlines bien sèches. Et, comme un roi, il a parfaitement assuré la clôture de cette soirée !

Après une demi-heure de délibération, le jury a remis son verdict : pour compléter l’équipe des 18 lauréats, ce sont donc Adja, Ysmé et Indigo Mango qui ont été récompensés ! Adja s’est, en outre, adjugé le prix du public en prime. Sursauts d’émotions sur scène et dans le public ce soir-là. Et de belles opportunités, résidences, coachings, etc. pour l’année à venir.

Nous de notre côté, on ne lâche pas pour autant tous les autres participants qui, tous, débordent de talents. Et franchement, ça émoustille nos petits cœurs de pouvoir participer à cette mise en lumière des artistes qui nourrissent leur art mais aussi le nôtre. Qui accompagnent nos quotidiens et nos playlists. Alors sortons de l’ombre ces trésors de créativité. 

(Organisation : Ancienne Belgique)

Japanese Breakfast

Jubilee

Écrit par

Particulièrement réussis, les deux premiers albums de Japanese Breakfast lui avaient permis de se forger un nom dans sphère de l’indie-pop. Deux œuvres dédiées –notamment– à sa maman, décédée. Non seulement Michelle Zauner a décidé de tourner la page, en partageant sa renaissance et sa joie de vivre, mais ce « Jubilee breakfast » devrait lui permettre de rencontrer le grand public, surtout depuis sa nomination aux ‘Grammy Awards’ dans la catégorie ‘meilleur nouvel artiste’ ou encore grâce nombreux tops de fin d’année que l’artiste devrait truster.

Hormis les plages plus atmosphériques et langoureuses comme « Posing in Bondage » et un « Slide Tackle », enrichi par une superbe intervention au saxophone, la dream pop a ainsi cédé le relais à une musique plus directe et entraînante. Les orchestrations sont plus riches. Et caractérisé par ses couches de cuivres et de cordes, « Paprika » en est certainement une des plus belles démonstrations. Michelle Zauner s’autorise même une incursion dans la pop 80’s sur « Be sweet », un morceau kitsch souligné de claviers vintage et dynamisé par une sa basse caoutchouteuse. Enfin, les sonorités distordues qui entretiennent « Sit » lorgnent vers le shoegaze.

Bref, ce troisième essai de Michelle Zauner est franchement une réussite et confirme son talent de songwritrice à torcher des titres accrocheurs.


 

Lisa Portelli

Spleen (single)

Écrit par

De formation classique, Lisa Portelli peut se targuer de disposer d’un palmarès de premières parties d’artistes notoires, tels que Cali, Olivia Ruiz ou Pauline Croze. A 19 ans elle participe au Printemps de Bourges dont elle devient l’une des révélations. En 2007 sort son premier LP. Un éponyme. En 2010, elle remporte le Concours Jeunes Talents de la ville de Paris rapidement suivi par son deuxième elpee, “Le régal” (2011). Le suivant, “La Nébuleuse” (2017) coréalisé avec Andoni Iturrioz, était jusqu’à ce jour son dernier projet en date.

Lisa Portelli, publiera son quatrième long playing en avril 2022, un disque coproduit par Guillaume Jaoul (Jaune, Rover, Forever Pavot).

Pour l’élaboration de cet opus, Lisa a troqué ses disques de chevet pour des recueils de poésies. Une autre façon de s’enivrer de mots ‘à sa guise’.

En outre, le côté rock de ses trois précédents albums a cédé le relais à un son graveleux aux accents électrorock, presque trip hop, dans l’esprit de Portishead. Pour notre plus grand bonheur.

Le single « Spleen », une pépite de cette fin d’année 2021, annonce la venue de son prochain elpee, « L’innocence ».

Espérons que celui-ci tienne la promesse que ce titre annonce.

Sa voix est claire et envoûtante. L’arrangement est recherché : des backing vocaux sporadiques en écho, des bruits électroniques, une guitare en distorsion, des baguettes qui cognent les mécaniques, un corbeau, quelques notes de piano. Il y a des envolées de bruits de manière acousmatique en fin de morceau qui nous plongent encore davantage dans son univers.

On tombe sous le charme de cette ambiance paradoxalement dépouillée mais travaillée.

Elle apparait dans son clip (à découvrir ici)

qu’elle a écrit et réalisé elle-même. La vidéo est à l’image du son, d’apparence simple mais efficace. On est happé par l’atmosphère en noir et blanc. Un clair-obscur grinçant et saccadé qui évoque les bandes annonces de la société de production de film, ‘Bad Robot.’

Les paroles sensibles, romantiques et poétiques, décrivent la séparation de deux êtres qui seront peut-être amenés à se retrouver. Pour le meilleur ou pour le pire…

Méthode Chanson


 

Acid Dead

Take it from the dead

Écrit par

Apparemment, Acid Dead est issu de New-York ; un groupe fondé en 2014. Un trio qui réunit un drummer et deux chanteurs/guitaristes. Ces deux derniers fabriquent leurs propres guitares. Pas de bassiste, parce que le band estime ne jamais en avoir trouvé un qui colle à sa musique. 

« Take it from the dead » constitue son second opus, et il fait suite à un éponyme paru en 2018. L’opus s’ouvre par « Searchin’ », une plage sont la mélodie nonchalante baigne au sein d’un univers sonore proche de celui du « Darklands » de Jesus & Mary Chain ; à moins que ce ne soit celui de Galaxie 500. En général, les compos macèrent d’ailleurs dans une forme de noisy/psyché/shoegaze. A l’instar de « RC Driver », « She only eats organic », « 2 face » et du morceau final, « Djembe ». D’une durée de plus de 7’, il s’ouvre sur un mid tempo plus ou moins paisible avant de libérer des pics d’intensité électrique exaltants. Excellent ! 

Et si « Good time » nous réserve des sonorités de guitares carillonnantes, réminiscentes des Beatles, « Smile you’re on camera » se révèle plus noisy encore, mais dans l’esprit du « Daydream nation » de Sonic Youth.

Un bémol quand même, cette voix constamment sous reverb, probablement sous phaser, et sans grande nuances.

Hormis cette remarque, cet elpee devrait ravir les aficionados du style.


 
Page 10 sur 1290