Yuksek revisite Laurent Voulzy…

Le musicien, compositeur, réalisateur et producteur de musique électronique Yuksek revisite « Cocktail chez mademoiselle », le titre de Laurent Voulzy paru en 1979 sur son album « Le cœur grenadine ». Il en propose une relecture retro futuriste, groovy et…

logo_musiczine

Les décibels de Chatte Royal…

Le premier elpee de Chatte Royal, « Mick Torres Plays Too Fucking Loud », paraîtra ce 8 mars 2024. Fondé en 2020 par Diego Di Vito, Dennis Vercauteren et François Hannecart, et rejoint par Téo Crommen en 2021, il compte deux Eps à son actif, « Septembre », en…

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

The Sisters of Mercy - 30...
DAF - Bimfest 2023
News

Les ‘Singles’ de Free Blood

Écrit par

Free Blood, le nouveau projet de John Pugh, ex-membre de !!!, publiera un premier opus ce 11 novembre aux USA via DFA. L’œuvre est intitulée « The Singles » et sera composé de seulement six morceaux déjà disponibles sur les EPs « EP1 » et « Part 2 ». A ceux-ci viennent s’ajouter 5 remixes. Une date de sortie européenne n’a pas encore été fixée.

 

Tracklist :

Never Hear Surf Music Again
Quick and Painful
Grumpy
Royal Family
Parangatang
Weekend Condition
Never Hear Surf Music Again (Barfly Mix)
Weekend Condition (Scotty Coats and Wes the Mes Mix)
Royal Family (The Brothers Mix)
Grumpy (Greg Wilson Mix)
Parangatang (Tim Love Lee Mix)

 

Carton plein pour AC/DC

Écrit par

Le retour de AC/DC est un énorme succès pour le quintet. En plus d’une tournée déjà sold-out, leur dernier opus, « Black Ice » est désormais #1 dans 29 pays simultanément! La formation détient la pôle position des charts américains, britanniques, belges, français, suédois, japonais, argentins, néo-zélandais ou encore suisses. Un carton plein.

Un Dvd qui risque de rendre les fans de Police, fous à lier…

Écrit par

Pour marquer la fin de leur tournée triomphale, The Police sortent un DVD Live. Et il s’intitule « Certifiable » (trad : fou à lier). Les enregistrements ont été effectués à Buenos Aires en décembre 2007; on y retrouve tous les classiques et les plus grands tubes du groupe: ‘Roxanne’, ‘Every Breath You Take’, ‘Don’t Stand So Close To Me’ et ‘Message in a Bottle’. Un cd reprenant les points culminants du cd show est également joint au DVD.

(suivant communiqué de presse)

Date de sortie: 7.11.2008

Pour plus d’infos : http://www.thepolice.com

 

Un nouveau single pour Björk

Écrit par

Le nouveau single de Björk est disponible via téléchargement depuis ce 20 octobre. Il s’intitule « Nattura ». Ecrite et produite par Björk, cette chanson a reçu le concours de Thom Yorke de Radiohead aux backing vocaux, de Brian Chippendale (Lighting Bolt) aux drums, de Matthew Herbert aux synthés et à la basse et de Mark Bell aux boîtes à rythmes.

Pour plus d’infos : http://www.bjork.com et http://nattura.info

 

La déclaration d’amour de Mathieu Boogaerts

Écrit par

C’est ce 3 novembre que paraîtra le nouvel opus de Mathieu Boogaerts. Il s’intitule « I love you ».

N’y allons pas par quatre chemins : avec «I Love You», Mathieu Boogaerts frappe un grand coup. Avec ce disque tout en punch et en nerfs, qui vous saisit et vous croque avec la sensuelle férocité d’une bête sauvage, l’auteur d’Ondulé ne fait pas seulement voler en éclats cette image de chanteur lunaire qui, depuis trop longtemps, lui colle injustement à la peau. Tournant le dos à son passé, il s’offre surtout un aller sans retour vers un autre monde musical, un autre pays, dont il invente avec une volupté palpable la langue, les lois et les coutumes. Un pays qui, comme aux plus grandes heures du rock, du rap ou du funk, prônerait la révolution permanente.

Le changement est si radical qu’on pourrait le croire motivé par bon gros coup de sang (mais quelle mouche l’a donc piqué ?) ou par une très sévère crise existentielle (mais par quelles affres est-il donc passé pour en arriver là ?). Sauf que c’est tout le contraire : si Boogaerts a ainsi remis en cause tous les acquis d’une carrière entamée il y a près de quinze ans, c’est parce que, pour la première fois, il a connu le sentiment du devoir accompli. "Avec Michel, mon album précédent, j’ai eu l’impression d’avoir bouclé quelque chose. Je n’ai jamais été aussi peu frustré à la fin d’un disque. D’habitude, j’avais l’impression d’avoir raté quelque chose et je me disais que j’allais devoir faire mieux la fois d’après. Là, j’ai eu la sensation que s’il s’arrêtait avec Michel, mon parcours aurait une certaine légitimité. Du coup, j’ai ressenti une liberté que je n’avais jamais éprouvée – ou alors au tout début, avant mon premier disque, quand tout semblait possible."

C’est toute la beauté des fins de cycle : elles vous permettent de goûter à nouveau à la fraîcheur des commencements. Après les chansons de Michel, qui dans leur subtil dépouillement exprimaient la quintessence de son art, Mathieu est donc reparti de zéro. Premier geste fort : exit la guitare sèche, cette compagne fidèle avec laquelle il avait l’habitude de saisir à la volée de belles idées tombées du ciel. Et place à la batterie, un vieux flirt (“Ça a été mon premier instrument, quand j’avais dix ans“) avec lequel il a éprouvé le besoin d’entamer une relation enfin sérieuse.

Changer d’outil pour mieux se refaire la main et se changer les idées : tel est le pari que s’est lancé Mathieu. Pour le relever dans les meilleures conditions, il lui restait à trouver un cadre dans lequel il pourrait expérimenter sans contrainte. A Bruxelles, où il a vécu un an et demi, le Français a déniché le lieu rêvé : un ancien stand de tir de la police, spacieux, bon marché et insonorisé, aussitôt transformé en home-studio. C’est là, à raison de cinq journées de travail par semaine, qu’il a ainsi jeté les bases de chansons aux contours totalement inédits. “Au lieu d’être des suites d’accords à la guitare, mes premiers jets étaient des rythmes de batterie que je faisais tourner en boucle. C’était très ludique et spontané : en une demi-heure, j’avais l’essence d’un morceau. Ensuite, je trouvais une espèce de mélodie, une ligne de basse, et j’arrivais à un embryon de structure et à une poignée de phrases, dont le sens découlait directement du son. Pendant deux mois, j’ai fait comme ça un ou deux morceaux par jour. Puis j’ai commencé à filtrer, à ne retenir que les meilleurs.

Partisan de la simplicité, Boogaerts a choisi d’enregistrer toutes les parties instrumentales en solitaire, à l’exception de quelques cuivres et chœurs, assurés par des amis musiciens rencontrés à Bruxelles. Et il a volontairement réduit la voilure sonore, n’utilisant en tout et pour tout qu’une batterie, une basse, une guitare électrique et un synthé. “Ce genre de contrainte me stimule beaucoup plus que si j’avais huit batteries à ma disposition… Quand j’ai peu d’options, j’arrive plus facilement à l’essentiel.

L’essentiel, ici, saute aux oreilles dès Come to me, première flèche d’un album qui décoche une grêle de traits rythmiques, sonores et vocaux. Sans esbroufe, mais avec une intensité de tous les instants, les chansons d’»I Love You», comme tendues par les forces du plaisir, ne visent qu’un but : provoquer – au sens le plus charnel et électrique du terme – l’auditeur, embraser tous ses sens, le ramener à sa condition première d’animal désirant. “Avec Michel, je voulais réaliser un album beau, profond et introspectif. Pendant un an et demi, je me suis appliqué à rendre cette beauté sur scène, mais j’ai ensuite eu envie de passer à autre chose. Aujourd’hui, je n’ai pas envie qu’on me dise que la musique d’ «I Love You» est belle, mais qu’elle est sexy.

Ô combien sexy, oui, et dotée d’un charme incendiaire qui n’a que peu d’équivalents dans la faune musicale actuelle. Tout au plus pourrait-on lui trouver quelque cousinage avec l’electro-rock (Fais gaffe, Game over) ou encore avec ce funk-rock mutant né dans les ruines fumantes du punk, qui fit les beaux jours du label new-yorkais Zé Records (Chape de béton, Bandit). C’est à New York, d’ailleurs, que Boogaerts a finalisé les paroles de ses chansons. Lesquelles, autre surprise de taille, adoptent souvent les fiévreuses pulsations de la langue anglaise pour mieux explorer l’un des thèmes de prédilection du Français : les troubles du cœur amoureux. “Dès le début, les textes sont arrivés spontanément en anglais, alors que ça n’avait jamais été le cas avant. C’est un anglais un peu naïf, approximatif, avec des fautes que je n’ai pas cherché à faire mais qui sont venues naturellement et que j’ai assumées comme telles. Là encore, l’instinct a vraiment primé.

N’en disons pas plus : s’épancher davantage sur les qualités d’ «I Love You», ce serait trahir le propos d’un disque qui, en trente-trois minutes menées tambour battant, célèbre les noces de l’esprit de concision et de l’esprit d’invention. “J’ai toujours été à la recherche d’une musique qui soit à la fois évidente et originale, dit Mathieu Boogaerts. J’adorerais qu’en écoutant ce que je fais, quelqu’un dise : “Ah mais oui, bien sûr, il fallait y penser !““. Qu’il soit rassuré : ce sont précisément les mots qui nous viennent en tête à chaque fois qu’on se prend de plein fouet les chansons d’ «I Love You».

(communiqué de presse)

Pour voir le clip vidéo d’I Love You

http://www.youtube.com/watch?v=rOfcb_VPl5I
http://www.wat.tv/video/mathieu-boogaerts-love-you-10ybv_iedf_.html
http://www.wideo.fr/video/iLyROoafYlpZ.html
http://www.dailymotion.com/jeansanteuil/video/x75pj8_mathieu-boogaerts-i-love-you_music

Tracklisting :

1) Come to me
2) All I wanna do

3) Chape de béton
4) Jambe
5) Fais gaffe
6) Chaque fois
7) Do you feel OK
8) Bandit
9) Corinne
10) Allez
11) Game over
12) I Love you

Pour plus d’infos : http://www.mathieuboogaerts.com

 

Abd Dal Malik philosophe

Écrit par

Après l’immense succès de l’album ‘Gibraltar’ véritable pont jeté entre les générations et les milieux sociaux. Abd Al Malik enfonce le clou, spirituellement, musicalement, éthiquement.

Pour son troisième album solo, Abd Al Malik réussit la prouesse de fédérer les genres et d’offrir aux amateurs de musique une fois de plus un album d’une très grande qualité, ‘Dante’. Abd Al Malik signe l’ensemble des textes de ce conte urbain, porté par les arrangements soyeux, acoustiques aux accents jazz de Régis Ceccarelli. Gerard Jouannest, et Bilal écrivent les mélodies sur lesquelles Malik a posé ses mots. Puis Alain Goraguer, arrangeur orfèvre des albums historiques de Serge Gainsbourg, a écrit des arrangements enregistrés ‘à l’ancienne’: tout l’orchestre dans le studio, Jouannest au piano et Malik devant le micro et tout le monde enregistre ensemble, en deux prises au maximum.

13 titres somptueux, mixés par Gary Noble (Amy Winehouse, Nas, Kanye West, etc.)

(communiqué de presse)

Date de sortie: 4.11.2008

Tracklisting

01 Roméo Et Juliette (avec Juliette Greco)
02 Gilles écoute un disque de rap et fond en larmes
03 Paris mais... (avec Wallen)
04 Circule petit, circule
05 Lorsqu'ils essayèrent
06 Césaire (Brazzaville via Oujda)
07 C'est du lourd
08 Le marseillais
09 Le faquir
10 Conte alsacien
11 Raconte moi Madagh (avec Wallen)
12 HLM Tango
13 Noces à Grenelle

Pour plus d’infos : http://www.abdalmalik.fr

 

Une édition deluxe pour le dernier album de Bryan Adams

Écrit par

La légende rock canadienne a sorti son 11e album studio le 14 mars dernier. Une tournée acoustique intime a suivi dans 11 pays dont la Belgique où Bryan Adams a donné un showcase inoubliable. Les premiers singles ‘I Thought I’d Seen Everything’ et ‘Tonight We Have The Stars’ ont très bien marché en radios. Le 30 septembre, il a ajouté une couche supplémentaire à sa fameuse réputation live avec un concert sold out au Sportpaleis à Anvers. Découvrir Bryan Adams en plein travail en studio est aujourd’hui réalisable de votre fauteuil avec cette édition deluxe CD/DVD de son dernier album.

(suivant communiqué de presse)

Date de sortie: 7.11.2008

Pour plus d’infos : http://www.bryanadams.com

 

13 titres sur le 13ème opus studio de Cure

Écrit par

Après avoir vendu 30 millions d’albums, The Cure revient avec un nouvel album studio, « 4:13 Dream », qui est déjà le 13e à leur actif. Mené par le chanteur/guitariste, Robert Smith, le line-up du groupe comprend également les anciens membres Simon Gallup à la basse, Jason Cooper à la batterie et le guitariste Porl Thompson. Avant la sortie de cet opus, 4 singles ainsi qu’un EP ont été commercialisés depuis le mois de mai.

(d’après communiqué de presse)

Date de sortie: 24.10.2008

Tracklisting:

1. Underneath The Stars 
2. The Only One 
3. The Reasons Why 
4. Freakshow 
5. Sirensong 
6. The Real Snow White 
7. The Hungry Ghost 
8. Switch 
9. The Perfect Boy 
10. This. Here And Now. With You 
11. Sleep When I'm Dead 
12. The Scream 

13. It's Over

Pour plus d’infos : http://www.thecure.com

 

 

Lily Allen décline sa responsabilité

Écrit par

Le second album de Lily Allen paraîtra ce 9 février 2009. Il sera précédé par le single « The fear ». Lors de sessions d’enregistrement, elle a reçu le concours de Robbie Williams, Mark Ronson, Common, Dizzee Rascal, Jamie T et de la formation Kaiser Chiefs.  

Tracklisting :

1) Everyone’s At It
2) The Fear
3) It’s Not Fair
4) 22
5) I Could Say
6) Go Back To the Start
7) Never Gonna Happen
8) Fuck You
9) Who’d’ve Known
10) Chinese
11) Him
12) He Wasn’t There

Pour plus d’infos : http://www.lilyallenmusic.com ethttp://www.myspace.com/lilymusic

 

Un double album pour An Pierlé

Écrit par

Après 10 années de carrière, An Pierlé a décidé de compiler ses singles et des raretés sur un cd et quelques unes de ses prestations ‘live’ sur l’autre. Ces sets enregistrés en public ont été immortalisés à l’AB, au Mandarin-Casino de Hambourg et au petit cabaret/cirque d’hiver parisien Le Zèbre De Belleville. Intitulé « Singles & Rarities », ce double elpee paraîtra ce 17 novembre.

Tracklist CD1 - Singles & Rarities:

1. Are Friends Electric (never released on an An Pierlé album)
2. Mud Stories
3. Tower (remix)
4. Anytime You Leave (new version)
5. As Sudden Tears Fall
6. Sing Song Sally (adult radio mix)
7. Here In The Woods (version with Mons Orchestra)
8. How Does It Feel
9. Jupiter (radio edit)
10. Mary’s Had A Baby (unreleased)
11. Need You Now (unreleased)
12. Eldorado (unreleased)

13. (Il est 5 heures) Paris s’éveille Ghosttrack…

Tracklist CD2 - Live:

1. Tenderness (AB)
2. Medusa (AB)
3. Mexico (AB)
4. The Days Of Pearly Spencer (AB)
5. Sorry (AB)
6. Many Roads (Hambourg)
7. How Does It Feel (Hambourg)
8. Helium Sunset (Hambourg)
9. Sing Song Sally (Hambourg)
10. Not The End (Hambourg)
11. Jupiter (Paris)
12. Good Year (Paris)
13. Snakesong (Paris)

14. Need You Now (Paris)
15. Mud Stories (Paris)

Pour plus d’infos : http://www.white-velvet.com