C’est ce 4 novembre que paraîtra l’Ep ‘live’ de The Mysterines, "All These Things", enregistré au Rough Trade East à Londres. C'est actuellement l'un des groupes de rock les plus excitants du Royaume-Uni. Après avoir assuré les premières parties de la tournée…

logo_musiczine

Ki ! est l’alias de l'auteur-compositeur et multi-instrumentiste Christian Ki Dall. Hormis sa production solo, il est à la fois guitariste (avec Sterling Roswell de Spacemen 3, The Telescopes, Death Valley Sleepers et bien d'autres), et producteur (pour le…

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Administrator

Administrator

jeudi, 17 novembre 2022 15:23

Ways Around Festival Round #2

En 2021, une bande de passionnés, professionnels du secteur des musiques actuelles, annonçait le lancement d’un festival alternatif à Bruxelles : le Ways Around Festival. L’arrivée de ce nouvel événement dans le paysage festivalier belge en a surpris plus d’un.

D’une part car cette première édition fut annoncée alors que le secteur musical, groupes et salles de concerts, étaient encore pris à la gorge par les mesures anti-Covid et qu’il n’y avait alors aucune perspective de réouverture à l’horizon.

D’autre part, car il annonçait d’emblée une ambition forte et décalée en amenant une musique très alternative au coeur de 3 lieux iconiques de Bruxelles : L’Atelier210, Le Brass et dans deux sphères de l’Atomium.

Trois nouveaux lieux : Le Lac, La Vallée et Le Cirque Royal

Galvanisée par cette première édition réussie, l’équipe rempile pour un second round en 2023, avec une foule d’idées pour sa programmation et trois nouveaux lieux partenaires pour accueillir et faire grandir la communauté qui s’est formée autour de l’événement. Fidèle à son ADN, le festival fera la part belle aux découvertes musicales en associant des lieux iconiques ou underground de la capitale. En 2023, le Ways Around Festival déposera ses guitares au Lac, La Vallée et dans la nouvelle salle du Cirque Royal, The Club.

Des concerts, et des « à-côtés »

A chaque jour, son ambiance.

Pour le premier jour du festival, le vendredi 31 mars 2023, c’est du côté du Lac qu’il faudra se rendre. Au programme : des riffs rock et punk qui promettent de transformer le Lac en vraie fournaise. Quoi de mieux pour accueillir l’arrivée du printemps ?

Samedi 1er avril 2023, ce sera deux lieux deux ambiances autour du canal de Bruxelles. Le Lac accueillera un des highlights du festival puisque le line-up mettra en avant les voix féminines dans une ambiance rock garage et indie rock.

En parallèle, La Vallée accueillera la seconde scène de la journée avec une ambiance plus math rock, rythmique et rock progressif. Les festivaliers auront tout le loisir d’aller d’un lieu à l’autre tout en profitant de la vue du canal de Bruxelles.

Le dimanche 2 avril 2023, ce n’est pas moins que le Cirque Royal qui accueillera la dernière journée du festival dans sa salle récemment inaugurée, The Club. Celle-ci a pour but d’être un laboratoire favorisant la création, la découverte et l'émergence de nouveaux artistes. The Club accueillera donc son premier festival juste un an après son ouverture dans une ambiance garage rock.

Toujours des "à-cotés"

Le Ways Around Festival ce n’est pas que de la musique. C’est aussi des activités communautaires et musicales autour desquelles les festivaliers peuvent se retrouver.

Tout comme pour sa première édition, un village avec des activités familiales ainsi que des stands de prévention seront accessibles gratuitement au public avant les concerts. Le village Ways Around se tiendra à La Vallée, le samedi 1er avril.

Sans oublier la diffusion d’un documentaire musical en collaboration avec l’asbl EmpreinteS. Ce sera le samedi 1er avril au Lac, toujours avant les concerts, que les festivaliers pourront gratuitement visionner un documentaire en lien avec la scène féminine prévue pour cette seconde journée du festival.

(Communiqué de presse)

https://waysaround.be/

Vingt projets originaires de Wallonie ou de Bruxelles avaient retenu l'attention du jury lors des écoutes à l'aveugle en août dernier parmi plus de 400 propositions. À l'issue des soirées de sélection, quatre projets accèderont à la finale du Concours Circuit au Botanique le 9 décembre. Il s'agit de Alex Lesage, Bart Kobain, Eosine et Jazmyn.

ALEX LESAGE (# ELECTRO / JAZZ)

Claviériste et producteur de musique électronique basé à Liège, la musique d'Alex Lesage est une combinaison ludique entre électro, IDM, hip-hop expérimental et jazz. Il se concentre principalement sur l’expérimentation de claviers et le travail de conception sonore, notamment en utilisant des synthés analogiques. La majorité de son travail est influencée par l’improvisation. Découvrez Alex Lesage en vidéo !

https://www.youtube.com/watch?v=jFat6ScUtH8

Inspiré par : Floating Points, Max Cooper, Ross From Friends

BART KOBAIN (# HIP HOP / TRAP)

Originaire du Burundi, Bart Kobain est un artiste bruxellois avec une touche de Denzel Curry dans l’ADN. Ses textes mentionnent souvent l’importance des accomplissements personnels. Diffusant ce message par le biais d’un flow ardent de passion, il cherche à nous prouver que l’essentiel est de travailler dur pour atteindre ses objectifs tout en profitant des moments précieux de la vie. Découvrez Bart Kobain en vidéo !

Inspiré par : Denzel Curry, Kendrick Lamar, Youssoupha

https://www.youtube.com/watch?v=jFat6ScUtH8

(EOSINE) (# DREAM POP / SHOEGAZE)

Groupe belge de dreampop, Eosine distille ses chansons qui vont d’un son éthéré à des moments shoegaze plus bruyants. Inspirées par les atmosphères chaleureuses de groupes comme Slowdive et Beach House, les mélodies d’Eosine peuvent être plus tourmentées et pleines d’harmonies vocales. Leur musique fait également ressortir des impressions plus sombres, plus froides, hantées par des voix vaporeuses. Découvrez Eosine en vidéo !

https://www.youtube.com/watch?v=egrZeI4bMrg&feature=youtu.be

Inspirés par : Beach House, Ride, Slowdive

JAZMYN (# NEO SOUL)

Née et élevée à Bruxelles, Jazmyn est une chanteuse et compositrice dont la musique peut être décrite comme un mélange de jazz, de soul et de r’n’b ou, tout simplement, de néo-soul. Elle a étudié le chant à l’ICMP de Londres et au Jazz Studio d’Anvers, perfectionnant son propre style vocal et découvrant son amour pour la scène. Découvrez Jazmyn en vidéo !

https://www.youtube.com/watch?v=yMLbRApGBME&feature=youtu.be

Inspirée par : D'Angelo, Erykah Badu, Gil Scott-Heron

Pour plus d'infos, voir ici

 

 

Le Concours Circuit démontre une nouvelle fois la vivacité foisonnante du secteur musical en Fédération Wallonie-Bruxelles. Vingt projets avaient été retenus lors des écoutes à l'aveugle du concours parmi pas moins de 420 candidatures. Des projets musicaux aux esthétiques extrêmement variées, originaires de Wallonie ou de Bruxelles.

Ces deux dernières semaines, le concours organisait les 4 soirées de sélection au KulturA, à La Ferme, au Vecteur et au Brass. Le jury a retenu 10 artistes et groupes pour les prochaines étapes du concours, à savoir les demi-finales.

Il s'agit de : Alex Lesage (Electro Jazz), Atheris (Jazz / Rock), Aziza (Soul / Rock), Bart Kobain (Hip Hop / Trap), Djengué (Soul / R'N'B), Eosine (Dreampop / Shoegaze), Ice Sealed Eyes (Metalcore / Progressif), Jazmyn (Neo Soul), Jean-Paul Groove (Electro Math Rock) et Tom Franck (Electro) !

Prochaines étapes : les demi-finales et la finale

Ces 10 groupes ou artistes se produiront le 28 octobre au Rockerill et le 29 octobre au Reflektor lors des demi-finales. Quatre d'entre eux accèderont à la grande finale du 9 décembre au Botanique. Un jury prestigieux de professionnel·le·s (presse organisateurs, bookeurs, manageurs, etc.) établira alors le palmarès 2022 et les prix coup de coeur.  Des talents de demain, à suivre assurément !

(d’après communiqué de presse)

Pour plus d’infos, voir ici

 

 

Ils étaient plus de 420 projets à poser leur candidature pour participer au tremplin musical incontournable en Belgique francophone. Nouveau record d'inscriptions et preuve d'un engouement toujours grandissant pour ce parcours professionnalisant et réel coup de projecteur au sein du secteur musical.

Après des heures de sessions d'écoute à l'aveugle, le jury composé de professionnel·les du secteur musical (booker, journaliste, label, organisateur·rice de concerts/festival...) a retenu 20 projets musicaux éclectiques et prometteurs. Des artistes et groupes évoluant dans des styles variés tels que le math rock, la dream pop, le metal, la soul ou encore l'electro. Autant de genres qui témoignent de la richesse et du dynamisme de la scène émergente en Wallonie et à Bruxelles.

Les 20 projets retenus, à découvrir en détails sur le site du Concours Circuit sont :

39 Bermuda · Alex Lesage · Atheris · Aziza · Bart Kobain · Bow · Bruant · Djengué · Eosine · Ice Sealed Eyes · Jazmyn · Jean-Paul Groove · Lou K · MIT - The Male Idiot Theory · Nariel · NYXX · Oberbaum · The Haze · Tom Franck · Yakhchal

Ils se produiront lors des quatre soirées de sélection qui auront lieu en septembre dans des lieux partenaires de Court-Circuit. Ainsi, le dispositif s'attache également à mettre en lumière ces scènes locales, indispensables à la vitalité de l'écosystème culturel et le développement des artistes.

Suite à ces soirées de sélection, dix artistes et groupes seront retenus pour participer aux demi-finales (28 octobre au Rockerill à Charleroi et 29 octobre au Reflektor à Liège). Au terme de cette étape, quatre projets accéderont à la finale, qui se déroulera le vendredi 9 décembre au Botanique !

Alors, qui succèdera à Tukan, lauréat de l'édition 2020 du Concours Circuit ?

(d’après communiqué de presse)

Les 20 projets retenus pour le Concours Circuit en son et en images sont à découvrir ici

SOIRÉES DE SÉLECTION

08.09 KULTURA. Liège
09.09 LA FERME Louvain-La-Neuve
16.09 VECTEUR Charleroi
17.09 BRASS Bruxelles

DEMI-FINALES

28.10 ROCKERILL Charleroi
29.10 REFLEKTOR Liège

FINALE
09.12 BOTANIQUE Bruxelles

 

C’est la première fois depuis 1994 que le Pink Floyd se réunit à nouveau pour sortir une nouvelle compo et leur première sortie depuis son dernier album « The Endless River » en 2014.

Dans le titre, on retrouve David Gilmour et Nick Mason, rejoint par le bassiste de longue date Guy Pratt et Nitin Sawhney au piano, et aux vocaux Andriy Khlyvnyuk, membre du groupe ukrainien Boombox.

La chanson, enregistrée le 30 mars dernier reprend le vocal d’Andriy qu’il avait posté sur son compte Instagram dans lequel on le voit chanter sur la place Sofiyskaya à Kyiv. Le son en lui-même de « Oh the Red Viburnum in the Meadow » est une chanson folklorique ukrainienne de protestation écrite durant la première guerre mondiale. Elle a été diffusée dans le monde entier le mois dernier suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Le titre du single de Pink Floyd vient de la dernière phrase de cette chanson qui se traduit par ‘Hey, Hey, Rise up and rejoice’.

Gilmour a une belle-fille et des petits enfants d’origine ukrainienne. Il raconte avoir réussi à échanger avec Andriy Khlyvnyuk depuis son lit d’hôpital de Kiev, où il se remettait d’une blessure due à un éclat de mortier.

Le clip a été tourné par le très célèbre directeur Mat Whitecross et tourné le même jour que l’enregistrement de la chanson.

Le clip de « Hey, hey, rise up ! » est disponible

« Hey, Hey, Rise Up ! » (« Hey, Hey, lève-toi ! ») servira à récolter des fonds pour les Ukrainiens touchés par l’invasion russe.

(D’après communiqué de presse)

‘Autrice, psy et mélomane’, ce sont les mots qui conviennent bien à qui elle est mais surtout ils conviennent parfaitement au podcast qu’elle a créé ! « Y’a des pas connus », le podcast des artistes pas tant connu.es mais à qui c’est intéressant de tendre le micro.

Elle peut passer des heures à écouter les podcasts où les musicien.es parlent de leur boulot, de leur processus de création, de leur réflexion, de leur inspirations et aspirations. Ça la fait rêver et sans doute que ça résonne avec son moi artistique aussi… et elle s’est dit que si elle fermait les yeux en les écoutant (en interview notamment) alors elle n’était plus capable de faire la distinction entre une star et son voisin guitariste. Tous les deux se font couler un café, écrivent, composent, montent sur scène, ressentent cette adrénaline avant et puis se sentent dans leur élément pendant, tous deux ont besoin de leur famille pour garder les pieds sur terre, de leurs amis pour faire taire leurs doutes, et tous deux ont une joie enfantine sur le visage de pouvoir faire de leur passion leur activité principale. Alors pourquoi le micro est-il toujours tendu aux artistes connu.es ?

Elle croit aimer celles et ceux qui sont à côté, les décalés ceux qui ‘shinent’ pas trop ou pas encore. Parce qu’on entend bien fort celles et ceux sur le devant de la scène et elle apprécie les entendre, mais elle avoue avoir un faible pour les autres qui sont un peu à côté. Elle marche dans Bruxelles, en Belgique, et elle se dit que derrière chacune de ces portes il y a des milliers de gens qui créent. Et elle est touchée quand iels lui ouvrent une petite fenêtre sur leur intérieur, qu’iels l'invitent dans leur maison le temps d’une conversation et qu’iels lui racontent qui iels sont.

Ça nourrit la créativité aussi et peut-être celle des gens qui l’écoutent ensuite… et ça c’est trop bon !

Alors voilà, y’avait plus le choix que de le créer et finalement il est là ! « Y’a des pas connus », ce sont des conversations simples mais riches, sans prétention. Juste de la douceur, un peu de rire, de poésie, peut-être des soupirs grognons mais pour elle tout est bon ! On vient comme on veut et c’est très bien. Écoutez la bande annonce pour vous mettre dans le bain et puis quand l’envie vous prendra enchainez sans retenue avec le premier épisode.

Retrouvez-la sur Instagram pour l’actualité ici

Le podcast est disponible sur Spotify, Apple Podcast, Google Podcast et Anchor est à découvrir

 


 

Depuis plus d’un an maintenant, le gouvernement a débranché la prise du secteur culturel et évènementiel. Plus d’un an d’obscurité sans la moindre lueur.

Le secteur n’a pourtant pas ménagé ses efforts pour se réinventer, pour apporter aux responsables toutes les informations sur un secteur souvent trop méconnu, pour comprendre des décisions sanitaires pas toujours cohérentes, et surtout pour pouvoir garder la tête hors de l’eau… mais toujours avec ce sentiment de n’avoir même jamais aperçu la moindre main tendue des dirigeants.

Il est vrai que la tolérance et le sens de la responsabilité caractérisent le secteur. Ce qui le ramène très souvent à une image gentille, sans doute trop gentille même. Mais aujourd’hui il n’en peut plus d’être gentil !

Il n’en peut plus d’avoir cette impression de ne pas exister.

Il n’en peut plus de voir ses équipes, ses fournisseurs, ses amis, ses artistes, ses techniciens ramer financièrement, changer de métier, sombrer dans la dépression, et parfois, hélas partir tout court.

Il n’en peut plus de ne pas avoir de réponses à ses questions.

Alors, mesdames et messieurs « les décideurs » politiques, prenez vos responsabilités !

Le secteur ne demande pas de le laisser travailler comme il le souhaite ; il se rend compte que ce sera très difficile. Il demande simplement de répondre aux questions suivantes :

Pourquoi est-ce si difficile de donner une réponse claire sur la possibilité d’organiser des événements de plus de 5.000 personnes cet été ? Un oui ou un suffirait…

Pourquoi est-ce si difficile de proposer un protocole clair et progressif pour une réouverture du secteur culturel et événementiel ? Cela permettrait au secteur de préparer un été qui ne serait pas vide de culture…

Pourquoi est-ce si difficile de proposer des événements test ? Les résultats de ces tests seraient de fameux outils pour une relance progressive et en toute sécurité du secteur…

Pourquoi est-ce si difficile de rassurer ce secteur, comme la Flandre l’a fait, en proposant des fonds de garantie et des soutiens financiers clairs, adaptés et proportionnels ? Ceci permettrait de lui offrir des perspectives encourageantes pour l’avenir…

Pourquoi est-ce si difficile de donner quelques perspectives à notre jeunesse en manque d’événements et de contacts sociaux ? Ceci éviterait sans doute de devoir envoyer la cavalerie dans les parcs…

Les festivals francophones de musique en ont assez d’être gentils. En l’absence de réponse et d’un minimum de considération politique, devrait-il, comme le fait le secteur HORECA, proposer une réouverture de la culture le 1er mai et donner rendez-vous à tous nos festivaliers dans les parcs de Wallonie et de Bruxelles ?

Il serait sans doute plus simple et plus efficace de répondre à ces questions qui paraissent à la fois urgentes et légitimes.

(D’après communiqué de presse de la Fédération des Festivals de Musique Wallonie-Bruxelles).

Alors que la situation sanitaire de la Belgique semble stabilisée et s’améliore lentement, et que la campagne de vaccination de ses concitoyens les plus exposés bat son plein, le secteur culturel reste plus que jamais à l’arrêt, sans vision claire de son futur proche. Ce manque cruel de projection affecte imparablement les artistes et tous les acteurs des musiques actuelles (promoteurs, salles de concerts et festivals) mais aussi tous leurs partenaires, fournisseurs et prestataires de services, qui n’ont aucune idée de ce dont leurs lendemains seront faits.

Cette semaine encore, la SABAM a démontré que les revenus issus d'événements culturels ont reculé de 87% en 2020, précisant que les festivals et les représentations théâtrales ont subi l'impact économique le plus sévère. Les festivals ont même perdu 99% de leurs recettes l’an dernier.

Les récentes mesures de soutien financier au secteur de l’évènementiel en Flandre, et la promesse par le ministre Jan Jambon d’une décision quant à la tenue des festivals estivaux d’ici la mi-mars, annoncées cette semaine, marquent la volonté des instances gouvernementales néerlandophones de soutenir un écosystème à l’arrêt quasi-total depuis près d’un an. C’est ainsi une enveloppe de 60 millions d’euros qui a été débloquée pour permettre aux festivals flamands de lancer les préparatifs de leurs éditions 2021, dont 50 millions d’euros d’avance remboursables en cas de tenue de l’événement et 10 millions d’euros spécialement dédiés aux dépenses structurelles à caractère sanitaire.

Ailleurs en Europe, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Autriche, en Norvège ou en France, les gouvernements mettent en place ou envisagent des fonds de garantie permettant au secteur des festivals de lancer sereinement le travail de préparation de l’été 2021. Concrètement, les sommes injectées dans les préparatifs nécessaires à la bonne tenue de ces évènements seraient ainsi couvertes par l’Etat en cas d’annulation pour raisons sanitaires.

A l’heure actuelle, aucune des instances gouvernementales en Wallonie ou à Bruxelles ne s’est positionnée sur ce sujet vital. C’est pourquoi un nouvel appel est lancé en faveur de :

    La mise sur pied d’un fonds de garantie destiné au secteur événementiel, sur une base proportionnelle et similaire à celle adoptée en Flandre. Ce fonds permettra le démarrage de la préparation des évènements de l’été par le paiement d’acomptes garantis aux fournisseurs et prestataires du secteur, ainsi que la sécurisation de la filière des fournisseurs de festivals, qui constitue une condition essentielle à l’existence de toute forme d’événement durant la saison estivale.

    Il est à noter que cette garantie ne bénéficie pas directement au secteur des festivals - même si elle est essentielle à leur présence cet été - mais percolera à travers toute la filière pour soutenir un grand nombre d’entreprises en grande difficulté depuis un an (prestataires techniques, régisseurs, son et lumières, etc).

    Une telle garantie n’aura pas d’impact financier direct pour les finances publiques dans l’hypothèse où les festivals d’été pourraient se tenir en configuration normale.

    La situation actuelle crée de facto une distorsion de concurrence entre festivals francophones et flamands, encore renforcée par l’absence en Wallonie et à Bruxelles d’une mesure similaire à la ‘globalisatiepremie’ mise en place en Flandre.

    Le renforcement de l’enveloppe allouée au secteur des musiques actuelles par la Fédération Wallonie-Bruxelles, afin qu’un budget aussi élevé que possible soit mis à disposition de tous les acteur.rice.s du secteur. Ces sommes viseraient à couvrir sur base réelle les pertes effectivement encourues par les organisateurs en cas d’annulation.

    L’aboutissement rapide des discussions en cours à propos de la réouverture et du redéploiement de la culture en Belgique francophone sur base de protocoles sanitaires rédigés en collaboration avec le secteur culturel.

    La FFMWB est consciente des nombreux défis que pose la crise sanitaire actuelle. Mais, alors que l’impact psychologique de la pandémie se fait sans cesse plus grand et que l’appétit de la population pour des évènements culturels ne cesse d’augmenter, il lui semble essentiel de mettre en place toutes les mesures possibles pour que la possibilité d’organiser des festivals cet été soit une réalité concrète.

A propos de la FFMWB – Fédération des Festivals de Musique Wallonie – Bruxelles

La FFMWB a été fondée par 12 festivals belges francophones en septembre 2020, dans un contexte de crise sanitaire affectant lourdement et durablement le milieu de la musique. Cette fédération est l’expression de la volonté de ses membres de s’unir au sein d’une structure commune visant à professionnaliser encore le secteur et l’aider à se développer.

La FFMWB compte aujourd’hui plus d’une trentaine de membres, représentant la diversité du secteur en Fédération Wallonie-Bruxelles : BSF, Couleur Café, Dour Festival, Durbuy Rock Festival, Esperanzah!, Francofolies de Spa,  Inc’Rock, LaSemo, Les Ardentes, Les Nuits Botanique, Les Solidarités, Ronquières Festival, Austral Boréal Festival, Balkan Trafik, Baudet’stival, Bear Rock, Beauraing Is Not Dead, FCKNYE Festival, Feel Good Festival, Festival d’Art de Huy, Festival Les Gens d’Eire, Fêtes de la Musique, Folestival, Franco’Faune, Gaume Jazz Festival, Lamberm’on Stage Rock Tribute, Les Aralunaires, Microfestival, Park Rock Festival, Roots & Roses, Scène sur Sambre, So W’Happy Festival et Vintage Music Festival.

(D’après communiqué de presse)

http://www.ffmwb.be/

https://www.facebook.com/FFMWB

Suite à son appel à projets lancé en octobre et novembre dernier, le Fund Belgian Music a reçu de nombreuses demandes de soutien pour la relance de projets musicaux. Après un processus de sélection et l’avis d’un jury de professionnels, 49 projets recevront un soutien financier afin de permettre leur relance et donner ainsi un coup de pouce, bien nécessaire, à de nombreux musicien.ne.s. belges : le nombre très important de demandes est un indicateur clair du besoin énorme de financement de ce secteur en crise. Parmi les projets soutenus pour ce premier appel, on retrouve notamment : Noémie Wolfs, David Numwami, Dario Mars, Front 242, Julien Tassin, Gaëtan Streel, Under the Reefs Orchestra, …

Pour plus d’infos, voir ici

 

dimanche, 02 septembre 2018 19:56

W-Festival 2018

{sbdredirect http://www.musiczine.net/nl/fotos/w-festival-2018/}

Page 1 sur 16