SYML, c’est le projet de Brian Fennell. Producteur, programmeur, ingénieur, guitariste, percussionniste et pianiste de formation classique autodidacte, il milite également au sein du groupe indé Barcelona. Son second album solo réalisé en studio paraîtra en…

logo_musiczine

« Horsepower For The Streets », le cinquième elpee de Jonathan Jeremiah sortira ce 9 septembre 2022. En attendant, il nous propose son nouveau single, consacré au tire maître, et il est disponible sous forme de clip, là Cette nouvelle chanson est sans doute…

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Finale Sound Track 2021 : dimanche 19 décembre Spécial

Écrit par Amélie Dieudonné

Ce dimanche 19 décembre, l’Ancienne Belgique accueillait la dernière finale du concours régional ‘Sound Track’. Alors que les noms des gagnants étaient déjà connus pour le reste de la Belgique, le public était impatient de découvrir le verdict pour les artistes bruxellois. Mais avant de passer au résultats du jury, et aux opportunités offertes aux 18 groupes finalistes, on avait hâte de découvrir ces jeunes musiciens encore trop souvent dans l’ombre.

Six groupes ont performé ce dimanche et c’est Adja qui a ouvert la soirée.

Et spoiler : elle est à peine montée sur les planches qu’on a compris que le niveau serait élevé ! Accompagnée de ses musiciens –batteur, pianiste, guitariste, contrebassiste et trompettiste– et de 4 choristes, la chanteuse a placé la barre très haut. Le silence règne dans la salle. La formation s’installe et déjà l’aura d’Adja fait forte impression. Puis elle ouvre la bouche et cela ferme la nôtre pour le reste de sa prestation ! Rien à dire, elle est bluffante ! Sa voix chaude groove avec délice et ses vibes sont divines ! Ils sont dix sur le podium et alors que l’on apprécie leurs identités distinctes, on souligne aussi l’alchimie qui règne entre eux. Le tout dans un style soul, jazzy, presque bossa nova qui nous a complètement scotchés. Le dernier morceau est déjà annoncé et on reste sur sa faim. Le band, Adja et sa voix de diva nous manquent déjà !

Les 15 minutes d’interruption permettent à certains spectateurs de se remettre de leurs émotions et à leurs proches de débriefer de cette prestation.

Puis KAU Trio entre en scène. Malgré le patronyme, le band réunit quatre musicos décidés à présenter leur projet jazz instrumental. Une batterie, un clavier, un saxophone et une basse qui mettent, sans paroles, une énergie électrisante dans la salle ! Le bassiste communique ses vibrations et le batteur ainsi que le pianiste se lèvent pour l’accompagner. « Mad Max » est particulièrement lourd ! C’est sûr, on est en présence d’un futur tube et il incite à danser. Les influences sont riches et diverses. On décèle notamment du hip hop, du jazz progressiste dans les beats. Ils sont forts, leur univers spatial est hypnotique et on aurait voulu que ça claque encore davantage !

Ensuite, la rappeuse Ysmé et le Dj Shlundee prennent le relais. Et c’est un gros coup de cœur de notre côté ! Sa seule présence sur l’estrade la rend minuscule au premier abord. Le plateau paraît gigantesque, vertigineux. Et pourtant, elle l’habite avec un charisme incroyable. Elle court en cercle sur la scène pour chauffer le public façon battle de danse des années 2000. Son style vestimentaire rappelle les 90’s mais les paroles sont très actuelles. On épinglera « Nice guys » où elle manie les mots sous un flow d’aplomb. Le Dj donne tout ce qu’il a dans le ventre et ses beats sont trop bons. Ysmé danse, chante a capella, nous parle, nous interpelle ; bref elle affiche des attitudes de star qu’elle incarne en libérant une vulnérabilité inouïe. Elle est à nu sur scène. On l’entend respirer et on aperçoit sa poitrine se soulever. Elle joue avec sa timidité –ou en tout cas on a cette impression– avec une sensibilité qui fait mouche. Bref, Ysmé, on n’est pas prêt de l’oublier ! 

Et pour la succéder, ce sont les musiciens d’Indigo Mango qui débarquent. 5 mecs qui, en 20 minutes, ont tout envoyé péter ! Explosion de funk, de groove, d’énergie, de couleur et de smile ! Leur marque de fabrique c’est le ‘live’ ! Alors quel régal de les voir occuper les planches de l’Ancienne Belgique ! Le leader et chanteur à la voix grave siège derrière la batterie et son énergie transporte la salle. Il déclare qu’ils ne quitteront pas la scène ‘without putting the zbeul’ ! Alors le public frustré d’être assis danse avec les bras pour accompagner le chanteur et percussionniste qui met le feu sur le podium ! On peut les avoir déjà vus de nombreuses fois, peu importe, leurs concerts restent toujours une dose de joie. Une dose d’été en hiver dont on ne se lasse pas.

Puis c’est au tour de Mek’dr’dr de débouler ! Un nom qui fait bégayer. Un duo féminin qu’il est difficile de qualifier. Elles nous ont laissé bouche bée. Et c’est sans doute l’effet escompté car elles ne font rien dans les codes et tout est décalé. Dans un style sans doute post punk, elles chantent en harmonie et explorent leurs voix sur des lignes de basses groovy et des percus inédites. Et si les mots nous manquent ou qu’on a du mal à se positionner (peut-être sommes-nous un peu trop ‘tradi’ ?) alors c’est gagné : leur performance artistique interpelle et trouble par leur douce étrangeté. 

Enfin, pour clôturer la soirée c’est le jeune rappeur Onha que nous avons eu le plaisir de découvrir. Accompagné de Rocco et Dumbeat aux instrumentales, il nous entraîne dans son univers instantanément. Les productions aux inspirations hip hop mais dans lesquelles on entend aussi du jazz ou du funk sont lourdes ! Onha rappe en français dans un flow nonchalant, souvent langoureux au cours duquel on découvre son écriture et son macrocosme. Mais il sait aussi kicker et envoyer des refrains qui pénètrent tout de suite dans la tête et que le public chante avec lui : ‘Je tourne en rond comme un poisson...’ Alors qu’il est tout jeune, il s’installe dans ses beats avec une aisance fascinante. Bref, sa voix cassée nous a séduits, ses textes aussi. Onha c’est du rap actuel, presque futuriste chargé de riches influences qui permettent de naviguer entre la chaleur de la soul et les claques de ses punchlines bien sèches. Et, comme un roi, il a parfaitement assuré la clôture de cette soirée !

Après une demi-heure de délibération, le jury a remis son verdict : pour compléter l’équipe des 18 lauréats, ce sont donc Adja, Ysmé et Indigo Mango qui ont été récompensés ! Adja s’est, en outre, adjugé le prix du public en prime. Sursauts d’émotions sur scène et dans le public ce soir-là. Et de belles opportunités, résidences, coachings, etc. pour l’année à venir.

Nous de notre côté, on ne lâche pas pour autant tous les autres participants qui, tous, débordent de talents. Et franchement, ça émoustille nos petits cœurs de pouvoir participer à cette mise en lumière des artistes qui nourrissent leur art mais aussi le nôtre. Qui accompagnent nos quotidiens et nos playlists. Alors sortons de l’ombre ces trésors de créativité. 

(Organisation : Ancienne Belgique)

Informations supplémentaires

  • Date: 2021-12-18
  • Festival Name: Sound Track
  • Festival Place: Ancienne Belgique
  • Festival City: Bruxelles
  • Rating: 8
Lu 302 fois