La cavalcade de Jéhan…

Poussé par un nouvel élan poétique, Jean Jéhan a sorti son nouvel opus, « On ne sait jamais », le 18 novembre 2023. Pour ce cinquième elpee, Jéhan fait le choix de s'affranchir de ses affinités folk rock, pour aller vers des horizons plus dégagés. On retrouve…

logo_musiczine

Malice K sur les ondes…

Malice K est un artiste né à Olympia, WA, et basé à Brooklyn, dont la palette sonore est composée d'alt 90s et de lyrisme effronté, créant une rare fusion de pop rock indie décalé. Ancien membre du collectif d'artistes Deathproof Inc, il s'est forgé une…

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

Shaka Ponk - 14/03/2024
slift_aeronef_15

Les capacités d’Art Feynman…

Écrit par - -

Art Feynman, c’est le pseudo de l'artiste visuel et producteur Luke Temple. Son nouvel album, « Be Good The Crazy Boys », sortira ce 10 novembre 2023. Jusqu'à présent, Art Feynman était strictement un projet solo, un moyen pour Temple d'explorer des paysages sonores surprenants sans le fardeau de l'identité.

Le premier single, « All I Can Do », est enveloppé de synthétiseurs chatoyants, de percussions et de guitares qui créent un lit groovy pour les voix. ‘Il s'agit en quelque sorte de l'effet papillon que nous avons sur nos propres vies, explique Temple. ‘Ce qui semble être une erreur dans le passé ou le présent peut être à l'origine d'une sorte de succès dans le futur. Dans la vie, nous sommes influencés par bien plus que ce dont nous sommes conscients et, le plus souvent, ce n'est qu'en commettant l'erreur et en en subissant les conséquences que l'inconscient devient conscient. C'est pourquoi le recul est toujours de 20/20’.

Le clip de « All I Can Do » est disponible ici

Contrairement aux deux premiers albums d'Art Feynman, « Be Good The Crazy Boys » a été enregistré en studio avec un groupe complet. Sur le plan sonore, j'ai été inspiré par des disques enregistrés dans les défunts studios Compass Point aux Bahamas, comme « Private Life » de Grace Jones, « Mambo Nassau » de Lizzy Mercier Descloux et « Remain in Light » des Talking Heads. Malgré ces références, « Be Good The Crazy Boys » reste fermement ancré dans les préoccupations modernes, réservant des chansons sur la peur de la fin du monde et la lutte contre le FOMO (fear of missing out/la peur de rater quelque chose), des récits qui pourraient être racontés s'ils ne semblaient pas si complètement déséquilibrés.

La vidéo de « Early signs of rhythm » est à découvrir

 

Informations supplémentaires

Lu 330 fois