Cucamaras n’est pas une formation espagnole, mais britannique. Issue de Nottingham, très exactement. Son premier Ep sort de 27 mai 2022. Son titre ? « Soft Soap ». Une expression britannique qui se traduit par ‘se prendre un savon’. Le band est responsable…

logo_musiczine

Responsable d’un cocktail entre punk-funk, electronica popping, rock psychédélique, post-punk et rock garage, The Lounge Society sortira son nouvel album, « Tired of liberty », ce 26 août 2022. Un disque qui fera suite à « Silk for the starving », un Ep, paru…

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

News

Festival au Carré 2022 au Carré des Arts

Écrit par

Après deux annulations pour cause de crise sanitaire, cette fois sera la bonne :  le Festival au Carré sera de retour en 2022 du jeudi 30 juin au samedi 9 juillet. À vos agendas !

Théâtre, musique, créations, concerts, spectacles dans l’espace public, fêtes, convivialité et gastronomie : tous les ingrédients pour ouvrir l’été à Mons seront au rendez-vous !

Plus d’infos d’ici quelques jours...

https://surmars.be/evenement/festival-au-carre/

Pink Floyd présente 'Hey, hey, rise up !’ en soutien au peuple ukrainien

Écrit par

C’est la première fois depuis 1994 que le Pink Floyd se réunit à nouveau pour sortir une nouvelle compo et leur première sortie depuis son dernier album « The Endless River » en 2014.

Dans le titre, on retrouve David Gilmour et Nick Mason, rejoint par le bassiste de longue date Guy Pratt et Nitin Sawhney au piano, et aux vocaux Andriy Khlyvnyuk, membre du groupe ukrainien Boombox.

La chanson, enregistrée le 30 mars dernier reprend le vocal d’Andriy qu’il avait posté sur son compte Instagram dans lequel on le voit chanter sur la place Sofiyskaya à Kyiv. Le son en lui-même de « Oh the Red Viburnum in the Meadow » est une chanson folklorique ukrainienne de protestation écrite durant la première guerre mondiale. Elle a été diffusée dans le monde entier le mois dernier suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Le titre du single de Pink Floyd vient de la dernière phrase de cette chanson qui se traduit par ‘Hey, Hey, Rise up and rejoice’.

Gilmour a une belle-fille et des petits enfants d’origine ukrainienne. Il raconte avoir réussi à échanger avec Andriy Khlyvnyuk depuis son lit d’hôpital de Kiev, où il se remettait d’une blessure due à un éclat de mortier.

Le clip a été tourné par le très célèbre directeur Mat Whitecross et tourné le même jour que l’enregistrement de la chanson.

Le clip de « Hey, hey, rise up ! » est disponible

« Hey, Hey, Rise Up ! » (« Hey, Hey, lève-toi ! ») servira à récolter des fonds pour les Ukrainiens touchés par l’invasion russe.

(D’après communiqué de presse)

Botanique (Bruxelles) : les Nuits, supports, nouveaux concerts (update 7/04/2022)

Écrit par

LES NUITS

COMPLÉMENTS D'AFFICHE & CHANGEMENTS

CUIZINIER et ORGASMIC rejoindront l’affiche de SVINKELS, le 29.04.2022 au Chapiteau.

Le groupe LA LUZ, prévu le 03.05.2022 au Grand Salon, dans le cadre des Nuits, est annulé.

La nouvelle affiche du 03.05.2022 au Grand Salon sera composée comme suit : LOS BITCHOS – MELENAS – PANIC SHACK.

SUPPORTS

JOY ANONYMOUS fera la première partie de FRED AGAIN.., le 07.04.2022 à l’Orangerie.

BOBBI LU fera la première partie de SAINT MOTEL, le 09.04.2022 à la Rotonde.

EUGENE fera la première partie de JIMI SOMEWHERE, le 22.05.2022 à la Rotonde.

SAISON : NOUVEAUX CONCERTS

TOMM¥ €A$H - KELVYN COLT - DENISE CHAILA
16-04-2022
Dans le cadre du festival Europavox

EMILIE ZOÉ - FUTURE HUSBAND
16-04-2022
Dans le cadre du festival Europavox

LIVE AT MUSEUM : DEBIT
14-04-2022

FLAT WORMS
13-06-2022

MIEL DE MONTAGNE
25-10-2022

http://www.botanique.be

Ancienne Belgique (Bruxelles) : les nouveaux concerts (update 7/04/2022)

Écrit par

sam. 28/05 - Gratuit
Boggamasta

mar. 05/07 - EN VENTE DÈS 07/04
Mourning [A] BLKstar

sam. 17/09
Orion Sun

mar. 15/11
The Haunted Youth

mar. 06/12 - EN VENTE DÈS 08/04
Ibeyi

lun. 06/03 - EN VENTE DÈS 08/04
Father John Misty

http://www.abconcerts.be

DUNK!FESTIVAL 2022 : la programmation (update 7/04/2022)

Écrit par

L’édition 2022 du DUNK!FESTIVAL se déroulera au Voo?uit de Gand, du 26 au 28 mai.

A l’affiche

26 mai 2022

YOB, MALÄMMAR, LILI REFRAIN, ASTODAN, CECILIA::EYES, RANGES, STORIES FROM THE LOST, HUBRIS., WHERE MERMAIDS DROWN, FENNESZ, DIVIDED, T E MORRIS & JO QUAIL, BRUIT≤, PETROLIO, JON DOE ONE, MARY LATTIMORE - VISUALS BY ISAAC WILLIAMS, JESU, DUSTBUG

27 mai 2022

UFOMAMMUT, BIG BRAVE, JO QUAIL, IT WAS A GOOD DREAM, FÅGELLE, FEED ME TO THE WAVES, WANDER, YOO DOO RIGHT, THE OCEAN, TURPENTINE VALLEY, PG.LOST, BERSARIN QUARTETT, LETHVM, ROOK, BLACK NARCISSUS, PSYCHONAUT, OHIO MARK

28 mai 2022

OUTLANDER, SAGOR SOM LEDER MOT SLUTET, COLDBONES, I HEAR SIRENS, CRANIAL, S A R R A M, ELEANORA, OF THE VINE, YEAR OF NO LIGHT, PELICAN, IMMANU EL, SKEMER, LUBOMYR MELNYK, NORTHWEST, THREESTEPSTOTHEOCEAN, RAFAEL ANTON IRISARRI, LONG DISTANCE CALLING

https://www.dunkfestival.be/

 

Les Ateliers Claus : les nouveaux concerts (update 7/04/2022)

Écrit par

wed 12 apr — 20:00 - 12€
Senyawa (Ind) + Orphan Fairytale (B)

wed 13 apr — 20:00 - 12€
Senyawa (Ind) + Karen Willems (B)

sat 16 apr — 20:30 - 10€/12€

Akira Sakata & Entasis (ft. Damianidis/Di Domenico) (Jap/It/Gr) + Hanne De Backer & Christof Kurzman (B/At)

fri 22 apr — 20:30 - 12€
Secluded Bronte (Uk) + Anaïs Tuerlinckx (B)

fri 29 apr — 20:30 - 12€
Dali Muru & The Polyphonic Swarm (Ger/Uk/Ger) + Milan W (B)

sun 01 mai — 16:00 - price tbc
Pierre Bastien (Fr) + Ben Bertrand (B)

fri 06 may — 20:30 - 10€
Mary Lattimore (Usa) + Matthieu Serruys (B)

sat 7 may — 15:00 - 18/22€
Knotwilg Festival

tue 10 may — 20:00 - 20/25€
Sun Ra Arkestra (Usa)

wed 11 may — 20:00 - 20/25€
Sun Ra Arkestra (Usa)

wed 1 june — 20:00 - 10/12€
Eiko Ishibashi (Jap) + Mark Fell & Will Guthrie (Uk/Aus)

fri 3 june — 20:30 - 10€
Horse Lords (Usa) + Kee Avil (Cad)

http://lesateliersclaus.com/

La marche en avant de Mes Souliers Sont Rouges…

Écrit par

Rien n’arrête la marche de Mes Souliers sont Rouges jamais les deux pieds dans les mêmes galoches !

Toujours prompts à défricher de nouvelles partitions, ils se réinventent grâce à des compositions originales et des chansons écrites sur mesure pour leur 8e album qui vient sceller le renouveau du groupe déjà bien engagé depuis 2018.

Si les instruments restent traditionnels, le groupe réserve bien des surprises, en servant, par exemple, de la cornemuse, merveille de déchirement dans l’ode à la « Demoiselle ». Ils nous racontent des choses terribles à l’aide de mélodies rafraîchies par le violon, ensoleillées par l’accordéon ou traversées par la flûte « Ah ce que c’est triste ! ».

Les histoires drôles se prêtent à leurs chœurs tendres. Ils jouent avec les mots à double, triple sens, plus virtuoses que jamais de la diction dans les accélérations. L’agilité rivalise avec la précision des arrangements pour délivrer toute la finesse des textes de Marion Cousineau.

Florent Vintrigner (la Rue Ketanou) donne le ton à de nouvelles couleurs sonores pour se préoccuper du monde d’aujourd’hui. Si ‘le temps s’en va’, doux-amers, l’harmonica et le banjo finiront par s’emballer en compagnie de la contrebasse et la planche. Mes Souliers sont Rouges conserve sa bonne humeur pour entraîner inlassablement le public dans la sarabande.

La tournée annonce un beau Printemps 2022 dont un spectacle conçu et mis en scène avec Perrine Diot, chansigneuse, qui devient membre à part entière de la formation.

Les mélomanes et les fêtards, les vieux, les jeunes, les anciens comme les modernes, les gars, les filles, tout le monde s’y retrouve dans la musique traditionnelle anticonformiste de Mes Souliers sont Rouges et finalement s’en mêle...

De loin en proche, fort de ses 30 années au compteur, le phénomène folk alternatif reste d’actualité !

Hauts les chœurs et cœurs vaillants, l’aventure continue… et le clip de « Maraîcher mon ami est à savourer ici

 

Et de 66 pour Wim Mertens…

Écrit par

Wim Mertens vient de sortir son nouvel elpee. Intitulé « Heroïdes », il s’agit de son 66ème. Cet opus s’inspire des Heroïdes, un recueil de poèmes par l’aède latin Ovide, sous forme de lettres adressées par des héroïnes de la mythologie (Sappho, Pénélope, Hermione, …), à leurs amants héroïques qui sont absents (Phaon, Ulysse, Oreste, …) à cause de guerres ou d’autres raisons de séparation.

« Heroides » se présente sous la forme d’un double album : le premier pour piano et voix et le second lui répondant avec un ensemble de cordes (violons, cellos, harpe), enrichi par Mertens au piano. Ces lettres restées pour la plupart sans réponse sont ce que l’on pourrait appeler des petites tragédies. La tragédie de la séparation avec l’être aimé, de la douleur d’un amour impossible à partager, de lendemains sans promesses.

Tout au long de « Heroides », le compositeur a choisi de répondre musicalement à ces monologues en présentant les mêmes compositions pour deux instrumentations différentes. Comme un miroir qui répond à la douleur de l’absence, comme un écho à ces chants d’humble solitude, comme un hymne à des retrouvailles.

En 2020, la célébration de 40 ans de carrière de Wim Mertens devait trouver son apogée lors de la tournée ‘Inescapable’. Mais un certain virus est passé par là … et le projet du périple s’est évaporé.

En 2022, Wim reprend la route des salles de concert pour notre plus grand plaisir...

Lien d’écoute

 

La face rock de Pierre Rapsat…

Écrit par

Pierre Rapsat avait plus d’une corde à son arc. Bien sûr, il était un mélodiste de grand talent : de « L’enfant du 92ème » à « Les rêves sont en nous », Pierre pouvait composer des chansons dont les mélodies fortes nous poursuivent encore, 20 ans après sa disparition (il nous a quittés le 20 avril 2002).

Il pouvait aussi écrire des chansons qui nous touchent comme « Aurore » ou « Un dimanche en automne » ; composer des mélodies sur des textes écrits par d’autres auteurs de talent, notamment avec Eric Van Hulse : « Les artistes d’eau douce », « Gémeaux ».

Il aimait profondément le travail de création en studio où il prenait plaisir à entendre éclore les nouvelles perles de son prochain album. Mais tout le monde s’accorde à dire que son grand ‘Art’ était d’être sur scène, face à son public, porté par un bon band. ll se transformait alors en ‘bête de scène’ particulièrement lorsqu’il interprétait ses chansons les plus rock.

Après « Well cut », le premier album de Gengis Khan (1970) dans lequel il n’était ‘que’ le bassiste, Pierre n’a pas laissé tomber ses influences rock. Bien au contraire. La presse l’a identifié à l’époque comme un des tout premiers à faire du rock en français ; et on sait qu’avoir raison avant les autres n’est pas toujours un long fleuve tranquille.

La compilation « Face Rock » met en valeur une collection de titres rock de toutes les époques où les guitares, les bonnes basses et les batteries n’ont rien à envier aux groupes anglo-saxons qui en fin de compte n’ont pas le monopole du genre. C’est étonnant et vivifiant d’entendre tous ces titres musclés enchaînés ; ça fait du bien, ça donne envie de bouger et ça décrasse bien les oreilles !

« Face Rock » paraîtra ce 15 avril 2022.

Le kaléidoscope social de Boris Maurussane…

Écrit par

“Social Kaleidoscope”, c’est le titre du premier elpee de Boris Maurussane. Il a été imaginé dans l’esprit du “Smile” des Beach Boys, tout en puisant son inspiration dans la pop canterburienne (Robert Wyatt, Caravan) ou baroque (The Zombies, Montage), le jazz (John Coltrane), l’impressionnisme (Debussy) ainsi que la musique populaire brésilienne.

Au final, compte tenu de sa voix et de son univers mélodique et harmonique, sa musique nous entraine un peu plus vers l’univers sonore d’un Stereolab. En découle un psychédélisme ouvragé, incarné et rythmique, grâce notamment à la présence des batteurs Jean Thevenin (François and the Atlas Mountains, Jaune, Orouni…) et Stéphane Bellity (Ricky Hollywood, Juliette Armanet, Melody’s Echo Chamber, Halo Maud…)

Pour les arrangements, il a fait appel à de nombreux instrumentistes issus de la musique baroque ou classique ainsi qu’à la pianiste de jazz Sandrine Marchetti afin de donner corps à ses recherches sur les timbres, les couleurs, soulignant la richesse harmonique de sa musique ; sont ainsi convoqués épinette, trompette, hautbois, basson, cor, cordes…

Les textes, en anglais, énigmatiques de prime abord, révèlent à bien les lire des obsessions assez personnelles : la méditation au cœur de la nature et le retour aux réalités foncières, le rapport au temps, attente, souvenir, nostalgie, fantasme, expectative - amicale, amoureuse, sociale, politique… Le titre “Social Kaleidoscope” tiré de “La Recherche du temps perdu” de Proust, est ici appliqué à l’une des visées de la musique qui est de susciter un bouleversement dans la société, de renverser le kaléidoscope social, par les liens nouveaux qu’elle a créés entre les individus, la tentative de redonner un poids social, politique, aux musiciens et aux auditeurs.

Entre ces textes et la musique s’instaure un dialogue, où les développements instrumentaux sont autant de travellings, de longues descriptions, où la structure des chansons est narrative.

Le clip de “Riverbank” est disponible

Page 10 sur 460